BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter

    Devenir traducteur en freelance : quelles sont les étapes à suivre ?

    Création d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    Vous maîtrisez à la perfection une ou plusieurs langues étrangères et êtes très attaché à votre indépendance professionnelle ? Alors le métier de traducteur en freelance est fait pour vous ! Mais avant de vous lancer, assurez-vous que vous avez les compétences et les qualités requises pour exercer une telle profession. Prenez également le temps de vous spécialiser si nécessaire et d'identifier votre clientèle. Il vous faudra ensuite choisir une structure juridique adaptée à votre activité et enfin accomplir les ultimes démarches administratives. Après cela, vous serez enfin prêt à démarrer votre activité ! Cet article fait le point sur les étapes à suivre pour mener à bien votre projet :

    1. Etape 1 : Assurez-vous de posséder les compétences et les qualités requises
    2. Etape 2 : Déterminez votre domaine d'activité 
    3. Etape 3 : Identifiez votre clientèle 
    4. Etape 4 : Choisissez la structure juridique idéale pour exercer en freelance le métier de traducteur

    Etape 1 : Assurez-vous de posséder les compétences et les qualités requises 

    Vous le savez sans doute déjà mais aucun diplôme n’est exigé pour exercer le métier de traducteur en freelance. En effet, cette profession libérale n’est pas réglementée. En revanche, nombreux sont les clients à demander une qualification professionnelle. C’est donc le moment de mettre en avant votre cursus étudiant ou vos longs séjours à l’étranger !

    Par ailleurs, il vous faut également vous assurer que vous possédez les qualités nécessaires pour devenir traducteur en freelance.

    Votre métier consiste à traduire des textes d’une langue source vers une langue cible. Faux amis, jeux de mots, expressions... Il vous faut disposer d’excellentes connaissances linguistiques pour réaliser des traductions de qualité.

    De même, votre maîtrise de l’orthographe, de la grammaire et de la syntaxe doit être irréprochable pour satisfaire votre clientèle. Celle-ci peut également exiger que vous utilisiez certains logiciels de traduction : vous devrez donc être formé sur l'utilisation des outils informatiques.

    Enfin, devenir traducteur freelance suppose une certaine indépendance et une discipline de fer. Personne ne se tiendra à vos côtés pour vous conseiller et vous orienter ; vous ne pourrez compter que sur vous-même !

    Etape 2 : Déterminez votre domaine d'activité 

    Il vous faut ensuite choisir votre domaine d’activité, autrement dit vous spécialiser. Pourquoi ? Tout simplement parce que plus vos connaissances seront pointues dans un domaine, plus vous pourrez vendre chères vos prestations de traduction.

    D'ailleurs, nous ne le savez peut-être pas, mais les possibilités en la matière sont infinies : traduction de sites Internet, de vidéos, de romans, doublage de films, etc.

    Globalement, trois grands domaines d’activité s’offrent à vous :

    • La traduction littéraire : Comme son nom l’indique, elle consiste à traduire des œuvres littéraires. Tout l’enjeu est de ne pas se cantonner à la traduction littérale, mais de faire ressortir l’esprit de l’auteur et son style d’écriture ;
    • La traduction technique : C’est l’une de celles qui offrent le plus d’opportunités de trouver des clients. Vous devrez traduire des textes dans les domaines informatique, médical, juridique, commercial, etc. Le tout, c’est d’être pointu dans votre secteur !
    • La traduction assermentée : Le titre de cette profession est protégé par la loi mais vous n’avez pas besoin de suivre un cursus spécifique. Il suffit de déposer un dossier de demande d’assermentation auprès du Tribunal de grande instance. Vous pourrez ensuite devenir traducteur auprès d’instances juridiques et administratives (douanes, police, etc) ou du grand public (traduction de pièces d’identité, de statuts de sociétés étrangères, etc). 

    Etape 3 : Identifiez votre clientèle 

    Comme pour toute activité, la détermination de votre cœur de cible est une étape indispensable à la réussite de votre projet. Votre clientèle peut se composer de :

    • Particuliers : Ce sont les plus nombreux mais ils sont le plus souvent en quête du rapport qualité/prix le plus bas. La concurrence est rude, donc mettre en avant votre spécialisation vous aidera à faire la différence. Vous pourrez trouver vos clients sur des plateformes spécialisées en traduction ou en mise en relation clients-freelances ;
    • Professionnels : Il peut s’agir d’entreprises françaises et/ou étrangères. L’avantage est que les professionnels disposent de moyens plus étendus que les particuliers. Ceci étant, ils ont tendance à se montrer très exigeants, notamment sur la qualité de la relation commerciale. N’hésitez pas à les démarcher pour proposer vos services !
    comment_devenir_traducteur_freelance

    Etape 4 : Choisissez la structure juridique idéale pour exercer en freelance le métier de traducteur

    Dernière étape et non des moindres, le choix de votre structure juridique. L’activité de traducteur freelance n’étant pas réglementée, vous ne pourrez pas créer une société libérale pour l’exercer.

    Trois options s’offrent à vous : la micro-entreprise, l’entreprise individuelle et les sociétés commerciales. Voici un récapitulatif de leurs avantages et inconvénients pour vous aider. 

    La micro-entreprise

    • Les avantages

    Le formalisme de création d'une micro-entreprise est simple, contrairement à celui des sociétés commerciales.

    Vous paierez des cotisations sociales en fonction du chiffre d’affaires que vous déclarerez chaque mois ou chaque trimestre.

    Vos obligations comptables et déclaratives seront allégées. En effet, vous serez dispensé d’établir des comptes annuels. Il vous suffira de tenir un livre des recettes et éventuellement un registre des achats. 

    S'agissant du régime fiscal, vous serez soumis à l’impôt sur le revenu, que vous pourrez payer en même temps que les cotisations sociales (si vous optez pour le prélèvement forfaitaire libératoire) ou par prélèvement à la source.

    • Les inconvénients

    Le principal inconvénient du statut de micro-entrepreneur est qu'il n'est accessible que si votre chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 72 500 €. Autrement dit, si votre activité se développe rapidement, vous devrez opter pour un autre régime.

    De plus, votre responsabilité est illimitée. En clair, si vous avez des dettes, vos créanciers professionnels pourront se payer sur vos biens personnels.

    • Les démarches

    Rien de plus facile que la création d'une micro-entreprise ! Il vous suffit de déclarer le début de votre activité grâce au formulaire P0, disponible en ligne sur le site de l’Urssaf, et d'y joindre une copie de votre pièce d’identité. Les formalités d'immatriculation sont gratuites.

    L’entreprise individuelle

    Vous aurez le choix entre deux types de structures : l’Entreprise Individuelle (EI) ou l’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL).

    • Les avantages

    Si vous optez pour l’EIRL, vous pourrez séparer vos biens personnels de vos biens personnels. Vous aurez le choix entre une imposition sur le revenu ou sur les sociétés. Vous pourrez également déduire vos charges d’exploitation, ce que ne vous permet pas la micro-entreprise.

    • Les inconvénients

    Comme pour la micro-entreprise, vous relèverez du statut des travailleurs non-salariés. Même si le régime général de la sécurité sociale et le régime des indépendants tendent à se rapprocher, vous disposerez d’une couverture sociale moins étendue. Par exemple, vous n’avez pas le droit à l’assurance-chômage.

    • Les démarches

    Les formalités à accomplir sont sensiblement les mêmes que pour la micro-entreprise, sauf que vous devrez payer l’immatriculation de votre entreprise. Il vous faudra remplir un formulaire P0 et joindre la copie d’une pièce d’identité, ainsi qu’une attestation de domiciliation.

    La société commerciale

    Vous pouvez enfin opter pour la création d'une société commerciale pour exercer votre activité de traducteur freelance. Celle-ci vous permettra de développer votre activité sans contraintes.

    Comme vous désirez vous lancer seul dans ce projet, vous aurez le choix entre deux sociétés unipersonnelles (à associé unique) : l’EURL ou la SASU.

    • Les avantages et inconvénients de l’EURL

     La loi n’exige aucun capital social minimum pour créer votre EURL. Cela signifie que vous pouvez démarrer votre activité en apportant peu de fonds (même 1 euro !). Vous pourrez choisir entre imposition sur le revenu et impôt sur les sociétés. En outre, vous ne serez pas soumis à un plafond de chiffre d’affaires. 

    En revanche, vous serez un travailleur non-salarié, soumis au régime social des indépendants.

    • Les avantages et inconvénients de la SASU

    Ils sont quasiment les mêmes que pour l’EURL, à la différence que vous serez assimilé salarié. Par défaut, vous serez soumis à l’impôt sur les sociétés, sauf si vous optez pour l’impôt sur le revenu.

    • Les démarches

    Le formalisme de création d'une EURL ou d'une SASU est assez lourd.

    Vous devrez en effet rédiger ce que l’on appelle des statuts, document destiné à régir le fonctionnement de votre société. Vous devrez remplir un formulaire de création d’entreprise M0, publier une annonce légale dans un journal habilité, déposer un dossier auprès du greffe… Rassurez-vous, vous pouvez confier ces tâches à un expert !

    Enfin, sachez que les formalités à accompli pour créer l’une ou l’autre de ces sociétés reviendront, à quelques dizaines d’euros près, au même coût.

     

    Vous souhaitez à présent vous lancer et devenir traducteur en freelance ? Un professionnel Captain Contrat peut vous aider à mener à bien toutes ces étapes et à choisir la bonne structure juridique.

    Devenez traducteur freelance en quelques clics Je deviens freelance

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES

      Étapes de création

      Devenir marchand de biens : mode d'emploi

      Étapes de création

      Nouveaux métiers du web : comment créer son entreprise ?

      Étapes de création

      Quelles sont les démarches à effectuer pour ouvrir son commerce ?

      Étapes de création

      Licence restaurant : comment obtenir sa licence de débit de boissons ?

      Étapes de création

      Entreprise de sécurité : comment la créer ?

      Priscilla Cavaillé
      A propos de Priscilla Cavaillé

      Diplômée d'un master en droit des affaires, spécialité propriété intellectuelle, Priscilla a développé son expérience au sein de cabinets d'avocats en droit des sociétés et en droit des marques.

      COMMENTAIRES