Fixer une rémunération variable dans le contrat de travail :Comment faire ?

par
5
Rédiger un CDI 

Sommaire

Initialement introduite pour les commerciaux sous forme de primes, bonus et commissions, la rémunération variable a aussi fait son entrée dans d’autres secteurs. Aujourd’hui, 40% des travailleurs bénéficient d’une rémunération variable, avec pour but de favoriser la productivité des salariés puisque son versement est conditionné à l’atteinte d’objectifs.

Cette fiche présente donc les conditions et la procédure nécessaires à la fixation d’une rémunération variable dans le contrat de travail.

La procédure pour fixer une rémunération variable dans le contrat de travail

Conditions de validité de la clause de rémunération variable

  • Existence d’éléments objectifs indépendants de la volonté de votre employeur : la clause de rémunération variable ne doit pas être potestative (dépendre de la seule volonté de votre employeur ;
  • L’absence de transfert de risques d’entreprises sur vous : la loi interdit la clause de garantie (remboursement des commissions perçus en cas d’inexécution du contrat par le client) et la clause d’objectifs disproportionnée (l’objectif doit être réaliste et non illusoire) ;
  • L’absence de réduction de la rémunération en dessous des minima légaux et conventionnels : correspond au SMIC, soit 1457 euros brut et 1140 euros net.

Contrat de travail ou avenant

Si la clause de rémunération variable répond aux conditions légales, elle peut être insérée dans le contrat de travail, avant sa signature, au même titre qu’une autre clause.

Si un contrat de travail a déjà été conclu entre un employeur et son salarié, il est possible de réaliser un avenant au contrat de travail. Il s’agit d’un papier venant faire office de modification du contrat de travail et possédant la même force juridique. Par exemple si vous modifiez, de manière significative les horaires du contrat de votre nourrice, vous serrez dans l'obligation de faire un avenant au contrat de nourrice

ATTENTION : Il est recommandé de consulter les différents accords collectifs applicables à votre salarié, qui pourraient venir modifier les conditions de fixation de la rémunération variable et en limiter le montant.
L’accord du salarié est-il nécessaire ?

La rémunération variable « classique »

Etant un élément essentiel du contrat de travail, la rémunération nécessite obligatoirement l’accord du salarié si elle venait à être modifiée. Cette exigence s’applique donc pour toute clause en relation directe avec la rémunération dont la clause de rémunération variable.

Si la clause de rémunération variable venait à être modifiée, l’accord du salarié est également nécessaire.

ATTENTION : un contrat de travail (ou avenant) peut prévoir une rémunération variable discrétionnaire (primes, bonus) sans que cette mention n’ait pour effet de « contractualiser » la rémunération.

La rémunération variable « discrétionnaire »

La rémunération variable peut aussi être imposée sans aucune référence au contrat de travail, ce qui implique l’absence d’accord du salarié. Cette rémunération peut correspondre à une gratification exceptionnelle qui n’a pas le caractère d’un salaire et dont le montant est fixé discrétionnairement par l’employeur.

Il peut aussi s’agir d’une gratification non contractuelle (ex : prime annuelle) dépendant de la volonté de l’employeur et ne découlant ni du contrat de travail, ni d’un usage d’entreprise, ni d’un engagement unilatéral.
ATTENTION : pour qu’une rémunération variable « discrétionnaire » soit acceptée elle doit répondre au principe d’égalité de traitement entre salarié. Il n’est pas possible de fixer deux montants d’une rémunération variable différents pour deux mêmes objectifs.

Quelles sont les sanctions en cas de fixation irrégulière ?

A défaut d’une fixation régulière de la rémunération variable, le salarié pourra demander en justice le versement de la part variable de sa rémunération. Les juges déterminent le montant de cette part variable au titre du montant versé les années précédentes, ou par rapport au montant maximal prévu au regard de la rémunération variable.

D’autre part, le salarié victime d’une fixation irrégulière peut également demander une rupture du contrat de travail, qu’il s’agisse d’une prise d’acte ou d’une demande de résiliation judiciaire. Dans les deux cas, l’employeur risque de payer de lourdes indemnités à son salarié.

A savoir : Le seul fait de ne pas fixer les objectifs justifiant la fixation d’une rémunération variable suffit à obtenir la rupture du contrat de travail aux torts de l’employeur.

La rémunération peut-elle être fixée sur un objectif de résultat ou le chiffre d’affaires ?

Pour être régulière la clause de rémunération variable ne doit pas être potestative, ce qui signifie qu’elle ne doit pas dépendre de la seule volonté de l’employeur.

Ainsi, la loi admet comme clause non potestative une prime calculée selon le pourcentage du chiffre d’affaires de l’entreprise et une prime subordonnée à la réalisation d’objectifs de résultats.

ATTENTION : Est considérée comme clause potestative le fait de calculer la part variable en conformité avec un plan de rémunération pour chaque exercice comptable. Il en va de même pour une rémunération variable qui est subordonnée à la présence du salarié dans l’entreprise. Il convient, donc, de prendre toute les précautions, dans la rédaction de ce type de contrat de travail

Amélie Gautier

Écrit par

Amélie Gautier

Diplômée d'un Master en droit des affaires et passionnée par le monde de l'entreprise, Amélie s'efforce de rendre accessible les informations juridiques nécessaires aux entrepreneurs tout au long de leurs projets.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

4 étapes pour licencier un salarié en CDI

Le licenciement est une rupture du contrat de travail à l'initiative de l'employeur qui est ...

Maxime

Maxime

Comment transformer un CDD en CDI ?

Le Contrat à Durée Déterminée (ou CDD) est particulièrement encadré par la loi. Vous ne pouvez ...

Maxime

Maxime

CDD de remplacement d’un salarié : 7 précautions à prendre avant de rédiger son contrat

L’absence d’un salarié au sein de votre entreprise fait baisser les effectifs sur un temps limité. ...

Maxime

Maxime

Contrat de travail à temps partiel : quelles obligations pour l’employeur ?

Très encadré par le Code du travail, le contrat de travail à temps partiel - c’est-à-dire à durée ...

Maxime

Maxime

Contrat de travail de 39 h : comment le rédiger ?

Depuis 2002 et les accords sur l’aménagement et la réduction du temps de travail, la durée légale ...

Maxime

Maxime

Comment connaître la classification et le coefficient d'un contrat de travail ?

Le coefficient et la classification sont des éléments essentiels du contrat de travail. Ils visent ...

Maxime

Maxime

La remise du solde de tout compte : délai et fonctionnement

Vous êtes employeur et vous interrogez sur la remise du solde de tout compte. Qu’est-ce que le ...

Maxime

Maxime

Délai de carence CDD : quelles règles à respecter pour l'entreprise ?

Si le contrat à durée déterminée (CDD) permet d'embaucher des salariés pour faire face à une ...

Maxime

Maxime

Licenciement pour inaptitude : quelles sont les indemnités à verser ?

L’inaptitude est une incapacité à exécuter le travail pour lequel une personne a été embauchée. ...

Maxime

Maxime

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier