1. Contrats commerciaux
  2. Contrats Commerciaux
  3. La clause limitative de responsabilité : comment bien la rédiger ?

La clause limitative de responsabilité : comment bien la rédiger ?

Obtenir un contrat commercial
Obtenir un contrat commercial
Amélie Gautier
Écrit par Amélie Gautier
Diplômée d'un Master II en droit des affaires de l'Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines, Amélie est responsable du contenu juridique de Captain Contrat depuis 2017.
Vous avez encore des questions ? 🤔
Image des coach CaptainContrat
Posez-les gratuitement à l’un de nos coachs entrepreneuriaux.
Parler à un coach

Au moment de rédiger leurs contrats commerciaux, les entreprises, peuvent insérer une clause dite limitative de responsabilité. Principe, fonctionnement et limites de cette disposition contractuelle particulière.

 


Qu’est-ce qu’une clause limitative de responsabilité ?


Par principe, les parties liées par un contrat sont libres de choisir le contenu de ce dernier et les règles applicables à son exécution. On parle de liberté contractuelle. Or, lorsqu’une des deux parties manque à ses obligations contractuelles, elle engage sa responsabilité. En conséquence, cette partie doit payer à l’autre partie (le cocontractant lésé) une somme en vue de compenser les dommages causés suite à l’inexécution du contrat.

Il est cependant envisageable pour l’entreprise de se déresponsabiliser de certaines obligations contractuelles en prévoyant dès la rédaction du contrat, une clause limitative de responsabilité, également appelée clause exonératoire de responsabilité. En cas de manquement dans l’accomplissement de sa mission contractuelle, les sanctions sont alors diminuées, voire nulles. Cette pratique est courante dans les contrats commerciaux, mais aussi dans les contrats de prestations de service.


Pourquoi introduire une clause exonératoire de responsabilité dans ses contrats commerciaux ?


En encadrant sa responsabilité contractuelle, le dirigeant se prémunit de conséquences financières potentiellement lourdes pour son entreprise. Ceci est d’autant plus vrai en ce qui concerne les start-up, les TPE et les PME. Mais en fin de compte, la
est profitable pour les deux parties. En cas de manquement, l’accord est tout trouvé, ce qui permet de conserver de bons rapports commerciaux avec ses partenaires.

Pour l’entreprise cliente, c’est aussi l’occasion d’ouvrir les négociations. En contrepartie de la limitation de responsabilité de l’autre partie, elle peut par exemple demander un geste commercial sur les prestations, ou encore une facilité de résiliation du contrat.


Comment rédiger une clause exonératoire de responsabilité ?


En pratique, tout n’est pas pour autant permis en matière de clause contractuelle. Dans les contrats passés entre professionnels, ou contrats B2B, la limitation de responsabilité ne peut :

  • Ni permettre à l’un des cocontractants de se soustraire à ses obligations essentielles, au point que celles-ci soient réduites à néant ou presque ;
  • Ni d’instaurer un déséquilibre important entre les droits et obligations de chacune des parties.


Le cas échéant, la clause est réputée nulle et non avenue. L’entreprise doit donc être particulièrement attentive à la clause qu’elle insère dans ses contrats ainsi qu’à leur portée, au risque que celle-ci ne produise aucun effet.


Quels sont les différents types de clauses limitatives de responsabilité ?


Les clauses limitatives ou exonératoires de responsabilité se décomposent en deux types. On recense :

  • La clause de non-responsabilité ;
  • La clause limitative de réparation.


La clause de non-responsabilité


Cette clause permet à l’entreprise à l’origine du contrat de se décharger, en cas de manquement, de toute responsabilité. Elle n’est toutefois exerçable qu’en ce qui concerne les obligations contractuelles les moins lourdes.

La clause limitative de réparation


Moins protectrice, la clause limitative de réparation ou d’indemnisation permet, en cas d’inexécution du contrat, de réduire le montant des dommages-intérêts dus à l’autre partie.

Quid des conditions de validité de la clause exonératoire de responsabilité ?


La validité de la clause limitative de responsabilité peut être remise en question dans plusieurs cas de figure.

Disposition légale contraire


Certains types de contrats interdisent tout bonnement l’insertion d’une clause limitative de responsabilité. Pour la plupart, seuls certains points précis ne peuvent faire l’objet d’une telle clause.

Pour ne citer que les contrats qui concernent l’entreprise, on distingue notamment :

  • Les contrats de travail (en matière de licenciement) ;
  • Les contrats de consommation (au sens strict – dans les contrats entre professionnels et consommateurs, les clauses visant à réduire ou supprimer la responsabilité du professionnel à quelque obligation que ce soit sont considérées comme abusives) ;
  • Les contrats d’hôtellerie (en matière de vol et de dégradation d’objets) ;
  • Les contrats de transport de marchandises (en ce qui concerne la perte d’objets) ;
  • Les contrats de transport maritime (concernant les pertes ou dommages subis par la marchandise).


Faute lourde


Quand bien même l’inscription d’une clause limitative de responsabilité est autorisée dans le contrat, elle s’annule de plein droit si l’entreprise l’ayant rédigé commet une faute lourde. Par faute lourde, on peut comprendre soit faute volontaire dans l’intention de nuire, soit faute grave non intentionnelle (négligence).


Clause contradictoire


L’inscription d’une clause limitative de responsabilité s’opposant à un principe essentiel ou à l’objet même du contrat n’est pas non plus valable.


Montant des dommages-intérêts dérisoire


Dernier cas pour lequel cette clause est réputée non écrite : lorsque l’entreprise fixe un montant de dommages-intérêts dérisoire par rapport au préjudice.

Abusive dans certains cas, non valable dans d’autres, la clause exonératoire de responsabilité peut être un véritable casse-tête pour les entrepreneurs lors de la rédaction de leurs contrats commerciaux. Pour ne prendre aucun risque et gérer au mieux d’éventuels litiges avec vos partenaires, le mieux est de vous tourner vers des spécialistes en la matière. Avec Captain Contrat, obtenez les conseils et services d’avocats triés sur le volet, le tout en un temps record et au juste prix !

 
✍️ En résumé
  • Il s’agit d’une disposition contractuelle ayant pour objet de limiter la responsabilité de l’entreprise rédigeant le contrat.
  • Sa validité peut être remise en question dans quatre cas de figure : disposition légale contraire, faute lourde, clause contradictoire, montant fixé dérisoire en matière de dommages-intérêts.
  • La clause de non-responsabilité, plus couvrante, est à distinguer de la clause limitative de réparation.

Besoin d’aide ?

Tatiana - photo rappel sales (blog)
Nos coachs entrepreneuriaux sont à votre écoute
Besoin de conseils sur votre projet ? De poser toutes vos questions de vive-voix ? Contactez-nous 🙂
Prendre un rendez-vous

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

4 min
Modèle de contrat de collaboration commerciale : quels sont les dangers ?

Pratique et rapide, le modèle de contrat de collaboration commerciale présente de nombreux avantages, mais beaucoup de risques. Quels sont les dangers ?

5 min
Contrat d'apport d'affaires : tout comprendre en 4 minutes

Le contrat d’apporteur d’affaires est un contrat établi entre une entreprise donneuse d’ordre et un apporteur d’affaires. Comment le rédiger ? Comment encadrer cette pratique commerciale ? Me Justine Ouazan-Bouhours répond à vos questions

5 min
Qu'est-ce qu'une prestation de services ? Le guide 2020 pour rédiger vos contrats

Proposer des services est différent de vendre des biens. Découvrez les spécificités du contrat de prestation de services et les clauses à insérer pour encadrer votre relation

5 min
Contrat de prestation de services : ce qu’il faut savoir

Comment obtenir un contrat de prestation de services ? Comment le rédiger ? Tout savoir sur les clauses et obligations à ne pas manquer pour ne prendre aucun risque.

5 min
Apporteur d'affaires : ce qu'il faut savoir

Comment fonctionne l'apporteur d'affaires? Pourquoi est-il si important de signer un contrat? Comment se protéger lorsqu'on fait appel à un apporteur d'affaires. Un apporteur d’affaires est considéré comme une personne assurant le rôle d’entremetteur permettant à deux parties d’effectuer des opérations commerciales entre elles. La finalité de l’apport d’affaires est mise en relation de personnes susceptibles de contracter entre elles.

5 min
Contrat de sous-traitance : définition, clauses, rédaction

Toutes les informations utiles et à connaitre sur le contrat de sous-traitance et son utilisation. Comment le rédiger ? Quelles sont les précautions à prendre ? Découvrez toutes les clauses à faire figurer dans ce contrat.

4 min
Contrat commercial : focus sur le contrat de partenariat commercial

Le contrat commercial permet d'encadrer les relations entre les professionnels. Parmi ce type de contrat : le contrat de partenariat commercial. Comment le rédiger ? Quelles sont les clauses indispensables ?

5 min
Rédaction de la convention de partenariat : mode d'emploi

Pourquoi rédiger une convention de partenariat ? Quelles sont les clauses importantes à faire apparaître dans ce contrat ? Cet article vous explique tout !

5 min
Quelle est la différence entre un mandant et un mandataire ?

Dans le monde des affaires, il n’est pas rare de donner mandat à une personne pour lui demander de réaliser une mission en notre nom. Quelle différence alors entre le mandant et la mandataire ? Quelles sont les obligations de chacun ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier