Vous êtes avocat ? 👋 Pour rejoindre notre réseau, c'est par ici !
  1. Recruter et gérer vos salariés
  2. Droit des salariés
  3. Comité Social et Economique (CSE) : êtes-vous prêt ?

Comité Social et Economique (CSE) : êtes-vous prêt ?

Mettre en place un CSE
Mettre en place un CSE

À l’horizon 2020, les instances représentatives que sont les délégués du personnel (DP), le Comité d’entreprise (CE) et le Comité d’hygiène et de sécurité (CHSCT) vont disparaître au sein des entreprises de plus de 11 salariés.

Elles laisseront place au CSE (comité social et économique). Il s’agit d’une mesure mise en place par l’ordonnance Macron no 2017-1386 de la réforme du Code du travail, relative à la nouvelle organisation du dialogue social en entreprise.

 

 

Comité Social et économique (CSE) :

compétences et pouvoirs

 

Les compétences du CSE dépendent du nombre de salariés que compte l’entreprise.

  • Lorsque ce nombre est compris entre 11 à 49 salariés, les pouvoirs du CSE sont les mêmes que ceux des DP. Il se charge donc de présenter à l’employeur diverses réclamations relatives aux salaires, à la protection sociale, au code de travail, ainsi que les conventions et accords devant s’appliquer dans l’entreprise.
  • À partir de 50 salariés, le CSE bénéficie de compétences étendues, proches de celles attribuées à l’ensemble des IRP (Instances de représentation du personnel). Autrement dit, il se substitue aux CE , DP et au CHSCT. Il veille donc à ce que les intérêts des salariés soient pris en compte dans les décisions relatives à l’organisation du travail, à la gestion et à l’évolution — économique et financière — de l’entreprise, à la formation professionnelle… il acquiert une personnalité morale qui lui permettra d’exercer des recours en justice, de demander enquêtes et expertises.
  • Notons par ailleurs que dans toutes les entreprises de plus de 300 salariés, une commission CHSCT restera obligatoire. Il en est de même pour les entreprises opérant dans les secteurs à risques (nucléaire, activités Seveso à risques industriels...). La commission CHSCT pourra également être maintenue dans les entreprises de moins de 300 salariés, à la demande de l’inspection du travail.

Mise en place du CSE

 

Les règles en matière de mise en place de CSE sont entrées en vigueur depuis le 1er janvier 2018.

Aux entreprises concernées — c’est-à-dire celles d’au moins de 11 salariés — la loi donne jusqu’au 31 décembre 2019 pour se mettre en conformité.
En effet, l’ordonnance Macron précise bien qu’avant que le CSE ne soit mis en place, le seuil de 11 salariés minimum doit être maintenu pendant 12 mois consécutifs. C’est là une différence notable avec ce qui se faisait auparavant.

Avant 2018, il était plutôt exigé que l’entreprise emploie au moins 11 ou 50 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non, au cours des trente-six mois précédant l’élection.
Alors, conformément à cette nouvelle exigence de la loi Macron, les entreprises qui ne disposent pas de représentant du personnel, mais qui comptent au moins 11 salariés depuis 12 mois sans discontinuité devraient déjà, en principe, être en règle depuis le 1er janvier 2018. À moins que le processus électoral des représentants du personnel ait été lancé avant le 23 septembre 2017.

Pour les autres entreprises disposant de représentants du personnel, on aura différentes situations :

  • Dans le cas où le mandat des représentants est toujours en cours, le CSE sera mis en place au plus tard le 31 décembre 2019, lors du renouvellement de l’une des institutions (CE, DP, CHSCT).
  • Dans le cas où le mandat se termine avant le 31 décembre 2018, l’entreprise pourra choisir de le prolonger d’un an maximum. Ce prolongement se fait par accord collectif ou par décision de l’employeur après consultation des représentants du personnel.
  • Dans le cas où le mandat des élus expire après le 1er janvier 2019, le CSE se met en place à la fin du mandat.

Pour résumer, il faut retenir que le CSE se mettra progressivement en place, en fonction de la situation de chaque entreprise. Mais dans tous les cas de figure, toutes les entreprises concernées doivent être à jour à la date du 1er janvier 2020.

 

Maxime Wagner
Écrit par Maxime Wagner
Cofondateur de Captain Contrat, Maxime a débuté en analyse de risque financier et a évolué sur des enjeux d'innovation dans la distribution. Il est diplômé de Centrale Lille et l'ESSEC.
Vous avez encore des questions ? 🤔
Image des coach CaptainContrat
Posez-les gratuitement à l’un de nos coachs entrepreneuriaux.
Parler à un coach

Besoin d’aide ?

Tatiana - photo rappel sales (blog)
Nos coachs entrepreneuriaux sont à votre écoute
Besoin de conseils sur votre projet ? De poser toutes vos questions de vive-voix ? Contactez-nous 🙂
Prendre un rendez-vous

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

5 min
Lettre d’avertissement : 7 raisons pour avertir son salarié

Avant de sanctionner votre salarié, vous pouvez le mettre en garde des conséquences de son comportement avec une lettre d'avertissement.

5 min
Mise à pied conservatoire : la procédure

Quelle procédure l'employeur doit-il respecter pour la mise à pied de son salarié ? Quelle différence entre la mise à pied conservatoire et disciplinaire?

5 min
Dépôt d’un accord d’entreprise : quelle procédure ?

Quelles sont les procédures pour déposer un accord d'entreprise, auprès de quel organisme, et quelles sont les obligations d'affichages au sein de la société.

5 min
Lettre d’avertissement : quand et comment l'envoyer

Dans quel cas l'employeur doit-il avoir recours à une lettre d'avertissement? Qu'est ce que cela implique pour le salarié? Est-ce un motif de licenciement ?

5 min
Référent harcèlement : définition et fonctionnement (guide 2022)

Créé par la loi du 5 septembre 2018, le statut de référent harcèlement a pour objectif de lutter donc les actes de harcèlement moral et sexuel ainsi que les comportements sexistes au travail. Me Camille Smadja vous guide pour mettre en place ce référent.

5 min
Lettre de démission sans préavis : exemple et enjeux

Découvrez ce qu'il faut savoir sur la lettre de démission, avec ou sans réalisation d'un préavis. Vous trouverez également dans cette article un exemple de lettre de préavis.

5 min
Vol en entreprise : entraine-t-il le licenciement d'un salarié ?

Il n'est pas aisé de réagir à un vol commis par un salarié. Le point sur les moyens juridiques et les sanctions pouvant être invoqués par l'employeur.

5 min
Imposer des congés payés, est-ce possible ?

L'employeur peut-il imposer ou modifier des congés payés ou RTT ? Depuis la crise sanitaire, des mesures dérogatoires permettent aujourd'hui à l'employeur d'imposer ou modifier des congés déjà posés. Me Camille Smadja décrypte le sujet.

5 min
Harcèlement moral au travail : que doit faire l'employeur ?

En tant qu'employeur, vous faites face à des faits de harcèlement moral au sein de votre entreprise ? Quelles sont les mesures à prendre immédiatement ? Qu'est-ce que l'enquête interne ? Quels sont les risques de sanctions ?

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier