Vous êtes avocat ? 👋 Pour rejoindre notre réseau, c'est par ici !

SAS ou SARL : le comparatif

Comparer les statuts juridiques 
Comparer les statuts juridiques 

La SARL et la SAS sont les deux formes sociales dont on entend le plus parler lorsque l'on commence à envisager la création de sa société. Comment arbitrer ? Captain Contrat vous accompagne dansla création d'une SAS ou d'une SARL. Si le choix entre ces deux formes sociales vous revient entièrement, Captain Contrat se propose de vous exposer les différentes caractéristiques propres à ces deux sociétés, afin que vous puissiez déterminer en toute connaissance de cause que choisir entre la SAS ou la SARL.

A noter : si vous êtes le seul associé, alors c'est entre SASU et EURL que vous devrez choisir.

 

 

1/ Tableau comparatif SAS ou SARL 

 

  SARL SAS
Responsabilité Limitée à hauteur des apport Limitée à hauteur des apport
Rédaction des statuts Statuts encadrés par la loi Liberté statutaire (d’où l’importance de se faire accompagner lors de la rédaction ; vous pouvez également optez pour des statuts de SAS gratuits)
Organes de direction Un ou plusieurs gérants personnes physiques obligatoirement

Un Président personne physique ou morale + Organes de direction (Directeur Général, Conseil de surveillance, etc.)

Statut social du dirigeant

*Gérant majoritaire : Travailleur Non Salarié affilié à la Sécurité sociale des indépendants (anciennement RSI)

*Gérants égalitaire et minoritaire : assimilé salarié affilié au régime général de Sécurité sociale (condition : être rémunéré)
Assimilé salarié affilié au régime général de Sécurité sociale (condition : être rémunéré)
Couverture sociale / retraite

*Pas de couverture en cas d’accident du travail / perte de travail

*Cotisations minimales dues pour valider un minimum de 3 trimestres de retraite

*Couverture en cas d’accident du travail

*En cas d’absence de rémunération (seulement des dividendes) : dispositif PUMa (Protection Universelle Maladie)

Pour en savoir plus sur le régime social en SAS

Statut fiscal (imposition des bénéfices)

*Principe : impôt sur les sociétés (IS)

*Option possible : Impôt sur le revenu (IR) pendant 5 ans (illimitée pour les SARL de famille)

*Principe : Impôt sur les sociétés (IS)

*Option possible : Impôt sur le revenu (IR) pendant 5 ans
Dividendes SARL soumise à IS : dividendes soumis à cotisations pour la fraction supérieure à 10% SAS soumise à IS : dividendes non assujettis à cotisations
Titres et cessions

Parts sociales

Cession soumise à l’agrément inclus de plein droit dans les statuts

Actions

Cession libre (sauf clause contraire dans les statuts)
Je préfère Payer moins de charges sociales sur ma rémunération de dirigeant et moins de cotisations sociales

*Bénéficier d’une couverture maladie et d’une meilleure retraite

*Me verser régulièrement des dividendes

 

Nous allons maintenant détailler les points les plus importants du tableau ci-dessus. Vous pouvez également approfondir ce sujet en consultant notre article sur le choix de la forme juridique de son entreprise.

2/ SAS ou SARL : ce qui ne change pas

 

Les caractéristiques de création de la SARL ou de la SAS

Du point de vue des conditions de création, ces deux structures sont similaires, elles peuvent être constituées par un associé unique, dans ce cas on parlera d’EURL ou de SASU. Une SARL ne peut pas dépasser les 100 associés quand il n’y a aucune limite en SAS.

Il n’existe aucune différence entre les deux types de société pour ce qui est de :

  • l’obligation de rédiger des statuts ;
  • la qualité des associés ;
  • la durée de vie de la société ;
  • des activités réalisables ;
  • des apports.

 

Les formalités de création sont également quasi identiques. Une différence notable relative à la répartition du capital social :

  • en SAS, il est réparti en actions et il est possible de créer plusieurs catégories d’actions ;
  • en SARL, il est réparti en parts sociales de même catégorie.

Une autre différence notable est liée au fait que les statuts de la SARL sont strictement encadré : vous pourrez très peu en modifier les clauses. Au contraire, il vous sera possible d'ajouter des clauses personnalisées sous le statut juridique de la SAS

La responsabilité limitée de la SARL ou SAS

Que ce soit la SARL (société à responsabilité limitée) ou la SAS (société par actions simplifiée), les deux sociétés sont à responsabilité limitée. Une société à responsabilité limitée est une société commerciale, quel que soit son objet social, dans laquelle les associés ne sont tenus que des dettes sociales qu’à concurrence de leur apport et dont le capital est divisé en actions.

  • Cela signifie que l'associé est responsable des dettes de la société à hauteur des apports qu'il a réalisé pour constituer son capital social.
  • Ainsi, si à un moment donné la société n'arrivait pas à honorer ses dettes, ses créanciers ne pourront se rembourser que sur ses actifs et son capital social, mais en aucun cas sur les biens personnels de l'associé (à moins qu'il se soit porté caution).
  • En somme, votre aventure entrepreneuriale peut être résumée à une partie de poker : la société est votre table de jeu, et votre apport en capital correspond à votre mise... SARL ou SAS, vous ne pourrez pas perdre plus que votre mise.

 

L'impôt sur les sociétés de la société à responsabilité limitée (SARL) et de la société par actions simplifiée (SAS)

Pour les exercices fiscaux ouverts à compter du 01/01/2019 et les sociétés dont le chiffre d'affaires est inférieur à 7,63 M€, le taux d'IS est de :

  • 15% pour les bénéfices compris entre 0 € et 38 120 €
  • 28% pour les bénéfices compris entre 38 120€ et 500 000€
  • 31% pour les bénéfices supérieurs à 500 000€

 

Pour les sociétés dont le chiffre d'affaires est supérieur à 7,63 M€, le taux d'IS pour 2019 est de : 

  • 28% pour les bénéfices compris entre 0€ et 500 000€
  • 33,1/3% pour les bénéfices supérieurs à 500 000€

 

Cette baisse progressive de l'impôt sur les sociétés tend à atteindre le taux de 25% d'ici 2022.   

La SARL comme la SAS sont soumises à l'impôt sur les sociétés.

  • Les bénéfices de la société sont imposés au taux réduit de 15% pour les 38120 premiers euros, puis à 33,33% pour la partie supérieure.
  • C’est bien la société, et non les associés, qui paie l’impôt.
  • La rémunération versée au(x) dirigeant(s) est bien déduite du chiffre d’affaire, et ne rentre pas dans le bénéfice imposable à l’IS.
  • Sur option,

    la SAS comme la SARL peuvent opter pour une imposition à l’IR, si elles ont moins de 5 ans, et pour cinq années maximum. Plus précisément, SAS et SARL peuvent opter pour le régime de l’impôt sur le revenu si tant est que la société n’est pas cotée, que celle-ci exerce à titre principal une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale. Elle doit employer moins cinquante salariés et avoir réalisé un chiffre d’affaires annuel ou un total de bilan inférieur à 10 millions d’euros au cours de l’exercice. Le capital et les droits de vote doivent être détenus à hauteur de 50% au moins par des personnes physiques, et à hauteur de 34% au moins par un ou plusieurs dirigeants ainsi que par les membres de leur foyer fiscal. Le régime particulier de la SARL de famille, toutefois, permet d'être imposé à l'IR de façon indéfinie. En revanche, cette option doit être exercée à l’unanimité des associés. En effet, ce changement de régime fiscal emporte augmentation des engagements des associés, d’où la nécessité que ces derniers y consentent.

 

3/ SAS ou SARL : régime social du dirigeant/gérant

 

Impact sur le régime social du dirigeant de la SARL et de la SAS

Le choix de la forme sociétaire est bien souvent dicté par considérations tenant au statut fiscal et social des dirigeants. L’une des principales différences entre l’EURL et la SASU est le régime social du dirigeant de la société :

Avec la SARL, le gérant majoritaire est un travailleur non salarié (TNS) affilié au RSI. Pendant longtemps , les gérants majoritaires de SARL ont été exclu de certaines bénéfices. Sur le plan fiscal, gérants majoritaires et gérants minoritaires sont désormais logés à la même enseigne, ils bénéficient les uns et les autres des avantages du régime des salariés. Au regard de la Sécurité Sociale, les gérants minoritaires bénéficient du régime des salariés tandis que les gérants majoritaires sont soumis au régime des travailleurs indépendants. Mais la différence est légère et tend à s’estomper avec la fusion définitive des régimes.

Le gérant est considéré comme gérant majoritaire si la somme de ses parts sociales, de celles de ses enfants mineurs, de son partenaire (PACS) ou de son conjoint, des co-gérants et des sociétés qu'il contrôle lui même, est supérieure à 50% de la totalité des parts sociales de la SARL. Ainsi, un gérant détenant 1% des parts sociales, dont la femme détient 25% des parts sociales et dont le co-gérant détient 25% des parts sociales, est considéré comme gérant majoritaire !

 

Cette affiliation a de nombreuses conséquences :

  • Les rémunérations mensuelles versées au gérant majoritaire sont soumises à des cotisations sociales s'élevant à 45% du net (ou environ 31% du brut).
  • Ces cotisations sociales de l’année N sont calculées sur la base des rémunérations versées en N-2. Vous avez donc un différé de trésorerie à gérer.
  • Les dividendes éventuellement versés au gérant majoritaire sont pour la plupart soumis à des cotisations sociales de 45%.
  • Même dans le cas où vous ne verseriez pas ou peu de rémunération au dirigeant, la société aurait des cotisations minimales à payer ! Si vous ne pensez pas le rémunérer immédiatement, l’EURL n’est donc peut être pas la meilleure option.
  • La couverture sociale offerte par le RSI au gérant majoritaire est moins importante que celle dont bénéficient les affiliés au régime général de la sécurité sociale.

Dans le cas de la SAS, le président est un dirigeant assimilé-salarié affilié au régime général. En effet, la SAS étant assimilée fiscalement à la SA, le président et les autres dirigeants exerçant des fonctions analogues à celle de dirigeants de SA sont, sur le plan du statut social, assimilés à des salariés quant à l’imposition de leur rémunération. Quant au régime de protection sociale, les dirigeants sont affiliés au régime général de la Sécurité Sociale, ce qui les place, comme le président et le directeur général dans la SA, dans la confortable situation des salariés, protection contre le chômage en moins. Lisez notre article pour savoir comment optimiser la rémunération du dirigeant de SAS.

Ce sera le cas quelque soit le dirigeant de la SAS. Attention, est également assimilé salarié affilié au régime général le gérant égalitaire ou minoritaire de la SARL (c'est à dire qui n'est pas majoritaire).

 

Cette affiliation a plusieurs conséquences :

  • Les rémunérations mensuelles versées au dirigeant sont soumises à des cotisations sociales s'élevant à 82% du net.
  • Ces cotisations sociales de l’année N sont calculées sur la base des rémunérations versées l’année N. Vous n’avez donc pas de différé de trésorerie à gérer.
  • Les dividendes éventuellement versés au dirigeant sont soumis à des cotisations sociales de 15,5%.
  • Les cotisations sont proportionnelles à la rémunération du dirigeant : si la société ne lui verse pas ou peu de rémunération, elle ne versera pas ou peu de cotisations !
  • La couverture sociale dont bénéficient les affiliés au régime général de la sécurité sociale est plus importante que celle dont bénéficient les RSI.

 

Le régime des indépendants est le régime dont dépendent les gérants de SARL, mais aussi les entrepreneurs individuels (EI, micro-entrepreneurs) pour les caisses maladie et vieillesse. Les barèmes des cotisations des indépendants ne seront pas alignés sur celui des salariés du secteur privé. Les prestations ne seront pas non plus modifiées que ce soit en termes de retraite, d’indemnités journalières ou d’invalidité. 

 

Le régime général des assimilés salariés 

Sont assujettis au régime général :

  • le gérant non associé, le gérant minoritaire (possédant directement ou indirectement moins de 50% du capital social) et le gérant égalitaire de SARL ;
  • le président, le directeur général et le directeur général délégué de SAS.
Le traitement de la rémunération

Dans ce cadre, le dirigeant cotise pour la part salariale et la société pour la part patronale. Le montant de ces cotisations est bien plus important que celles versées dans le cadre du régime TNS. Cependant, ces cotisations sociales ne sont assises que sur les rémunérations.

 

Le régime des indépendants (régime des travailleurs non-salariés)

Sont assujettis au régime social des indépendants :

  • le gérant associé unique d'une EURL ;
  • le gérant majoritaire (possédant plus de 50% du capital social) d'une SARL.

Il est à noter que même s'il n'est pas rémunéré, le gérant associé est tenu de cotiser sur une base annuelle minimale.

 

Comparaison en matière de remboursement de frais de santé, des régimes quasi-similaires

Les deux régimes sont identiques de ce point de vue. Les dirigeants ont ainsi toujours la nécessité de recourir à une assurance complémentaire de santé, quel que soit le régime social envisagé. 

 

Comparaison en matière de prévoyance (régime de retraite), la SARL est plus flexible

Le dirigeant soumis au régime social des assimilés salariés supporte des cotisations de retraite obligatoire bien plus fortes que le dirigeant TNS. Le dirigeant assimilé salarié est donc soumis à un régime de retraite global onéreux, dont il n’a pas la maîtrise.

Le régime obligatoire des dirigeants TNS est quant à lui bien moins onéreux. Cela permet d’affecter une somme plus importante aux régimes de retraites par capitalisation (régime MADELIN) ou de placer les disponibilités différemment (investissement immobilier, comptes rémunérés ou autres).

 

Comparaison du régime de la transmission des parts ou actions : la SAS reste bien plus avantageuse

Lorsque la problématique de la transmission de la société vient à se poser, l’avantage est indéniablement donné à la SAS. En effet, la transmission d’actions de SAS demande un formalisme moindre et reste soumise à une fiscalité bien moins importante que la transmission de parts sociales d’une SARL.

Les cessions de parts sociales de SARL sont par principe soumises à des droits d’enregistrement à hauteur de 3%, après l’application d’un abattement égal à 23000€ x nombres de parts cédées / nombre total de parts de la société.

La cession d’actions de SAS est soumise à des droits d’enregistrement dont le taux est égal à 0,1% du prix de vente des actions. Bien évidemment, si cette cession fait apparaître une plus-value, celle-ci sera imposée dans la catégorie des plus-values de cession de valeurs mobilières et de droits sociaux.

 

4/ Les différences SAS et SARL : versements en salaire vs dividendes

 

La manière de rémunérer le ou les dirigeants de la société est également un critère important dans le choix de son statut juridique.

  • Si vous souhaitez rémunérer majoritairement le dirigeant sous forme de versements mensuels, la SARL supporte moins de charges sociales. Attention cependant, moins de charges sociales = moins de protection sociale !
  • Si vous privilégiez plutôt les dividendes, la SAS est toute indiquée.
  • Si vous souhaitez attirer les investisseurs, privilégiez la SAS. Dans le cas contraire, la SARL pourrait tout à fait suffire.

 

Pour avoir une simulation financière du coût de la rémunération du dirigeant en fonction de votre choix de forme sociale, lisez notre article dédié au calcul du salaire du gérant en SARL !

 

5/ Souplesse d'organisation et perspectives d'évolution de la SAS ou de la SARL

 

Outre l'impact social, le choix de la forme de votre société doit également être fait en fonction de vos ambitions.

La SARL est une société modeste, dont la majeure partie des règles de fonctionnement et d'organisation sont déterminées par la loi. Tout type d’activité peut être exercé en constituant une société SARL, les règles de création d'une SARL ne présentent pas d’originalité particulière. Des statuts doivent être rédigés dans lesquels, l’objet social prend une importance toute particulière. Les perspectives d’évolution de la SARL sont restreintes (nombre limité d’associés, difficultés dans l'émission d’obligations, impossibilité d’offrir des titres au public, absence d'émission possible de BSPCE) et son manque de souplesse n’attire pas les investisseurs, sauf à la changer par la suite pour devenir une SAS, ou rédiger un pacte d'associés.

Pour autant, si vous n'avez pas l'ambition de toujours rechercher la croissance, les carcans légaux dans lesquels la société à responsabilité limitée est enserrée peuvent être une source de confort, et son fonctionnement n’en est que plus simple, à défaut d’être sur-mesure. La SARL reste l’outil idéal pour se mettre à son compte.

La SAS est LA forme de société adaptée aux start up. Voici quelques conseils pour la création de votre SAS. Elle bénéficie de ce que l’on appelle la liberté statutaire, c’est à dire que la loi a laissé énormément de liberté aux associés pour définir le fonctionnement et l’organisation de la société. Vous pouvez donc associer officiellement à vos prises de décision des personnes tierces à la société, comme un inventeur ou un investisseur…

Cette grande malléabilité, ajoutée à la possibilité d’émettre des obligations, d’offrir des titres à des cercles restreints d’investisseurs, d’émettre des BSPCE… fait de la SAS le tremplin des projets ambitieux.

 

6/ Conclusion : le choix entre SAS et SARL ?

 

Au vu de ces éléments, la SARL reste adaptée et avantageuse pour la grande majorité des activités, elle ne doit donc pas être délaissée au profit de la SAS. Certes, la SAS possède aussi de nombreux avantages, notamment en matière d’ingénierie sociétaire et financière, permise par la rédaction très libre des statuts de SAS.

Cependant, lorsque les problématiques du financement auprès d’investisseurs privés ou de la transmission de la société ne sont pas en ligne de mire, la SARL reste généralement la solution la plus adaptée.

Nous sommes bien évidemment à votre disposition afin de réaliser une étude fiscale et sociale de votre situation, afin de vous permettre d’arbitrer entre ces deux formes sociales. Captain Contrat vous accompagne pour créer votre entreprise, qu'il s'agisse d'une SAS ou d'une SARL.

Si vous souhaitez affiner votre projet, n'hésitez pas à consulter ces autres articles : 

 

 
✍️ En résumé
  • Il n’existe aucune différence entre la SAS et la SARL s’agissant de l’obligation de rédiger des statuts, de la qualité des associés, de la durée de vie de la société, des activités réalisables et des apports.
  • Les formalités à fournir pour la création d’une SAS ou d’une SARL sont quasiment identiques. Toutefois, dans une SAS, le capital social est réparti en actions qui peuvent être de catégories différentes alors que dans une SARL il est réparti en parts sociales de même catégories.
  • Les SAS et les SARL sont toutes deux des entreprises à responsabilité limitées : les associés ne sont tenus des dettes sociales qu’à concurrence de leur apport.
  • Les SAS comme les SARL sont soumises à l’impôt sur les sociétés mais peuvent opter pour l’impôt sur le revenu.
  • Si vous souhaitez attirer les investisseurs, privilégiez la SAS. Dans le cas contraire, la SARL peut tout à fait suffire.

 

Amélie Gautier
Écrit par Amélie Gautier
Diplômée d'un Master II en droit des affaires de l'Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines, Amélie est responsable du contenu juridique de Captain Contrat depuis 2017.
Un doute sur la forme juridique adaptée à votre projet ? 🤔
simulateur forme juridique
Notre questionnaire en ligne est là pour vous aider.
Faire le test

Besoin d’aide ?

Tatiana - photo rappel sales (blog)
Nos coachs entrepreneuriaux sont à votre écoute
Besoin de conseils sur votre projet ? De poser toutes vos questions de vive-voix ? Contactez-nous 🙂
Prendre un rendez-vous

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

1 min
Quelle différence entre société et entreprise ?

Quelle est la différence entre une entreprise individuelle et une société ? Découvrez notre tableau comparatif des avantages et inconvénients.

4 min
Rénumération du gérant de SARL ou du dirigeant de SAS

La rémunération du gérant de SARL ou du dirigeant de SAS est un élément primordial pour tout entrepreneur qui se lance ou souhaite optimiser sa rémunération. Quelles sont les spécificités ?

4 min
EURL ou SARL : quelle différence entre ces deux formes juridiques ?

Découvrez les différences entre SARL et EURL : régime social, fiscal, clauses particulières, gérance. On vous explique tout.

10 min
Forme juridique d'une entreprise : faites le bon choix (2022)

Comment bien choisir la forme juridique de son entreprise ? Découvrez comment selectionner la forme correcte pour votré société.

8 min
TNS : le régime des travailleurs non-salariés : définition et fonctionnement

Assurance chômage, affiliations obligatoires, taux des cotisations... Découvrez comment choisir entre le statut TNS ou celui d'assimilé-salarié.

4 min
EIRL ou auto-entrepreneur : quel statut choisir ?

EIRL ou auto-entrepreneur : comment choisir ? Depuis la loi du 14 février 2022, l'EIRL n'existe plus. Toutefois, les questions se posent entre le statut de micro-entrepreneur ou d'entreprise individuelle classique

3 min
Statut juridique définition : comment faire le bon choix ?

Le choix du statut juridique ou de la forme juridique est une étape cruciale pour créer votre entreprise / société. Mais comment faire ce choix ? Entreprise individuelle ou société ? Le point ici

3 min
Tout savoir sur le statut d’intermittent du spectacle

Découvre notre fiche pratique sur le statut d'intermittent du spectacle, le CDD d'intermittent du spectacle et les obligations qui s'y rattachent !

5 min
Le statut d'apporteur d'affaires : comment choisir ?

L'apporteur d'affaires joue un rôle non négligeable dans les relations commerciales, comprendre son statut permet de mieux appréhender son spectre d'actions. Libre et à son compte, cet article vous dit tout sur le statut de cet intermédiaire indispensable dans le jeu des négociations

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier