Financer un projet : Le Crowdfunding est fait pour vous !

par
5
Modifier le capital social de ma société
Modifier le capital social de ma société

Sommaire

  1. Qu’est-ce que le crowdfunding ?
  2. Quels sont les différents types de crowdfunding ?
  3. Crowdfunding : quelles sont les règlementations ?
Modifier le capital social de ma société

Le crowdfunding est sur toutes les lèvres. Et c’est loin d’être un phénomène éphémère. Entre 2015 et 2016, ce nouveau mode de financement a fait un bon de 40 % en récoltant 233,8 millions d’euros (selon le baromètre 2016 de KPMG). Il couvre aujourd’hui de plus en plus de domaines, à savoir le financement des projets entrepreneuriaux, sportifs, culturels, immobiliers, environnementaux, etc. De quoi s’agit-il plus précisément ? Découvrez notre rubrique complète sur le crowdfunding.

Qu’est-ce que le crowdfunding ?

 

Le crowdfunding que l’on traduit par financement participatif est un mode de collecte de fonds permettant à plusieurs personnes ou entités, appelées contributeurs, de choisir de participer au financement d’un projet via une plateforme.

Totalement novateur, le crowdfunding permet aux porteurs de projet de se libérer des acteurs traditionnels que sont les banques, de faire connaitre leur entreprise rapidement, donc de gagner en notoriété, et de bénéficier d’un accompagnement tout au long de l’élaboration de leur projet.

Les contributeurs, quant à eux, peuvent recevoir des contreparties en fonction du montant de leur apport.

Quels sont les différents types de crowdfunding ?

 

Le don ou crowdgiving 

Le don sans contrepartie

Egalement appelé donation-based crowdfunding, le don sans contrepartie consiste à donner une somme d’argent sans rien en retour ni financier ni en nature. C’est généralement le mode de financement des projets solidaires portés par des associations ou de simples citoyens.

Le don avec contrepartie

Dans le cas où une personne donne une somme en échange d’une récompense non financière, c’est ce qu’on appelle un don avec contrepartie ou reward-based crowdfunding. La récompense peut être un cadeau symbolique (t-shirt à l’effigie de l’entreprise, carte de remerciement…) ou plus conséquent comme la livraison du produit qui a fait l’objet de la campagne en avant-première.

L’equity crowdfunding

L’equity ou investissement en capital est une forme de crowdfunding où les personnes participant à l’élaboration du projet deviennent actionnaires dans l’entreprise ou par le biais d’une holding qui représente l’ensemble des investisseurs. Les actionnaires disposent ainsi d’un droit de regard, d’un droit de vote, et surtout d’un droit aux bénéfices futurs (dividendes, plus-value…). Toutefois, il faut noter qu’il n’existe pas de garanties sur le versement de ces contreparties financières.

Le prêt ou crowdlending

Pour ce type de crowdfunding, on fait référence aux plateformes de prêts, autrement dit, le crowdlending est un système de crédit qui ne passe pas par la banque. En effet, l’emprunteur s’adresse à une multitude de prêteurs par le biais de la plateforme. Ces derniers vont prêter une certaine somme pour soutenir un projet, en contrepartie d’un taux d’intérêt et du remboursement de capital à échéance.

Les prêts sans rémunération

Fonctionnant comme des microcrédits à taux zéro, les prêts sans rémunération consistent à rembourser les prêteurs à l’issue de la réalisation du projet, sans récupérer un profit financier. 

Les prêts rémunérés

Dans le cas de prêts rémunérés, les prêteurs se substituent aux intermédiaires bancaires pour prêter une somme sans caution ni garantie. Donc, ils seront rémunérés régulièrement sur la base du taux d’intérêt fixé à l’avance.

Crowdfunding : quelles sont les règlementations ?

 

Le crowdfunding est réglementé depuis 2014 par l’Ordonnance n° 2014-559 du 30 mai 2014 relative au financement participatif.

Cette loi, qui réduit un peu le monopole bancaire, a créé les statuts de Conseiller en investissement participatif (CIP) et d’Intermédiaire en financement participatif (IFP). Pour exercer, les plateformes doivent donc opter pour l’un de ces statuts.

En effet, le crowdfunding est considéré comme un investissement risqué. De ce fait, les plateformes doivent être agréées par les organismes comme l’Autorité des marchés financiers (AMF) ou l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). De plus, elles doivent justifier d’un statut règlementé selon la nature de financement.

Souvent source de contrainte pour certaines plateformes, la première règle identique à celle des établissements bancaires est la règle prudentielle. Il est important d’identifier le financeur, en lui demandant de fournir des justificatifs d’identité, de domicile, etc. Et ce, afin de lutter contre les blanchiments ou les actes terroristes.

Amélie Gautier

Écrit par

Amélie Gautier

Diplômée d'un Master en droit des affaires et passionnée par le monde de l'entreprise, Amélie s'efforce de rendre accessible les informations juridiques nécessaires aux entrepreneurs tout au long de leurs projets.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Startup : comment faire une levée de fonds ?

Vous souhaitez procéder à une levée de fonds ? Mais vous vous interrogez sur le fonctionnement ...

Me David Smadja

Me David Smadja

Le guide ultime pour lever des fonds par Me Hossenbaccus

Internet regorge de guides et d’articles sur la levée de fonds. Alors pourquoi publier un énième ...

Me Sabine Hossenbaccus

Me Sabine Hossenbaccus

Adjonction d’activité : quelles sont les démarches à remplir ?

Une entreprise vit et évolue au fil du temps. Pour répondre à l’évolution du marché, les sociétés ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Initial Coin Offering (ICO) : comment faire une levée de fonds en crypto-actifs ?

Depuis l’envolée des cryptomonnaies (en avril 2021, la capitalisation boursière de ce marché ...

Me Amélie Robine

Me Amélie Robine

Capacité d’auto-financement : quelle différence avec le cash flow ?

Lors de la prise de décision pour un investissement quelqu'il soit, le chef d'entreprise doit ...

Maxime

Maxime

Mandataire social et associé : comment les distinguer ?

Les mandataires sociaux et les associés sont deux acteurs incontournables dans la vie d’une ...

Maxime

Maxime

Coup d'accordéon : l'importance de se faire accompagner par un avocat

En cours de vie sociale, certains événements comme une forte croissance de l'activité ou au ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Quelles formalités juridiques pour lever des fonds ?

Les entreprises font tôt ou tard quasiment toujours face à un important besoin de financement, ...

Maxime

Maxime

Entrée ou sortie de nouveaux investisseurs : comment gérer ?

Pour des questions de développement et notamment de financement, les fondateurs d’entreprises ...

Maxime

Maxime

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier