1. Préparer sa création d'entreprise
  2. Financement
  3. Les solutions pour financer une nouvelle entreprise

Les solutions pour financer une nouvelle entreprise

Je crée mon entreprise
Je crée mon entreprise
Amélie Gautier
Écrit par Amélie Gautier

Diplômée d'un Master II en droit des affaires de l'Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines, Amélie est responsable du contenu juridique de Captain Contrat depuis 2017.


Vous envisagez de lancer votre entreprise ou vous souhaitez développer votre activité ? Créer son entreprise implique de trouver et obtenir des financements.

Aides publiques, prêts, crowdfunding, business angels, etc. les sources de financements pour les sociétés sont nombreuses. Mais comment choisir le bon interlocuteur et obtenir rapidement votre financement ?  Comment créer son entreprise et choisir les financements adaptés ? Quels sont les prêts disponibles pour créer son entreprise ? 

Découvrez dans ce dossier un premier échantillon de solutions pour financer son entreprise, les conditions pour y accéder et leurs avantages respectifs. 

 


1. L’apport personnel

 

L'apport personnel à la création de la société est l'une des méthodes de financement les plus connues et les plus simple à mettre en place. Elle ne nécessite pas d'interlocuteurs tiers.

Il va sans dire qu’avoir un minimum de fonds (un montant qui couvre les frais de démarrage) est un atout quand on veut créer ou développer son entreprise, surtout si l’on est obligé de solliciter des prêts. Ainsi monter son entreprise sans argent n'est pas vraiment réalisable. Bien que certaines formes juridiques imposent un minimum de 1 euros de capital social, des frais seront à prévoir et un certains niveau d'apport sera indispensable pour assurer la confiance de vos prochains collaborateurs. 

De plus, il rend le projet plus crédible auprès des éventuels futurs bailleurs, fournisseurs et partenaires. Mais l'apport personnel n'est pas la seule solution pour lancer votre projet. Des solutions alternatives existent. 

 

2. La love money

 

La love money ou littéralement "l’argent de l’amour" en français est une source de financement sollicitée auprès de sa famille, de ses amis… Les apports peuvent être conséquents à condition de savoir vendre son projet. Par ailleurs, la niche fiscale "Madelin" ou IR-PME permet au particulier qui investit dans la création d’une TPE/PME de bénéficier d’un abattement fiscal de 18% du montant investi. Cet avantage fiscal est un outil de persuasion décisif.

Par ailleurs, cette participation des proches peut avoir un effet de levier auprès des banques. En effet, c'est un gage de confiance permettant aux banques d'accorder plus facilement un prêt pour financer votre entreprise. 

 

3. Les aides et les subventions

 

✏️ À noter
  • Bénéficiaires : à compter du 1er janvier 2019, l'ACCRE devient « Exonération de début d’activité de création ou reprise d’entreprise » (ACRE). Elle est étendue à l'ensemble des créateurs et repreneurs d'entreprise contrôlant effectivement l'entreprise (sous réserve de ne pas dépasser 40 000 € de chiffre d'affaires la première année d'activité).
  • Formalités : désormais, aucune demande ne sera à effectuer pour bénéficier de l'ACRE.

    Notez toutefois, que des vérifications a posteriori sont susceptibles d’être effectuées, par demande écrite ou dans le cadre d’une procédure de contrôle.

  • Exonérations : le bénéficiaire de l’ACRE obtient l'exonération de certaines cotisations sociales pendant une période de 12 mois. Les micro-entrepreneurs peuvent bénéficier, d’un prolongement de l’aide pendant 24 mois.

    L’exonération ACRE s’applique sur les cotisations des assurances maladie, maternité, vieillesse, veuvage, invalidité et décès et sur les allocations familiales dues aux régimes auxquels ils sont nouvellement affiliés. 

 

L'ACRE expliquée en 2 minutes et en vidéo

 

 

 

Les autres aides disponibles 

 

Les aides 

 

Les aides sont octroyées par l’État, les collectivités locales (région, département, mairie…) ou des organismes indépendants. Ainsi, il existe de nombreuses organisations ou structures d'accompagnement à la création d'entreprise dont la mission est justement de vous aider. Elles se présentent sous forme :

  • de prêts à moyen ou à long terme ou de prêts d’honneur sans garantie, sans caution et sans intérêt (ou au taux très bas) destinés à couvrir les besoins non physiques d’une entreprise (trésorerie initiale, fonds de roulement…). Leur remboursement varie souvent entre 2 et 5 ans avec une possibilité de différé de 6 mois dans certains cas. A noter que le de prêt pour la création d’entreprises ou PCE à laisser sa place le 1er avril 2015 à la garantie création de la BPI France. ;
  • d’aides fiscales octroyées par l’État ;
  • ou de cautionnement, comme c’est le cas de BPI France qui se porte garant en faveur de l’entrepreneur. 

 

 

✏️ À noter

Il existe des aides spécifiques pour certains profils d'entrepreneurs. Par exemple, il existe tout un réseau d'aide pour les femmes entrepreneurs. Si vous êtes une femme, n'hésitez pas à vous renseigner sur les aides à la création d'entreprise destinées aux femmes

De même, créer son entreprise quand on est jeune, ouvre droit à certaines aides pour les profils de jeunes entrepreneurs étudiants par exemple. Renseignez-vous sur vos droits.

 

Les subventions 

    •  

 

Les subventions (crédit impôt recherche, crédit innovation, subventions de l’Union européenne) quant à elles émanent du gouvernement français, de l’Union européenne ou des organismes spécialisés comme les fondations.

Il existe des subventions à la création d'entreprise ou destinées à des entreprises existantes, ce à certaines conditions. Ces dernières doivent notamment employer moins de 250 salariés et réaliser un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions €.

Les subventions diffèrent selon les régions et départements. Ainsi, par exemple, si vous souhaitez vous lancer en région parisienne, renseignez-vous sur les subventions pour la création d'entreprise en Ile-de-France. 

Les demandes de subvention à la création d'entreprise sont longues et difficiles, ainsi il faut s’armer de patience. Cependant il ne faut pas minimiser leur importance pour la recherche d’éventuels investisseurs.

 

4. Les business angels

 

Le business angel est un généralement un cadre d'entreprise (en activité ou retraité) qui décide d'investir dans un projet qu’il juge viable. Outre son apport financier, il donne gratuitement des conseils de gestion, de développement ainsi qu’un large réseau. En tant qu’actionnaire, il obtient une part dans les bénéfices.

Le business angel est généralement le profil d'investisseur pour les startups. La création d'une startup implique un certain budget. Ces coûts de création et de développement doivent être pris en compte. 

Le business angel va obtenir une participation au capital en échange des fonds apportés. Notez également qu'en tant que dirigeant ou ancien entrepreneur, le business angel est aussi un atout pour délivrer des conseils au stade de la création d'entreprise et de son développement. 

 

 

5. Le crédit professionnel

 

Le crédit professionnel est un prêt bancaire destiné aux professionnels (professions libérales, TPE, autoentrepreneurs, associations, artisans, commerçants, agriculteurs) pour couvrir leurs besoins en :

  • Équipements : achat de matériels, de machines
  • Immobilier : acquisition de locaux, de bureaux en état futur d’achèvement, de terrains ou de défiscalisation
  • Trésorerie : fond de roulement, augmentation de capital, reprise de sociétés
    •  

 

Le versement peut être effectué en une seule fois ou en plusieurs échelons selon la nature du besoin. Le remboursement commence dès que tous les fonds ont été versés et peut s’étaler sur 10 ans en fonction de la banque. Il est toujours possible d’effectuer un remboursement anticipé moyennant des indemnités.

 

6. L’affacturage

 

Destinée aux entreprises déjà en place, cette forme de crédit professionnel consiste à demander à un factor (société financière) d’acheter les dettes des clients afin de disposer immédiatement d’une trésorerie. Le factor prélève une commission d’affacturage (entre 0,5 à 2,5 %) et une commission de financement pouvant atteindre 3 % du montant des créances. 

 

7. Le leasing

 

Le leasing ou crédit-bail est un contrat qui lie un entrepreneur à une société de leasing. Cette dernière achète un bien meuble ou immeuble et l’entreprise peut l’utiliser à son gré moyennant un loyer mensuel. À la fin du contrat, l’entrepreneur a trois choix :

      • Restituer le bien à la société de leasing
      • Renouveler le contrat
      • Acheter le bien en payant la valeur résiduelle

 

Il s’adresse à l'entrepreneur qui souhaite financer son entreprise pour élargir ses activités, renouveler son matériel ou un véhicule, etc.

 

8. Le crowdfunding

 

Le crowdfunding ou financement participatif consiste à lever des fonds sur internet via une plateforme de crowdfunding (une commission comprise entre 5 et 12 % du montant récolté est prélevée en cas de succès). Pour un porteur de projet, il permet de récolter des sommes plus ou moins importantes en limitant la prise de risque. En fonction du nombre de contributeurs, on peut d’ores et déjà avoir une idée de l’avenir de son entreprise ou de son nouveau produit. Pour le contributeur, son investissement est transparent, autrement dit il sait exactement à quoi sert l'argent investit. 

Le crowdfunding revêt trois formes : le don, le prêt et l’investissement.

 

9. Le crowdlending

 

Le crowdlending consiste à récolter des fonds, toujours sur une plateforme de financement participatif, sous forme de prêt. Cette forme de crowdfunding est celle qui a connu la plus impressionnante progression. Il faut dire qu’avec un taux d’intérêt avoisinant les 9 %, les investisseurs ne manquent pas.

 

10. Le compte courant d’associés

 

Pour pallier au manque de liquidités, lancer une nouvelle activité ou étendre son objet social, le compte courant d’associés est l’une des formes de financement les plus avantageuses pour l’entreprise. Les associés financent celle-ci, soit en déposant des fonds propres, soit en renonçant temporairement à leurs dividendes ou à leurs rémunérations. Dans les deux cas, l’opération est inscrite au passif du bilan de l’entreprise et les intérêts sont déductibles du résultat fiscal.

 

11. Conclusion : les points à retenir 

 

 
✍️ En résumé
  • La création d'une entreprise ou d'une société implique des coûts et nécessite d'avoir un certain budget. Bien que la plupart des formes juridiques n'imposent qu'un minimum d'un euro au capital social, cette pratique reste peu recommandée pour la sécurité et la viabilité de votre société mais aussi pour la crédibilité et l'image renvoyée à vos partenaires. 
  • Plusieurs modes de financement existent pour créer une entreprise et la développer 
  • L'apport personnel est le moyen le plus connu pour financer un projet de création. Mais des aides, subventions, aides privées, business angel, etc. existent pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets. 

 

Captain Contrat propose un service en ligne, à la fois simple et pratique, pour réaliser les démarches nécessaires à la création de votre entreprise. Nos équipes seront là pour vous guider tout au long de vos démarches.
 

Besoin d’aide ?

Tatiana - photo rappel sales (blog)
Nos coachs entrepreneuriaux sont à votre écoute
Besoin de conseils sur votre projet ? De poser toutes vos questions de vive-voix ? Contactez-nous 🙂
Prendre un rendez-vous

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

2 min
Comment renégocier son prêt d'entreprise ou faire racheter son crédit ?

Renégocier son prêt d'entreprise et faire racheter son scrédit sont de véritables coup de pouce pour le créateur d'entreprise. Découvrez comment faire.

4 min
7 subventions en Ile-de-France pour la création d’entreprise

Vous souhaitez créer votre entreprise et cherchez une subvention en Île-de-France ? Découvrez les 7 subventions auxquelles vous pourriez être éligible.

1 min
Crédit professionnel sans apport : comment obtenir le meilleur crédit ?

Découvrez nos conseils pour obtenir un crédit professionnel sans apport pour monter votre entreprise ou financer un projet professionnel...

4 min
Prêt d’honneur pour création d'entreprise

Découvrez le prêt d'honneur pour création d'entreprise, uneaide aux entrepreneurs leur permettant de bénéficier d'un crédit pour le lancement de leur projet.

3 min
Emprunt en SCI : les solutions pour financer sa SCI

Emprunt par la SCI ou apport des associés ? Que choisir ? Quelles sont les solutions de financement possibles lors de la création de votre SCI ? 

5 min
Le guide pour tout savoir sur le financement de la société

La création d'une société nécessite un investissement important, ainsi différentes sources de financement existent et permettent aux entrepreneurs de maximiser leurs chances. Il y a quatre sources de financement : interne, externe, bancaire et gouvernemental. Explications et détails sur chacune.

3 min
Cautionnement des dettes sociales pour le dirigeant

Le dirigeant est amené à demander une participation de la part d’un organisme de crédit. Quels conditions et risques du cautionnement des dettes sociales ?

4 min
Comment monter un dossier de financement ?

Monter un dossier de financement est essentiel pour créer une entreprise. Découvrez comment le constituer et où l'envoyer pour tenter d'obtenir des financements.

2 min
Refus de crédit professionnel, quelles alternatives ?

Que faire lorsqu'on est confronté à des refus de crédit ? Découvrez notre panorama des alternatives de financement à votre projet professionnel.

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier