Financement startup : comment trouver des subventions ?

par
5
Consulter Me Smadja

Sommaire

Vous avez une idée et souhaitez la développer en vous lançant dans l'entrepreneuriat en créant une « start-up ». Pour cela, vous allez rapidement devoir vous poser la question du financement de votre activité. Quelles sont les différentes sources de financement qui existent ?

Me Julie Smadja décrypte le sujet pour vous. 

 

1/ Le phénomène des start-up et la place de la France


En France, la valeur des investissements en capital-risque a quasiment triplé depuis 2015.

A la première place au sein de l’Union européenne et deuxième place en Europe (derrière le Royaume-Uni), se trouve la France qui se distingue par des entrepreneurs qui débordent d’idées et des ingénieurs de qualité.

Ceci se traduit dans la croissance des investissements en capital-risque qui s’est maintenue en 2020, en dépit de la crise sanitaire (+7 % à 5,4 Md€, soit environ 6,5 Md$).

Et les start-up françaises poursuivent leur croissance en 2021 : si les résultats du premier trimestre sont sensiblement identiques aux résultats de l’an passé (1,6 Md$), les startups tricolores ont en revanche battu leur record mensuel en mai 2021 (1,8 Md$), permettant l’apparition de nouvelles licornes (start-up valorisées à plus d’un milliards de dollars).

En France, les capitaux (19 Md$ investis entre 2016 et 2020) restent très majoritairement français pour les levées inférieures à 50 M$ et sont principalement d’origine européenne pour les levées de fonds plus importantes.

 

2/ Comment se préparer face aux investisseurs ?


L’intérêt de l'investisseur pour la startup 

Une startup n’est pas une entreprise comme une autre. Il s’agit d’une entreprise innovante à fort potentiel de croissance. C’est pourquoi la startup a besoin de financements et ce, dès son démarrage puis au cours de son développement afin de continuer de croître et se pérenniser. 

C’est là qu’entre en jeu la figure de l’investisseur. Un investisseur est une personne morale ou physique qui participe au capital social d’une société. Il constitue une aide financière majeure. Ce dernier acceptera de financer votre start-up s’il y voit un intérêt à terme afin de réaliser une plus-value dès lors que votre startup aura connu ses premiers succès.

 

Les étapes pour préparer une demande de financement 

La demande de financement auprès d’investisseurs demande du temps et de la préparation. Vous allez devoir monter un dossier juridique, financier, fiscal, comptable, etc., à l’aide d’un avocat spécialisé, pour le rassurer.

Avant tout, il est primordial de bien connaître votre produit et les perspectives de développement qu’il offre. Ainsi, votre business plan a une importance considérable dans la présentation que vous allez réaliser auprès des investisseurs. C’est un élément essentiel qui doit être clair, lisible et de nature à prouver la viabilité de votre projet. A cela s’ajoute l’importance de bien préparer votre pitch et de vous préparer aux questions éventuelles. 

Enfin, n’hésitez pas à vous poser les bonnes questions : pourquoi faites-vous une demande de financement ou une levée de fonds ? Avez-vous considéré toutes les possibilités de financement qui vous sont ouvertes ? Quels sont vos objectifs à court, moyen et long terme ? Quelle sera la conséquence de l’entrée au capital d’un investisseur ? 

 

Faire une demande de financement au bon moment

Une demande de financement, qu’il s’agisse d’une demande de prêt, de campagne de crowdfunding ou d’une levée de fonds, prend du temps. N’attendez pas d’être dans l’urgence pour agir et vous poser les bonnes questions. 

Que ce soit avec des investisseurs privés ou publics, des banquiers ou des organismes, il faut connaître à l’avance les critères spécifiques de chacun, l’historique des aides ou investissements qu’ils ont accordés, les domaines dans lesquels ils agissent de préférence et les stades de développement d’entreprises où ils interviennent.

Encore une fois, posez-vous les bonnes questions : à quelle étape de financement se situe votre startup ? Est-ce le bon moment pour faire cette demande de financement ? 

 

Valoriser votre société et identifier les bons investisseurs 

Contrairement à une société qui compte plusieurs années d’existence, la valorisation d’une jeune startup peut s’avérer plus complexe. Moins d’historique et des indicateurs de visibilité et de viabilité du projet moins aboutis. 

Cette étape peut donc s’avérer complexe avant de contacter les premiers investisseurs. N’hésitez pas à vous faire accompagner par des experts. 

Le recours à la banque est un moyen de financement classique.  Avoir le même banquier pour votre entreprise et à titre personnel peut sembler intéressant, mais c’est souvent un problème car le banquier sait tout de vous, et notamment de vos ressources personnelles. De plus, les banques ont des spécialités, des métriques et des méthodes différentes. Pour optimiser vos chances de réussite, il faut donc vous renseigner sur les banques.

Si vous souhaitez vous tourner vers des investisseurs privés, encore faut-il vous demander de quel type d’investisseur vous avez besoin : un investisseur impliqué dans votre activité (« hands in »), un investisseur qui surveille votre activité (« hands on ») ou un investisseur qui reste loin de la gestion et des décisions (« hands off »).

Sachez qu’un investisseur n’en exclut pas un autre : il peut être intéressant de multiplier les sources de financement, pour optimiser les chances de réussite de votre entreprise.

Enfin, retenez que vous pouvez avoir besoin d’investisseurs à des moments différents : ainsi, il est possible d’effectuer des levées de fonds successives, assorties de primes d’émission (qui sont de plus en plus élevées), mais aussi parallèlement (ou pas), d’obtenir un financement en échange d’actions mais aussi d’obligations convertibles en actions, de bons de souscription d’action et même de comptes courants d’associés.

Toutes ces différentes sources de financement vont vous amener à vous poser la question de savoir si vous souhaitez rester à tout prix majoritaire dans l’entreprise ou si vous acceptez de devenir minoritaire.

Dans tous les cas de financement, vous devez toujours demander et calculer les frais annexes (frais de dossier, frais d’avocats, taux d’intérêt, etc..). Tous ces frais annexes grèvent d’un pourcentage non négligeable l’argent emprunté ou reçu en fonds propres.

 

Penser à l’après 

Si vous envisagez de réaliser une levée de fonds, il est primordial de vous interroger en amont sur la l’organisation de la gouvernance que vous souhaitez instaurer dans votre pacte d’actionnaires. Quelle place et quels pouvoirs allez-vous accorder à vos investisseurs ? 

Dans le cadre d’une levée de fonds, la relation avec le fonds d’investissement n’est pas amenée à durer indéfiniment. Le fonds sera in fine amené à quitter la société. Il est important alors d’anticiper dès le début cette sortie notamment par le biais d’une clause de liquidité. Cette clause prévoit que dans X années, les associés se réuniront afin de discuter des modalités de sortie du fonds dans des conditions favorables pour les parties. 

 

3/ Les différents types d’investissements


Vous avez votre idée, votre projet se construit : en général, vous aurez besoin de financements pour lancer votre entreprise et atteindre vos objectifs.

 

Les apports en fonds propres des associés et la love money 

Il s’agit de la première source de financement à votre disposition. Les associés peuvent réinjecter des fonds propres dans la société mais cela dépend bien entendu des capacités de financements des associés

Autre moyen d’obtenir des financements est de faire appel à vos proches et amis en leur demandant de s’impliquer dans le développement de votre startup. il s’agit de la “love money”. 

 

Le Crowdfunding

Après avoir fait le tour de votre entourage, l’un des premiers moyens de trouver un investisseur est le financement participatif (« crowdfunding »).

Ce mécanisme permet de mettre en relation les porteurs de projets (demandeurs de financement) avec un public large d’investisseurs à travers une plateforme internet. 

 

Les business Angels

Au début de votre activité, il peut aussi être très intéressant d’avoir affaire à un type d’investisseur dit « business angel » : c’est souvent un cadre d'entreprise en activité ou un ancien entrepreneur qui outre des moyens de financement, présente l’avantage d’avoir une réelle expérience de la vie entrepreneuriale. Il peut donc partager son carnet d'adresses et vous donner des conseils judicieux pour favoriser le développement de votre entreprise et la conduire à sa réussite.

 

La levée de fonds : capital amorçage et capital développement 

La levée de fonds est l’étape incontournable pour une grande majorité de startups. Le capital amorçage permet de lever des fonds au début de l’activité. Le capital développement intervient une fois l’activité de la startup lancée. 

La levée de fonds est une procédure lourde, complexe et surtout longue. Elle nécessite la rédaction d’une importante documentation juridique : lettre d’intention, term-sheet... N'hésitez pas à vous faire accompagner par un avocat spécialisé. 

 

Les différents prêts et aides

Une source d’investissement très connue est le prêt bancaire. Ce prêt bancaire peut parfois être couplé à une aide institutionnelle spécifique, souvent gérée par Bpifrance.

Outre Bpifrance, il existe divers autres organismes qui peuvent vous accompagner et vous financer (Initiative France, France Active, etc.) pour obtenir des prêts d’honneurs ou des prêts solidaires.

L’autre acteur important du secteur du financement des entreprises, à côté de Bpifrance, est « France Invest ». Notez que France Invest propose des formations dont le suivi peut être très intéressant.

 

Le crédit-bail 

Peu connu des start-ups, le crédit-bail est aussi un bon moyen de se financer au départ. Des immobilisations peuvent être financées entièrement par crédit-bail et ce dernier n’est pas à l’actif du bilan puisqu’il est un contrat de location avec option d’achat en fin de contrat. Un crédit-bail n’est pas une dette à long terme et donc, il ne pénalise pas le ratio « fonds propres »/endettement.

 

4/ L’Etat Français et la « start-up nation »


L’Etat Français a créé un fonds dédié aux startups de 10 milliards d’euros dont l’objectif est de « faciliter le réinvestissement dans les startups et dans l’innovation ». La gestion de ce fonds devrait être confiée à Bpifrance.

Par ailleurs, pour attirer les investisseurs étrangers, l’Etat a décidé de mettre en place le « French Tech Visa ». Il s’agit d’un visa qui permet aux investisseurs, créateurs et employés de startup et leurs familles, de s’installer en France pour une durée de 4 ans.

Enfin, outre les aides spécifiques pour les startups, il existe des aides gouvernementales à la création valables pour tous les types d’entreprise dont il faut vérifier si vous remplissez les conditions d’éligibilité (ACCRE, NACRE, ARCE, etc.) et qui peuvent permettre à l’investisseur de bénéficier d’un avantage fiscal.

 

Créer une entreprise, ce n’est pas seulement avoir une bonne idée pour se démarquer de la concurrence et trouver des clients. C’est aussi financer son activité et pour cela, trouver des investisseurs. Les possibilités de sources de financement sont diverses et multiples. C’est pourquoi l’accompagnement par un avocat spécialisé est plus que recommandé.

Me Julien Smadja

Écrit par

Me Julien Smadja

Diplômé en droit des affaires et fiscalité au sein de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Julien Smadja a exercé au sein de grandes entreprises françaises et internationales spécialisées en droit des affaires, avant de rejoindre DJS Avocats en qualité de collaborateur. Il intervient, tant en conseil qu’en contentieux, sur toutes les problématiques liées au droit des affaires, des nouvelles technologies et du RGPD

Posez votre question à Me Julien Smadja

Besoin d'accompagnement dans la création ou le développement de votre startup ? Contactez Me Smadja

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

PIA (Privacy impact assessment) : pourquoi réaliser cette étude ?

Le Privacy impact assessment (PIA) ou l'Étude d’impact sur la vie privée (EIVP) est une obligation ...

Me Julien Smadja

Me Julien Smadja

Pourquoi la SAS est le statut juridique de la startup ?

Votre idée ou concept voit le jour et vous vous interrogez sur le statut juridique à même de ...

Me Julien Smadja

Me Julien Smadja

La charte informatique : pourquoi la mettre en place ?

Les dirigeants d’entreprise ont récemment pris conscience que la protection de leur entreprise ...

Me Julien Smadja

Me Julien Smadja

Les CGV d’une agence web

On parle d’agence web pour désigner les métiers du secteur de la communication : des sociétés de ...

Me Julien Smadja

Me Julien Smadja

Le DPO est-il obligatoire pour votre entreprise ?

Avant même le 25 mai 2018, date de son entrée en application, l’ombre du Règlement Général sur la ...

Me Julien Smadja

Me Julien Smadja

La sensibilisation de l'entreprise au RGPD : une étape obligatoire

Le 14 avril 2016, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) a été adopté au sein de ...

Me Julien Smadja

Me Julien Smadja

Qu’est-ce qu’une charte/politique de confidentialité ?

En raison du fort développement des services en ligne, les données personnelles des utilisateurs ...

Me Julien Smadja

Me Julien Smadja

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier