Accord collectif : nouvelle procédure de révision pour les TPE en 2018

par
5
Consulter un avocat spécialisé

Sommaire

  1. Accord collectif : Nouvelles mesures de la réforme
  2. Procédure de révision et de dénonciation d’un accord collectif
  3. Quelques précisions
Consulter un avocat spécialisé

Cinq ordonnances ont été prises le 22 septembre dernier dans le cadre de la réforme du code de travail instaurée par Emmanuel Macron. Parmi elles, l’ordonnance n° 2017-1385 relative au renforcement de la négociation collective. Cette ordonnance qui consacre de nouvelles règles en matière de dénonciation et de révision des accords collectifs a été ratifiée par une nouvelle loi – la loi n° 2018-217 du 29 mars 2018 – validée le 21 mars 2018 par le conseil constitutionnel. Nous faisons ici le point sur ladite loi.

Accord collectif : Nouvelles mesures de la réforme

La loi n° 2018-217 du 29 mars 2018 encourage la négociation collective au sein des TPE. Elle modifie l’article L2232-21 du code du travail qui prévoit que « dans les entreprises dépourvues de délégué syndical et dont l'effectif habituel est inférieur à onze salariés, l'employeur peut proposer un projet d'accord ou un avenant de révision aux salariés, qui porte sur l'ensemble des thèmes ouverts à la négociation collective d'entreprise ».

Il en est de même pour les entreprises employant 20 salariés au plus. L’accord ainsi proposé pourra s’appliquer dès lors qu’il est approuvé par les deux tiers du personnel de l’entreprise.
À présent, le code de travail définit les conditions dans lesquelles peuvent être révisés ou dénoncés les accords collectifs au sein des entreprises concernées. C’est ce que nous abordons dans le paragraphe suivant.

Révision et dénonciation d'accords collectifs dans les TPE

Procédure de révision et de dénonciation d’un accord collectif

Pour réviser un accord collectif, l’employeur peut soumettre à ses salariés, un avenant de révision de l’accord en question. Il communique alors le projet d’avenant à tous les salariés et organise un référendum dans les quinze jours courant à compter de la communication. Si au cours du référendum, deux tiers du personnel de l’entreprise approuvent l’avenant de révision, alors celui-ci devient valide.

En ce qui concerne la dénonciation, les conditions sont en priorité définies par l’accord à dénoncer lui-même. Dans le cas où ce dernier ne prévoit aucune disposition relative aux conditions de sa dénonciation, cette dernière s’effectue conformément aux règles définies par le code de travail. Un employeur peut donc décider de dénoncer un accord collectif et notifier sa décision aux autres signataires de l’accord.

La décision de dénonciation peut également provenir des salariés. Mais dans ce cas, ils doivent obligatoirement représenter les deux tiers de l’ensemble des salariés et aussi notifier, par écrit et collectivement, leur décision à l’employeur. Par ailleurs, la loi prévoit que « la dénonciation à l'initiative des salariés ne peut avoir lieu que pendant un délai d'un mois avant chaque date anniversaire de la conclusion de l'accord ».
Lorsque des employeurs ou des salariés dénoncent un accord collectif, ils sont tenus d’informer le greffe du conseil de prud’hommes ainsi que la DIRECCTE – direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi – de leur décision.

Quelques précisions

Les règles énoncées ci-dessus s’appliquent à tous les accords collectifs, même ceux ayant été précédemment conclus avec un délégué syndical.

À partir du moment où l’entreprise ne dispose plus de délégué syndical et non plus de représentant élu du personnel, elle peut réviser ou dénoncer l’accord déjà conclu dès lors que son effectif diminue à 20 salariés ou moins.

Par ailleurs, que la dénonciation soit à l’initiative des salariés ou de l’employeur, l’accord continuera à produire ses effets jusqu’à ce qu’un accord de substitution soit conclu. À défaut d’un nouvel accord, celui dénoncé va produire ses effets pendant 15 mois (3 mois de préavis auxquels s’ajoute une période de survie de 12 mois).

Lorsqu’à l’issu des 15 mois, un accord de substitution n’est toujours pas conclu, les salariés « bénéficient d'une garantie de rémunération dont le montant annuel, pour une durée de travail équivalente à celle prévue par leur contrat de travail, ne peut être inférieur à la rémunération versée, en application de la convention ou de l'accord dénoncé » lors des douze derniers mois (article L2261-13 du code de travail).

En résumé, nous notons que les accords collectifs des TPE – qu’ils soient conclus avec des délégués syndicaux ou non – peuvent désormais faire l’objet de révision et de dénonciation.

La décision peut être prise aussi bien par les employés que par les salariés. Le code de travail prévoit la démarche à suivre dans chaque cas. Il est important d’observer les exigences prévues pour la validité de l’opération.

Maxime

Écrit par

Maxime

Après avoir travaillé en finance à l'international puis dans la grande distribution en France, Maxime est devenu dirigeant d'entreprise. En contact avec de nombreux entrepreneurs, sa mission est de simplifier l'accès au droit grâce au numérique et favoriser le développement de l'entrepreneuriat en France.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Accord de branche et convention collective : quelles différences ?

En droit social, il est fréquent d’entendre les termes «  accord de branche » et «  convention ...

Maxime

Maxime

Convention collective métallurgie : quel texte spécifique ?

Une convention collective est un texte réglementaire qui précise, pour une branche professionnelle ...

Maxime

Maxime

Accord d’entreprise et accord de branche, lequel prime sur l’autre ?

L’accord d’entreprise et l’accord de branche sont deux types de règlements encadrant le ...

Maxime

Maxime

La Convention collective des entreprises du bâtiment de plus de 10 salariés

Les conventions collectives sont un ensemble de règles complétant les dispositions de la loi et ...

Maxime

Maxime

Droit d’opposition à un accord collectif : quels sont les délais obligatoires ?

Parallèlement aux dispositions du code du travail, les chefs d’entreprises ont la possibilité de ...

Maxime

Maxime

Convention individuelle de forfait jours : quel fonctionnement ?

Le Code du travail prévoit trois types de conventions de forfait : la convention de forfait en ...

Maxime

Maxime

Accord d’entreprise : définition et fonctionnement

L’accord d’entreprise structure les conditions de travail comme les garanties sociales des salariés ...

Maxime

Maxime

Qu’est-ce qu’une convention collective ? Définition, principales conventions collectives et comment les identifier

En vertu du droit français, une entreprise constitue la mise en commun de synergies afin de ...

Maxime

Maxime

Comment changer de convention collective ?

Une convention collective est un accord définissant un ensemble de règles de droit (contrat de ...

Maxime

Maxime

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier