Vous êtes avocat ? 👋 Pour rejoindre notre réseau, c'est par ici !
  1. Créer son entreprise
  2. Les formalités
  3. Qu'est ce que la gérance de fait ?

Qu'est ce que la gérance de fait ?

Je crée mon entreprise
Je crée mon entreprise

La loi française établit clairement la notion de gérant de fait. Il s’agit d’une disposition importante qui vient encadrer une situation malheureusement fréquente au sein des sociétés et associations. Captain Contrat vous explique la notion de gérant de fait et ses implications en termes de responsabilité légale : un focus important pour ceux qui s’apprêtent à créer leur entreprise !

 


Qu’est-ce qu’un gérant de fait ?

 

L’article L. 245-16 du Code de commerce considère comme dirigeant de fait, toute personne qui a, de fait, exercé, directement ou par personne interposée, la direction, l’administration ou la gestion d’une entreprise sous couvert ou en lieu et place de ses représentants légaux.

La jurisprudence sur la gestion de fait est très abondante. Les tribunaux ont été amenés à constater dans de nombreuses affaires, quelle que soit la forme juridique de la structure, l’existence d’un dirigeant de fait : association, société anonyme à responsabilité limitée (SARL) ou encore société anonyme (SA). Cette situation constitue un viol manifeste du principe de non-immixtion dans la gestion d’une société ou d’une association.


Quelles sont les différences entre dirigeant de droit et dirigeant de fait ?

 

Le dirigeant de droit est la personne dûment désignée par les statuts d’une société pour la diriger. Son nom, prénom, date et lieu de naissance, nationalité, profession et domicile, sont ainsi déclarés au centre de formalité des entreprises (CFE) compétent pour les sociétés et en préfecture pour les associations.

A contrario, le dirigeant de fait n’est investi par aucun mandat social tout en exerçant de facto tout ou partie de la gestion de la structure. Il est le plus souvent reconnu à l’extérieur de cette dernière comme son représentant légitime.


Comment reconnaît-on un gérant de fait ?


Les situations où les tribunaux constatent l’existence d’un dirigeant de fait sont multiples et variées. Généralement, ce dernier s’avère être un salarié, un associé, un actionnaire de la société concernée ou même un prêteur. Néanmoins, il peut être un proche du dirigeant de droit, voire un client ou un fournisseur de cette dernière. Dans de nombreux cas, le dirigeant de fait s’avère être une personne sous le coup d’une interdiction qui s’est servie de son épouse comme prête-nom ! Dans les sociétés importantes, l’immixtion dans la gestion de la société est la plupart du temps réalisée par l’associé majoritaire ou par les organes de contrôle. Dans tous les cas, l’existence d’un dirigeant de fait, voulue, subie ou non détectée, constitue un risque grave pour la société ou l’association concernée.

 

✍️ Bon à savoir

 

Dans le cadre d’une cession d’entreprise, l’ex-dirigeant qui s’immisce dans la gestion de cette dernière peut être considéré comme dirigeant de fait. La période d’accompagnement du repreneur par le cédant doit par conséquent être parfaitement cadrée et limitée dans le temps afin d’éviter toute ambigüité. Il convient de prévoir cet accompagnement dans l’acte de cession. Ce dernier doit définir le statut de l’accompagnement, ses prérogatives et la durée précise de sa mission.


Quelles conséquences pour le gérant de fait et pour la société ?


L’absence de mandat social n’exonère pas le dirigeant de fait de ses responsabilités dans ses actes de gestion ou en matière de responsabilité civile. De même, la constatation par les juges de l’existence d’un dirigeant de fait, n’exonère pas le dirigeant de droit sa responsabilité ! Contrairement à une idée couramment répandue, l’existence d’un dirigeant de droit n’empêche nullement la recherche d’une autre responsabilité. Les juges ont le pouvoir d’apprécier les indices révélant l’existence d’un dirigeant de fait :

  • décisions d’embauches et de licenciements ;
  • engagements bancaires ;
  • signatures de documents administratifs et commerciaux :
  • signatures de contrat ;
  • négociations avec les partenaires ou la clientèle ;
  • réalisations d’acquisitions ou d’investissements.


Dans le cas d’une infraction aux lois régissant les sociétés commerciales, toute personne reconnue dirigeant de fait s’expose aux mêmes sanctions pénales que les dirigeants de droit. Sa responsabilité en cas de faute est alors engagée conformément aux dispositions prévues aux articles 1382 et 1383 du Code civil. La loi de sauvegarde des entreprises prévoit notamment la possibilité de poursuivre indifféremment dirigeant de fait et dirigeant de droit en faillite personnelle, en banqueroute ou en comblement de passif ! En outre, la requalification d’un salarié en dirigeant d’entreprise entraîne des conséquences fiscales non négligeables pour l’entreprise.

Il peut y avoir des conséquences sur le plan du droit du travail. La jurisprudence juge que la qualité de dirigeant de fait peut être retenue pour annuler l’existence d’un contrat de travail entre l’entreprise et lui. Ainsi, quand un dirigeant de fait soutient qu’il est un salarié de l’entreprise et doit profiter des allocations Pôle emploi, il doit prouver qu’il occupe des fonctions techniques subordonnées et se distinguant de la direction au sein de l’entreprise.


Quels sont les points d’attention pour éviter cette situation lors de la création de l’entreprise ?



L’immixtion et l’empiètement ont en cas de faute de gestion, voire de fraude, des conséquences pénales importantes. Au moment de créer votre société ou votre association, vous avez tout intérêt à vous prémunir de l’institution d’un dirigeant de fait. Quelques mesures simples y contribuent :

  • rédiger des statuts très clairs ;
  • répartir précisément les rôles entre le Conseil ou le Bureau d’administration et les dirigeants salariés ;
  • ne pas déléguer à un salarié les décisions d’embauche ou de licenciement ;
  • limiter la présence des personnes étrangères au Conseil ou au Bureau d’Administration au seul besoin consultatif ;
  • limiter les délégations de signature bancaire ;
  • rédiger les délégations de pouvoir et les limiter dans le temps ;
  • proscrire les rémunérations excessives des dirigeants salariés ;
  • réunir fréquemment le Conseil ou le Bureau d’Administration ;
  • exiger un compte rendu régulier des détenteurs de pouvoir de signature.


Toute pratique instaurant un dirigeant de fait est à proscrire. Le créateur d’entreprise a par conséquent tout intérêt de se rapprocher de professionnels du droit pour rédiger les statuts de sa société. Cela peut lui permettre d’éviter que s’installe une situation préjudiciable pour lui-même comme pour sa société. Vous êtes dirigeant de droit d’une entreprise ou d’une association ? Vous avez des doutes quant aux pratiques en cours dans votre structure ? Privilégiez la prudence et faites-vous accompagner de juristes.

 
✍️ En résumé
  • Le dirigeant de fait est toute personne qui a, de fait, exercé, directement ou par personne interposée, la direction, l’administration ou la gestion d’une entreprise sous couvert ou en lieu et place de ses représentants légaux.
  • Dans le cas d’une infraction aux lois régissant les sociétés commerciales, toute personne reconnue dirigeant de fait s’expose aux mêmes sanctions pénales que les dirigeants de droit.

 

Maxime Wagner
Écrit par Maxime Wagner
Cofondateur de Captain Contrat, Maxime a débuté en analyse de risque financier et a évolué sur des enjeux d'innovation dans la distribution. Il est diplômé de Centrale Lille et l'ESSEC.
Vous avez encore des questions ? 🤔
Image des coach CaptainContrat
Posez-les gratuitement à l’un de nos coachs entrepreneuriaux.
Parler à un coach

Besoin d’aide ?

Tatiana - photo rappel sales (blog)
Nos coachs entrepreneuriaux sont à votre écoute
Besoin de conseils sur votre projet ? De poser toutes vos questions de vive-voix ? Contactez-nous 🙂
Prendre un rendez-vous

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

5 min
Compte courant d’associés débiteur d’une SCI : quels risques ?

Vous êtes associé d'une SCI ? Et vous avez un compte courant d'associés qui est débiteur ? Cela veut dire que vous devez de l'argent à la société mais est-ce possible ? On vous indique tous les risques d'un compte courant d'associés débiteur. Vous souhaitez savoir comment la société pourra se faire rembourser, cet article est fait pour vous !

5 min
Créer son entreprise : les étapes pour réussir (2022)

Vous souhaitez créer votre entreprise ? Trouver une idée, choisir une forme juridique, déposer sa marque? On fait le point dans cet article

5 min
Remboursement du compte courant d’associés : quand et comment procéder ?

L'associé d'une société a la possibilité de consentir un compte courant au profit de cette dernière en cas de difficulté de trésorerie. Il arrive cependant que l'associé souhaite céder ses titres. Comment peut-il alors se faire rembourser de ce prêt ? Quelles sont les formalités à respecter ?

5 min
Application pour l'organisation au travail : les 10 meilleures apps

De nombreuses applications d'organisation conçues pour aider les chefs d'entreprise existent. Découvrez maintenant notre top 10 !

5 min
Comment obtenir un numéro SIRET ?

A quoi sert ça sert ? Comment obtenir un numéro Siret ? Quelle différence avec le SIREN, le code NAF ? Captain Contrat vous répond.

5 min
Régime social MSA ou Urssaf : les spécificités des régimes sociaux

MSA ou Urssaf : découvrez les spécificités de chaque régime social et auquel vous serez assujetti en tant que chef d'entreprise.

5 min
Comment créer une société (SARL) au Luxembourg ?

Créer une société au Luxembourg suit la même procédure que la création d'une SARL en France avec tout de même une réglementation particulière. Le point.

5 min
Quelles clauses mettre dans un pacte d'associés ?

Le point sur les clauses du pacte d'associés : tout comprendre pour sécuriser tant votre projet, que votre situation personnelle. 👩‍⚖️On vous explique tout dans cet article pour vous éviter bien des obstacles.

5 min
Créer une société de conseil: avantages et inconvénients

Qu'est ce qu'une société de conseil ? Découvrez les avantages et inconvénients à la création d'une société de conseil et le statut juridique à choisir.

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier