SARL de famille ou SCI : comment faire son choix ?

par
5
Comparer les statuts juridiques 

Sommaire

Choisir la forme juridique la plus adaptée à votre projet entrepreneurial est une étape essentielle. Selon l'activité que vous envisagez, le nombre d'associés et le capital nécessaire, plusieurs formes juridiques peuvent correspondre.

Vous envisagez un investissement immobilier avec plusieurs associés ? Vous hésitez entre la création d'une SARL de famille, d'une SCI ou encore d'une SAS immobilière ? Pour que vous puissiez faire le bon choix, voici les éléments clés à connaître sur chacune de ces sociétés.


Qu'est-ce que la SARL de famille ?

 

La SARL (Société à responsabilité limitée) est une société commerciale. Elle est constituée par des associés détenant des parts sociales dans le capital de la SARL. La responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports. Société dans laquelle l'identité des personnes est importante, la SARL est constituée entre associés qui se connaissent. Il s'agit souvent de petites entreprises disposant de capitaux peu importants et souhaitant maintenir un caractère familial.

Le législateur a pris en compte l'importance de ces liens familiaux en proposant la possibilité de créer une SARL de famille. Celle-ci est avant tout une SARL mais elle se distingue par sa capacité d'exercer une activité industrielle, commerciale, agricole ou artisanale, sans pouvoir développer une activité libérale.

 

Concernant les associés, il s'agit, selon l'article 239 bis AA du Code général des impôts (CGI), de « personnes parentes en ligne directe ou entre frères et sœurs, ainsi que les conjoints et les partenaires liés par un pacte civil de solidarité ». Ce critère de parenté doit exister entre tous les associés. Une SARL de famille peut donc être constituée, par exemple, entre époux, entre des frères et sœurs et leurs conjoints, entre des parents et leurs enfants, ou entre un grand-parent et ses petits-enfants, si ces derniers sont frères et sœurs.

Ce caractère familial va impacter le régime fiscal de la société. En effet, alors que la SARL classique relève de l'impôt sur les sociétés (IS), vous pourrez opter pour le régime de l'impôt sur le revenu (IR) avec la SARL de famille. Cette option doit faire l'objet d'une décision prise à l'unanimité des associés.

 

Qu'est-ce que la SCI ? 

 

La SCI (Société civile immobilière) est une société civile ayant pour objet de gérer un patrimoine immobilier. Cette société n'a pas de vocation commerciale et ne peut donc pas faire, à titre principal, d'actes de commerces. En conséquence, la SCI relève du régime de l'impôt sur le revenu (IR).

Dans certaines situations particulières, la SCI peut être soumise à l'impôt sur les sociétés (IS). C'est le cas lorsqu'elle effectue des activités commerciales comme la location de biens meublés.

En effet, alors que la location nue de locaux d'habitation ou de locaux professionnels est considérée comme un acte civil, la location meublée est qualifiée de commerciale.

Cet exercice d'une activité commerciale par la SCI peut impacter son régime fiscal et la soumettre à l'IS.

Cependant, les sociétés civiles non agricoles qui exercent une activité commerciale accessoire peuvent continuer de relever de l'IR si le montant hors taxes de leurs recettes de nature commerciale n'excède pas 10% du montant de leurs recettes totales hors taxes.

 

Loueur en meublé non professionnel (LMNP) ou professionnel ?

 

Dans le cadre d'un investissement immobilier en meublé, plusieurs dispositifs existent selon le caractère principal ou secondaire de l'activité : le loueur en meublé professionnel (LMP) et le loueur en meublé non professionnel (LMNP).

En application des dispositions du IV de l'article 155 du CGI : « L’activité de location directe ou indirecte de locaux d’habitation meublés ou destinés à être loués meublés est exercée à titre professionnel lorsque les trois conditions suivantes sont réunies :

  • Un membre du foyer fiscal au moins est inscrit au registre du commerce et des sociétés en qualité de loueur professionnel ;
  • Les recettes annuelles retirées de cette activité par l'ensemble des membres du foyer fiscal excèdent 23 000 € ;
  • Ces recettes excèdent les revenus du foyer fiscal soumis à l'impôt sur le revenu dans les catégories des traitements et salaires au sens de l'article 79 du CGI, des bénéfices industriels et commerciaux autres que ceux tirés de l'activité de location meublée, des bénéfices agricoles, des bénéfices non commerciaux et des revenus des gérants et associés mentionnés à l'article 62. ».

Si ces plafonds ne sont pas atteints, vous relevez du régime de loueur en meublé non professionnel (LMNP) qui vous permet de bénéficier d'avantages, notamment fiscaux.

Ce régime bénéficie à l'investisseur individuel, mais également, sous certaines conditions, à des investisseurs regroupés en société.

 

LMNP en SCI ou en SARL de famille : avantages et inconvénients

 

En développant une activité immobilière il est naturel de penser à la formation d'une SCI. Celle-ci est en effet marquée par sa spécialisation dans le domaine immobilier, permettant d'investir à plusieurs sur ce marché.

Comme nous l'avons vu précédemment, l'activité de location meublée est une activité commerciale qui entraîne la soumission de la SCI au régime de l'impôt sur les sociétés, sauf exception.

Vous ne pourrez donc pas bénéficier de la progressivité de l'impôt sur le revenu.

Au contraire, la SARL de famille permet aux associés de bénéficier des avantages du régime réel de LMNP.

En tant que LMNP, lorsque les recettes sont inférieures à 70 000 €, il est possible de choisir le régime du micro-BIC (Bénéfices industriels et commerciaux). Il permet de bénéficier d'un abattement forfaitaire de 50 % automatiquement appliqué aux recettes, sans prise en compte des charges et éventuels déficits.

Au contraire, en optant pour le régime réel, le LMNP déduit les charges réelles de gestion de l'immeuble (assurance loyers impayés, charges de copropriété, taxe foncière, travaux, amortissement, etc.) de ses revenus. Ces déductions peuvent vous permettre de réduire au maximum les revenus à déclarer. Elles peuvent également aboutir à un déficit qui sera affecté à l'activité de LMNP et déductible sur les bénéfices des 10 années suivantes (article 156 du CGI).

Le régime LMNP permet également, lors de la vente du bien meublé, de bénéficier des abattements sur la plus-value brute des particuliers, calculés selon la durée de détention du bien.

Malgré ces avantages, le choix de la SARL de famille entraîne des obligations qu'il ne faut pas négliger, notamment quant à la tenue d'une comptabilité.

En outre, le caractère familial de cette société peut être une cause de difficultés. La vente de parts sociales à une personne extérieure ou les éventuels différends familiaux (divorce, etc) impactent directement la société et peuvent entraîner sa transformation en une SARL classique.

En fonction de vos objectifs patrimoniaux et personnels, votre activité de loueur en meublé non professionnel devra être développée sous une forme de société différente. Que vous souhaitiez créer une SCI ou une SARL de famille notre équipe est à votre disposition pour vous accompagner. Consultez également notre article traitant de la transformation d'une SCI en SARL.

 

Sabrina Ait El Hadi

Écrit par

Sabrina Ait El Hadi

Diplômée d'un Master 2 Juriste d'Affaires et passionnée par le milieu de l'entrepreneuriat, Sabrina a pour objectif d'accompagner au mieux les entrepreneurs dans la création et le développement de leur société.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Quelle différence entre société et entreprise ?

En France, il existe deux manières différentes d’exercer son activité :

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Dirigeant de SAS ou gérant de SARL : comment se rémunérer ?

Vous avez un projet de création d'entreprise et le moment de choisir la forme juridique de votre ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

EURL ou SARL : quelle différence entre ces deux formes juridiques ?

EURL et SARL font partie des statuts d’entreprise les plus courants. Leur gestion est relativement ...

Maxime

Maxime

Forme juridique d'une entreprise : faites le bon choix

Il existe de nombreuses formes juridiques et chacune d’elle a ses exigences spécifiques. Le choix ...

Maxime

Maxime

Statut TNS : quel régime social pour le dirigeant d’entreprise ?

Statut TNS ou assimilé-salarié : ce choix de l’entrepreneur porte sur le régime social auquel il ...

Philippe

Philippe

EIRL ou auto-entrepreneur : quel statut choisir ?

L’entreprise individuelle est un statut qui recouvre plusieurs régimes, à savoir, les entreprises ...

Philippe

Philippe

Statut juridique : définition, particularités, ce qu'il faut savoir

Dans le cadre d'un projet de création d'entreprise, le choix du statut juridique pour votre future ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Tout savoir sur le statut d’intermittent du spectacle

Le statut d’intermittent du spectacle, terme adopté par la pratique, n’est pourtant pas juste : il ...

Maxime

Maxime

Le statut d'apporteur d'affaires : comment choisir ?

Au cœur des relations commerciales, l’apporteur d’affaires joue le rôle d’intermédiaire dans un ...

Maxime

Maxime

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier