Taux IS : la diminution progressive s’applique-t-elle immédiatement ?

par
5
Consulter un avocat en droit fiscal

Sommaire

  1. Calendrier de la baisse progressive du taux d’IS
  2. Exemple chiffré
  3. Les conséquences de cette baisse progressive
Consulter un avocat en droit fiscal

La loi de finances de 2017 publiée au journal officiel le 30 décembre 2016 a consacré beaucoup de nouvelles mesures au profit des entreprises.

Parmi ces mesures entrées en vigueur depuis le 1er janvier 2017, la plus emblématique de la loi de finances est la diminution progressive de l’impôt sur les sociétés pour les PME (Petites et moyennes entreprises) et les grandes entreprises.

En effet, selon les dispositions de la loi, pour toutes les entreprises, le taux de l’impôt sur les sociétés (IS) devrait passer de 33,33 % à 28 % à l’horizon 2020.

Prise dans un contexte de renforcement de l’attractivité fiscale, cette mesure inscrit la fiscalité française dans le sens de la baisse qui s’observe depuis quelques années dans de nombreux pays européens.

Comment se fera cette baisse progressive de l’IS ? Et quelles conséquences présente-t-elle ?

Actualité : baisse progressive de l'impôt sur les sociétés 

La baisse progressive de l'impôt sur les sociétés se poursuit.

Pour les exercices fiscaux ouverts à compter du 01/01/2019 et les sociétés dont le chiffre d'affaires est inférieur à 7,63 M€, le taux d'IS est de :

  • 15% pour les bénéfices compris entre 0 € et 38 120 €
  • 28% pour les bénéfices compris entre 38 120€ et 500 000€
  • 31% pour les bénéfices supérieurs à 500 000€

Pour les sociétés dont le chiffre d'affaires est supérieur à 7,63 M€, le taux d'IS pour 2019 est de : 

  • 28% pour les bénéfices compris entre 0€ et 500 000€
  • 33,1/3% pour les bénéfices supérieurs à 500 000€

Cette baisse progressive de l'impôt sur les sociétés tend à atteindre le taux de 25% d'ici 2022. 

Baisse progressive du taux d'IS

Calendrier de la baisse progressive du taux d’IS

Le calendrier de la diminution progression du taux de l’IS est défini par l’article 11 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017 modifiant le Code Général des Impôts (CGI). Il se présente comme suit :

Pour toutes les entreprises ayant un chiffre d’affaires (CA) inférieur à 7 630 000 euros, le taux d’IS applicable :• pour l’année 2017 est de 15 % pour la tranche de bénéfice de 0 à 38 120 euros ; 28 % pour la tranche de bénéfice de 38 120 à 75 000 euros et 33,33 % pour un bénéfice supérieur à 75 000 euros.• pour l’année 2018 est de 15 % pour la tranche de bénéfice de 0 à 38 120 euros, 28 % pour la tranche de bénéfice de 38 120 à 500 000 euros et 33,33 % pour un bénéfice supérieur à 500 000 euros. • pour les années 2019 et 2010 est de 15 % pour la tranche de bénéfice de 0 à 38 120 euros et 28 % pour un bénéfice supérieur à 38 120 euros.

Pour toutes les entreprises ayant un chiffre d’affaires (CA) compris entre 7.630.000 et 50.000.000 euros, le taux d’IS applicable : • pour l’année 2017 est de 28 % pour la tranche de bénéfices de 0 à 75 000 euros et de 33,33 % pour un bénéfice supérieur à 75 000 euros. • pour l’année 2018 est de 28 % pour la tranche de bénéfices de 0 à 500 000 euros et de 33,33 % pour un bénéfice supérieur à 500 000 euros. • pour les années 2019 et 2020 est de 15 % pour la tranche de bénéfice de 0 à 38 120 euros et de 28 % pour un bénéfice supérieur à 38 120 euros.

Pour toutes les entreprises ayant un chiffre d’affaires (CA) supérieur à 50.000.000 euros, le taux d’IS applicable : • pour les années 2017 est de 33,33 %.

• pour l’année 2018 est de 28 % pour la tranche de bénéfices de 0 à 500 000 euros et de 33,33 % pour un bénéfice supérieur à 500 000 euros.

• pour l’année 2019 est de 28 % pour les sociétés de chiffre d’affaires inférieur à 1 milliard d’euros.

• pour l’année 2020 est de 28% pour l'ensemble des bénéfices des entreprises au chiffre d'affaires supérieur à 1 milliard d'euros.

Pour les sociétés ayant un chiffre d’affaires supérieur à 50.000.000 euros et inférieur à 1 milliard d’euros, le taux de 28 % s’applique pour les années 2019 et 2020.

Exemple chiffré

Le tableau ci-dessus représente un petit exemple de ce à quoi les entreprises peuvent s’attendre avec cette loi dans certains cas.baisse progressive IS.jpg

Les conséquences de cette baisse progressive

Comme vous pouvez vous en douter, la baisse progressive prévue pour l’impôt sur les sociétés a forcément quelques conséquences, aussi bien sur les entreprises que sur les salariés.

Remarquons déjà que cette baisse va entraîner un accroissement mécanique de la participation des salariés.

Du point de vue de l’intégration fiscale, il est désormais important pour certaines sociétés de faire attention à l’opportunité ou non d’une intégration, afin d’éviter de franchir à chaque fois, les seuils prévus par la loi.

Il est également important de noter que, vu les termes fixés par loi pour l’entrée en vigueur des nouvelles dispositions (1er janvier des quatre années), il existe un risque d’inégalité entre les sociétés ayant un exercice correspondant à l’année civile et celles dont l’exercice diffère de l’année civile.

En effet, les sociétés ouvrant leur exercice au 1er janvier bénéficieraient pleinement des avantages pour chaque année ; contrairement à celles ouvrant en cours d’année civile. Celles-ci n’en bénéficieraient que partiellement. Il serait donc plus judicieux pour ces dernières d’envisager une clôture au 31 décembre et une ouverture au 1er janvier. Par ailleurs, en ce qui concerne l’impôt différé, les actifs et passifs doivent être évalué en utilisant le taux d’impôt et les règles fiscales en vigueur à la clôture de l’exercice. En résumé, la baisse de l’impôt sur les sociétés consacrée par la loi de finances pour 2017 réduit considérablement l’imposition faite pour les sociétés. Cependant, il faut faire extrêmement attention au seuil de chiffres d’affaires fixés par la loi pour pouvoir véritablement en bénéficier. Une hausse de chiffre d’affaire peut être bénéfique du point de vue de l’impôt comme elle peut aussi être désavantageuse. Les taux étant différents selon les années, il important d’y être attentif. Aussi, il est mieux d’opter pour un exercice débutant le 1er janvier et fermant le 31 décembre, si l’on veut bien bénéficier des avantages de la loi.

Maxime

Écrit par

Maxime

Après avoir travaillé en finance à l'international puis dans la grande distribution en France, Maxime est devenu dirigeant d'entreprise. En contact avec de nombreux entrepreneurs, sa mission est de simplifier l'accès au droit grâce au numérique et favoriser le développement de l'entrepreneuriat en France.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Optimiser sa rémunération de dirigeant de SAS grâce aux dividendes

Diminuer et optimiser sa rémunération de dirigeant est une préoccupation majeure pour les chefs ...

Maxime

Maxime

Deux façons de faire entrer un nouvel associé dans une société

Il existe plusieurs façons de faire entrer un nouvel associé au sein d’une société. Les modalités ...

Maxime

Maxime

Les différences entre un avocat et un juriste

Les professions de juriste d’entreprise et d’avocat ne sont pas les mêmes métiers mais ils sont ...

Maxime

Maxime

Différences entre associé minoritaire, majoritaire et gérant

« Gérant », « Associé », « Dirigeant », « Président » ...

Maxime

Maxime

Tout savoir sur l'imposition des dividendes en SARL

La société à responsabilité limitée (SARL) dont vous êtes associé est en bonne santé financière et ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Que faire en cas de décès d’un associé ?

Il arrive parfois malheureusement qu’un associé d’une société meurt. Cela va de fait entrainer une ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

EURL : quel régime d’imposition choisir ? Quelle est la meilleure option ?

L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL ou SARLU) s’apparente à la SARL si ce ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Les différents régimes fiscaux : la fiche complète pour tout comprendre

Le choix du régime fiscal d’une entreprise dépend notamment du statut juridique de celle-ci. ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Le régime fiscal de la SARL : IR ou IS ?

Facile à créer, adaptable et facile à gérer, la société à responsabilité limitée est la forme ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier