Loi Sapin II : nouvelles dispenses de recours au commissaire aux apports

par
5
Je crée mon entreprise

Sommaire

  1. Le rôle d'un commissaire aux apports
  2. Le commissaire aux apports avant la loi Sapin II
  3. Et maintenant, avec la loi Sapin II
Je crée mon entreprise

La loi Sapin II, du nom de l’ancien ministre de l’économie, comprend une partie de simplification en droit des sociétés.

Avant cette loi, un commissaire aux apports devait forcément intervenir afin d’évaluer les apports en nature dans le cas d’une création de société ou d’une augmentation de capital selon des conditions dépendantes de la nature de la société. La loi Sapin II simplifie ceci.

Le rôle d'un commissaire aux apports

Lors d'une création de société ou d'une augmentation de capital, un commissaire aux apports vérifie que la valeur du bien ou des biens apporté(s) est supérieure ou égale à celles des parts ou actions fournies en échange de l’apport. Le commissaire aux apports établit aussi un rapport pour l’assemblée des actionnaires.

Dans ce rapport, le commissaire aux apports précise la nature de son travail ainsi que ses conclusions. Il s'engage aussi sur la valeur des parts sociales ou actions qui ne doit donc pas être supérieure à la valeur du ou des apport(s). Le rapport est publié au Greffe du Tribunal de Commerce.

Quand l'apport est fait à la création de la société, le commissaire aux apports est nommé par les associés. En revanche, si la société existe déjà, c'est le Président du Tribunal de Commerce qui le nomme.

Le commissaire aux apports avant la loi Sapin II

Dans les SARL (et EURL), le travail d’un commissaire aux apports était obligatoire en cas d’apports en nature sauf si les associés étaient unanimement d’accord pour s’en passer ET si le montant total des apports en nature ne dépassait pas la moitié du capital social ET si aucun apport en nature n’avait une valeur dépassant 30000 euros.

Dans les SAS (et SASU), le commissaire aux apports est obligatoire en cas d’apports en nature.

Et maintenant, avec la loi Sapin II

La loi Sapin, en son article L 227-1, rend les conditions d’intervention d’un commissaire aux apports identiques pour les SAS et SARL.

Les SAS n’ont donc plus besoin d’un commissaire aux apports si les associés sont unanimement d’accord à ce sujet et si la valeur des apports ne dépasse pas la moitié du capital social.
En ce qui concerne la limite de valeur de 30000 euros pour un apport en nature, elle doit être fixée par décret. La loi SAPIN II met aussi fin à l’intervention d’un commissaire aux apports dans le cas d’une EURL ou SASU où l’apport en nature est fait par un exploitant individuel (y compris une EIRL) et figure dans son dernier bilan. C’est l’article 130 de la loi SAPIN II et L 223-9 du Code du Commerce. Source : loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016, Journal officiel du 10 décembre 2016.

Maxime

Écrit par

Maxime

Après avoir travaillé en finance à l'international puis dans la grande distribution en France, Maxime est devenu dirigeant d'entreprise. En contact avec de nombreux entrepreneurs, sa mission est de simplifier l'accès au droit grâce au numérique et favoriser le développement de l'entrepreneuriat en France.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Loi El Khomri : Demande de congés payés dès l'embauche

L’arrivée de la loi El Khomri ;a eu pour conséquence de modifier de nombreux éléments qui ...

Maxime

Maxime

Demande d'ACCRE : quand et comment la remplir ?

L'ACCRE est un dispositif d'exonération de certaines charges sociales qui permet aux créateurs ou ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Tout ce qu’il faut savoir sur le blanchiment d'argent

Les entreprises sont quotidiennement soumises à des contrôles financiers dont le premier est le ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

SASU et ACCRE/ACRE : comment en bénéficier ?

Afin de favoriser les initiatives entrepreneuriales, des aides et des accompagnements sont proposés ...

Philippe

Philippe

L'ARCE de Pôle Emploi : comment en bénéficier ?

Si vous êtes au chômage, ou que vous risquez d'y être sous peu, et que vous avez la volonté de ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Comment créer une entreprise quand on a un casier judiciaire

D’une manière générale, on peut créer ou reprendre une entreprise lorsqu’on a un casier ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Indépendants, freelance : quelles aides financières pour vous lancer ? 

C’est décidé, vous êtes prêt à vous lancer à votre compte. Mais démarrer une activité impose ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Devenir auto-entrepreneur : les aides Pôle Emploi pour vous accompagner

Vous êtes inscrit chez Pôle Emploi et souhaitez devenir auto-entrepreneur ? Savez-vous que l’agence ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Aide au Retour à Emploi (ARE) : comment en bénéficier ?

Si vous êtes salarié et avez envie d'entreprendre, ou que vous êtes demandeur d'emploi et voulez ...

Philippe

Philippe

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier