HOME > CREER VOTRE SOCIETE > CREATION EURL > Charges EURL : fiscales, sociales, d'exploitation...

Charges EURL : anticipez les charges à prévoir

Création d'entreprise
Captain Contrat
LE
4min

L'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) n'est rien d'autre qu'une Société à Responsabilité Limitée (SARL) avec un associé unique. Composée d'une personne, cette forme juridique vous permet de sans avoir à vous associer avec une autre personne.

Pour s'assurer de faire le bon choix quant à la forme juridique de votre future société, il est nécessaire de connaître les charges inhérentes à chaque type de société.

Pour vous y aider, vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive des charges de l'EURL auxquelles vous devrez faire face.

Les charges de l'EURL

Les charges fiscales de l'EURL

Les charges fiscales de l'EURL se composent de l'impôt sur le bénéfice et de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

L'impôt sur les bénéfices

Si en principe les bénéfices d'une EURL sont soumis à l'impôt sur le revenu, il est possible d'opter pour l'impôt sur les sociétés. Ce choix n'existe que si l'associé unique est une personne physique. S'il s'agit d'une personne morale, l'EURL sera soumise à l'impôt sur les sociétés.

En cas d'impôt sur le revenu (IR), le taux d'imposition dépend du barème de l'imposition des revenus des personnes physiques (IRPP). Il varie donc selon les revenus et la composition du foyer fiscal de l'associé.

Pour l'impôt sur les sociétés (IS), le taux d'imposition normal de l'IS pour les exercices ouverts en 2018 est de 28 % pour la fraction de bénéfice en dessous de 500 000 €, et de 33,33 % au-delà de ce seuil.
En outre, les petites et moyennes entreprises peuvent bénéficier, sous certaines conditions, d'un taux réduit global de 15 % applicable sur une fraction du bénéfice imposable limitée à 38 120 €.

La taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

Il s'agit d'un impôt indirect sur la consommation pour lequel les entreprises jouent un rôle de collecteur pour le compte de l’État. Les entreprises facturent à leurs clients la TVA puis la reversent au service des impôts.

La majorité des biens et services sont taxés à hauteur de 20 %. Cependant, des taux réduits de 10 et 5,5 % existent. Les produits d'origine agricole tout comme le bois de chauffage, ou encore les ventes de produits alimentaires à consommer sur place sont par exemple taxés à 10 %. Les livres, les produits alimentaires (en dehors de certaines exceptions comme les confiseries) sont taxés à 5,5 %.

À côté de ces différents taux, la franchise de TVA dispense certaines entreprises de la déclaration et du paiement de la TVA. Elles ne facturent donc pas la TVA sur leurs prestations (c'est notamment le cas pour la plupart des microentreprises).

C'est le cas des entreprises dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas certains seuils dont le montant, régulièrement révisé, diffère selon l'activité :

- 82 800 € pour les entreprises réalisant des activités de commerce ou des prestations d'hébergement,
- 33 200 € pour les prestataires de services et les professions libérales.

De la même façon, des exonérations de TVA existent pour des opérations comme certaines locations de terres et bâtiments à usage agricole, les cours particuliers dispensés par des personnes physiques ou encore les transports internationaux. ebook-guide-eurl

La contribution économique territoriale (CET)

Elle remplace la taxe professionnelle depuis 2010. Elle est composée : de la cotisation foncière des entreprises (CFE) et de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).

La CFE concerne les personnes physiques et morales qui exercent, de manière habituelle, une activité professionnelle non salariée. Elle se base sur la valeur locative des biens soumis à taxe foncière et utilisés par l'entreprise pour les besoins de son activité.
L'entreprise est redevable de la CFE dans chaque commune où elle dispose de locaux ou de terrains.
Cette base d'imposition peut faire l'objet de réduction dans certaines circonstances. Ainsi, une réduction de 50 % est accordée aux nouvelles entreprises l'année suivant leur création.

En outre, à compter de 2019, les entreprises réalisant un chiffre d'affaires inférieur à 5 000 € seront exonérées de CFE.

La CVAE concerne les personnes physiques et morales qui remplissent 3 critères :

  • Elle exercent en France une activité professionnelle non salariée à titre habituel au 1er janvier de l'année d'imposition.
  • Elles sont imposables à la CFE.
  • Elles réalisent un chiffre d'affaires supérieur à 152 500 €.

Ces personnes ont l'obligation d'effectuer la déclaration de la valeur ajoutée et des effectifs des salariés. Toutefois, seules celles dont le chiffre d'affaires est supérieur à 500 000 € HT doivent s'acquitter de la CVAE.

Les charges sociales de l'EURL

Si vous êtes l'associé unique et le gérant de l'EURL vous serez affilié à la Sécurité sociale des Indépendants (ancien RSI). Au contraire, si vous avez confié la gestion de l'EURL a un tiers, celui-ci dépendra du régime général de la Sécurité Sociale.

Les cotisations auprès de la Sécurité sociale des Indépendants comprennent :

  • les allocations familiales (entre 0 et 3,10 %) ;
  • l'assurance maladie et maternité (entre 0 et 6,5 %) ;
  • l'assurance invalidité et décès (1,3 %) ;
  • la retraite de base (entre 0,60 et 17,75 %) ;
  • la contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution ou remboursement de la dette sociale (CRDS) (entre 6,7 et 9,7 %) ;
  • la contribution à la formation professionnelle (entre 0,25 et 0,34 %).

Le taux de chacune des cotisations dépend de l'activité exercée (libérale, artisanale ou commerçante), et du montant des revenus.

Si l'associé unique ne perçoit pas de salaires, seules des charges sociales minimales devront être payées.

Il est important de noter que ces cotisations sont calculées sur la base des revenus déclarés les années précédentes. Aussi au début de votre activité et à défaut de revenus de référence, les cotisations sociales sont fixées à titre provisionnel sur la base d'une assiette forfaitaire correspondant à 19 % du plafond annuel de la sécurité sociale (PASS). Pour 2018, ce montant oscille autour de 3000 € selon les activités.

Les cotisations sont ensuite recalculées sur la base du revenu réel déclaré dans la déclaration sociale des indépendants (DSI) et font l'objet d'une régularisation.

Pour éviter toute déconvenue, mieux vaut donc calculer, même de façon approximative, le montant des cotisations dues selon vos revenus et le mettre de côté pour anticiper les futures régularisations.

Les charges d'exploitation de l'EURL

Comme toutes les entreprises, l'EURL doit supporter des frais et faire face à des dépenses dans le cadre de son activité, ce sont les charges d'exploitation.

Ces dépenses sont très variables selon l'activité exercée, mais certaines sont fréquentes :

- l'achat de marchandises ;

- le loyer ;

- les salaires du personnel ;

- les assurances pour les locaux d'activité, les véhicules, ou encore les assurances liées à votre activité comme l'assurance décennale qui est obligatoire pour une entreprise dans le bâtiment ;

- les honoraires d'un expert-comptable si vous sous-traitez votre comptabilité ;

- les honoraires d'un commissaire aux comptes dont la nomination est obligatoire dans certaines circonstances pour une EURL ;

- la consommation d'électricité et d'eau ;

- les frais bancaires ;

- les dépenses de téléphonie et d'Internet ;

- les frais de transport...

Si vous souhaitez plus d'informations sur la création de l'EURL, n'hésitez pas à prendre contact avec notre équipe de professionnels.

Obtenez vos statuts EURL en quelques clics J'obtiens mes statuts

Donnez votre avis
    ARTICLES SIMILAIRES
    dividende-eurl-rémunération-1

    eurl

    Dividende EURL : pourquoi opter pour ce type de rémunération ?

    ei_EIRL_microentreprise

    eurl

    Différence EURL EIRL : quel statut choisir ?

    eurl

    Changement d'adresse de siège social dans l’EURL : comment faire ?

    eurl

    EURL ou micro-entreprise ? Quels sont les avantages et inconvénients ?

    Loic Bourgoin
    A propos de Loic Bourgoin

    Passionné d'entrepreneuriat, Loïc se dévoue à chercher l'info juridique pour les entrepreneurs et dirigeants de demain

    COMMENTAIRES