Résidence principale en SCI : est-ce une bonne idée ?

par
5
Créer une SCI

Sommaire

Vous allez acquérir votre résidence principale et vous vous interrogez sur la façon la plus opportune de la détenir : seul en nom propre, à plusieurs en indivision, ou en créant une SCI ?

Cet article vous éclaire sur les avantages et les inconvénients de détenir votre résidence principale en SCI.

Rappels sur les notions de résidence principale et de SCI

Avant de déterminer si la constitution d'une SCI est avantageuse pour votre résidence principale, il faut rappeler que :

  • La résidence principale correspond au lieu que vous occupez effectivement pendant la majeure partie de l'année, soit plus de 6 mois.
  • Une SCI (Société Civile Immobilière) est une société créée par plusieurs associés en vue d'acheter et gérer un patrimoine immobilier. Permettant de faciliter la transmission des immeubles, d'en limiter les frais, d'éviter les désagréments d'une indivision et d'organiser librement les relations entre les associés, la SCI est appréciée par les investisseurs immobiliers et les familles organisant la répartition de leur patrimoine.

Ce type de société vous offre la possibilité d'habiter dans l'immeuble qu'elle détient, à titre gratuit ou en souscrivant un bail onéreux.

Vous pouvez donc envisager de mettre votre résidence principale en SCI. Selon votre situation personnelle, maritale, et la présence ou non d'enfants, cela peut s'avérer plus ou moins intéressant.

Le financement de votre résidence principale en SCI

Si acheter un bien par le biais d'une SCI permet de rassembler plus d'argent, du fait de la multiplicité des associés, vous devez tenir compte dans le calcul du financement de ce projet du fait que les prêts à taux avantageux et les aides financières proposées aux particuliers pour l'achat de leur résidence principale ne vous sont pas toujours accessibles en tant qu'associé de SCI.

En contrepartie, le montant de la taxe foncière qui est due au même titre que tout propriétaire d'immeuble est, dans le cadre d'une SCI, divisée entre tous les associés selon leurs parts sociales.

Une gestion de SCI personnalisée mais encadrée

Si la SCI est une structure laissant une grande liberté aux associés dans la rédaction des statuts, elle n'en demeure pas moins une société dont la gestion impose certaines obligations.

Des obligations à respecter

Pour acquérir votre résidence principale en SCI vous devez effectuer toutes les formalités nécessaires à la création et l'immatriculation de la société.

Il vous appartient ainsi de rédiger les statuts de la SCI avec l'assistance d'un professionnel afin d'en fixer les règles de gestion. En outre, le fonctionnement de la SCI impose, tout au long de la vie sociale, de respecter certaines obligations comptables et la réunion d'une assemblée générale annuelle.

Une organisation à personnaliser

La SCI présente l'intérêt d'être une société laissant une grande liberté aux associés dans son fonctionnement :

  • Vous fixez les modalités de répartition des parts sociales et décidez, par exemple, de ne pas avoir le même nombre de parts sociales que votre conjoint,
  • Vous pouvez choisir de démembrer la propriété des parts sociales en divisant la nue-propriété et l'usufruit.

Ce démembrement peut être un moyen pour vous de garder la jouissance de votre résidence tout en transmettant la nue-propriété à vos enfants. Cette possibilité permet également de passer outre l'abattement fiscal de 100 000 €, car la valeur de la nue-propriété est inférieure à celle de la pleine propriété.

Cette distinction offre, enfin, la possibilité de procéder à une répartition particulière avec votre conjoint, l'un prenant la moitié des parts en nue-propriété tandis que l'autre en garde l'usufruit, et inversement. En cas de décès de l'un d'eux, cela permet au survivant d'avoir la pleine propriété d'une partie des parts sociales et le protège contre les interventions des héritiers du conjoint décédé.

  • Vous adaptez les règles de majorité applicables aux prises de décision des associés.
  • Vous pouvez limiter la cession des parts sociales avec une clause d'agrément qui impose l'accord des associés pour intégrer un héritier dans la SCI. À défaut d'accord, les associés désintéressent l'héritier en lui payant le prix des parts sociales qu'il devait recevoir.

Quelle imposition pour une résidence principale en SCI ?

Depuis le 1er janvier 2018, l'impôt sur la fortune (ISF) a été remplacé par l'impôt sur la fortune immobilière (IFI). Il s'applique pour tout patrimoine immobilier ayant une valeur de plus de 1,3 millions d'euros. Or, les parts de SCI sont comprises dans le calcul du patrimoine immobilier (art.965 du code général des impôts).

Vous serez donc soumis à l'IFI si vos biens immobiliers (immeubles et parts de SCI) ont une valeur supérieure à 1,3 million d'euros.

Cependant, alors que le propriétaire d'une résidence principale en nom propre peut bénéficier d'un abattement de 30 % sur la valeur de la résidence principale, les associés d'une SCI de gestion ne le peuvent pas.

Dans ce dernier cas, vous pourrez bénéficier, sous certaines conditions, d'une décote de 10 à 20 %, si vous justifiez d'une absence de liquidité des parts sociales, c'est-à-dire d'une difficulté à les vendre, ce qui est difficile à prouver dans le cadre d'une SCI entre 2 concubins.

Au contraire, si vous possédez des parts dans une SCI d'attribution (qui a pour but d'acquérir un bien immobilier pour en partager la propriété) soumise à l'impôt sur les revenus, vous pouvez bénéficier du même abattement que le propriétaire en nom propre.

Résidence principale en SCI : le guide

Faire face aux difficultés financières d'une SCI possédant une résidence principale

Le placement de votre résidence principale en SCI est loin d'être anodin si vous rencontrez des problèmes financiers, ainsi :

  • Si la société ne peut pas faire face à des dettes, les associés sont tenus solidaires responsables, à proportion de leurs apports.
  • En outre, l'insaisissabilité de la résidence principale qui protège votre habitation contre les recours des créanciers ne s'applique pas aux parts de SCI.

Transmettre votre résidence principale en SCI

Connue comme un moyen de transmission efficace d'un patrimoine immobilier dans la famille, la SCI permet d'éviter que votre résidence principale soit placée sous le régime de l'indivision. Elle limite les situations de blocage qui en découlent, notamment du fait de la nécessité d'obtenir l'unanimité, ou de posséder une majorité des droits indivis, pour vendre le bien.

Elle facilite également la transmission de votre résidence à vos enfants. Vous pouvez anticiper cette cession en effectuant des donations de parts sociales régulières permettant de réduire les frais de succession et de bénéficier de l'abattement fiscal de 100 000 € tous les 15 ans.

La vente de votre résidence principale en SCI

Si vous décidez de vendre le bien acquis en SCI, vous pouvez bénéficier d'une exonération sur les plus-values. En effet, tout comme en cas de propriété en nom propre de votre résidence principale, si le prix de vente est supérieur à son prix d'acquisition, cette plus-value n'est pas taxée.

Par contre, si la résidence principale est louée à titre onéreux aux associés d'une SCI soumise à l'impôt sur les sociétés, vous ne pouvez pas profiter de l'abattement sur les plus-values. La SCI peut donc présenter certains intérêts pour acquérir, gérer et transmettre votre résidence principale. Encore faut-il avoir bien en tête les inconvénients liés à ce type de société pour pouvoir les anticiper et s'en prémunir.

Vous avez décidé de créer votre SCI ? Notre équipe vous accompagne dans toutes vos démarches.

 

Amélie Gautier

Écrit par

Amélie Gautier

Diplômée d'un Master en droit des affaires et passionnée par le monde de l'entreprise, Amélie s'efforce de rendre accessible les informations juridiques nécessaires aux entrepreneurs tout au long de leurs projets.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Capital social de SCI : comment déterminer le montant ?

Le choix du montant du capital social de votre Société Civile Immobilière (SCI) dépend ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Gérant de SCI : Conditions, pouvoirs et responsabilités de ce statut

Une société civile immobilière (SCI) est une société permettant aux particuliers de s'associer pour ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Apport d'immeuble à une SCI : notre guide étape par étape

Vous êtes sur le point de créer une Société Civile Immobilière (SCI) et envisagez d'apporter un ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Démembrement de SCI : avantages et fonctionnement

Le démembrement d’une Société Civile Immobilière (SCI) est utilisé pour optimiser la gestion d’un ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

SCI décès d'un associé : conséquences et formalités

La société civile immobilière (SCI) est une société fortement marquée par l'identité des associés. ...

Maxime

Maxime

SCI: Tous les avantages et les inconvénients de ce statut

La Société Civile Immobilière (SCI) est une société dont l’objet est immobilier et non commercial. ...

Philippe

Philippe

Donation de parts d'une SCI : Comment ça marche ?

Loin d’être une simple formalité, la société civile immobilière est une structure juridique ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Imposition de la SCI avec l'IR ou l'IS : Tout savoir en 4 minutes

Vous souhaitez confier la gestion votre patrimoine immobilier à une entreprise, vous avez donc ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

SCI et succession : comment léguer ses biens ?

La transmission du patrimoine immobilier au moment de la succession soulève plusieurs ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier