BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter
    HOME > CREER VOTRE SOCIETE > CREATION MICRO ENTREPRENEUR > La différence entre auto-entrepreneur et micro-entreprise

    Quelle différence entre auto-entrepreneur et micro-entreprise ?

    Création d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    Auto-entrepreneur, micro-entrepreneur, auto-entreprise, micro-entreprise.... Quelle différence ? Existe-t-il vraiment une différence entre le "statut" d’auto-entrepreneur et le "régime" de la micro-entreprise ? Quel nom dois-je utiliser pour m’immatriculer au moment de la création de mon activité ? Réponses dans cet article.

    la micro-entreprise expliquée en 2 min

    Actualités : les grands changements en 2019 pour les microentrepreneurs 

    • Le prélèvement à la source : entré en vigueur le 1er janvier 2019, cette réforme touche salariés et indépendants. Le microentrepreneur règle désormais l'impôt sur le revenu sous forme d'acomptes (mensuellement ou trimestriellement). Les acomptes sont calculés par l'administration fiscale sur la base de la déclaration de revenus de 2018. Pour les nouveaux autoentrepreneurs, 3 solutions s'offrent à eux : attendre septembre 2020 pour établir leur déclaration de revenus pour 2019 ou commencer à verser des acomptes calculés grâce au simulateur mis en place par l'administration fiscale ou opter pour le versement libératoire.
    • Le prélèvement libératoire : l'autoentrepreneur pourra opter pour ce versement à condition que son revenu ne dépasse pas 27 086€ par part du quotient familial (26 818 € en 2018). Soit 54 172 € pour un couple sans enfant.
    • Exonération de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) : le microentrepreneur dont le chiffre d'affaires annuel HT ne dépasse pas les 5000€ est exonéré de CFE, ainsi que des taxes pour frais de chambre de commerce et d'industrie (CCI) et de chambre de métiers et d'artisanat (CMA)
    • L'ACCRE ouverte à tous : A compter du 1 er janvier 2019, l'ACCRE devient "l'exonération de début d'activité". Auparavant soumise à condition, son bénéfice est désormais ouvert à tous les créateurs et repreneurs d'entreprise à condition de ne pas dépasser 40 000€ de revenu annuel la première année.
    • La mise en place d'une indemnisation chômage : ce droit est ouvert à compter du 1 er janvier 2019 aux travailleurs indépendants en cessation d'activité à deux conditions : que l'entreprise ait fait l'objet d'une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire et justifie d'un bénéfice annuel d'environ 10 000€
    • Transition vers le régime général (CPAM) : l'année 2019 marquera une transition progressive des microentrepreneurs, travailleurs indépendants, vers le régime général (CPAM) depuis la suppression du RSI.
    • La loi Pacte : cette loi prévoit de nombreux changements. Le Stage de Préparation à l'Installation (SPI) sera facultatif pour les artisans et son coût abaissé à 194€. Le projet de loi Pacte vient également supprimer l'obligation d'ouvrir un compte bancaire dédié à l'activité de la microentreprise sous conditions. 

    Avant 2016, il existait une différence entre auto-entrepreneur et micro-entreprisE

    Pourquoi confond-on régulièrement les termes auto-entrepreneur et micro-entreprise ? Parce que jusqu’au 1er janvier 2016, chacun recouvrait une notion distincte.

    L’entrepreneur qui démarre seul une activité professionnelle a le choix d’exercer en société commerciale unipersonnelle (SASU ou EURL principalement) ou en entreprise individuelle (EI). En entreprise individuelle, avant 2016, l’entrepreneur pouvait opter sous conditions pour :

    • La micro-entreprise : il s’agit d’un régime fiscal avantageux. L’entrepreneur est assujetti à l’impôt sur le revenu sur le montant brut de ses revenus annuels, après abattement forfaitaire pour frais professionnels. L’entrepreneur individuel en micro-entreprise était soumis au régime social des travailleurs indépendants.
    • Le statut d’auto-entrepreneur : en micro-entreprise, l’entrepreneur individuel pouvait opter pour le statut d’auto-entrepreneur pour bénéficier du régime micro-fiscal simplifié d’une part, du régime micro-social simplifié d’autre part. Fiscalement : l’auto-entrepreneur pouvait opter pour le versement libératoire de l’IR, et versait périodiquement un impôt sur le revenu forfaitaire sur la base de son chiffre d’affaires, sans réajustement au moment de sa déclaration annuelle. Cotisations sociales : l’auto-entrepreneur payait ses cotisations et charges sociales périodiquement, calculées sur la base d’un pourcentage avantageux de son CA.

    Jusque 2016, la différence entre auto-entrepreneur et micro-entreprise était donc la suivante : l’auto-entrepreneur, obligatoirement immatriculé en micro-entreprise, relevait de régimes fiscaux et sociaux ultra-simplifiés, plus avantageux que l’entrepreneur individuel en micro-entreprise, et encore plus avantageux que le régime de l’entreprise individuelle.

    Au 1er janvier 2016, la loi Pinel fusionne micro-entreprise et auto-entrepreneur.

    Depuis le 1er janvier 2016, il n’y a plus aucune différence entre auto-entrepreneur et micro-entreprise

    La loi Pinel, au 1er janvier 2016, est venue modifier les options de l’entrepreneur individuel, faisant disparaître officiellement le terme d’auto-entrepreneur.

    • Aujourd’hui, l’entrepreneur individuel s’immatricule en EI et peut opter pour la micro-entreprise s’il remplit les conditions de seuil de CA annuel – 170 000 € pour du commerce et de l’hébergement, 70 000 € pour du service et du libéral.
    • En micro-entreprise, les entrepreneurs sont désormais tous des micro-entrepreneurs et peuvent bénéficier du régime micro-fiscal et du régime micro-social simplifiés.

    Par abus de langage, on continue d’employer indifféremment les termes d’auto-entrepreneur et de micro-entrepreneur, d’auto-entreprise et de micro-entreprise. Les textes de loi également continuent de mentionner entre parenthèses, le terme auto-entrepreneur. En réalité, le statut d’auto-entrepreneur n’existe plus.

    L’auto-entrepreneur immatriculé avant 2016 devient micro-entrepreneur : seul le nom change

    L’entrepreneur individuel qui souhaite bénéficier des régimes micro-social et micro-fiscal aujourd’hui doit s’immatriculer en micro-entreprise

    Le régime unique de la micro-entreprise permet aujourd’hui de bénéficier des régimes micro-fiscal et micro-social. Au moment de s’immatriculer en micro-entreprise, l’entrepreneur est automatiquement soumis au régime micro-social.

    A noter : sur option, les micro-entrepreneurs peuvent choisir le régime de droit commun des travailleurs indépendants, et payer des cotisations minimales en échange d’une protection sociale minimum.

    La différence entre auto-entrepreneur et micro-entreprise

    En résumé sur la micro-entreprise en 2018

    Vous êtes entrepreneur individuel ou gérant personne physique d’une EURL ? Vous ne dépassez pas les seuils de CA annuel ? Vous pouvez bénéficier du régime de la micro-entreprise.

    • Régime micro-fiscal : vous êtes imposé sur votre CAHT annuel après abattement forfaitaire. Attention, vous ne pouvez pas déduire vos frais professionnels en tant que micro-entrepreneur. Si vos dépenses professionnelles sont importantes, vous pouvez envisager le régime réel d’imposition. Sous condition de revenus annuels maximum du foyer fiscal, vous pouvez choisir le prélèvement forfaitaire libératoire de l’IR.
    • Régime micro-social : vous payez vos cotisations chaque mois ou chaque trimestre, sur la base d’un pourcentage de votre chiffre d’affaires.
    • TVA : en dessous des seuils, vous bénéficiez de la franchise en base de TVA.
    • Formalités : vous bénéficiez de formalités de création simples, rapides et gratuites, vos obligations comptables sont allégées.

    Devenez micro-entrepreneur en quelques clics Je deviens micro-entrepreneur

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES
      devenir_coiffeuse_domicile

      Création micro-entreprise

      Comment devenir coiffeuse à domicile ?

      auto-entrepreneur-multi-services-comment-cumuler-les-activites

      Création micro-entreprise

      Auto-entrepreneur multi-services : comment cumuler les activités ?

      creation-micro-entreprise-2

      Création micro-entreprise

      Comment créer une micro-entreprise ? les 5 étapes à suivre !

      devenir-mandataire-immobilier-1

      Création micro-entreprise

      Comment devenir mandataire immobilier ?

      auto-entrepreneur-ou-entreprise-individuelle-choix

      Création micro-entreprise

      Auto-entrepreneur ou entreprise individuelle : quel statut choisir ?

      Philippe
      A propos de Philippe

      Diplômé d'HEC et bras droit d'un célèbre entrepreneur, Philippe a aidé plusieurs startups dans leur développement. Il accorde une grande importance à conseiller les entrepreneurs dans leurs problématiques juridiques pour les aider à faire les meilleurs choix.

      COMMENTAIRES