Les étapes pour se mettre à son compte

par
5
Je crée mon entreprise

Sommaire

  1. Les différents statuts pour se mettre à son compte
  2. Comment choisir le meilleur statut pour sa création d'entreprise ?
  3. Les aides existantes pour se mettre à son compte
Je crée mon entreprise

Vous envisagez de vous mettre à votre compte, mais vous êtes perdus face aux divers statuts existants ? Dans cette fiche, vous trouverez des conseils et des solutions pour vous lancer dans la création d’entreprise.

 

Les différents statuts pour se mettre à son compte

 

Micro-entrepreneur, Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL), portage salarial… il n’est pas toujours facile de s’y retrouver parmi les nombreux statuts qui permettent de se lancer à son compte. Pour vous aider à y voir plus clair, voici une liste des différentes formes juridiques qui s’offrent à vous.

 

La micro-entreprise

Demandant peu de formalités, le régime de la micro-entreprise est souvent la première possibilité envisagée pour qui souhaite se mettre à son compte. Il faut avouer que ce régime offre de nombreux avantages que sont la franchise de TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) et le prélèvement libératoire d’impôt sur le revenu. De plus, le statut de micro-entrepreneur implique une comptabilité simplifiée, comportant un livre des recettes et un registre des achats. À noter cependant que les versements de salaire ne sont pas déductibles du bénéfice de l’entreprise.

 

L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Le statut de L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) permet de fonctionner comme une entreprise individuelle, tout en bénéficiant de certains avantages de l’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL). Pour se mettre à son compte sous le statut d’EIRL, il faut avant tout déposer une déclaration d’affectation. L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée permet d'opter pour une imposition des bénéfices à l’impôt sur les sociétés. La déclaration d’affectation déposée pour sa création permet également de bénéficier d’une responsabilité limitée au montant des biens affectés à l’exercice de l’activité.

 

L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)

L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) est composée d’un seul associé. Ce statut permet au chef d’entreprise qui travaille seul de se mettre à son compte en société. L’EURL présente ainsi certains avantages. Ainsi, les bénéfices d’une EURL sont imposables à l’impôt sur le revenu, mais une option pour l’impôt sur les sociétés est possible. Celle-ci permet de déduire du bénéfice imposable les rémunérations du dirigeant.

Se mettre à son compte en EURL implique la rédaction de statuts de l’entreprise. Une EURL est identique à la SARL, sauf qu’il n’y a qu’un seul et unique dirigeant, qui détient donc 100 % des parts sociales.

 

La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU)

La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU) est elle aussi une société unipersonnelle. À la différence de l’EURL, les bénéfices ne sont pas imposables à l’impôt sur le revenu par défaut, mais à l’impôt sur les sociétés. Une option fiscale permet d’être soumise à l’impôt sur le revenu durant les 5 premières exercices.

 

Le portage salarial

Format hybride entre salariat et entrepreneuriat, le portage salarial permet de se mettre à son compte tout en bénéficiant des avantages liés au statut de salarié tels que, retraite, couverture sociale, formation… En portage salarial, c’est la société de portage qui gère toute la partie comptable et administrative, en échange d’une commission sur le chiffre d’affaires réalisé.

 

Comment choisir le meilleur statut pour sa création d’entreprise ?

 

Chaque statut ayant ses avantages et ses inconvénients, il faut prendre en compte ses objectifs et ses contraintes pour faire le meilleur choix. Voici une liste non exhaustive de questions à se poser : créez-vous votre entreprise seul ou avec un associé ? Quel niveau de responsabilité êtes-vous prêt à accepter ? Voulez-vous bénéficier du régime fiscal de la micro-entreprise ? Allez-vous bénéficier d’allocations chômage ? Comment envisagez-vous votre rémunération ? À quel régime de sécurité sociale souhaitez-vous être affilié ?

En se posant ces questions, vous obtiendrez une idée plus claire du statut le plus adapté à votre projet de vous mettre à votre compte. Bien entendu, un professionnel de la création d’entreprise vous permettra de valider votre choix.

 

Les aides existantes pour se mettre à son compte

 

Pour aider les entrepreneurs qui souhaitent se mettre à leur compte, des aides existent. Nous en avons répertorié pour vous quelques-unes.

 

NACRE

Le dispositif NACRE (Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d’Entreprise) est proposé par l’État. Pour le demander, il faut se renseigner auprès de son conseiller Pôle Emploi ou bien auprès de sa banque.

Nacre s’adresse donc aux demandeurs d’emploi inscrits depuis au moins un semestre, indemnisés ou pas, aux bénéficiaires du RSA ou de l’ASS. Les jeunes de moins de 25 ans n’ont pas à être demandeurs d’emploi pour en bénéficier, tout comme les personnes âgées de plus de 50 ans. NACRE, en plus d’être un accompagnement et un soutien au montage de votre projet, est surtout un prêt pouvant aller jusqu’à 10 000 euros avec un taux d’intérêt de 0 %.

 

L’ACCRE

L’Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise (ACCRE) permet de bénéficier d’exonérations de cotisations sociales pendant une à deux années. Cette aide s’adresse elle aussi aux demandeurs d’emploi. Pour en bénéficier, il faut s’adresser au CFE (Centre de Formalités des Entreprise) dans les 45 jours après la création de son entreprise.

 

L’ARCE

En complément de l’ACCRE, les demandeurs d’emploi indemnisés peuvent solliciter l’Aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE). Il s’agit de demander le maintien de ses indemnités chômage ou le versement immédiat de 50 % du reste des droits. Cela permet de se constituer un capital de départ au moment où l'on se met à son compte ou encore de se verser un salaire la première année.

 

L’ADIE

L’ADIE est une association de micro-crédit qui prend le relais quand les banques ne suivent pas une demande de financement.

Il existe également des aides proposées par les villes ou les régions. Afin de les connaître, renseignez-vous auprès de la Chambre de Commerce et d’Industrie, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat et le Conseil régional. Enfin, n’hésitez pas à vous renseigner auprès d’experts et de personnes qui se sont mises à leur compte en vous rendant par exemple dans des incubateurs ou des pépinières. Pour bénéficier des conseils d’experts en création d’entreprise, et d’avocats spécialisés, Captain Contrat vous met en relation avec l’interlocuteur qui saura vous répondre de façon personnalisée. Soyez accompagné dès le démarrage de votre projet afin de développer sereinement votre activité !

 

Pour aller plus loin : "Les étapes indispensables pour créer son business"

 

Amélie Gautier

Écrit par

Amélie Gautier

Diplômée d'un Master en droit des affaires et passionnée par le monde de l'entreprise, Amélie s'efforce de rendre accessible les informations juridiques nécessaires aux entrepreneurs tout au long de leurs projets.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Quelle différence entre société et entreprise ?

En France, il existe deux manières différentes d’exercer son activité :

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Dirigeant de SAS ou gérant de SARL : comment se rémunérer ?

Vous avez un projet de création d'entreprise et le moment de choisir la forme juridique de votre ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

EURL ou SARL : quelle différence entre ces deux formes juridiques ?

EURL et SARL font partie des statuts d’entreprise les plus courants. Leur gestion est relativement ...

Maxime

Maxime

Statut TNS : quel régime social pour le dirigeant d’entreprise ?

Statut TNS ou assimilé-salarié : ce choix de l’entrepreneur porte sur le régime social auquel il ...

Philippe

Philippe

EIRL ou auto-entrepreneur : quel statut choisir ?

L’entreprise individuelle est un statut qui recouvre plusieurs régimes, à savoir, les entreprises ...

Philippe

Philippe

Statut juridique : définition, particularités, ce qu'il faut savoir

Dans le cadre d'un projet de création d'entreprise, le choix du statut juridique pour votre future ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Tout savoir sur le statut d’intermittent du spectacle

Le statut d’intermittent du spectacle, terme adopté par la pratique, n’est pourtant pas juste : il ...

Maxime

Maxime

SARL de famille ou SCI : comment faire son choix ?

Choisir la forme juridique la plus adaptée à votre projet entrepreneurial est une étape ...

Sabrina Ait El Hadi

Sabrina Ait El Hadi

Le statut d'apporteur d'affaires : comment choisir ?

Au cœur des relations commerciales, l’apporteur d’affaires joue le rôle d’intermédiaire dans un ...

Maxime

Maxime

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier