BLOG AIDE
S'inscrire ou Se connecter
HOME > GERER SON PERSONNEL > PROCEDURE DE LICENCIEMENT > Licenciement pour inaptitude : quelles sont les indemnités à verser ?

Licenciement pour inaptitude: quelles sont les indemnités à verser?

Droit social
Captain Contrat
LE
4min
2017-09-13

Le licenciement pour inaptitude doit respecter des conditions ainsi qu’une procédure précise. Il donne également droit à plusieurs primes ou indemnités.

Le licenciement pour inaptitude


Parmi les différentes formes de licenciement
, le licenciement pour inaptitude est recouru par l’employeur lorsque le salarié est jugé inapte à réaliser la ou les tâches pour lesquelles il a été embauché. Il est difficile d’établir des contours précis à la notion d’inaptitude, et celle-ci ne doit pas relever du seul jugement de l’employeur. Pour assurer sa légalité, le licenciement pour inaptitude doit se conformer à quelques conditions.

La déclaration d’inaptitude

Le licenciement pour inaptitude n’est pas un licenciement pour handicap ou maladie. Ce dernier serait discriminatoire. Le licenciement ne peut intervenir que dès lors qu’un médecin a constaté, dans les faits, l’inaptitude du salarié soit son incapacité physique ou mentale à exercer son activité, que la maladie soit en cause ou non, comme le précise le Code du travail – art L1133-3 : « Les différences de traitement fondées sur l’inaptitude constatée par le médecin du travail en raison de l’état de santé ou du handicap ne constituent pas une discrimination lorsqu’elles sont objectives, nécessaires et appropriées ». La maladie comme le handicap peuvent toutefois être à l’origine de l’inaptitude, donc du licenciement pour inaptitude.

Avant qu’un licenciement pour inaptitude puisse être envisagé, la médecine du travail doit échanger avec le salarié au cours de deux visites médicales, examiner le poste de travail comme les conditions de travail dans l’entreprise pour s’assurer qu’ils ne convient pas au salarié. En cas de danger immédiat pour la santé et la sécurité du salarié comme de ses collègues constaté par le médecin, l’inaptitude peut être prononcée après un examen seulement.

Pendant la période de décision, le salarié est supposé travailler sur son poste, sauf si l’employeur refuse : dans ce cas, celui-ci est toutefois tenu de lui verser une rémunération.

Si elle est établie, la déclaration – ou « avis »- d’inaptitude doit présenter les postes de l’entreprise auxquels le salarié pourrait travailler : dans une perspective de reclassement, ces postes doivent être envisagés.

Le reclassement

Une fois l’inaptitude prononcée, l’employeur est dans l’obligation de proposer un nouveau poste à son salarié en se basant sur les prescriptions de la médecine du travail, sauf si celle-ci juge que, dans le cadre d’une inaptitude d’origine professionnelle - accident du travail ou maladie professionnelle, le salarié doit quitter l’entreprise. La proposition doit être réalisée dans le mois qui suit la déclaration d’inaptitude.

De plus, si l’origine de l’inaptitude est professionnelle, les délégués du personnel doivent être consultés sur le choix du poste, ou sur le licenciement si le reclassement s’avère impossible.

En cas de refus de la part du salarié, l’employeur peut soit rechercher un autre poste de reclassement, soit proposer le licenciement pour inaptitude si le reclassement est impossible. L’employeur ne peut licencier le salarié pour faute suite à un refus du poste proposé.

Le mi-temps thérapeutique peut également être envisagé, sur accord de l’employeur et de la caisse d’assurance maladie.

Le licenciement 

Si le reclassement est impossible, l’employeur peut engager une procédure de licenciement pour inaptitude par une convocation à l’entretien préalable. Ses mentions obligatoires sont :

  • L’objet de l’entretien préalable,
  • Le lieu, la date et l’heure,
  • La possibilité d’assistance du salarié

 

L’entretien préalable doit avoir lieu dans un délai minimal de 5 jours. Il doit faire état de l’impossibilité de reclassement, en laissant la porte ouverte à d’éventuelles solutions.

Ensuite, la lettre de licenciement peut être envoyée dans les deux jours ouvrables, au moins après l’entretien. Elle doit contenir avec précision le contexte de l’entretien préalable au licenciement, soit la déclaration d’inaptitude, suivie de l’impossibilité de reclassement, avec refus du salarié s’il y a lieu. Elle marque la rupture du contrat, dont elle constitue une preuve écrite.

Pour un licenciement pour inaptitude, le salarié quitte l’entreprise sans préavis, la date de la lettre de licenciement est celle de la fin du contrat. Les documents – attestation Pôle emploi, reçu pour solde de tout compte... – devront lui être remis dans les jours suivant la lettre.

Si l’employeur dépasse un délai d’un mois à partir de la déclaration d’inaptitude pour signaler le licenciement par la lettre, l’entreprise devra verser au salarié la rémunération qui lui revient, et ce jusqu’à ce que le licenciement prenne effet : il s’agit de la reprise mensuelle des salaires.

Une fois le licenciement prononcé, qu’en est-il des indemnités ?

ebook-guide-sas

Les primes du licenciement pour inaptitude

Le licenciement pour inaptitude donne le droit à quelques indemnités légales et spécifiques, suivant l’origine de l’inaptitude.

L’indemnité de licenciement

Comme pour le licenciement pour motif personnel ou économique, l’entreprise doit verser au salarié licencié une indemnité, dont le montant est calculé suivant l’origine de l’inaptitude en cause dans le licenciement.

Si l’origine de l’inaptitude n’est pas professionnelle, soit sans aucun lien avec l’exercice de l’activité du salarié, l’indemnité applicable est l’indemnité conventionnelle de licenciement. Elle est égale à 1/5e du mois de salaire par année d’ancienneté, en plus de 2/15e de mois par année au-delà de 10 ans d’ancienneté.

Si l’inaptitude est d’origine professionnelle – maladie professionnelle ou accident du travail – l’indemnité spéciale de licenciement est égale au double de l’indemnité conventionnelle, sauf exceptions. Celle-ci n’est pas due si le refus du salarié est abusif.

Les indemnités compensatrices de préavis

Sans préavis à tenir, le salarié n’est pas tenu de recevoir une indemnité compensatrice de préavis, sauf si la disposition est prévue par la convention collective.

Si l’origine de l’inaptitude est non professionnelle, une indemnité compensatrice de préavis peut être due si :

  • L’employeur n’a pas respecté son obligation de reclassement, c’est alors un licenciement sans cause réelle ni sérieuse
  • L’employeur n’a pas effectué la reprise de salaire légale après le délai d’un mois.

Si l’origine de l’inaptitude est professionnelle, le salarié peut recevoir une indemnité compensatrice de préavis, et prétendre à une indemnisation supplémentaire si la cause professionnelle de l’inaptitude est jugée comme faute inexcusable de l’employeur.

Les allocations chômage

A réception de la lettre de licenciement pour inaptitude, le salarié peut prétendre à ses allocations chômage en s’inscrivant en tant que demandeur d’emploi.

redaction-lettre-licenciement

Donnez votre avis
Recherchez
ARTICLES SIMILAIRES

Licenciement

Vol en entreprise : entraine-t-il le licenciement d'un salarié ?

Licenciement

Licenciement d’un salarié : Comment calculer les indemnités dues ?

Licenciement

Comment notifier son licenciement à un salarié

Licenciement

Comment calculer les indemnités de rupture conventionnelle ?

Camille
A propos de Camille

Camille est diplômée d’un Master 2 de droit processuel à Paris II, et élève-avocate. Elle s’intéresse aux mutations du monde du droit grâce aux nouvelles technologies, et a rejoint Captain Contrat pour s’occuper du contenu juridique

COMMENTAIRES