Les trois principaux contrats de distribution

par
5
Rédiger un contrat de distribution

Sommaire

En matière de distribution, il existe trois principaux de contrats qui lient les distributeurs et les fournisseurs : contrat de concession exclusive, de franchise et de distribution sélective. Chacun de ces document comporte des particularités et est très encadré sur le plan juridique.

Contrat de concession exclusive

 

Le contrat de concession exclusive, aussi appelé contrat de distribution exclusive, engage le fournisseur à ne vendre ses produits qu’au distributeur avec qui cet accord est conclu, sur un territoire ou dans un périmètre déterminé. Le distributeur est alors tenu de revendre les produits en son nom, et pour son compte, uniquement sur le territoire donné.

 

Modalités pratiques du contrat de concession exclusive

Le contrat de concession exclusive doit être précédé d’un document d’information. Il s’agit, en quelque sorte, d’un accord entre le fournisseur et le distributeur. Il est ajouté au contrat.

Aussi, le contrat doit être conclu avant le 1er mars de chaque année, ou dans les deux mois suivant le début du cycle de commercialisation du produit. Ce document doit impérativement faire figurer les conditions générales d’achat et de vente, le contrat et ses annexes, et le barème de prix, ou la méthode de détermination du prix.

 

Les particularités du contrat de concession exclusive

Le contrat de distribution exclusive s’inscrit dans l’objectif de la création d’un réseau de distribution. Celui-ci est géré par le fournisseur, et c’est ce dernier qui prend les rênes de la distribution du produit concerné par le contrat. En effet, le fournisseur impose ses modalités de revente et détermine un territoire avec le distributeur.

Pour résumer, l’exclusivité est accordée au distributeur, par le fournisseur. Il y a un engagement des deux côtés : n’empiéter sur aucun territoire pour le distributeur, et livrer à un seul distributeur sur un territoire donné pour le fournisseur. Parfois, il se peut que le contrat de concession exclusive évoque une exclusivité réciproque entre les parties, mais le distributeur peut continuer de distribuer d’autres marques. Un avocat est notamment habilité à éclaircir toute zone d’ombre autour de ce type d’exception. 

 

Contrat de franchise

 

D’un point de vue juridique, le contrat de franchise comporte des termes définis ou dictés par une enseigne, et fait figurer les droits et obligations des signataires. Très encadré juridiquement, il doit être rédigé ou traduit par un traducteur assermenté, dans la langue officielle du pays d’établissement du franchisé. Sa validité varie entre 5 et 15 ans.

 

Modalités pratiques du contrat de franchise

Le contrat de franchise doit par ailleurs présenter, sans aucune ambiguïté, les intérêts des membres du réseau de franchise. Il est impératif de vérifier que les termes prévoient la protection du franchiseur et du réseau au niveau des droits suivants :

  • Propriété industrielle ou intellectuelle
  • Sauvegarde de l’identité commune
  • Réputation du réseau de franchise

Enfin, le contrat de franchise doit faire mention d’un certain nombre d’informations indispensables et relatives aux deux parties (obligations, biens et/ou services reçus par le franchisé, durée du contrat, conditions financières, etc.).

 

Le contrat de franchise et ses particularités

En plus de toutes les informations par défaut destinées à protéger les deux parties liées, ce contrat doit également comporter des mentions de validation et d’application. Il s’agit de détails importants, à adapter en fonction du produit, du concept ou du service.

Par ailleurs, on compte une dizaine de clauses très importantes. Elles concernent notamment :

  • La transmission du savoir-faire entre le franchiseur et le franchisé ou le réseau
  • La licence sur la ou les marques transmises au franchisé
  • L’assistance au franchisé
  • L’exclusivité territoriale
  • L’approvisionnement
  • La confidentialité
  • Les diverses garanties
  • La non-concurrence en franchise

Par ailleurs, ce type de contrat de distribution implique l’acquittement d’un droit d’entrée en franchise, aussi appelé redevance initiale forfaitaire (RIF). Le montant, qui, généralement, est plus élevé en fonction de l’importance de l’enseigne, est destiné à couvrir les frais de certains droits et avantages. Il est reversé par le franchisé.

Pour tout savoir sur le modèle de la franchise, découvrez les 

 

Contrat de distribution sélective

Pour ce qui est du contrat de distribution sélective, il est employé lorsqu’un fournisseur donne le droit à un distributeur, de vendre des produits ou services. En quelque sorte, il s’agit d’empêcher les autres distributeurs, qui n’auraient pas été agréés par le fournisseur, de faire de même.

Ce type de contrat est employé dans plusieurs industries, notamment celles du luxe et de la mécanique. Lorsqu’il est rédigé avec stratégie, il bénéficie d’un encadrement juridique solide.

 

Modalités pratiques du contrat de distribution sélective

Dans le cadre d’un contrat de distribution sélective, le fournisseur choisit son ou ses distributeurs en fonction de plusieurs critères : savoir-faire, compétences, capacité de conseil et d’accueil de la clientèle, ou encore en se basant sur des informations plus poussées telles que les montants des capitaux propres.

Par ailleurs, il est impossible, pour un fournisseur, d’empêcher un distributeur de vendre son produit ou ses services en ligne. Aussi, globalement, le contrat ne peut contenir de clauses restrictives quant à la liberté commerciale du revendeur.

 

Comparaison des trois types de contrat

Le contrat de concession exclusive et celui de distribution sélective se font écho, bien que leurs termes ne définissent pas tout à fait les mêmes responsabilités et les mêmes limites.

Néanmoins, les trois contrats susmentionnés ont pour but de protéger tant les fournisseurs, les marques et les grandes enseignes, que leurs distributeurs. Chacun de ces documents prévoit tout de même un degré différent de mesures et d’encadrement juridique et légal.

 

Avantages et inconvénients de ces contrats

Lorsqu’on bénéficie de conseils juridiques et lorsqu’ils sont bien rédigés, ces contrats de distribution protègent les droits de chaque partie et fixent certaines limites. Ces restrictions semblent toutefois nécessaires pour une collaboration saine et sereine, et pour maintenir l’ordre sur les marchés concernés.

Vu la complexité de la démarche, il est vivement conseillé de vous faire aiguiller par un professionnel au fait des lois en vigueur pour la rédaction du contrat de distribution choisi. A ce titre, un avocat pourra vous apporter tout son savoir-faire.

 

Pour aller plus loin : "Les questions les plus fréquentes de nos clients sur les contrats commerciaux"

 

 

Besoin d'un contrat commercial ? Captain Contrat vous accompagne sur le choix du contrat adapté à votre situation et tout au long de sa rédaction. Nous vous mettons également en relation avec des professionnels du droit en cas de besoin. Pour en savoir plus sur notre prestation, cliquez ci-dessous.  

Maxime

Écrit par

Maxime

Après avoir travaillé en finance à l'international puis dans la grande distribution en France, Maxime est devenu dirigeant d'entreprise. En contact avec de nombreux entrepreneurs, sa mission est de simplifier l'accès au droit grâce au numérique et favoriser le développement de l'entrepreneuriat en France.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Modèle de contrat de collaboration commerciale : quels sont les dangers ?

Télécharger un modèle de contrat de collaboration commerciale, trouvé gratuitement sur internet, ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Contrat d'apport d'affaires : tout comprendre en 4 minutes

Pour accroître leur clientèle et augmenter leur chiffre d’affaires, certaines entreprises ...

Me Justine Ouazan-Bouhours

Me Justine Ouazan-Bouhours

Qu'est-ce qu'une prestation de services ? Le guide 2020 pour rédiger vos contrats

Les activités de prestation de services ont le vent en poupe. Vous souhaitez en profiter pour vous ...

Maxime

Maxime

Contrat de prestation de services : ce qu’il faut savoir

Un des contrats les plus répandus dans le monde entrepreneurial est le contrat de prestation de ...

Me Marc Berberian

Me Marc Berberian

Bail commercial : les éléments à connaitre avant de signer un bail 3 6 9

Un bail commercial est un contrat de location de locaux utilisés pour l’exploitation d’un fonds ...

Me Baptiste Robelin

Me Baptiste Robelin

Apporteur d'affaires : ce qu'il faut savoir

L’appel à un apporteur d’affaires permet de booster ses activités à long terme, ou peut être ...

Maxime

Maxime

Contrat de sous-traitance : définition et fonctionnement

Couramment utilisée dans le secteur du bâtiment et travaux publics (BTP), la sous-traitance ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Les 6 points clés d’un contrat de partenariat commercial

Vous envisagez de collaborer avec une autre entreprise ? Une entreprise propose un service ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Rédaction de la convention de partenariat : mode d'emploi

La convention de partenariat est un outil juridique extrêmement utilisé dans le domaine des ...

Maxime

Maxime

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier