1. Créer son entreprise
  2. Choisir son statut
  3. Entreprise à mission : définition juridique et fonctionnement

Entreprise à mission : définition juridique et fonctionnement

Je crée mon entreprise
Je crée mon entreprise
Amélie Gautier
Écrit par Amélie Gautier
Diplômée d'un Master II en droit des affaires de l'Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines, Amélie est responsable du contenu juridique de Captain Contrat depuis 2017.
Vous avez encore des questions ? 🤔
Image des coach CaptainContrat
Posez-les gratuitement à l’un de nos coachs entrepreneuriaux.
Parler à un coach

La qualité d’entreprise à mission a été introduite par la loi PACTE (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) de 2019. Depuis lors, nombre de sociétés ont décidé de se revendiquer comme tel, que ce soit en phase de création d'entreprise ou pour une société déjà établie. Focus sur ce cadre juridique.

 


Qu’est-ce qu’une entreprise à mission ?


Une entreprise à mission est une entreprise qui s’engage à mener, dans le cadre de son activité, des actions d’ordre social, sociétal et environnemental. Objectif, pour l’entreprise ? Conjuguer sa quête de performance économique avec des missions d’intérêt général. Il peut par exemple être question de diminuer son empreinte carbone (en réduisant les emballages, en privilégiant les déchets recyclables…), ou bien encore de contribuer au développement de l’économie locale. Pour les entrepreneurs sensibilisés à ces sujets et songeant à la création d'entreprise, la qualité d'entreprise à mission peut donc se révéler une perspective intéressante pour leur projet.


Quelles conditions remplir pour être qualifié d’entreprise à mission ?


Pour pouvoir bénéficier de ce statut, il est nécessaire pour l’entreprise de remplir les deux conditions suivantes :

  • Avoir une raison d’être, au sens de l’article 1835 du Code civil, et l’indiquer dans ses statuts (précisément, la raison d’être est « constituée des principes dont la société se dote et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité ») ;

  • Définir, dans ses statuts, le ou les objectifs sociaux et environnementaux qu’elle s’engage à poursuivre dans le cadre de son activité.


Les entreprises de plus de 50 salariés doivent, en outre, mettre en place un comité de mission. Distinct des organes sociaux (c’est-à-dire les organes chargés du fonctionnement de la société), ce comité doit se composer d’au moins un salarié. Sa fonction ? Vérifier que les objectifs sont bien respectés et présenter, chaque année, un rapport en assemblée générale.


Société à mission : quels sont les avantages de ce statut ?


Une société à mission n’est pas une société à but non lucratif. Elle peut donc, au travers de ce statut, chercher à réaliser des profits et à croître d’un point de vue économique. Par ailleurs, si ce statut ne lui apporte pas d’avantages fiscaux, il lui donne toutefois la possibilité de se démarquer de la concurrence : en renvoyant une image responsable, l’entreprise peut avoir plus de facilités à décrocher certains appels d’offres et même, pourquoi pas, faire figure d’acteur majeur dans le bien-être collectif.

Plus globalement, l’entreprise donne du sens à son activité. Elle améliore, par la même occasion, son image de marque ainsi que sa marque employeur. Cela lui permet d’attirer les bons profils, côté parties prenantes (salariés, actionnaires, syndicats…), et a contrario, de se prémunir contre les offres publiques d’achat (OPA) hostiles.


Quelles formes juridiques sont éligibles au statut de société à mission ?

 

Toute société commerciale peut devenir, si elle le souhaite, une société à mission. Pour rappel, une société est dite commerciale si elle appartient à l’une de ces formes juridiques :

  • Société anonyme (SA) ;
  • Société à responsabilité limitée (SARL) ;
  • Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ;
  • Société en nom collectif (SNC) ;
  • Société par actions simplifiée (SAS) ;
  • Société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU).


Une société déjà créée peut-elle revendiquer ce statut ?


Tout comme il peut le faire lors de sa première demande d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS), l’entrepreneur peut solliciter le statut d’entreprise à mission en cours de vie sociale. Il faut savoir que cette notion n’est pas considérée comme un statut juridique à proprement parler, mais comme une qualité. Aussi, les entreprises existantes se portant volontaires n’ont pas besoin de changer de forme juridique. Par contre, elles sont tenues de modifier leurs statuts en s’adressant au greffe du tribunal de commerce.


Quelles conséquences si la société ne remplit plus les conditions pour garder cet agrément ?


Dans le cas où les objectifs de développement durable pour lesquels l’entreprise s’est engagée ne sont pas ou plus respectés, une procédure de retrait de la qualité de société à mission peut être engagée auprès du tribunal de commerce :

  • Par le parquet ;
  • Ou par toute personne concernée, de près ou de loin.


Une fois la suppression actée, l’entreprise est tenue de faire disparaître la mention « société à mission » de ses actes, documents papier et autres supports électroniques (site Internet, e-mails…). Elle doit également faire modifier ses statuts.


Des exemples d’entreprises à mission


Depuis l’instauration de ce statut, nombre de grandes entreprises et de grands groupes français se sont déjà convertis en entreprises à mission : Groupe Rocher (anciennement Yves Rocher), Danone, Maif, Camif, La Poste, pour ne citer qu’eux. Mais une multitude de start-up ont également sauté le pas. Cet agrément s’adresse à tous les entrepreneurs, quel que soit leur secteur d’activité, la taille ou le niveau de notoriété de leur entreprise. Les exemples sont légion et consultables sur le site web de la communauté des entreprises à mission.


Vous songez sérieusement à créer votre entreprise, tout en bénéficiant de la qualité de société à mission ? Quel que soit votre projet, il est nécessaire de prendre le temps de choisir la bonne structure juridique, c’est-à-dire celle qui soit la plus adaptée à votre activité. Pour cela, prenez conseil auprès des experts sélectionnés par Captain Contrat et déléguez, si vous le souhaitez, vos démarches administratives. Le tout, à moindre coût !

 
✍️ En résumé
  • Entreprise commerciale prenant des engagements sociaux et environnementaux pour servir l’intérêt général, dans l’exercice de son activité.
  • Plusieurs conditions devant être remplies pour être éligible à ce statut ;
    De nombreux avantages à la clé.
  • De nombreux avantages à la clé.

 

Besoin d’aide ?

Tatiana - photo rappel sales (blog)
Nos coachs entrepreneuriaux sont à votre écoute
Besoin de conseils sur votre projet ? De poser toutes vos questions de vive-voix ? Contactez-nous 🙂
Prendre un rendez-vous

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

1 min
Quelle différence entre société et entreprise ?

Quelle est la différence entre une entreprise individuelle et une société ? Découvrez notre tableau comparatif des avantages et inconvénients.

4 min
Rénumération du gérant de SARL ou du dirigeant de SAS

La rémunération du gérant de SARL ou du dirigeant de SAS est un élément primordial pour tout entrepreneur qui se lance ou souhaite optimiser sa rémunération. Quelles sont les spécificités ?

4 min
EURL ou SARL : quelle différence entre ces deux formes juridiques ?

Découvrez les différences entre SARL et EURL : régime social, fiscal, clauses particulières, gérance. On vous explique tout.

10 min
Forme juridique d'une entreprise : faites le bon choix (2022)

Comment bien choisir la forme juridique de son entreprise ? Découvrez comment selectionner la forme correcte pour votré société.

8 min
TNS : le régime des travailleurs non-salariés : définition et fonctionnement

Assurance chômage, affiliations obligatoires, taux des cotisations... Découvrez comment choisir entre le statut TNS ou celui d'assimilé-salarié.

4 min
EIRL ou auto-entrepreneur : quel statut choisir ?

EIRL ou auto-entrepreneur : comment choisir ? Depuis la loi du 14 février 2022, l'EIRL n'existe plus. Toutefois, les questions se posent entre le statut de micro-entrepreneur ou d'entreprise individuelle classique

3 min
Statut juridique définition : comment faire le bon choix ?

Le choix du statut juridique ou de la forme juridique est une étape cruciale pour créer votre entreprise / société. Mais comment faire ce choix ? Entreprise individuelle ou société ? Le point ici

3 min
Tout savoir sur le statut d’intermittent du spectacle

Découvre notre fiche pratique sur le statut d'intermittent du spectacle, le CDD d'intermittent du spectacle et les obligations qui s'y rattachent !

5 min
Le statut d'apporteur d'affaires : comment choisir ?

L'apporteur d'affaires joue un rôle non négligeable dans les relations commerciales, comprendre son statut permet de mieux appréhender son spectre d'actions. Libre et à son compte, cet article vous dit tout sur le statut de cet intermédiaire indispensable dans le jeu des négociations

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier