1. Exercer un métier
  2. Métiers du commerce
  3. Toutes les étapes pour une ouverture de commerce réussie

Toutes les étapes pour une ouverture de commerce réussie

Ouvrir un commerce
Ouvrir un commerce
Amélie Gautier
Écrit par Amélie Gautier

Diplômée d'un Master II en droit des affaires de l'Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines, Amélie est responsable du contenu juridique de Captain Contrat depuis 2017.


Vous aimez le contact avec la clientèle et souhaitez proposer certains produits à la vente ? Vous avez donc décidé d'ouvrir votre commerce ! Cet article fait le point sur les étapes à suivre pour réussir votre projet.

 

 

Définissez les contours de votre projet

 

Devenir fleuriste, pharmacien ou boucher à son compte : le moins que l’on puisse dire, c’est que le choix est vaste pour ouvrir un commerce indépendant ! C’est pourquoi dans un premier temps, vous devez définir le marché sur lequel vous souhaitez vous lancer.

Comment choisir ? En fonction de vos goûts personnels, mais aussi de votre cursus scolaire et professionnel. Il sera plus facile d’intégrer un secteur que vous connaissez déjà, sauf si vous souhaitez justement vous reconvertir. Soyez vigilant dans ce cas, car certaines activités sont réglementées et supposent d’être titulaire d’un diplôme, d’embaucher un salarié formé ou de prouver une expérience professionnelle de plusieurs années. C’est notamment le cas pour la vente d’animaux de compagnie, la coiffure ou encore la boulangerie-pâtisserie.

Vérifiez que vous avez les qualités pour un projet de création d’entreprise dans le commerce

Pour ouvrir un commerce indépendant avec succès, il faut également avoir de nombreuses qualités et compétences comme :

  • De la rigueur et un sens de l’organisation : vous devez être capable de gérer seul votre stock et son réassort, vos commandes, vos réceptions de marchandises, les plannings ;
  • Un très bon relationnel : il est indispensable pour séduire et fidéliser votre clientèle, et pour négocier avec vos fournisseurs ;
  • Le sens du service : le client est roi, vous devez donc vous montrer disponible, ouvert, souriant, même après de longues journées ;
  • Une certaine résistance physique ;
  • Des compétences juridiques, comptables et fiscales pour remplir toutes les obligations que la loi fait peser sur vous.

 

Vous craignez de ne pas être à la hauteur ? Pas de panique, vous pouvez vous former à la gestion d’entreprise grâce au stage préalable à l’installation (SPI).

 

Bon à savoir : Le SPI n’est plus obligatoire depuis la loi Pacte de 2019, mais il peut être intéressant de le suivre. Vous découvrirez par exemple les incidences du statut juridique sur le régime social du dirigeant, comment établir un compte de résultat…

 

Faites une étude de marché 

 

Comme pour tout projet de création d'entreprise, vous devez, en tant que futur entrepreneur, analyser le marché dans lequel vous allez intervenir. Pour cela, interrogez-vous sur :

  • Le domaine d'activité : Souhaitez-vous vendre des produits alimentaires et ouvrir un commerce alimentaire, ou ouvrir un commerce en ligne, vendre des meubles, des vêtements ? Ce secteur connaît-il une croissance ? Comment a-t-il évolué au cours des dernières années ?
  • Les biens que vous proposerez : S'agit-il de produits connus ou de nouveautés ? Auprès de qui allez-vous vous fournir ?
  • La clientèle visée : Quelles sont les caractéristiques de votre future clientèle ? Quel est son âge ? Son pouvoir d'achat ? Ses habitudes de consommation ?
  • La concurrence : Répertoriez les magasins qui proposent les mêmes biens, ainsi que les grandes surfaces et les sites internet qui en vendent. Analysez leurs tarifs, puis déterminez comment vous allez pouvoir vous différencier.

 

Toutes ces questions vont vous permettre de vous assurer que votre magasin (où même si vous avez envie d'ouvrir une laverie par exemple) va répondre aux besoins d'une clientèle qui ne sont pas ou peu assouvis par l'offre de vos concurrents.

 

Réalisez un business plan de votre boutique 

 

Autre document clé pour l’ouverture d’un commerce indépendant, le business plan. Celui-ci contient les données économiques et financières de votre projet entrepreneurial. Vous pourrez ainsi vérifier sa faisabilité, et démarcher les banques pour obtenir un prêt professionnel. Le business plan doit présenter :

  • Votre entreprise ;
  • Un prévisionnel du chiffre d’affaires (CA) ;
  • Les besoins en trésorerie et en financement pour le démarrage et la consolidation de l’activité ;
  • Votre stratégie marketing et commerciale ;
  • Un bilan prévisionnel sur 3 ans, etc…

 

Le business plan vous permettra également de présenter votre projet à vos investisseurs potentiels. Il doit donc être bien documenté et faire le point sur l'ensemble de vos dépenses et rentrées d'argent.

Les coûts de votre boutique contiennent :

  • les dépenses de personnel, à déterminer selon le nombre de salariés, leur temps de travail et le montant des salaires ;
  • le prix du local, qu'il s'agisse du prêt pour l'achat du bien ou du montant du loyer en cas de location ;
  • les frais de travaux de rénovation de la boutique avec la mise aux normes de sécurité, la décoration et l'installation de l'enseigne ;
  • le prix d'achat des produits que vous revendrez ;
  • les dépenses en publicité et communication : messages radio, distribution de flyers, messages sur les réseaux sociaux, création d'un site internet, etc ;
  • le coût des assurances nécessaires pour exercer votre activité.   

 

Les rentrées d'argent englobent :

  • vos apports personnels et ceux de vos éventuels associés ;
  • les aides financières de l’Etat (ACRE, ARCE, etc) et celles des collectivités territoriales qui encouragent l'installation de commerçants pour redynamiser leur centre-ville ;
  • les ventes que vous prévoyez de faire.

Il peut être compliqué de mener à bien cette étape, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel.

 

Choisissez un local commercial

 

Pour choisir votre futur local commercial, vous devez notamment déterminer :

  • La superficie minimum dont vous avez besoin pour exercer votre activité en fonction du stockage nécessaire, des rayons, étals, vitrines, etc ;
  • Le prix que vous pouvez payer : qu'il s'agisse d'acheter ou de louer le local commercial, vous devez fixer un montant maximum.
  • L'emplacement géographique de votre magasin doit être cohérent avec la clientèle visée et prendre en compte la localisation des concurrents. Si vous envisagez par exemple de vendre des produits de décoration haut de gamme, ou d'ouvrir une épicerie fine bio et artisanale, il faudra vérifier le pouvoir d'achat des habitants du quartier avant de vous installer.
  • Les places de parking et les transports en commun. Pour que votre commerce fonctionne, il doit être facilement accessible aux clients. Vous devez donc vous assurer qu'ils pourront stationner à proximité du magasin ou venir en transports en commun. Si vous comptez ouvrir un commerce en plein cœur de Paris avec une clientèle de quartier qui se déplace à pied, vous serez moins impacté par cela. En revanche, si vous vous installez dans une zone industrielle ou dans le centre d'une petite ville, votre clientèle viendra en voiture. Il est alors essentiel de s'assurer qu'elle pourra se garer près de votre boutique.

 

Une fois le local commercial trouvé, il ne vous reste plus qu'à l'acheter ou à signer un contrat de bail commercial, en étant vigilant aux termes et conditions de ceux-ci.

Avant la signature d'un bail commercial, pensez notamment à vérifier :

  • que votre activité peut être exercée dans le local ;
  • que celui-ci respecte les normes de sécurité et d'accessibilité pour l'accueil du public ;
  • si un pas-de-porte doit être payé lors de la conclusion du contrat, en plus des loyers ;
  • s'il y a une clause d'échelle mobile prévoyant la variation du prix du loyer en fonction de votre chiffre d'affaires ou selon un indice donné.

 

Faites le point sur les coûts d’installation

 

Il est maintenant temps de parler finances. Il ne faut pas sous-estimer les fonds dont vous aurez besoin pour débuter votre activité et tenir quelques mois en attendant que votre affaire fonctionne. Pensez notamment :

  • Aux dépenses de travaux et de décoration de votre local commercial ;
  • Aux charges mensuelles fixes : loyer, factures d’énergie…
  • Aux dépenses pour acheter le stock et les premiers réassorts, un véhicule professionnel ;
  • Aux dépenses pour la création d’un site Internet, qui vous offrira plus de visibilité ;
  • Aux frais de communication sur votre ouverture, etc.

 

Attention, le choix de votre structure juridique pour devenir commerçant indépendant aura aussi une influence sur vos frais d’installation !

 

Respectez la réglementation applicable aux magasins

 

 Avec une boutique ouverte au public, vous allez devoir vous conformer à certaines règles juridiques. Ainsi :

  • L'affichage des prix est obligatoire.
  • Les promotions que vous faites doivent respecter un double marquage des prix avec le prix de référence et le prix réduit.
  • Les soldes doivent se dérouler durant une période fixée par la loi.
  • La possibilité d'ouvrir votre commerce le dimanche est encadrée.
  • Votre local doit satisfaire aux normes de sécurité et d'accessibilité.

 

En plus de cette réglementation générale, selon le domaine d'activité dans lequel vous intervenez, vous serez soumis à des obligations supplémentaires d'obtention de licence, d'autorisation ou de formation. C'est notamment le cas si vous ouvrez un bureau de tabac, un débit de boissons ou une boutique d'antiquités.

En fonction de votre secteur d’activité, vous devez respecter des règles concernant la sécurité, l’hygiène et obtenir certaines autorisations. Notez notamment que :

  • Votre local commercial doit être aux normes avec la législation relative aux établissements recevant du public (ERP) ;
  • Vous devez suivre une formation à l’hygiène pour les activités de restauration ;
  • Il vous faut demander une carte de commerçant ambulant si vous souhaitez exercer votre activité en dehors de votre commune de domiciliation ;
  • Si vous disposez d’une terrasse, vous devez solliciter une autorisation d’occupation du domaine public.
  • Enfin, souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle peut être conseillé, voire obligatoire.

 

Se lancer en indépendant ou en franchise ?

 

 Lors de votre processus de réflexion concernant l'ouverture de votre magasin, vous vous interrogez certainement sur l'opportunité de développer votre activité en tant qu'indépendant ou en tant que franchisé.

Avec des réseaux présents dans de nombreux secteurs (épicerie bio, magasin d'ameublement, produits culturels, etc), la franchise peut être intéressante. Elle vous permet d'avoir l'appui d'une structure existante et de bénéficier de la notoriété d'une marque déjà installée. Vous pouvez également être accompagné lors du démarrage de votre activité.

En contrepartie, l'entrée dans un tel réseau a souvent un coût supérieur à l'ouverture d'un commerce indépendant du fait des droits d'entrée et du versement des royalties qui sont demandés. La franchise impose, en outre, le respect de son concept (enseigne, disposition du magasin, etc) ce qui limite, plus ou moins selon le réseau, votre liberté. 

 

 

Choisissez la forme juridique pour votre entreprise 

 

L'ouverture d'un magasin impose la création d'une structure juridique pour développer votre activité professionnelle.

Le choix de la forme la plus adaptée est très importante car elle a des conséquences sur le régime fiscal (impôt sur le revenu, impôt sur les sociétés), l'investissement financier de départ (obligation ou non d'un capital social minimum), et sur la protection de votre patrimoine personnel (distinction entre patrimoine professionnel et personnel).

Plusieurs options s’offrent à vous :

  • La micro-entreprise: le statut d’auto-entrepreneur n’est pas vraiment conseillé pour ouvrir un commerce. En effet, il limite le chiffre d'affaires (CA) à 172 600 € et ne vous permet pas de déduire vos charges réelles ni de facturer la TVA. En revanche, il suffit d’une simple déclaration pour se lancer, et la comptabilité est peu contraignante. Enfin, vous profitez d’un régime fiscal et social allégé.
  • L’entreprise individuelle (EI) et l’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL): elle offre davantage de perspectives de développement, car votre CA n’est pas limité. Vous avez le choix de soumettre vos bénéfices à l’impôt sur le revenu (IR) ou à l’impôt sur les sociétés (IS). En EIRL, vous pouvez séparer vos patrimoines personnels et professionnels grâce à une déclaration d’affectation des biens. L’entrepreneur individuel relève de la catégorie des travailleurs non-salariés (TNS), comme le micro-entrepreneur.
  • L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL): vous la constituez avec des apports au capital social, mais la loi ne prévoit pas de montant minimum. Votre responsabilité est limitée à ces apports. Vous pouvez déduire vos charges de votre résultat d’exploitation et vous avez le choix entre imposer vos bénéfices à l’IS ou à l’IR. Notez que la rédaction des statuts de votre entreprise est rigoureusement encadrée par la loi. En tant que gérant, vous êtes considéré comme un TNS.
  • La société par actions simplifiées unipersonnelle (SASU) : elle présente les mêmes avantages et inconvénients que l’EURL, sauf qu’elle offre une plus grande souplesse dans la rédaction des statuts. En outre, le président associé unique est un assimilé salarié et profite donc d’une protection sociale plus étendue. Il n’a cependant pas droit aux allocations chômage en cas de pépin.

 

Réalisez les démarches pour ouvrir un commerce

 

Avant de pouvoir accueillir vos premiers clients dans votre boutique, vous devrez effectuer certaines démarches :

  • choisir le nom de votre boutique et vérifier auprès de l'INPI que celui-ci n'est pas déjà utilisé ;
  • rédiger les statuts de votre société ;
  • obtenir les autorisations particulières pour les professions réglementées ;
  • adresser votre dossier de création au Centre de formalités des entreprises (CFE) dont vous dépendez ;
  • immatriculer votre société au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) ou au Répertoire des Métiers (RM) ;
  • demander une autorisation d'occupation du domaine public, si vous souhaitez installer un étal ou des tables devant votre magasin.

 

Pour toutes vos démarches de création de votre entreprise, Captain Contrat vous propose un accompagnement personnalisé pour vous aider à ouvrir votre commerce.

 

Besoin d’aide ?

Tatiana - photo rappel sales (blog)
Nos coachs entrepreneuriaux sont à votre écoute
Besoin de conseils sur votre projet ? De poser toutes vos questions de vive-voix ? Contactez-nous 🙂
Prendre un rendez-vous

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

4 min
Comment ouvrir une boutique avec succès ?

Découvrez comment ouvrir une boutique : on vous explique comment créer votre entreprise et ouvrir votre magasin (physique ou en ligne) facilement.

5 min
Contrat de vente : ce qu'il faut savoir

Découvrez le contrat de vente immobilier ou de biens. On vous explique comment il se forme et sa différence avec un contrat de prestation de service ou des CGV.

3 min
Devenir loueur de box : comment faire ?

Vous souhaitez devenir loueur de box ? On vous explique tout : création d'entreprise, acquisition des box, apport de garantie, rédaction de CGV...

4 min
Comment ouvrir un magasin d’optique ?

Vous souhaitez créer votre magasin d'optique ? Cet article vous indique toutes les étapes à suivre pour vous lancer sereinement.

5 min
Ouvrir sa bijouterie en ligne : mode d'emploi

Vous souhaitez ouvrir votre bijouterie en ligne ? Découvrez comment créer votre entreprise pour lancer votre marque de bijoux avec Captain Contrat.

3 min
Comment ouvrir son magasin de jouets ?

Découvrez comment ouvrir un magasin de jouet : business plan, création d'un site e-commerce, choix de forme juridique, création de société ...

2 min
Comment ouvrir une laverie automatique ?

Découvrez comment ouvrir une laverie automatique : choix du local, équipement à acquérir, règlementation et création de votre entreprise.

4 min
Auto entrepreneur en achat revente : comment se lancer ?

Découvrez comment devenir auto entrepreneur en créer une entreprise d'achat revente ? On vous explique comment créer votre micro entreprise !

3 min
Devenir marchand de biens : mode d'emploi

Vous souhaitez devenir marchand de biens ? Découvrez les conditions pour exercer ce métier et comment créer votre société.

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier