Ravis de vous revoir ! Votre démarche a été enregistrée 🚀 Reprendre ma démarche
Accès client
  1. Ressources
  2. Créer son entreprise
  3. Les formalités
  4. Créer une entreprise à deux : comment faire pour se lancer ?

Créer une entreprise à deux : comment faire pour se lancer ?

Me Nicolas Beck
Me Nicolas Beck Avocat, spécialisé en droit des affaires et droit social Relu par Clémence Bonnet, Diplômée de l'École des Avocats

Vous souhaitez créer une entreprise à deux ? La première étape consiste à se renseigner sur les statuts juridiques adaptés. Par ailleurs, il est crucial d'anticiper les risques et de prendre des précautions pour anticiper les conflits dès la création de la société. 

 

 

Créer une entreprise à deux : quelles sont les formes juridiques adaptées ?

 

Premier statut juridique possible : la SARL 

 

La SARL se décline sous différentes formes, comme la SARL de famille ou la SELARL, pour les activités libérales réglementées. Elle offre une grande liberté dans la rédaction des statuts. Le capital social minimum est fixé à 1 euro, ce qui la rend accessible à tous les budgets.  

Les décisions importantes sont prises en assemblée générale. Chaque associé dispose d'un pouvoir de vote proportionnel à ses apports au capital. La responsabilité des fondateurs de l'entreprise est limitée au montant de leurs apports respectifs. En cas de dettes, leur patrimoine personnel n'est pas en jeu.

 

💡 À noter :

La SARL est dirigée par un ou plusieurs gérants, nommés par les associés. Le gérant majoritaire est considéré comme un travailleur non-salarié (TNS). Le gérant minoritaire est un assimilé salarié. Ce dernier dispose d'une protection sociale similaire à celle d'un salarié, sauf l'assurance chômage.

 

Deuxième statut juridique possible dès 1 euro de capital  : la SAS

 

Comme la SARL, la SAS est adaptée à tous les types de projets, même si elle est particulièrement populaire pour les startups, les projets innovants ou ceux nécessitant d'importants capitaux de départ.

Les associés de SAS établissent librement les règles de fonctionnement de la société : 

  • Le rôle, le pouvoir des dirigeants.
  • Le choix de l'organe de direction.
  • Les conditions de prise de décision en assemblée générale.

 

Contrairement à la SARL, le nombre d'actionnaires n'est pas plafonné. Leur responsabilité se limite au montant de leurs apports au capital social. Le président de SAS est assimilé salarié, comme le gérant minoritaire ou égalitaire de SARL. 

 

Les autres statuts juridiques envisageables pour une entreprise en duo

 

La société anonyme (SA)

 

Moins fréquente que la SARL ou la SAS, la SA se distingue par un capital social minimum élevé de 37 000 €. Ce statut est donc réservé aux projets d'envergure à fort potentiel de croissance ou à vocation internationale, exigeant d'importants capitaux. La présence d'un commissaire aux comptes (CAC) et d'organes de direction rassure les investisseurs potentiels.


La société en nom collectif (SNC)


La responsabilité des associés est solidaire et indéfinie. En cas de dettes, ils sont tenus de répondre de leur patrimoine personnel. Par ailleurs, chaque associé doit avoir la qualité de commerçant pour pouvoir créer une SNC.

 

Créer une entreprise à deux : quels sont les avantages à s’associer ?

 

Une richesse de compétences et d'expertises

 

L'un des premiers atouts majeurs de l'association réside dans la complémentarité des compétences et des expertises de chaque associé. En effet, chaque individu apporte son bagage unique, qu'il soit technique, relationnel, commercial ou financier. Cette richesse de profils permet d'aborder les problèmes sous différents angles et de trouver des issues auxquelles un individu seul n'aurait peut-être pas pensé.

 

Un partage des responsabilités et des tâches

 

S'associer permet de répartir les responsabilités et les tâches managériales, comptables, commerciales, communicationnelles et logistiques. Chaque associé peut mettre à profit ses compétences et son expérience, favorisant une meilleure gestion de l'entreprise.

 

Une capacité d'investissement accrue

 

L'un des freins majeurs à la création d'entreprise est souvent le manque de ressources financières. S'associer permet de mutualiser les apports financiers de chaque associé, ce qui se traduit par un capital de départ plus conséquent.

Cette augmentation des ressources financières offre plusieurs bénéfices. Elle permet d'investir davantage dans le développement du projet, de se doter d'outils et de matériels performants et de mener des actions marketing ambitieuses.

 

Un soutien mutuel et une motivation renforcée

 

L'association permet également de répartir les risques et les responsabilités inhérents à la création ou au développement d'une entreprise. Face aux difficultés et aux imprévus, la présence de plusieurs associés permet de se soutenir mutuellement, de partager le fardeau et de prendre des décisions collectives éclairées. En cas d'échec, la responsabilité est partagée, ce qui atténue les conséquences négatives sur le plan personnel. 

 

Un accès à un réseau élargi

 

Chaque associé apporte son propre réseau de relations professionnelles et personnelles. S'associer permet donc de bénéficier d'un réseau élargi, ce qui peut s'avérer très précieux pour le développement de l'entreprise.

Ces contacts peuvent faciliter la prospection commerciale, la recherche de partenaires ou encore le recrutement de collaborateurs. De plus, ils peuvent également apporter des conseils avisés et des informations précieuses sur le marché.

 

Une diversité d'idées

 

Chaque associé apporte son regard unique sur les projets, ce qui permet de challenger les idées reçues et de trouver des solutions innovantes. Cette diversité de pensée est particulièrement importante dans un environnement en constante évolution, où il est indispensable de s'adapter rapidement aux nouvelles tendances et aux besoins du marché.

 

Une meilleure prise de décision

 

En s'associant, les entrepreneurs bénéficient d'une intelligence collective qui leur permet de prendre des décisions plus éclairées. En effet, chaque associé peut apporter son point de vue et son expertise sur un sujet donné, ce qui permet d'avoir une vision plus globale de la situation et de prendre des décisions plus judicieuses.

De plus, le fait de confronter différentes idées permet de réduire les risques d'erreurs et d'augmenter les chances de réussite.

 

Créer une entreprise à deux : quels sont les principaux risques à anticiper ?

 

Divergences d'opinions et conflits d'intérêts

 

L'un des principaux défis à relever pour les associés est de gérer les divergences d'opinions et les conflits d'intérêts. Des visions stratégiques différentes, des valeurs incompatibles ou des tempéraments opposés peuvent mener à des tensions, des incompréhensions, voire des conflits ouverts.

 

Communication défaillante et manque de transparence

 

Un manque ou une absence de communication entre les associés peut s'avérer fatal pour l'entreprise. Des informations non partagées, des décisions prises en secret ou un manque de concertation peuvent engendrer des frustrations, des erreurs stratégiques et une perte d'énergie collective.

 

Rôles flous et rapports hiérarchiques mal définis

 

Des rôles mal définis et des rapports hiérarchiques incertains peuvent mener à des conflits de pouvoir et à une paralysie de l'entreprise. Si les associés ne savent pas clairement qui est responsable de quoi et comment les décisions sont prises, cela peut créer de la confusion.

 

Difficultés financières et divergences d'appréciation

 

Les problèmes économiques peuvent mettre à rude épreuve les relations entre les associés. Si les deux parties ne parviennent pas à s'entendre sur les solutions à mettre en œuvre pour redresser la situation, cela peut mener à des tensions, des reproches mutuels, et même à la fermeture de l'entreprise

 

Créer une entreprise à deux : quelles sont les précautions à prendre pour éviter les conflits ?

 

Bien choisir son associé : un allié compétent et partageant votre vision

 

Il est tentant de se tourner vers une personne avec qui vous avez des affinités relationnelles, mais il est essentiel d'aller au-delà de ces considérations. Pour ce faire, commencez par évaluer les compétences réelles de votre associé, en termes d'expérience et de savoir-faire. Assurez-vous qu'il dispose des aptitudes nécessaires pour assumer ses responsabilités et contribuer efficacement au développement de l'entreprise.

En plus des compétences techniques, il est important de partager la même vision de l'entreprise. Veillez à ce que vos valeurs, stratégies, méthodes de travail et ambitions pour le projet soient en adéquation. Une vision commune évite les divergences d'opinions et facilite la prise de décision collective.

 

Un investissement équitable et des règles de gouvernance claires

 

L'investissement de départ des associés doit être proportionnel à leur implication dans le projet. Si les apports peuvent être de nature différente (argent, clientèle, expertise technique, etc.), il est important de trouver un équilibre qui reflète la contribution de chacun.

Pour éviter les litiges ultérieurs, il est indispensable d'établir des règles de gouvernance claires dès la création de l'entreprise. Elles doivent définir les rôles et responsabilités de chaque associé, les modalités de prise de décision, les procédures de résolution des conflits et les conditions de sortie du capital.

L'intervention d'un avocat spécialisé en droit des sociétés est vivement recommandée pour rédiger un pacte d'associés solide. Ce document prévient d'éventuels conflits en encadrant la relation entre les associés.

 

La communication : clé de voûte d'une collaboration durable

 

Une communication ouverte, transparente et régulière est essentielle pour maintenir une collaboration saine et constructive. Les associés doivent se parler, partager leurs informations, exprimer leurs désaccords et trouver des solutions communes.

N'hésitez pas à instaurer des rituels de communication, comme des réunions hebdomadaires ou des points d'information réguliers. Ces moments permettent de faire le point sur l'avancement du projet, d'anticiper les difficultés et de prendre des décisions concertées.

En cas de crise, la communication est d'autant plus cruciale. Ne laissez pas les problèmes s'envenimer et abordez les difficultés ouvertement et constructivement. En dialoguant et en trouvant des compromis, vous pouvez surmonter les obstacles et préserver votre collaboration.

 
✍️ En résumé
  • Les formes juridiques les plus plébiscitées pour créer une entreprise à deux sont la SAS et la SARL. La première offre une flexibilité plus importante aux associés que la seconde. 
  • La complémentarité des associés, l’investissement financier commun et le partage de responsabilité constituent les principaux avantages à la création d’une entreprise à deux. 
  • Les divergences entre associés représentent le principal risque lié à ce projet.

FAQ


  • Plusieurs formes juridiques sont adaptées à la création d'une entreprise à deux :

    • SARL.
    • SAS.
    • SA.
    • SNC.

     


  • Créer une entreprise à deux ne manque pas d'avantages, comme :

    • Mutualiser les compétences.
    • Partager les risques et responsabilités.
    • Bénéficier d'un soutien moral.
    • Accélérer la croissance, élargir les horizons.
    • Réunir des capitaux plus importants.
    • Prendre des décisions en commun.
Historique des modifications :
Détails
Mise à jour du 21 mai 2024 : vérification des informations juridiques. 

 

Cet article vous a-t-il été utile ?

Une question ? Laissez votre commentaire

Vos coordonnées sont obligatoires afin que l’on puisse vous répondre

Besoin d'échanger avec un avocat ?
Consulter Me Beck
Me Nicolas Beck
Ecrit par Me Nicolas Beck

Avocat au Barreau de Paris, spécialisé en droit des affaires et droit social, Me Nicolas Beck est associé d'un cabinet d'affaires. Il est en charge de la gestion d'un portefeuille d'entreprises majoritairement composé de startup ainsi que de PME-PMI. Il propose un accompagnement juridique sur le long terme pour un budget adapté aux spécificités et aux besoins de chaque structure. Auparavant, il avait exercé la profession de juriste d'entreprise puis intégré de prestigieux cabinets d'avocats d'affaires internationaux au sein desquels il a développé son expertise au service d'entreprises de toutes tailles et tous secteurs d'activités. 

Relu par Clémence Bonnet

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Créer son entreprise : les étapes pour réussir (2024)
10 min
Créer son entreprise : les étapes pour réussir (2024)
Création d'entreprise en ligne : quelles sont les étapes à réaliser ?
6 min
Création d'entreprise en ligne : quelles sont les étapes à réaliser ?
SAS : les questions les plus posées
11 min
SAS : les questions les plus posées
Forme juridique d'une entreprise : faites le bon choix (2024)
10 min
Forme juridique d'une entreprise : faites le bon choix (2024)
Guide de la gestion d'entreprise : pilotez votre succès de A à Z
5 min
Guide de la gestion d'entreprise : pilotez votre succès de A à Z
Avantages et inconvénients de la SARL
25 min
Avantages et inconvénients de la SARL
Statuts SAS : les mentions obligatoires et clauses facultatives
8 min
Statuts SAS : les mentions obligatoires et clauses facultatives
Monter sa start up : 5 avantages de passer par un avocat
3 min
Monter sa start up : 5 avantages de passer par un avocat
Choisir son statut juridique : les bonnes questions à vous poser - Webinar
15 min
Choisir son statut juridique : les bonnes questions à vous poser - Webinar
Quelles sont les sources de financement d'une société ?
7 min
Quelles sont les sources de financement d'une société ?