Sauvez votre entreprise en difficulté en toute sérénité

Une prestation forfaitaire réalisée par un avocat spécialisé et facilitée par notre plateforme 100% en ligne.

checkBénéficiez d’une plateforme et d’un accompagnement personnalisé

checkObtenez votre document en moins de 72h

checkProfitez de formules forfaitaires adaptées à votre besoin

checkAccompagnement personnalisé

checkDocument obtenu en moins de 72h

checkFormules forfaitaires sans frais cachés

Je me fais accompagner
Contacter un coach
Je me fais accompagner
Visuel-avocat-main-section-490x426px

Les 4 étapes pour sauver votre entreprise

🚀 Vous développez votre activité, nous gérons votre juridique !

1. Questionnaire en ligne

Notre questionnaire permet de comprendre votre besoin. Commencer

🕐 5 min

2. Choix de la prestation

Vous choisissez une prestation à un prix forfaitaire.

🕐 2 min

3. Mise en relation avec un avocat

Nous choisissons l'avocat le plus adapté à votre situation.

🕐 2 min

4. Échanges illimités

Votre avocat réalise votre prestation. 

🕐 72h

Vous êtes entre de bonnes mains


Des devis sur-mesure à prix juste

Nos avocats partenaires proposent un forfait personnalisé pour chaque dossier à un tarif préférentiel*, fixe, sans frais additionnel, pour un projet sans mauvaise surprise.

Tarifs


Une prestation en ligne et rapide

Votre avocat assure une première prise de contact et l'envoi d'un devis sous 24h. Vos échanges sont sécurisés et illimités pour garantir la réalisation de la prestation sous 72h. 

En ligne


Un avocat choisi spécifiquement pour vous

Nos 100 avocats partenaires sélectionnés répondent à chaque besoin juridique grâce à leur expertise sur les différents secteurs d'activités. 

 

Équipe dispo
Tarifs En ligne Équipe dispo
Je me fais accompagner
Je prends rendez-vous

Ils ont fait confiance à Captain Contrat

0
entreprises créées grâce à nos juristes
0
projets réalisés avec Captain Contrat
0
entrepreneurs abonnés et accompagnés au quotidien
Mélissa Lemariey
Entrepreneur individuelle
Organisatrice de mariages
Un retour très rapide
J'ai eu un retour très rapide, la personne de chez Captain Contrat que j'ai eu a été très agréable, professionnelle et compréhensive. L'avocate qui m'a ensuite contacté a pris le temps d'échanger pour cerner mes besoins, son retour a été rapide et le prix est un énorme avantage pour les petites structures comme la mienne.
Hugues Jacquette
Co-fondateur @Sitactus
Plateforme digitale
Le côté humain
Le côté humain, en apparence paradoxal avec la notion de services proposés à travers le web : interlocutrice très sympa, réactive, compétente (Tatiana !). Les deux avocates spécialistes qui ont traité mes dossiers sont tout aussi réactives et compétentes, et la relation humaine est également au coeur de leurs préoccupations ! Oui, je recommande pleinement !
Kenji Adaniya
Fondateur @Créa Dojo
Programmation informatique
Très satisfait !
L'avocat a la fois proposé une stratégie pour être autonome pour l'usage du contrat produit, a exécuté la prestation dans un délai très court et a su comprendre rapidement notre projet un peu technique. Très satisfait !
Sébastien Albou
Fondateur @Datafed
Société de conseil
Le coût abordable
Le coût abordable, la réactivité des interlocuteurs, ainsi que la facilité du processus de création d'entreprise.

Nos soutiens de longue date

logo_bnpparibas logo_google logo_lesechoslegal (1) BPI France logo_maif

Comparez nos formules d’accompagnement

Consultation
250€ HT
Ouverture de la procédure
650€ HT

🤝🏻 Consultation avec un avocat

  • Analyse de vos documents juridiques et financiers
  • Conseils personnalisés

📄 Ouverture de la procédure

  • Ouverture de la procédure de liquidation judiciaire
  • Rédaction de la Déclaration de Cessation des Paiements (DCP)
Consultation
250€ HT

check Analyse financière de votre situation par un avocat expert

check Conseils juridiques personnalisés

Ouverture de la procédure
650€ HT

check Analyse financière de votre situation par un avocat expert

check Conseils juridiques personnalisés

check Ouverture de la procédure de liquidation judiciaire

Je me fais accompagner

Une question ? Nos coachs sont à votre écoute !

Carole

Besoin de conseils sur votre projet ?

Carole et tous nos coachs entrepreneuriaux seront ravis de répondre à vos questions 🙂

Horaires: Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h00

Découvrez les questions fréquentes d’autres entrepreneurs

  • 📌 Quelles solutions pour une entreprise en difficulté ?


    Selon les difficultés rencontrées par l’entreprise, plusieurs solutions peuvent être envisagées : la conciliation ou une procédure collective (sauvegarde, redressement et liquidation judiciaire) :

     

    • Étape n°1 : si la trésorerie est encore suffisante pour régler les créanciers, mais que des difficultés financières s’amorcent, deux procédures peuvent être mises en place : la conciliation ou la sauvegarde.

    • Étape n°2 : si l’actif de la société n’est plus suffisant pour faire face au passif, l’entreprise est dite en état de cessation des paiements. Deux procédures collectives peuvent être enclenchées :
      • Le redressement judiciaire pour permettre la poursuite de l’activité économique, le maintien de l’emploi et l’apurement du passif.
      • En cas d’échec ou d’impossibilité de sauvegarde ou de redressement judiciaire, l’entreprise peut est mise en liquidation judiciaire. La gestion de l’entreprise est confiée à un liquidateur. La clôture de cette procédure met fin à l’activité.

     

    Captain Contrat accompagne les entreprises en difficultés. 

  • Mandat ad hoc et conciliation : les mesures préventives par excellence


    Votre entreprise connaît des difficultés financières ? N’attendez pas et activez l’une de ces deux procédures préventives : la conciliation et le mandat ad hoc.

    • Conciliation (art. L. 611-1 à L. 611-16 du Code de commerce) : cette procédure amiable permet à l’entreprise de poursuivre son activité. Le dirigeant n’est pas dessaisi de ses fonctions. Le but de la conciliation est de parvenir à un accord entre l’entreprise et ses créanciers pour le règlement des dettes.
    • Mandat ad hoc (art. L. 611-3 du Code de commerce) : l’entreprise peut apurer ses dettes dans le secret (pas d’obligation d’informer les tiers ou les salariés). Le mandataire ad hoc négocie notamment avec les créanciers le calendrier de règlement des dettes.

    Captain Contrat peut vous accompagner si votre entreprise est en difficulté

  • Qu'est-ce que l'état de cessation des paiements ?


    Lorsque la société a des dettes qu’elle n’est plus en mesure de rembourser, c’est-à-dire que son actif disponible n’est plus suffisant pour faire face à son passif exigible, elle est en état de cessation des paiements. 


    L’entreprise dispose d’un délai de 45 jours pour déposer auprès du greffe du Tribunal de commerce une déclaration de cessation des paiements, nommée aussi le dépôt de bilan. Ce dernier permet d’enclencher une procédure de redressement judiciaire ou une liquidation judiciaire.

  • Quels sont les signes d'une entreprise en difficulté ?


    Il est primordial d’être attentif à l’ensemble des marqueurs susceptibles de fragiliser votre exploitation et de les appréhender avec prudence. À titre d’exemple, ces marqueurs peuvent résulter :

    • de conjonctures défavorables comme des mouvements sociaux ou récemment, l’épidémie de Covid-19 ; 
    • de la perte d’un client important ou d’un contrat fournisseur clé ;
    • de difficultés ressenties par un client ou un fournisseur ayant une incidence directe sur la continuité de votre activité ; 
    • d'une dépense matérielle imprévue ; 
    • ou encore d'une accumulation des échéances de paiement. 

    Plus tôt les difficultés seront perçues et analysées et plus vite, vous serez en mesure de redresser la situation avant que celle-ci n'atteigne un point critique. 

  • Comment fonctionne la procédure de sauvegarde ?


    La sauvegarde est une procédure collective à enclencher au plus tôt, avant l’état de cessation des paiements. Le dirigeant doit déposer une demande au Tribunal de commerce. Si la requête recevable, le juge nommera :


    • un administrateur judiciaire : pour vous assister dans la gestion quotidienne de l’entreprise ;
    • un mandataire judiciaire : qui va assurer les intérêts des créanciers ;
    • un juge-commissaire : qui veillera au bon déroulement des opérations ;

    Pendant une période d’observation (de 6 mois à 18 mois) l’administrateur va dresser l’état du passif. Il doit élaborer un plan de sauvegarde fixant les perspectives de redressement de l’entreprise sur une durée de 10 ans maximum. Il précisera :


    • les mesures de réorganisation éventuelles de l’entreprise ;
    • les éventuelles cessions ;
    • le calendrier de règlement des dettes, c’est-à-dire les délais de paiement.

    À la fin de la procédure de sauvegarde, trois dénouements différents sont possibles :


    • la situation de l’entreprise s’améliore : la procédure prend fin ;
    • la mise en place du plan de sauvegarde : le dirigeant adopte des mesures effectives pour restructurer l’entreprise. Les dettes sont épurées et l’activité de l’entreprise peut repartir sur de bonnes bases ;
    • l’entreprise passe en état de cessation de paiement : la procédure de sauvegarde n’est alors plus envisageable et l’entreprise doit passer en redressement judiciaire.

    Pour en savoir plus, découvrez notre article la procédure de sauvegarde : les étapes à connaître.
  • Qu'est-ce que la procédure de redressement judiciaire ?


    Le redressement judiciaire est une procédure collective. Elle est mise en place quand l’entreprise est en état de cessation des paiements. Elle s’applique aux entreprises individuelles (EI), aux micro-entreprises, aux sociétés et aux agriculteurs.


    Le dirigeant doit demander l’ouverture de la procédure de redressement judiciaire dans les 45 jours de la cessation des paiements, auprès du tribunal de commerce. La demande peut être effectuée par un créancier ou le ministère public.

  • Liquidation judiciaire : comment ça fonctionne ?


    La liquidation judiciaire est une procédure collective mise en place lorsqu’un débiteur n’est plus en capacité d’honorer ses créances et se trouve dans une situation qui ne permet pas d’espérer un rétablissement. 


    Elle doit être enclenchée dans un délai de 45 jours maximum après la déclaration de cessation des paiements. 


    Elle peut concerner une société, un microentrepreneur ou une entreprise individuelle.  


    La liquidation judiciaire peut être sollicitée par un créancier, un débiteur ou par le procureur de la République. La demande doit être effectuée auprès du tribunal de commerce (pour les commerçants et les artisans) ou du tribunal judiciaire. 


    Après analyse de la situation et si les conditions requises sont remplies, le jugement d’ouverture de la procédure est prononcé. Un liquidateur est alors nommé par le tribunal, ainsi d’un juge-commissaire, qui veille au déroulement de la procédure.


    La société en liquidation judiciaire doit cesser son activité, sauf si le tribunal l’autorise à continuer pour une durée maximale de 3 mois, renouvelable une fois.

  • Quels risques de sanctions pèsent sur le dirigeant d'une entreprise en difficulté ?


    Le dirigeant d’une entreprise en difficulté peut se voir sanctionné au cours d’une procédure collective (redressement ou liquidation judiciaire) s’il a commis une faute ayant conduit à la faillite de la société.


    Le dirigeant peut être soumis à diverses sanctions : 


    • Insuffisance d'actif : si cette insuffisance d’actifs résulte du fait de fautes de gestion, d’agissements contraires à l’intérêt de la société. Le tribunal compétent pourra le condamner à payer directement les créanciers avec son argent personnel.
    • Faillite personnelle : elle implique l’interdiction de diriger, gérer, administrer ou contrôler directement ou indirectement toute personne morale. En outre, le tribunal peut aussi prononcer l’incapacité d’exercer une fonction publique élective. 
    • Interdiction de gérer : elle peut être limitée à une entreprise en particulier. Elle est prononcée notamment lorsque le dirigeant a sciemment omis de demander l’ouverture d’une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire dans un délai de 45 jours à compter de la cessation des paiements. 
    • Banqueroute : lors du redressement judiciaire ou de la liquidation judiciaire, le dirigeant pourra se voir sanctionné s’il s’avère qu’il a détourné ou dissimulé tout ou partie de l’actif du débiteur, frauduleusement augmenté le passif du débiteur, tenu une fausse comptabilité. Il s’expose à une peine de 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

    Pour en savoir plus, consultez notre article Défaillance d’entreprise : quels risques de sanctions pour le dirigeant ?

  • Afficher plus de questions

Approfondissez vos connaissances grâces à nos guides gratuits

fermeture-societe-389x485px
Besoin d'aide ? Recevez immédiatement notre guide dans votre boite mail

Besoin de vous faire accompagner ?

Captain Contrat vous accompagne. C’est simple, facile et rapide.

Recevoir mon guide

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier