Vous êtes avocat ? 👋 Pour rejoindre notre réseau, c'est par ici !
  1. Gestion
  2. Fiscalité
  3. Pacte d’actionnaires : la clause de buy or sell, ou clause « à l’américaine »

Pacte d’actionnaires : la clause de buy or sell, ou clause « à l’américaine »

J'obtiens mon pacte d'associés
J'obtiens mon pacte d'associés

Parfois appelée clause américaine ou clause texane, la clause de buy or sell permet aux associés de trouver un accord de cession ou de vente de titres à la sortie de l’un d’entre eux de la société. Attention ce type de clause doit obligatoirement être rédigée par un professionnel pour pouvoir produire ses effets. 

 

 

Le pacte d’actionnaires

 

Document annexe aux statuts d’une entreprise, le pacte d’actionnaires régit les relations entre les associés d’une société anonyme. Dans le cas d’une SARL, on parle plutôt de pacte d’associés, mais l’utilité du document est la même.

Le pacte d’actionnaires sert à protéger les intérêts communs, et à limiter l’étendue des éventuels litiges qui pourraient s’immiscer entre les partenaires de l’entreprise. A travers celui-ci, les associés s’accordent sur un certain nombre de points : vente ou cession des titres, votes lors des assemblées générales, etc.

Confidentiel, le pacte d’actionnaires est, certes, soumis aux conditions de validité du contrat, mais les termes ne sont également connus que des signataires.

La clause de buy or sell

 

La mise en œuvre de la clause de buy or sell

En règle générale, la clause de buy or sell est mise en œuvre lorsqu’une société, détenue à égalité par deux associés, est sujette à une friction entre ces derniers. Il en va de la pérennité de l’activité. Par conséquent, chaque associé a la possibilité de proposer de racheter les titres de l’autre, à un certain montant. Le destinataire a alors la possibilité de choisir entre deux options : céder ses titres à l’autre associé au prix proposé ou, au contraire, racheter les titres de l’autre associé, au prix initialement proposé également.

Le rapport de cause à effet

C’est donc l’associé qui reçoit la proposition qui est confronté au choix de rester au sein de l’entreprise en rachetant les parts de l’autre, ou de partir en revendant les siennes. Pour cela, il est important que les deux parties apprécient, à juste titre, la valeur de l’entreprise qu’ils s’apprêtent à délaisser ou à reprendre intégralement.

Il faut également garder à l’esprit que si la proposition est trop basse par rapport à la valeur réelle de la société, l’associé recevant la proposition choisira, presque certainement, de racheter les titres « à bon prix ». En revanche, s’il effectue une proposition trop élevée et que l’associé refuse, il devra alors racheter les titres de ce dernier, au prix fort.

Une clause à double tranchant, donc, pour l’actionnaire de l’entreprise qui y a recours en premier.

 

Les limites de la clause de buy or sell

La clause de buy or sell doit être mise en œuvre de bonne foi pour être valable. En effet, le but n’est pas d’entretenir un conflit entre deux associés, mais bien de trouver une solution de manière à éviter de pénaliser l’activité de l’entreprise. Pour cela, il reste nécessaire que l’un des deux partenaires cède ses parts et continue son bonhomme de chemin hors de la société en question.

Aussi, il est important de souligner qu’en fonction de la forme juridique de l’entreprise, l’application de la clause de buy or sell peut être plus ou moins limitée. Par exemple, dans les sociétés en nom collectif (SNC), la cession de titres requiert que les associés soient d’accord à l’unanimité pour être rendue possible. De même, les termes contenus dans la clause doivent être cohérents et ne peuvent contredire ou brider les statuts de l’entreprise, quel que soit son statut.

Comment est-elle rédigée ?

 

La clause de buy or sell est, pour sa part, incluse directement dans les statuts de la société, ou dans le pacte d’actionnaires. Généralement, c’est cette dernière option qui est favorisée, de manière à ce que l’accord demeure confidentiel et ne soit connu que des associés. Néanmoins, compte tenu de sa forte incidence, elle doit être rédigée avec précaution. En outre, il est recommandé de faire figurer, noir sur blanc, les éléments suivants :

· Contexte et champ d’application

· Procédure à suivre pour y avoir recours

· Modalités et délais de réponse à respecter

La sanction en cas de non-respect de cette clause

 

Puisque la clause de buy or sell entre dans le cadre d’un pacte d’actionnaires, sa violation n’est pas aussi lourde que la violation des statuts. Aussi, puisqu’elle n’engage que les deux associés signataires du pacte, elle n’est pas opposable à des tiers. En revanche, une sanction type dédommagement, ou dommages et intérêts, peut être prévue en cas de violation du pacte. Elle doit être inscrite de manière claire et directe dans la clause.

Bien que les termes de la clause de buy or sell ne soient connus que des deux signataires du pacte d’actionnaires, il est important de porter une attention particulière à leur rédaction. D’une manière générale, il est sérieusement conseillé de faire appel à un avocat maîtrisant le droit des affaires pour la mise en place de ce type d’accord.

 

Maxime Wagner
Écrit par Maxime Wagner
Cofondateur de Captain Contrat, Maxime a débuté en analyse de risque financier et a évolué sur des enjeux d'innovation dans la distribution. Il est diplômé de Centrale Lille et l'ESSEC.
Vous avez encore des questions ? 🤔
Image des coach CaptainContrat
Posez-les gratuitement à l’un de nos coachs entrepreneuriaux.
Parler à un coach

Besoin d’aide ?

Tatiana - photo rappel sales (blog)
Nos coachs entrepreneuriaux sont à votre écoute
Besoin de conseils sur votre projet ? De poser toutes vos questions de vive-voix ? Contactez-nous 🙂
Prendre un rendez-vous

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

5 min
Optimiser sa rémunération de dirigeant de SAS grâce aux dividendes

L'optimisation de la rémunération des dirigeants de SAS est un enjeu majeur. Quel type de rémunération choisir ? Mensuelle ou annuelle ? Laquelle implique de payer plus de cotisations sociales

5 min
Deux façons de faire entrer un nouvel associé dans une société

Il existe plusieurs façons de faire entrer un nouvel associé au sein d’une société. Découvrez rapidement quelles sont leurs modalités d'intégration

2 min
Distribuer les dividendes d'une SARL entre associés : procédure

Comment effectuer la distribution des dividendes d'une SARL entre ses associés/actionnaires ? Cet article vous explique comment répartir les bénéfices et la distribution des dividendes.

5 min
Différences entre associé gérant, et associé majoritaire ou minoritaire

Découvrez toutes les différences entre associé gérant, minoritaire et majoritaire : quelle responsabilité ? Quel régime fiscal et social ?

5 min
Que faire en cas de décès d’un associé ?

La société peut-elle continuer à fonctionner, à exister lors du décès d'un associé ? Les héritiers de l'associé décédé récupèrent-ils leurs parts ?

3 min
EURL à l'IS ou à l'IR : quel régime d'imposition choisir ?

Il existe deux régimes d’imposition pour l'EURL : l’impôt sur le revenu (IR) et l'impôt sur les sociétés (IS). Comment choisir ? Est-il possible de passer de l'IS à l'IR ou inversement ?

5 min
Régime fiscal : la fiche compléte pour tout comprendre

Lors de la création de votre entreprise, vous allez devoir choisir votre régime fiscal. Découvrez les différents types de régimes et comment faire ce choix.

5 min
Entreprise et mariage : quels impacts sur votre société ?

Entreprise et mariage peuvent se cumuler. Vous souhaitez vous lancer avec votre conjoint ? Quels sont les impacts sur la société ou le statut du conjoint ? Quid en cas de divorce ?

4 min
Le régime fiscal de la SARL : IR ou IS ?

Comment choisir le meilleur régime fiscal pour une SARL ? Découvrez comment optimiser la fiscalité de l’entreprise en choisissant entre IS et IR.

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier