Cession d’actions : comment évaluer le prix d’une action ?

par
5
Consulter un avocat 

Sommaire

  1. Les caractéristiques du prix d’une action
  2. Les méthodes d’évaluation
  3. L’évaluation des parts par un expert
Consulter un avocat 

Pilier de la cession d’entreprise ou de la cession d’actions au profit d’un nouvel associé, l’évaluation du prix d’une action est une opération très importante lorsque le montant réel n’a pas été décidé par les deux parties. Cette estimation est faite sur la base de critères objectifs. Comment ça marche ?

 

Les caractéristiques du prix d’une action

 

Lorsque le prix de l’action est fixé de commun accord entre le cédant et le cessionnaire, on parle de prix d’action déterminé. Lorsque sa valeur est seulement évaluée par un expert, on parle alors de prix d’action déterminable. C’est la condition admise par les juges, dans l’éventualité où le prix de l’action n’aurait pas été déterminé entre les deux parties. Conséquence : un expert est mandaté pour évaluer le prix approprié pour la cession.

Il est aussi possible d’opter pour une cession d’actions pour le montant d’un euro symbolique. Néanmoins, il est important de veiller à ce que le cédant ne perde pas toute contrepartie suite à une telle transaction. De même, la cession contre un euro symbolique ne peut permettre une donation déguisée (c’est-à-dire, de manière à permettre au cessionnaire de réaliser un profit important, en revendant les actions dans un court délai).

 

Les méthodes d’évaluation

 

Plusieurs méthodes existent pour déterminer la valeur d’une action dans le cadre d’une cession. Il s’agit des suivantes.

 

La valeur patrimoniale

La méthode de valorisation patrimoniale est liée au passé de l’entreprise. Elle consiste notamment à agréger tous les actifs de la société, à réévaluer leur valeur de marché à l’heure actuelle, puis à en déduire les dettes également mises à jour de manière à être en ligne avec le marché. Cela comprend également l’évaluation des actifs incorporels, à l’instar des brevets, licences d’exploitation et autres fonds de commerce. Dans le jargon comptable, on parle aussi d’actif net réévalué.

La méthode de valorisation patrimoniale se veut être particulièrement simple. Elle est privilégiée lorsqu’il est question de cession d’actions au sein d’une industrie, d’une holding, d’une société de distribution, foncière ou encore commerciale. Elle fait également plus de sens lorsque l’entreprise compte de nombreux actifs échangeables.

Lorsque la valeur est considérée comme déterminable, elle représente, pour l’actionnaire, la valeur minimum de son entreprise, ou le seuil minimum de cession.

 

La valeur fixée par rapport à la rentabilité

La valeur fixée en fonction de la rentabilité est une autre approche. Plus mathématique que la première, elle consiste en l’actualisation des résultats ou des flux de trésorerie prévisionnelle, voire des deux. En revanche, il faut savoir que cette méthode requiert une certaine visibilité à moyen et long termes, afin d’aboutir à un taux d’actualisation le plus réaliste possible.

 

La valeur indexée

Enfin, la valeur indexée consiste à comparer la valorisation de plusieurs sociétés dont l’activité est la même, en fonction de critères et de règles identiques. On établit alors des comparaisons avec des transactions effectuées sur le marché des fusions-acquisitions. Néanmoins, dans la plupart des secteurs, les bases de données des transactions ne sont pas exhaustives, ce qui vient compromettre la transparence de la comparaison.

 

Que faire si le prix de cession est prévu par les statuts ?

Lorsque le prix de cession est prévu par les statuts, il peut être contesté par les parties. Dans ce cas, la valeur est de nouveau examinée par un expert désigné par les parties ou par le président du tribunal. Il applique alors l’une des trois méthodes énoncées ci-dessus afin de redéfinir le prix d’action déterminable. Le cas échéant, il est tenu d’appliquer les règles et modalités de détermination de la valeur telles qu’elles ont été définies dans les statuts de la société, ou par toute autre convention liant les parties tel que le pacte d’actionnaires, par exemple.

 

L’évaluation des parts par un expert

 

L’expert est mandaté par les parties ou par ordonnance du président du tribunal, comme évoqué plus haut, notamment en cas de contestation. Il est libre d’évaluer, comme il le sent, la valeur des actions. Cependant, il est tenu de se plier aux indications des parties et de respecter la valorisation des prix. De même, il ne peut modifier unilatéralement la méthode de calcul définie par la convention des parties, ou par les statuts.

Enfin, il est important de souligner que l’estimation du prix par l’expert sollicité ne peut être remise en cause que lorsqu’il s’avère que ce dernier a délibérément exagéré, s’il a outrepassé son mandat, ou encore s’il s’est grossièrement trompé. Là encore, ces accusations doivent être prouvées.

A l’issue de toute cette procédure de réévaluation, le prix fixé par l’expert devient alors définitif, et s’impose au cédant comme au cessionnaire. Aussi, il ne peut être modifié ultérieurement, suite à l’évolution de la situation patrimoniale de la société étant intervenue ultérieurement à la cession en question.

A présent, vous en savez plus au sujet de l’évaluation du prix d’une action dans le cadre d’une cession. La rédaction des statuts, du pacte d’actionnaires ou de tout autre document destiné, en partie, à encadrer la cession d’actions est donc une étape à ne pas négliger. Un avocat en droit des affaires ou un expert-comptable pourra vous guider dans le cadre de cette démarche. Vous éviterez ainsi toute complication ultérieure liée à une telle transaction.

Maxime

Écrit par

Maxime

Après avoir travaillé en finance à l'international puis dans la grande distribution en France, Maxime est devenu dirigeant d'entreprise. En contact avec de nombreux entrepreneurs, sa mission est de simplifier l'accès au droit grâce au numérique et favoriser le développement de l'entrepreneuriat en France.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

La différence entre la cession d'actions et la cession de parts sociales

Lorsque l’on fait entrer un nouvel associé dans une société, il est possible d'augmenter le capital ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Sortir de sa société en cédant ses actions ou parts

La cession d’actions ou de parts sociales permet de faire entrer un nouvel associé, et de sortir de ...

Maxime

Maxime

Cession d’actions et de parts sociales : comprendre le fonctionnement en 3min

Vous souhaitez saisir une opportunité de quitter votre société en en tirant une contre partie ...

Philippe

Philippe

Cession d'actions SAS : la procédure et les formalités à réaliser

Une société par actions simplifiée (SAS) est une forme juridique très appréciée des entrepreneurs ...

Me Camille Mirabel-Chambaud

Me Camille Mirabel-Chambaud

Céder ou acquérir les actions ou parts sociales d'une société

Il arrive souvent un moment dans la vie de votre entreprise où l'occasion se présente de céder ses ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Promesse de cession d’actions : quelles sont les clauses à connaître ?

La promesse de cession d’actions formalise le projet qu’a l’actionnaire de céder ses parts dans des ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Cession d’actions : en quoi consiste l’enregistrement ?

Lorsque vous êtes associé(e) ou actionnaire dans une société anonyme (SA) ou dans une société par ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Cession d'actions : les étapes clés pour la réussir

Rappelons tout d’abord qu’une cession d’actions concerne les SAS ou SA puisque dans le cas des ...

Philippe

Philippe

Minorité de blocage dans une SARL : comment y faire face ?

Les sociétés à responsabilité limitée (SARL) ont leur capital représenté par des parts sociales. ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier