BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter

    Devenir indépendant : le guide de A à Z

    Création d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    Si vous rêvez de vous affranchir de toute hiérarchie, que vous avez soif de nouveaux projets et de liberté dans l'organisation de votre travail, devenir indépendant est probablement la solution ! Mais qu'entend-on véritablement par « devenir indépendant » ? Par où commencer et comment s'y préparer ?

    1. Qu'est-ce qu'un travailleur indépendant ?
    2. Comment se préparer ?
    3. Comment se financer ?
    4. Statuts juridiques possibles
    5. Les formalités de création

    Qu'est-ce qu'un travailleur indépendant ?

    On appelle travailleur indépendant une personne exerçant une activité sans lien de subordination. Le travailleur indépendant et l'auto-entrepeneur sont deux statuts différents qu'il convient de distinguer au risque de se tromper de structure juridique.

    La définition du travailleur indépendant est très large et regroupe à la fois plusieurs statuts juridiques, que nous évoquerons plus bas, et de multiples métiers : boulanger, coiffeur, artisan, professions libérales, etc.

    Ce qui relie ces domaines d'activités très différents, c'est le fait que le travailleur indépendant définisse seul l'organisation de son travail.

    Un questionnement profond sur soi s'impose avant de se lancer : souhaitez-vous vraiment devenir votre propre patron ?

    Cela impose également de prendre en compte d'autres paramètres :

    • Aimez-vous travailler seul ?
    • Êtes-vous organisé ?
    • Avez-vous la discipline nécessaire pour tenir vos engagements vis-à-vis de vos clients ?
    • Avez-vous une bonne tolérance au risque ?
    • Êtes-vous prêt à avoir des revenus fluctuants fortement ?

    Si vous pouvez faire face à une charge de travail très importante, et que vous avez un projet qui vous passionne, alors c'est peut-être le moment de penser à devenir travailleur indépendant.

    Devenir indépendant : comment s'y préparer ?

    Une étude de marché

    Avant même de se lancer, une étude de marché est indispensable pour confronter votre idée à la réalité du marché. Cette étude de marché vous permettra d'ajuster votre offre, de  tester la viabilité du projet afin de s'assurer qu'au lancement, votre service ou produit rencontrera véritablement une clientèle et qu'il existe un vrai besoin.

    A ce titre, on voit par exemple de plus en plus de jeunes entrepreneurs tester leurs produits sur leur réseau, en les proposant avant le lancement, afin d'avoir des retours d'expérience permettant de s'améliorer tout en limitant les risques.
    Une fois que vous avez peaufiné l'offre que vous souhaitez présenter sur le marché, dressez un état des lieux très complet et détaillé de vos ressources et de vos besoins.

    Soyez prudent et sous-estimez vos ressources tout en surestimant vos besoins.

    Anticiper les évènements

    L'objectif est, là encore, de se prémunir contre de mauvaises surprises.

    Estimer précisément vos besoins sera un critère déterminant pour la suite et surtout au début, quand on se lance, on a toujours tendance à les sous-estimer.

    Essayez également de prévoir au maximum les éléments qui pourraient entraver le bon démarrage de votre activité et de visualiser votre activité en période de fonctionnement et non au démarrage où l'envie et l'excitation des débuts peuvent combler certaines choses.

    Les aspects matériels

    Il faut notamment lister tous les aspects matériels : où et avec quoi allez-vous travailler ?

    Si vous prévoyez de travailler chez vous, disposez-vous de l'espace nécessaire ? Avez-vous besoin d'un local dédié pour stocker du matériel ou recevoir des clients ? Vos clients viendront-ils vous rendre visite ? Avez-vous besoin d'un véhicule, de matériel informatique dédié ?

    Concernant votre matériel, la prise de contact avec des fournisseurs est indispensable dans l'établissement de votre business plan. Quels seront les coûts de production ou d'achat de matières? Quid des coûts de transport ? Et n’oubliez pas les délais de paiement et les garanties !

    Avez-vous besoin de machines de production, d'outils, de matériel informatique spécifique ?

    Si vous changez totalement de domaine, interrogez-vous également sur vos besoins de formation. Une fois votre activité lancée, il sera beaucoup plus difficile de vous dégager du temps pour vous former.

    Le guide pour devenir indépendant

    Comment se financer quand on veut devenir indépendant ?

    Une première estimation

    La conséquence concrète de ce travail est d'arriver à estimer vos besoins et ressources en argent.
    Vous pourrez alors évaluer avec justesse les fonds dont vous aurez besoin pour lancer votre activité et comme fonds de roulement. Là encore, au niveau du Business Plan Prévisionnel, sous-estimez vos futures entrées d’argent en allongeant le délai de paiement de vos clients et surestimez les dépenses en considérant que vous devez payer tout de suite.

    Une fois le capital de départ estimé, il vous faudra trouver des fonds pour le financer. Le montant n'est pas forcément mirobolant et tout dépend bien sûr de l'activité que vous souhaitez lancer. Il sera aussi nécessaire de bien répartir son capital social pour au mieux le libérer.

    Les différents investissements

    Définissez d'abord la somme que vous souhaitez ou pouvez investir dans votre entreprise et ensuite cherchez de l'argent.

    La recherche de financements peut faire peur par sa prétendue complexité mais il n'en est rien notamment parce que les modes de financement se sont diversifiés. Un dossier de financement doit être monté et parfaitement évalué pour paraitre le plus crédible face aux investisseurs.

    Outre le prêt bancaire classique, les campagnes de crowdfunding, le crowdlending, mais également de nombreux concours dédiés aux startups peuvent être la solution pour financer votre lancement. Pensez également aux prêts d'honneur qui sont une bonne alternative, et aux diverses aides à la création d'entreprises.

    En ce qui concerne les banques, elles restent frileuses pour financer le démarrage total d'une activité, en particulier si vous ne pouvez pas mettre beaucoup de votre poche.

    De manière générale, vous trouverez plus facilement un deuxième financier quand vous en aurez déjà un. Les banques notamment s’engagent beaucoup plus facilement quand un autre s’est déjà engagé donc ne négligez aucune piste au début.

    Plusieurs statuts juridiques sont possibles pour devenir indépendant

    EURL, SASU ou EIRL ?

    Entreprise individuelle, EURL ou encore SASU, il convient de choisir celui qui est le plus adapté à vos besoins et au régime fiscal auquel vous serez soumis.

    Souhaitez-vous que votre activité soit abritée sous une personnalité morale ? Dans ce cas, l'EURL et la SASU seront plus adaptées. Le champ de la responsabilité joue également dans ce choix : la responsabilité est illimitée dans le cadre d'une EI, limitée au patrimoine pour l'EIRL, et limitée aux apports pour l'EURL et la SASU.

    Les formalités de création sont également plus lourdes dans le cas de la création d'une société, avec l'obligation d'inscription au registre du commerce et des sociétés. Mais la question du statut juridique de votre travail en tant qu'indépendant dépend également de votre estimation de chiffre d'affaires annuel.
    Cet élément va déterminer votre possibilité de recours au régime fiscal de micro-entrepreneur (170 000€ maximum pour de la vente de marchandises, 70 000€ pour de la prestation de service).

    Accès à certaines aides

    Le statut juridique conditionne également l'accès à certaines aides, comme l'ACCRE, désormais ouverte pour les créateurs d'entreprises et non plus uniquement pour les chômeurs créateurs d'entreprises.

    Régime fiscal

    Concernant le régime fiscal, un indépendant optant pour l'EI verra son activité entrer dans son imposition sur le revenu. Pour les autres statuts possibles, vous aurez le choix entre l'impôt sur les sociétés (IS), et l'impôt sur le revenu (IR), en notant toutefois que pour la SASU, l'imposition à l'IR des bénéfices ne sera possible que pendant les 5 premières années d'exercices. A vous de voir s'il est plus intéressant fiscalement d'opter pour l'IR ou l'IS.

    Et puis bien sûr il y a la protection sociale qui n'est pas la même selon le statut. 

    Les formalités de création

    Une fois le statut juridique et le régime fiscal déterminés, vous êtes prêts pour vous lancer dans les démarches de création. Si vous souhaitez créer une entreprise, il vous faudra prévoir la rédaction de statuts et l'immatriculation au RCS, et il peut être intéressant de se faire accompagner par un avocat à cette étape.

    • Si vous souhaitez créer une entreprise individuelle, il faudra simplement demander votre immatriculation en tant que personne physique.
    • Pour l'EIRL, vous devrez en complément déposer vos comptes tous les ans ainsi que la liste de vos biens professionnels puisque votre responsabilité est limitée à ces biens. Il faudra éventuellement prévoir l'intervention d'un notaire pour l'évaluation de ces biens.
    • Si vous optez pour l'EURL ou la SASU, il vous faudra en plus de l'immatriculation, rédiger des statuts, les déclarer au centre des impôts, et faire publier une annonce au journal des annonces légales. Vos comptes sociaux devront être déposés annuellement au greffe du Tribunal de Commerce.

    Afin de ne rien omettre et mettre toutes les chances de votre côté pour lancer sereinement votre activité, un accompagnement peut être intéressant pour effectuer ces démarches.

    Encore des questions ? Consultez un avocat spécialiste Je consulte un avocat en  ligne

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES
      devenir_sophrologue

      Création d'entreprise

      Devenir sophrologue : quelles sont les démarches ?

      creation_naturopathe

      Création d'entreprise

      Devenir naturopathe : toutes les étapes du métier

      objet_social

      Création d'entreprise

      Objet social d'une société : Définition

      immatriculation-entreprise-individuelle-formalites

      Création d'entreprise

      Immatriculation de l’entreprise individuelle : quelles sont les étapes ?

      questions_frequente_sarl

      Création d'entreprise

      Les 10 questions les plus posées sur la SARL

      Pierre Gallon
      A propos de Pierre Gallon

      Diplômé d'un double Master droit des Affaires et des entreprises et Droit de la propriété industrielle, Pierre accompagne au plus près tous les entrepreneurs dans leur réussite juridique et s'occupe de toutes leurs formalités administratives

      COMMENTAIRES