Agent apporteur d'affaires : les points clés de la signature du contrat

par
5
Rédiger un contrat d'apporteur d'affaires

Sommaire

  1. L'apporteur d'affaires, qu'est ce que c'est ?
  2. Les points clés du contrat d'apport d'affaires
Rédiger un contrat d'apporteur d'affaires

L’apporteur d’affaires présente l’intérêt d’optimiser la prospection d’une entreprise : il la met en relation avec d’éventuels clients, ciblés et intéressés par l’offre proposée. Le statut reste toutefois peu encadré, et il est prudent, pour parer aux mauvaises surprises, de rédiger un contrat d’apport d’affaires.

 

L’apporteur d’affaires : qu'est-ce que c'est ?

 


Dans la relation commerciale, l’apporteur d’affaires rapproche un prospect et une entreprise qui gagneraient à travailler ensemble. Il transmet les informations qui aident à conclure la vente.

A l’oral, juste en partageant un « bon plan », l’apport d’affaires non formel est chose courante, entre amis, relations professionnelles, famille... Monsieur Dupont travaille avec madame Duprés, à qui il achète les ordinateurs de son entreprise. Lors d’un repas familial, monsieur Duchemin, le cousin de Monsieur Dupont, lui fait part de sa difficulté à trouver un prestataire informatique sérieux : monsieur Dupont est heureux de lui parler de madame Duprès. Monsieur Duchemin ira la voir dès lundi, pour lui commander 5 postes et une imprimante. Monsieur Dupont est donc apporteur d’affaires pour madame Duprès.

L’apport d’affaires peut toutefois devenir une activité professionnelle à part entière : La profession n’a pas de statut juridique en tant que tel, ce n’est pas une profession en soi, alors que l’activité, elle, a bien son existence... et ses avantages.

 

Ses caractéristiques

L’apporteur d’affaires se distingue des autres intermédiaires commerciaux : courtier, commissionnaire, mandataire d’intérêt commun, agent commercial. Il exerce en son nom propre, comme le commissionnaire, à l’aide de son réseau. Il est prestataire de services . Avec une activité plus ponctuelle que régulière, il est majoritairement rémunéré sur la base d’une commission touchée sur les affaires signées, plutôt que sur une rétribution fixe. La mission peut être également limitée dans son objet.

L’apporteur d’affaires peut aussi être salarié de l’entreprise pour laquelle il apporte l’affaire : sa commission peut prendre la forme d’un versement exceptionnel sur la fiche de salaire. Être salarié et apporteur d’affaires pour d’autres entreprises est plus compliqué, un accord signé de l’employeur peut être nécessaire.

Sous forme contractuelle, la pratique officielle reste toutefois interdite dans quelques domaines : l’immobilier, l’assurance, les échanges boursiers, entre autres. Pour ne laisser aucune place à l’incertitude sur une éventuelle interdiction, mieux vaut consulter un spécialiste juridique.

 

Les avantages de l’apporteur d’affaires dans l’entreprise

Alors que le recrutement de commerciaux internes à l’entreprise implique les charges de leur salaire, l’externalisation de la partie commerciale vers des intermédiaires présente plus de souplesse.

Plus souple, avec un champ de prospection plus vaste que les autres intermédiaires, l’apport d’affaires a aussi l’avantage de convenir à une prospection d’affaires plus ponctuelle, ou pour une relation de partenariat entre entreprises : plus économique, il peut être rémunéré ponctuellement par une commission.

 

Les risques pour l’entreprise

La profession n’en est pas une, rien ne l’encadre. Exerçant en son propre nom, l’apporteur d’affaires n’a aucune responsabilité vis-à-vis du prospect comme de l’entreprise, et l’entreprise n’a pas de responsabilité vis-à-vis de l’apporteur d’affaires.

En cas de souci, les parties ne sont pas protégées.

Un des risques les plus courants est pour l’entreprise de signer un contrat avec un client « mauvais payeur», en liquidation judiciaire ou procédure collective... En cas de poursuite judiciaire contre l’apporteur d’affaires, sa responsabilité ne peut être engagée que s’il est prouvé qu’il avait toute connaissance de la situation du client. Cela reste difficile à prouver.

Le prospect peut également être mal ciblé, mal choisi... et la relation commerciale peut en pâtir. Sans contrat, l’apporteur d’affaires n’est pas tenu à une méthode particulière. Avec contrat d'apporteur d'affaires, il peut être tenu de respecter une stratégie de vente élaborée par l’entreprise.

Si rien n’oblige à sceller l’accord par un contrat d’apporteur d’affaires, il est vivement conseillé d’en rédiger un pour éviter les petits et gros soucis.

 

Les points clés du contrat d’apport d’affaires

 

Un contrat d’apport d’affaires doit prendre la forme d’un écrit liant par signature les deux parties sur les droits et les devoirs de chacune.

Pour éviter tout malentendu, et ne rien oublier, il est important, pour la rédaction du contrat d'apport d'affaires, de recourir à des professionnels du droit – notamment des avocats. Ils adapteront les clauses en fonction de l’entreprise, de ses moyens comme de sa stratégie, et de l’apporteur d’affaires, pour un contrat sur-mesure.

A savoir : un contrat, c’est bien, un contrat bien rédigé, c’est mieux. Les dispositions d'un contrat floues ou non explicites peuvent créer d’importants conflits, difficiles à régler sans recours juridique.

Le contrat d’apport d’affaires comprend quelques points clé, et autant de pistes de réflexion :

  • L’identité précise des deux parties,
  • L’objet de l’accord,
  • La mission générale de l’apporteur d’affaires,
  • La zone géographique de prospection,
  • Le type de clientèle à démarcher,
  • Les produits et services à présenter,
  • La durée du contrat : à durée déterminée ou non,
  • Les devoirs et obligations des parties, dont l’obligation de trouver des clients, d’informer de manière complète les prospects et l’entreprise,
  • Les commissions ou rétributions : montant, modalités de versement, périodicité... la rémunération est-elle dû dès qu’il a trouvé un client, à signature ou à exécution du contrat ?
  • La juridiction compétente en cas de désaccord,
  • Les conditions de rupture de contrat,
  • Eventuellement, une clause d’exclusivité,
  • Eventuellement, une clause de non-concurrence, prenant effet à la fin du contrat,
  • Les points essentiels jugés par les parties.

Sur facture ou en prime sur feuille de salaire, il est important d’établir une preuve de paiement – demande de paiement pour l’apporteur d’affaires et sortie d’argent pour l’entreprise.

Formaliser le contrat d'apporteur d'affaires par écrit n'est pas obligatoire, néanmoins, c'est une nécessité pour pouvoir se constituer une preuve tangible en cas de litige entre les parties.

Vous trouverez des modèles gratuits sur internet, mais sachez que si vous n'avez pas des connaissances juridiques solides vous exposez votre accord à de nombreux risques. Un contrat non adapté à votre situation peut s'avérer très dangereux. En revanche, il est important, voir essentiel de formaliser votre accord par écrit ! Captain Contrat vous accompagne pour obtenir un modèle de contrat d'apport d'affaires sur mesure et à moindre coût.  

Maxime

Écrit par

Maxime

Après avoir travaillé en finance à l'international puis dans la grande distribution en France, Maxime est devenu dirigeant d'entreprise. En contact avec de nombreux entrepreneurs, sa mission est de simplifier l'accès au droit grâce au numérique et favoriser le développement de l'entrepreneuriat en France.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Modèle de contrat de collaboration commerciale : quels sont les dangers ?

Télécharger un modèle de contrat de collaboration commerciale, trouvé gratuitement sur internet, ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Contrat d'apport d'affaires : tout comprendre en 4 minutes

Pour accroître leur clientèle et augmenter leur chiffre d’affaires, certaines entreprises ...

Me Justine Ouazan-Bouhours

Me Justine Ouazan-Bouhours

Qu'est-ce qu'une prestation de services ? Le guide 2020 pour rédiger vos contrats

Les activités de prestation de services ont le vent en poupe. Vous souhaitez en profiter pour vous ...

Maxime

Maxime

Contrat de prestation de services : ce qu’il faut savoir

Un des contrats les plus répandus dans le monde entrepreneurial est le contrat de prestation de ...

Me Marc Berberian

Me Marc Berberian

Bail commercial : les éléments à connaitre avant de signer un bail 3 6 9

Un bail commercial est un contrat de location de locaux utilisés pour l’exploitation d’un fonds ...

Me Baptiste Robelin

Me Baptiste Robelin

Apporteur d'affaires : ce qu'il faut savoir

L’appel à un apporteur d’affaires permet de booster ses activités à long terme, ou peut être ...

Maxime

Maxime

Contrat de sous-traitance : définition et fonctionnement

Couramment utilisée dans le secteur du bâtiment et travaux publics (BTP), la sous-traitance ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Les 6 points clés d’un contrat de partenariat commercial

Vous envisagez de collaborer avec une autre entreprise ? Une entreprise propose un service ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Rédaction de la convention de partenariat : mode d'emploi

La convention de partenariat est un outil juridique extrêmement utilisé dans le domaine des ...

Maxime

Maxime

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier