Ravis de vous revoir ! Votre démarche a été enregistrée 🚀 Reprendre ma démarche
  1. Ressources
  2. Contrats commerciaux
  3. Contrats Commerciaux
  4. Comment rédiger un contrat d'apporteur d'affaires immobilier ?

Comment rédiger un contrat d'apporteur d'affaires immobilier ?

Philippe Wagner
Philippe Wagner Co-fondateur de Captain Contrat. Diplômé d'HEC Paris. Relu par Sofia El Allaki, Diplômée en droit

Le secteur de l'immobilier est en pleine croissance. Nombre de professionnels du secteur se lance en tant qu'indépendant, en qualité d’apporteur d'affaire immobilier. Si la profession d’apporteur d’affaires n’est pas réglementée, ce professionnel est amené à jouer un rôle d’intermédiaire crucial. Libre de définir les contours de son entreprise et le régime qui lui sied le plus, l’apporteur d’affaires immobilier doit avoir conscience des enjeux et des risques pour se prémunir de tout litige.

 

 

Qu’est-ce qu’un apporteur d’affaires ?

 

La fonction d’apporteur d’affaires

 

Comme son nom l’indique, l’apporteur d’affaires immobilier a pour mission principale d’agir en tant que commercial pour le compte de son client. Il a pour rôle de mettre en relation un prospect avec un vendeur ou une agence immobilière. Il servira d’intermédiaire sur les plans commerciaux et juridiques en menant des négociations, en établissant des contrats… Dès que les parties entrent en contact, sa mission s'achève. 

Libre et indépendant, il n’est pas subordonné à l’une ou l’autre des parties, ni salarié de l’une d’entre elles.

✏️ À noter :
Il se distingue des professionnels de l'immobilier et de l’agent immobilier par son indépendance et sa rémunération.

 

Contrairement à un salarié, l'apporteur d'affaires immobilier n’est soumis à aucun lien de subordination. Chaque mise en relation fait l’objet d’une rémunération, le plus souvent sous la forme de commission ou alors sous la forme d’un pourcentage du chiffre d’affaires.

 

Quels sont les diplômes requis pour devenir apporteur d'affaires ?

 

Cette activité n'est pas réglementée. Elle ne nécessite pas de justifier d’un diplôme ou encore d’une expérience professionnelle. Néanmoins, la majorité des apporteurs d’affaires en immobilier sont issus d’une formation en immobilier (BTS, licence professionnelle, master…) ou disposent d’une expérience significative en agence immobilière.

 

Quelles sont les formes juridiques pour exercer le métier d'apporteur d'affaires immobilier ?

 

L’apporteur d’affaires n’a pas à proprement parler de statut, y compris pour l’apporteur d’affaires immobilières. Néanmoins, ce dernier est soumis au Code de commerce et aux règles imputables aux commerçants. Ainsi, il a la possibilité de choisir la forme juridique le plus adaptée à l’exercice de sa profession.

 

La micro-entreprise

 

Pour débuter en tant qu’apporteur d’affaires immobilier, il est possible de créer sa micro-entreprise.

✏️ À noter :
Dans le langage courant, on parle de statut de micro-entreprise. En réalité, la micro-entreprise n'est pas une forme juridique mais un régime micro-social et micro-fiscal.

 

La première étape consiste à déclarer son activité auprès de l’administration. La déclaration doit être faite en ligne, sur le site du guichet unique. L’URSSAF se chargera de communiquer ses informations au service des impôts compétents par la suite.

L’apporteur d'affaires auto-entrepreneur doit tenir un cahier des recettes, et disposer d’un compte bancaire distinct de son compte bancaire personnel. Toutefois, la loi Pacte va sans doute supprimer cette obligation d'ouvrir un compte bancaire distinct pour les auto-entrepreneurs dont le chiffre d'affaires annuel n'excèderait pas 5 000 €.

Il pourra être amené à réaliser un stage de préparation à l’installation (SPI) à la demande de la Chambre du Commerce et de l’Industrie (CCI).

💡Bon à savoir :
Depuis la loi Pacte de 2019,  le SPI est facultatif et son coût est abaissé à 194 €.

 

Ses charges sociales et fiscales seront fixées au prorata de son chiffre d’affaires annuel.

La micro-entreprise étant soumise à des plafonds de chiffres d’affaires maximum, si l’apporteur d’affaires en immobilier dépasse les seuils de la micro-entreprise, il pourra se tourner vers d’autres statuts juridiques.

 

L’entreprise individuelle

 

Ainsi, l’apporteur d’affaires en immobilier pourra se tourner vers l’entreprise individuelle, notamment si la récupération de la TVA s’avère fiscalement intéressant pour lui en raison des achats et dépenses professionnelles qu’il réalise. Tel est le cas en présence de frais de déplacement, d’hébergement, de restauration, d’informatique…

 

Une société : SAS/SASU, SARL/EURL

 

Enfin, l’apporteur d’affaires immobilier pourra créer une société de type SAS (Société par Actions Simplifiées) ou SASU (Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle) afin de créer un patrimoine professionnel séparé de son patrimoine personnel.

L’apporteur d’affaires en immobilier pourra exercer au nom de sa société, soit seul ou avec plusieurs collaborateurs.

En créant une société, et par une personne morale, l’entrepreneur devra rédiger des statuts, déterminer l’objet social de l’entreprise, les clauses quant aux règles d’organisation de la société, etc.

L’appui d’un professionnel peut s’avérer nécessaire lors de la rédaction des statuts.

 

L'apporteur d'affaires en immobilier : quelles sont les précautions à prendre ?

 

Signer un contrat d’apporteur d’affaires

 

Pour exercer en tant que travailleur indépendant (sans lien de subordination), il est important que l’apporteur d’affaires immobilier définisse le champ d’intervention lors de sa mission. Cette mission est encadrée dans un contrat d’apporteur en affaires immobilières qu’il signera avec les deux parties.

Ce contrat d'apporteur d'affaires devra faire mention de :

  • L’identité des parties ;
  • L’objet du contrat ;
  • L’étendue du champ d’intervention de l’apporteur en affaires immobilières ;
  • Les obligations de l’apporteur d’affaires ;
  • Le type de clients à prospecter ;
  • La durée du contrat ;
  • Sa rémunération.

 

Pour assurer les intérêts de l’apporteur d’affaires, il est recommandé d'insérer des clauses spécifiques comme une clause d’exclusivité, clause de non-concurrence… Si cette mesure n’est pas obligatoire, elle permet néanmoins de sécuriser les relations.

 

Souscrire une assurance en tant qu'apporteur d'affaires

 

En exerçant en tant qu’apporteur d’affaires en immobilier, il n’est pas obligatoire de souscrire à une assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RCP).

Néanmoins, il est recommandé de souscrire à une telle protection dans l’hypothèse où un dommage causé dans le cadre de l’activité professionnelle d’apporteur d’affaires immobilières arriverait.

C'est notamment le cas lorsque l’une des parties serait amenée à signer un contrat avec un client « mauvais payeur », en liquidation judiciaire par exemple. Si des poursuites judiciaires sont engagées contre l’apporteur d’affaires en immobilier, sa responsabilité civile professionnelle pourra être engagée.

 

Obtenir une carte professionnelle

 

Les modalités d’intervention lors d’une opération de vente immobilière et d’entremise entre vendeurs et acquéreurs sont strictement régies par la loi Hoguet du 2 janvier 1970. Ainsi, seuls les titulaires de la carte peuvent prendre part aux opérations.

 

📩 Point de vigilance :
Si tel n’est pas le cas, l’apporteur en affaires immobilier ayant pris part à une opération sous la qualité d’agent immobilier, sans être titulaire de la carte professionnelle, risque une peine de 6 mois d’emprisonnement et de 7 500 € d’amende. Sa présence est donc rejetée lors de la signature des contrats de vente.

 

L’obtention d’une carte professionnelle est un atout pour un apporteur d’affaires immobilières notamment en cas de litige.

Vous êtes prêt à vous lancer en tant qu'apporteur d'affaires ? Vous avez créé votre structure juridique ? Pensez maintenant à bien encadrer votre mission grâce à un contrat d'apporteur d'affaires sur mesure. Captain Contrat et ses experts vous accompagnent pour vous garantir un document personnalisé. 

✍️ En résumé :
  • L’apporteur d’affaires immobilier a pour mission principale d’agir en tant que commercial pour le compte de son client.
  • L'apporteur doit signer un contrat d'apporteur d'affaires et souscrire une assurance en tant qu'apporteur.

FAQ


  • Le contrat doit être rédigé dès que les conditions essentielles ont été formalisées : missions, durée, rémunération.

  • L'apporteur d'affaires peut percevoir une commission ou un pourcentage sur le chiffre d'affaires généré.

Une question ? Laissez votre commentaire

Vos coordonnées sont obligatoires afin que l’on puisse vous répondre

Besoin d'un contrat d'apporteur d'affaire ?
Je fais rédiger mon contrat
Philippe Wagner
Ecrit par Philippe Wagner
Philippe Wagner est diplômé d'HEC Paris. Il a travaillé comme consultant et banquier d'affaires avant d'être bras droit de Gilles Babinet - entrepreneur aguerri - qui lui a fait découvrir le monde des start-up. Fin 2012, il se lance avec son frère, Maxime, avec la volonté d’accompagner les TPE/PME dans leur développement.
Relu par Sofia El Allaki

Ces articles pourraient également vous intéresser

Devenir apporteur d'affaires en tant qu'auto-entrepreneur
5 min
Devenir apporteur d'affaires en tant qu'auto-entrepreneur
Apporteur d'affaires : ce qu'il faut savoir
3 min
Apporteur d'affaires : ce qu'il faut savoir
Contrat d'apport d'affaires : tout comprendre en 5 minutes
5 min
Contrat d'apport d'affaires : tout comprendre en 5 minutes
Le statut d'apporteur d'affaires : comment choisir ?
3 min
Le statut d'apporteur d'affaires : comment choisir ?
Comment faire appel à un apporteur d’affaires BTP ?
3 min
Comment faire appel à un apporteur d’affaires BTP ?
Agent apporteur d'affaires : les points clés du contrat
3 min
Agent apporteur d'affaires : les points clés du contrat
Apporteur d'affaires, agent commercial : quelles différences ?
3 min
Apporteur d'affaires, agent commercial : quelles différences ?
L’apport en industrie dans une SARL : bonnes pratiques
3 min
L’apport en industrie dans une SARL : bonnes pratiques
Micro-entreprise ou SARL : notre guide pour faire votre choix
5 min
Micro-entreprise ou SARL : notre guide pour faire votre choix
L’apport en nature dans une SAS : mode d’emploi
3 min
L’apport en nature dans une SAS : mode d’emploi