Le statut d'apporteur d'affaires : comment choisir ?

par
5
Découvrez l'accompagnement juridique

Sommaire

  1. Qu’est-ce qu’un apporteur d’affaires ? 
  2. Quel statut pour l’apporteur d’affaires ?
  3. Les contrats d’apport d’affaires
Découvrez l'accompagnement juridique

Au cœur des relations commerciales, l’apporteur d’affaires joue le rôle d’intermédiaire dans un accord passé entre un client et son fournisseur. Libre et à son compte, l’apporteur d’affaires est d’abord un facilitateur : rôle, droits, obligations légales… on vous dit tout sur le statut d’apporteur d’affaires !


Qu’est-ce qu’un apporteur d’affaires ? 

 

Le rôle d’intermédiaire

Prenons un exemple pratique : au cours d’un dîner entre amis, Sophie apprend par Sébastien que l’entreprise créée par Lucie, la copine de Sébastien, va devoir déménager pour s’installer dans des locaux plus grands. Archives, matériel, ordinateurs… Lucie est un peu perdue et ne sait pas comment s’y prendre : elle rêve d’un déménageur compétent. Sophie rassure Sébastien : elle est justement à la tête d’une entreprise de déménagement et de transports très efficace !
Sébastien se hâte d’en parler à Lucie, qui contacte Sophie rapidement : conquise par la personne comme par l’offre, Lucie confie l’affaire à Sophie ! Sébastien est donc, pour cette transaction, l’apporteur d’affaires.

En version pro comme lors d’un échange de bons plans, l’apporteur d’affaires est un simple intermédiaire dans une relation commerciale. Il facilite grandement les affaires pour les clients comme pour les fournisseurs : c’est une activité largement professionnalisée, formalisée par des contrats et des statuts, et sans aucune obligation. L’avantage de l’activité est sa grande souplesse et sa liberté.

On retrouve fréquemment des apporteurs d'affaires dans les domaines du BTP ou encore de l'immobilier.

Les entreprises peuvent faire appel à un apporteur d’affaires de manière ponctuelle ou régulière. C’est aux deux parties de décider entre-elles des termes du contrat d'apporteur d'affaires, et notamment de la rémunération.

 

La rémunération de l’apporteur d’affaires

L’apporteur d’affaires qui choisit d’en faire une activité professionnelle en touche une rémunération : il touche en général une commission sur le prix de l’affaire conclue.

La commission peut être calculée soit en pourcentage sur le prix de l’affaire, soit dans un forfait, ou soit par des taux paliers.

Attention : légalement, seule une personne à l’activité déclarée, possédant un SIRET a le droit de facturer ! Les particuliers ne peuvent facturer une prestation d’apport d’affaires.



Quel statut pour l’apporteur d’affaires ?

 

L’activité d’apporteur d’affaires n’a pas de statut juridique déterminé, contrairement aux autres intermédiaires commerciaux.

 

La différence avec les autres intermédiaires commerciaux

Un apporteur d’affaires n’est ni un courtier, ni un agent commercial, ni un commissionnaire.

  • Comme l’apporteur d’affaires, l’agent commercial est indépendant. Par contre, il est mandataire : par le mandat, son client lui laisse son pouvoir pour la négociation et la conclusion de l’affaire, ce qui n’est pas le cas de l’apporteur d’affaires, qui ne prend aucun engagement pour le compte du donneur d’ordre.
  • Dans une relation commerciale entre deux parties, le commissionnaire achète en son nom, pour le compte de l’une des parties : les deux parties n’ont pas à se connaître, tout repose sur le commissionnaire.  
  • Le courtier est pour sa part un intermédiaire chargé de rapprocher deux parties qui pourraient s’accorder : proche de l’apporteur d’affaires, il est simplement chargé de la mise en relation, sans aucun engagement vis-à-vis de l’affaire. Mais contrairement au courtage, l’apport d’affaires n’est pas une profession spécifiquement encadrée par le droit français.

 

Quel statut juridique choisir ?

Sans encadrement spécifique quant à son activité, l’apporteur d’affaire doit toutefois déclarer son activité et s’enregistrer auprès du Registre du commerce et des sociétés (RCS).

Pour s’installer, il a le choix entre :

  • La micro-entreprise, statut idéal pour commencer une activité sans risque. Gestion et comptabilité simplifiées, pas de statuts sociaux à déposer, aucune charge à payer lorsqu’aucun chiffre n’a été réalisé… les avantages du statut de la micro-entreprise sont nombreux pour bien se lancer.
  • L’entreprise individuelle, dès lors qu’il devient intéressant de récupérer la TVA pour ses achats et dépenses professionnelles comme les frais de déplacements – carburant, transports, hébergement-, la restauration, la communication, l’informatique…
  • En société, principalement SASU et SAS pour constituer une personnalité morale en tant que telle, avec un patrimoine séparé, seul ou avec plusieurs collaborateurs.

Sans encadrement précis de l’activité, plus que sur le statut juridique, il faudra porter son attention sur les contrats passés avec le donneur d’ordre.

 

Les contrats d’apport d’affaires

 

L’avantage de l’activité d’apport d’affaires est donc la grande souplesse de fonctionnement : mais attention, qui dit « souplesse » dit « besoin de rigueur » ! Pour éviter au maximum les litiges, il convient d’encadrer les relations avec ses clients par des contrats d'apport d'affaires solides, bien construits et surtout, bien rédigés que vous travaillez dans l'immobilier, en tant que courtier en assurance ou dans un autre secteur.

Si le contrat écrit n’est pas obligatoire, il est plus que conseillé.

Pour cela les contrats doivent au moins comporter les mentions essentielles suivantes :

  • L’identité précise des deux parties et leurs fonctions
  • L’objet de l’accord
  • La mission de l’apporteur d’affaires
  • La zone géographique de la mission ou/et la zone de prospection
  • La durée du contrat, si celle-ci est déterminée,
  • Les produits et services à présenter
  • Le type de clientèle à privilégier
  • Les devoirs et les obligations de chacune des parties : s’assurer d’une intention d’achat, remise d’informations essentielles à une prospection qualifiée…
  • La rémunération : taux de commission, base de calcul et modalités de rétribution…
  • Les conditions de rupture de contrat
  • La juridiction compétente en cas de litiges

En plus, pour l’entreprise faisant appel aux services d’un apporteur d’affaires, il est prudent de prévoir notamment une clause d’exclusivité, ainsi qu’une clause de non-concurrence, valide pour une zone géographique et une durée limitée. Ces clauses permettent de protéger les intérêts de l’entreprise face au risque, entre autres, de divulgation d’informations sensibles.

Avant de se lancer comme apporteur d’affaires, il faut alors choisir d’une part le statut juridique le plus adapté à sa situation, et d’autre part, construire les éléments de base de contrats solides, en se protégeant au maximum : n’hésitez pas à demander conseil à un expert pour la rédaction de votre contrat d'apport d'affaires

Vous souhaitez constituer un statut juridique afin d'exercer votre métier d'apporteur d'affaires ? Pour en savoir plus sur notre prestation, cliquez en dessous. 

Maxime

Écrit par

Maxime

Après avoir travaillé en finance à l'international puis dans la grande distribution en France, Maxime est devenu dirigeant d'entreprise. En contact avec de nombreux entrepreneurs, sa mission est de simplifier l'accès au droit grâce au numérique et favoriser le développement de l'entrepreneuriat en France.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Entreprise Individuelle et Société : quelles différences ?

En France, il existe deux manières différentes d’exercer son activité :

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Dirigeant de SAS ou gérant de SARL : comment se rémunérer ?

Vous avez un projet de création d'entreprise et le moment de choisir la forme juridique de votre ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

EURL ou SARL : quelle différence entre ces deux formes juridiques ?

EURL et SARL font partie des statuts d’entreprise les plus courants. Leur gestion est relativement ...

Maxime

Maxime

Forme juridique d'une entreprise : faites le bon choix pour votre entreprise

Avant de créer votre entreprise, vous devez réfléchir à la forme juridique adaptée à votre ...

Maxime

Maxime

Statut TNS : quel régime social pour le dirigeant d’entreprise ?

Statut TNS ou assimilé-salarié : ce choix de l’entrepreneur porte sur le régime social auquel il ...

Philippe

Philippe

EIRL ou auto-entrepreneur : quel statut choisir ?

L’entreprise individuelle est un statut qui recouvre plusieurs régimes, à savoir, les entreprises ...

Philippe

Philippe

Statut juridique : définition, particularités, ce qu'il faut savoir

Dans le cadre d'un projet de création d'entreprise, le choix du statut juridique pour votre future ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Tout savoir sur le statut d’intermittent du spectacle

Le statut d’intermittent du spectacle, terme adopté par la pratique, n’est pourtant pas juste : il ...

Maxime

Maxime

SARL de famille ou SCI : comment faire son choix ?

Choisir la forme juridique la plus adaptée à votre projet entrepreneurial est une étape ...

Sabrina Ait El Hadi

Sabrina Ait El Hadi

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier