Par quel moyen faire participer ses enfants au capital de la société ?

par
5
Modifier le capital social de ma société

Sommaire

Il est possible de faire entrer ses enfants, que ces derniers soient mineurs ou non, dans le capital d’une entreprise, notamment par une augmentation de capital. Cette pratique est courante, mais n’en demeure pas moins encadrée. Voici ce qu’il faut savoir à ce sujet.

 

Faire entrer un descendant dans le capital de la société, est-ce possible ?

 

Un entrepreneur peut tout à fait intégrer sa famille dans le capital d’une société. Conjoint et enfants peuvent dont intégrer l’actionnariat. Ce, que ces derniers soient mineurs ou majeurs. Néanmoins, les conditions diffèrent en fonction de la forme juridique de l’entreprise, et un certain nombre de paramètres annexes.

 

Intégrer l’enfant en tant qu’associé

Lorsqu’il est question de faire entrer un conjoint, un descendant voir un tiers dans le capital d’une Société en nom collectif (SNC), une Société civile (SC) ou encore une Société en commandite simple (SCS) :

· Pour pouvoir faire entrer un descendant dans le capital social de la SNC, il faut lui vendre ses parts et quitter la société. Néanmoins, cette opération est soumise à l’accord des autres associés de la société. Par ailleurs, il est important de noter qu’un mineur ne peut être associé d’une SNC, compte tenu de la qualité de commerçant que cela implique.

· La SC accepte quant à elle le fait que les descendants et les enfants mineurs soient associés. Toutefois, il faudra mettre en place des solutions afin de limiter la responsabilité du mineur en tant qu’associé, voire lui attitrer un représentant légal. Ici, le capital social étant divisé en parts égales, celles-ci ne peuvent être cédées qu’avec l’agrément de tous les associés.

· Dans le cadre d’une SCS, il est possible de faire entrer un descendant en tant que nouvel associé grâce à la cession de parts, avec le consentement des autres associés. Néanmoins, un mineur ne peut être associé au sein de ce type de société. Dans des cas exceptionnels, il peut être associé commandité, et non commanditaire.

 

Intégrer l’enfant en tant qu’actionnaire

Un enfant mineur peut être intégré au capital d’une société commerciale de type SA, SAS ou SARL. En revanche, dans ce cas, il ne peut agir personnellement : c’est alors que se pose la question d’un représentant légal.

 

Faire participer un descendant mineur au capital de la société

 

Lorsqu’un mineur est désigné en tant que nouvel actionnaire ou associé d’une société, l’autorisation du juge est indispensable. Aussi, comme vu ci-dessus, pour la plupart des entreprises, l’accord des autres associés et actionnaires déjà en place est indispensables.

Par ailleurs, compte tenu du fait qu’il s’agit d’un enfant, la prise de décisions relatives à la société conduit à la nécessité de faire appel à un représentant légal. Grâce à son expérience et à son degré de maturité plus avancés, il pourra faire évoluer la société au nom du mineur associé ou actionnaire.

A noter que dans certains cas, le mineur émancipé peut agir seul et n’a donc pas besoin de représentant légal.

Téléchargez gratuitement votre guide pour tout savoir sur le financement de  votre société Je télécharge mon guide

Faire participer un enfant majeur au capital de la société

 

Faire participer un enfant majeur au capital d’une société ne requiert pas la sollicitation d’un représentant légal. Dans certaines sociétés, les statuts stipulent que la cession d’actions ou de parts sociales est même libre tant pour les conjoints que pour les descendants. Il est toutefois conseillé de bien vérifier la situation qui s’applique à votre société, si vous souhaitez faire entrer votre enfant en tant que nouvel associé ou actionnaire.

 

Comment faire entrer un enfant dans le capital d’une société ?

La procédure classique reste la cession de titres. Dans la plupart des cas, ils impliquent le départ de l’associé pour céder sa place à son enfant. Une autre pratique fréquente est l’augmentation du capital. Néanmoins, d’autres cas peuvent conduire à l’inclusion des descendants au capital de la société. En outre, ils peuvent être transmissibles par voie de succession (du père ou de la mère à l’enfant).

Cependant, il est important de se référer, d’une part, aux statuts, et d’autre part, aux conditions fixées par le législateur.

 

Les formalités à accomplir

Les formalités à accomplir pour faire participer ses enfants au capital de la société dépendent des termes inscrits dans les statuts, des conditions fixées par le législateur, du type de société et enfin du mode d’intégration choisi ou imposé (cession, ajout ou succession).

Lorsque le descendant est mineur, la présence et l’intervention du représentant légal est indispensable pour démarrer la procédure. Le reste des formalités est identique à la cession à un tiers : notification, acte notarié ou établi sous seing privé, enregistrement auprès de l’administration fiscale, annonce légale, dépôt du dossier au greffe du tribunal de commerce, etc.

Faire entrer ses enfants dans le capital de sa société est donc possible pour la plupart des formes juridiques d’entreprises. Il est toutefois important de bien analyser les statuts ainsi que les enjeux et les conditions encadrant une telle opération. Un avocat compétent en droit des affaires et en cession d’entreprise pourra vous aider à accomplir cette démarche en toute sérénité.

Amélie Gautier

Écrit par

Amélie Gautier

Diplômée d'un Master en droit des affaires et passionnée par le monde de l'entreprise, Amélie s'efforce de rendre accessible les informations juridiques nécessaires aux entrepreneurs tout au long de leurs projets.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Quel capital social choisir en entreprise individuelle

La création d’une entreprise individuelle peut permettre de se lancer et tester un projet avec une ...

Philippe

Philippe

Capital social : quels sont les différents types d’apports ?

Le capital social d’une entreprise est une information publique communiquée dans les mentions ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

SAS à capital variable : quels sont les avantages et inconvénients ?

La SAS (société par actions simplifiée) est la forme sociale la plus populaire auprès des startups, ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Comment bien répartir le capital social de votre société ?

Imaginons que vous vouliez créer une société avec une ou plusieurs personnes partageant le même ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Comment libérer le capital social d’une entreprise ?

Le capital social d’une entreprise est constitué d’apports en nature et en numéraire. Alors que les ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

L’apport en industrie dans une SARL : le point sur les bonnes pratiques

Lors de la création d’une entreprise, les associés réalisent des apports personnels au capital ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Le capital social minimum SAS/SARL

Vous avez choisi la forme juridique de votre société ? Vous aurez ensuite besoin de décider du ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Commissaire aux apports dans une SAS : quel est son rôle ?

Si l’apport en numéraire est le plus fréquemment utilisé dans la création de la SAS ou ...

Philippe

Philippe

Libération du capital social dans une SARL : comment procéder ?

A la création d’une SARL, les apports en nature du capital social sont totalement libérés, alors ...

Philippe

Philippe

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier