1. Gestion
  2. Fiscalité
  3. Deux façons de faire entrer un nouvel associé dans une société

Deux façons de faire entrer un nouvel associé dans une société

Modifier le capital social de ma société
Modifier le capital social de ma société
Maxime Wagner
Écrit par Maxime Wagner
Cofondateur de Captain Contrat, Maxime a débuté en analyse de risque financier et a évolué sur des enjeux d'innovation dans la distribution. Il est diplômé de Centrale Lille et l'ESSEC.
Vous avez encore des questions ? 🤔
Image des coach CaptainContrat
Posez-les gratuitement à l’un de nos coachs entrepreneuriaux.
Parler à un coach

Il existe plusieurs façons de faire entrer un nouvel associé au sein d’une société. Les modalités d’intégration varient, en fonction de la formule choisie. Aussi, chaque opération est à manipuler avec précaution.

Il est possible d'accueillir un nouvel associé par augmentation de capital, ou par une cession d'actions ou de parts sociales. 

Nous n'aborderons pas la méthode du management package dans cet article. Toutefois, il s'agit d'un moyen de faire entrer un dirigeant ou un cadre au capital de la société. Leurs intérêts sont donc alignés avec ceux de la société. Pour en savoir plus, découvrez l'article de Me Smadja et ses conseils sur la négociation d'un management package.

 

 

Faire entrer un nouvel associé par une augmentation de capital

 

Lorsqu’une entreprise fait entrer un associé par une augmentation du capital, elle crée de nouvelles parts ou actions et une nouvelle répartition. Conséquence : le montant du capital change, de même que les statuts. Des formalités doivent également être accomplies.

En ce qui concerne la procédure d’intégration d’un nouvel associé, il faut d’abord savoir que son apport au capital peut être fait en numéraire ou en nature. Dans le premier cas, les fonds sont déposés sur un compte bloqué, avant d’être versés sur le compte de la société.

Voici les démarches à effectuer en parallèle pour faire entrer un nouvel associé dans une société par une augmentation du capital :

· Etablissement d’un acte de décision collective en fonction des modalités d’augmentation, des statuts sociaux et du type des apports

· Rapport auprès d’un commissaire aux comptes

· Mise à jour des statuts

· Publication de ladite mise à jour dans un journal d’annonces légales

· Enregistrement de l’opération d’augmentation auprès de l’administration fiscale

Suite à l’accomplissement de toutes ces formalités, le dossier est transmis au Centre de Formalité des Entreprises (CFE), qui se chargera de le transmettre au greffe du tribunal dont dépend l’entreprise. A noter, par ailleurs, que certaines de ces étapes sont payantes.

La procédure d'augmentation de capital nécessite donc un formalisme complet et rigoureux. L'accompagnement par un expert en droit des affaires est vivement recommendé.

 

Faire entrer un nouvel associé par une cession d’actions ou de parts sociales

 

Il est également possible de faire entrer un nouvel associé par cession d’actions ou de parts sociales. A travers ce modèle, un actionnaire déjà associé, cède ses titres à un autre, qu’il soit déjà associé ou non. C’est donc un remplacement, soutenu par une contrepartie financière. Le montant de cette dernière peut être fixé librement. En revanche, il est important de noter qu’il ne peut être égal à la valeur fixée à l’émission du titre. Il doit également respecter plusieurs exigences légales. Enfin, il faut savoir que suite à une cession d’actions, le montant du capital social de l’entreprise demeure intact : c’est la répartition qui est modifiée.

Par ailleurs, la procédure de cession d’actions ou de parts sociales offre une certaine liberté. Les modalités peuvent, pour leur part, être définies au moyen d’un contrat. Ce document encadrera alors les objectifs, les audits et autres paramètres importants pour la vie de la société et les relations entre associés.

 

Les précautions à prendre lorsqu’on fait entrer un nouvel associé

 

Quelle que soit l’option privilégiée pour faire entrer un nouvel associé dans votre société, il est important d’évaluer la stratégie, la santé et les projets portés par l’entreprise. En effet, d’un côté, l’augmentation de capital renforce les fonds propres de la société et lui donne ainsi plus de moyens financiers. Cependant, la répartition du capital social peut représenter un risque. Pour faire simple, d’une manière générale, et surtout dans le milieu des startups, l’arrivée d’un nouvel actionnaire peut fragiliser le pouvoir des fondateurs, qui deviennent actionnaires minoritaires de la société.

Néanmoins, dans une telle situation, il est possible d’établir un pacte d’associés, afin d’assurer la protection de tout un chacun. Il est également possible d’ajouter des clauses spécifiques à l’acte de décision collective et aux statuts sociaux (droit de préférence, consentement des associés, entre autres).

D’un autre côté, la cession d’actions ou de parts sociales pour faire entrer un nouvel associé dans la société, implique que l’un des associés déjà dans la société, perde son pouvoir en tout ou partie, de même que ses dividendes. Ainsi, il est important de s’assurer que la cession d’actions ou de parts sociales fasse suite à la volonté réelle d’un associé de céder ses droits.

Par ailleurs, il est important de souligner que la procédure d’intégration d’un nouvel associé dans une société peut différer en fonction du statut juridique de l’entreprise. En outre, les sociétés par actions simplifiées et les sociétés anonymes (SAS et SA) offrent une certaine souplesse au niveau des formalités à accomplir. En revanche, ce n’est pas le même son de cloche du côté des SARL. Par exemple, dans le cadre d’une cession d’actions, la SAS et la SA ne sont pas soumises à l’agrément des autres associés.

En revanche, la procédure d’augmentation de capital en SAS est très encadrée par la loi, de même que la procédure d'augmentation de capital en SARL.

S’il est plutôt simple de peser le pour et le contre avant de choisir un mode d’intégration d’un nouvel associé au sein d’une entreprise, les formalités de cession d'actions et d'augmentation de capital demandent beaucoup d’attention. Il est donc vivement recommandé de faire appel à un avocat en droit des affaires, afin de bénéficier de l'expérience et des conseils d’un professionnel au fait des conditions encadrant chacun de ces modèles.

 

Besoin d’aide ?

Tatiana - photo rappel sales (blog)
Nos coachs entrepreneuriaux sont à votre écoute
Besoin de conseils sur votre projet ? De poser toutes vos questions de vive-voix ? Contactez-nous 🙂
Prendre un rendez-vous

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

5 min
Optimiser sa rémunération de dirigeant de SAS grâce aux dividendes

L'optimisation de la rémunération des dirigeants de SAS est un enjeu majeur. Quel type de rémunération choisir ? Mensuelle ou annuelle ? Laquelle implique de payer plus de cotisations sociales

2 min
Distribuer les dividendes d'une SARL entre associés : procédure

Comment effectuer la distribution des dividendes d'une SARL entre ses associés/actionnaires ? Cet article vous explique comment répartir les bénéfices et la distribution des dividendes.

5 min
Différences entre associé gérant, et associé majoritaire ou minoritaire

Découvrez toutes les différences entre associé gérant, minoritaire et majoritaire : quelle responsabilité ? Quel régime fiscal et social ?

3 min
L'imposition des dividendes en SARL

Les dividendes perçus par un associé de SARL sont soumis à imposition. Prélèvement forfaitaire unique ou imposition au barème progressif de l'impôt sur le revenu : pour quel mode de taxation opter ?

5 min
Que faire en cas de décès d’un associé ?

La société peut-elle continuer à fonctionner, à exister lors du décès d'un associé ? Les héritiers de l'associé décédé récupèrent-ils leurs parts ?

3 min
EURL à l'IS ou à l'IR : quel régime d'imposition choisir ?

Il existe deux régimes d’imposition pour l'EURL : l’impôt sur le revenu (IR) et l'impôt sur les sociétés (IS). Comment choisir ? Est-il possible de passer de l'IS à l'IR ou inversement ?

5 min
Régime fiscal : la fiche compléte pour tout comprendre

Lors de la création de votre entreprise, vous allez devoir choisir votre régime fiscal. Découvrez les différents types de régimes et comment faire ce choix.

5 min
Entreprise et mariage : quels impacts sur votre société ?

Entreprise et mariage peuvent se cumuler. Vous souhaitez vous lancer avec votre conjoint ? Quels sont les impacts sur la société ou le statut du conjoint ? Quid en cas de divorce ?

4 min
Le régime fiscal de la SARL : IR ou IS ?

Comment choisir le meilleur régime fiscal pour une SARL ? Découvrez comment optimiser la fiscalité de l’entreprise en choisissant entre IS et IR.

Commentaires

1 commentaires
26-08-2021 01:28:01
Kandas Kourouma

Cet article est très bien détaillé pour la rentrée d'un nouvel associé merci pour votre dévouement

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier