Inscription au registre des bénéficiaires effectifs (RBE) : nouvelle formalité obligatoire

par
5
Faire ma déclaration des bénéficiaires effectifs

Sommaire

  1. RBE : Qu'est-ce qu'un bénéficiaire effectif ?
  2. Inscription au Registre des bénéficiaires effectifs : Quelles formalités pour respecter la loi ?
Faire ma déclaration des bénéficiaires effectifs

Adoptée le 8 novembre 2016 et complétée par l'ordonnance n°2016-1635 du 1er décembre 2016, la loi Sapin 2 a instauré une nouvelle formalité obligatoire : la création d'un registre des bénéficiaires effectifs dans le cadre de la constitution d'une société. Le décret n°2017-1094 du 12 juin 2017, entré en vigueur le 1er août 2017, vient préciser les modalités de dépôt et le contenu des informations à fournir dans le registre.

Les sociétés en création devront faire inscrire sur le registre des bénéficiaires effectifs toutes les personnes physiques exerçant un contrôle effectif sur la société.

Les sociétés immatriculées avant l'entrée en vigueur de la loi ont jusqu'au 1er avril 2018 pour régulariser leur situation.

L'objectif de la loi Sapin 2 est d'améliorer la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en France. La première étape de la loi a consisté en une obligation pour les établissements financiers français de recueillir ces informations auprès de leur clients, dans le cadre de la connaissance client, communément appelé KYC ("Know Your Costumer" en anglais).

 

RBE : Qu'est-ce qu'un bénéficiaire effectif ?

 

Le terme de bénéficiaire effectif est défini dans le Code monétaire et financier à l'article L.561-2-2.

Il est décrit comme :

– toute personne détenant, directement ou indirectement, plus de 25% du capital ou des droits de vote,

– ou, à défaut, la personne exerçant un contrôle sur les organes de direction ou de gestion au sein des sociétés et organismes de placement collectifs.

Cette disposition concerne toutes les sociétés non cotées, civiles ou commerciales, c'est-à-dire :

– les sociétés commerciales : SARL, SAS, SA, SNC ;

– les sociétés civiles (SCI et SCP) ;

– les groupements d'intérêt économiques (GIE) ;

les associations immatriculées au registre du commerce et des sociétés ;

– les organismes de placement collectif.

 

Inscription au Registre des bénéficiaires effectifs : Quelles formalités pour respecter la loi ?

 

Pour les sociétés en cours de création, l'inscription au RBE doit être complété lors de la demande d'immatriculation, ou dans un délai de 15 jours à partir de la délivrance du récépissé de dépôt de dossier. Ultérieurement, en cas de modifications des informations figurant sur le registre, la société disposera de 30 jours à compter de l'acte ou fait rendant nécessaire la modification des informations.

Le formulaire à compléter pour chaque bénéficiaire effectif est téléchargeable sur le site infogreffe.fr. Il sera ensuite à déposer au greffe du tribunal de commerce, daté et signé par le représentant légal de la société et sera annexé au Registre du Commerce et des Sociétés.

Ce document comprend plusieurs rubriques, réparties en deux catégories : une partie sur l'entité juridique, et une partie sur le bénéficiaire effectif.

Pour l'entité déclaratrice, elle devra mentionner sa dénomination ou raison sociale, sa forme juridique, son numéro SIREN, la mention RCS et le nom de la ville où se trouve le greffe où elle est immatriculée.

Le bénéficiaire effectif devra quant à lui stipuler ses nom, nom d'usage et pseudonyme, prénoms, date et lieu de naissance, nationalité et adresse personnelle, ainsi que les modalités de contrôle exercées. Notons que cette inscription est payante : 24,80€ lors de la demande d'immatriculation, puis 48,49€ pour toute modification ultérieure.

Bien qu'annexé au Registre du Commerce et des Sociétés, le RBE n'est pas accessible au public, à l'exception des personnes décrites à l'article R. 561-57 du Code monétaire et financier. Parmi celles-ci, on y trouve les magistrats, les agents des douanes spécialement désignés, les agents de la DGFIP, les enquêteurs et contrôleurs de l'AMF, etc.

À défaut de dépôt du registre des bénéficiaires effectifs, ou en cas d'informations inexactes ou incomplètes, la sanction prévue par l'article L. 561-49 du Code monétaire et financier est de six mois d'emprisonnement et 7 500€ d'amende pour les personnes physiques, et de 37 500€ pour les personnes morales.

En complément, les personnes physiques coupables de l'infraction risquent des peines d'interdiction de gérer des entreprises et de privation partielle des droits civils et civiques selon les articles 131-26 et 131-27 du Code pénal. Par ailleurs, les personnes morales ne respectant pas cette obligation encourent une dissolution, une exclusion temporaire ou définitive des marchés publics et autres contraintes pouvant sérieusement enrayer la bonne marche de l'entreprise.

La réalisation d'un RBE est donc désormais une obligation à laquelle devront se soumettre tous les créateurs d'entreprise, en complément des obligations déjà en vigueur. Si vous pouvez la réaliser seul, le recours à une solution clé en main vous fournissant une aide dans l'ensemble des démarches administratives peut vous permettre d'éviter tout oubli préjudiciable, et de vous concentrer pleinement au lancement de votre activité.

Amélie Gautier

Écrit par

Amélie Gautier

Diplômée d'un Master en droit des affaires et passionnée par le monde de l'entreprise, Amélie s'efforce de rendre accessible les informations juridiques nécessaires aux entrepreneurs tout au long de leurs projets.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Kbis : qu’est-ce que c’est et comment l’obtenir ?

Véritable carte d’identité d’une entreprise, le Kbis est un document officiel qui atteste de la ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Créer son entreprise : 7 étapes pour réussir

Créer son entreprise est un projet qui demande de la préparation et de la réflexion : autant sur ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Remboursement du compte courant d’associés : quand et comment procéder ?

Les modalités de remboursement du compte courant d’associés constituent une question majeure ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Qu'est-ce qu'un numéro Siret et comment l'obtenir ?

Le SIRET est un numéro d'identification à 14 chiffres de l'établissement de votre entreprise. Il ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

L'assistance juridique : définition et explications

L’assistance juridique (à ne pas confondre avec la protection juridique), c’est tout simplement la ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Comment créer sa SARL au Luxembourg ?

La Société à Responsabilité Limitée est le statut juridique privilégié des entreprises au ...

Philippe

Philippe

Créer une société de conseil: avantages et inconvénients

Une part importante des sociétés qui existent en France sont des sociétés dites de « conseil » : un ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Extrait Kbis de l'entreprise individuelle : comment l'obtenir ?

Carte d'identité d'une société, l'extrait Kbis est un document essentiel qui énonce les principales ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Créer son entreprise au Canada : les étapes à suivre

Le Canada est une terre d’immigration qui séduit particulièrement depuis quelques décennies grâce ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier