Vous êtes avocat ? 👋 Pour rejoindre notre réseau, c'est par ici !
  1. Créer son entreprise
  2. Choisir son statut
  3. Quel statut choisir pour le conjoint au sein de l’entreprise ?

Quel statut choisir pour le conjoint au sein de l’entreprise ?

J'obtiens un modèle de statuts
J'obtiens un modèle de statuts

Au moment de la rédaction des statuts de votre entreprise pour sa création, vous devez y présenter les associés et le dirigeant. Il existe de multiple possibilité de statuts : un associé minoritaire, un associé majoritaire, un associé égalitaire non gérant... En outre, il sera nécessaire de prévoir la rémunération de ce conjoint, de même que le calcul du salaire du gérant de SARL ou du président de SAS par exemple. 

La rémunération dépendra également du statut social : le régime social d'une SAS n'est pas le même que le régime social du gérant de SARL. Le montant des cotisations variera entre ces formes juridiques.

Créer son entreprise, lorsqu’il s’agit d’un projet réalisé avec votre conjoint, implique nécessairement de bien définir les rôles. Que vous soyez président de SASU ou gérant d'EURL, le choix d’un statut spécifique pour le conjoint est obligatoire depuis le 2 août 2005.

 
✍️ En résumé
  • Dans le cas d’un projet personnel entamé par le couple, il convient de définir qui en est le porteur principal. 
  • Ne peut être conjoint associé ou collaborateur que les personnes mariées ou les partenaires d’un Pacte Civil de Solidarité (PACS). Pour un couple en concubinage, la seule option est celle du conjoint salarié.
  • Les conséquences en cas de séparation, départ en retraite ou décès ne sont également pas les mêmes selon le statut du conjoint. 

 

1. L’importance de bien choisir le statut du conjoint

 

Dans une société, il ne peut y avoir qu’un seul dirigeant. Dans le cas d’un projet personnel entamé par le couple, il convient de définir qui en est le porteur principal avant même d'entamer les démarches de création de l'entreprise. C’est cette personne qui prendra la gérance de l’entreprise. Selon le statut matrimonial, les statuts possibles pour le conjoint ne sont pas les mêmes. Ne peut être conjoint associé ou collaborateur que les personnes mariées ou les partenaires d’un Pacte Civil de Solidarité (PACS). Pour un couple en concubinage, la seule option est celle du conjoint salarié.

Outre la situation de famille, ce choix de statut n’implique pas les mêmes responsabilités pour le conjoint. Les conséquences en cas de séparation, départ en retraite ou décès ne sont également pas les mêmes. Ainsi, une réflexion en amont de la création de votre projet peut s'avérer judicieuse pour définir le statut juridique qui vous convient. 

 

2. Le conjoint salarié

 

Le conjoint (mariage, PACS, concubinage) d’un dirigeant d’entreprise individuelle (c'est-à-dire d'un entrepreneur ayant créé son entreprise en nom propre) ou de SARL peut prendre le statut de conjoint salarié. Comme tout salarié, il dispose des droits à la formation professionnelle et à une protection sociale. Il ne dispose d’aucune responsabilité dans l’entreprise, outre les fonctions qui correspondent à son poste. Un lien de subordination doit exister entre le conjoint salarié et la société.

Les salaires du conjoint salarié sont déductibles, sous conditions, des bénéfices annuels imposables à l’entreprise.

 

  Déduction des revenus du conjoint Régime matrimonial Conditions
Société à l'IS 100%    
Société à l'IR  100% Mariage avec séparation des biens   
100% Mariage avec communauté des biens  Adhésion à un CGA (centre de gestion agréé)
Jusqu'à 13 800 euros  Mariage avec communauté des biens   
Jusqu'à 13 800 euros  Autres situations   

 

 

Dans le cas d’une mésentente ou d’un divorce du couple, le conjoint du dirigeant a le droit au licenciement. Dans ce cadre, il bénéficie de la protection sociale de salariés (indemnité, etc.). Le licenciement du conjoint salarié en cas de séparation du couple est admis. En effet, la situation personnelle peut ici influencer la relation professionnelle et impliquer les conditions de survie de l’entreprise. Le décès du dirigeant n’affecte pas le contrat du conjoint salarié, dès lors que l’activité de l’entreprise se poursuit.

 

3. Le conjoint collaborateur

 

Ne peut être conjoint collaborateur que l’époux(se) ou le(a) partenaire pacsé(e). Ce statut concerne les entrepreneurs ayant procédé à la création d'une entreprise individuelle, y compris les auto-entrepreneurs (micro-entrepreneurs), les gérants d’EURL, de SARL, et de SELARL de moins de 20 salariés.

Contrairement au conjoint salarié, le conjoint collaborateur dispose d’un mandat pour la gestion de l’entreprise et ne doit pas être rémunéré à ce titre. Les actes de gestion de l’entreprise concernent en outre la signature des devis, et des chèques de l’entreprise.

Le mandat prend fin à partir du moment où une des conditions pour disposer du statut du conjoint collaborateur n’est plus respectée, soit une séparation, un divorce ou une absence présumée de l’un des membres du couple.

Être conjoint collaborateur apporte tout de même des avantages. Cela permet d’accéder à la sécurité sociale, au régime de retraite basé sur une cotisation en fonction des revenus du chef d’entreprise.

S’il y a divorce, alors le statut de collaborateur montre le rôle du conjoint dans l’entreprise. Dans ce cas, il a la possibilité de demander des indemnités à hauteur des salaires qui correspondent à son travail réalisé. Les dettes du couple peuvent par ailleurs être reportées au dirigeant, car il conserve le patrimoine professionnel.

Lorsque le dirigeant de l’entreprise décède, ou qu’il part à la retraite, le conjoint collaborateur qui dispose d’au moins 3 ans d’activité au sein de la société peut décider de reprendre l’activité professionnelle. Mais dans le cas où il ne disposerait pas des qualifications exigées par la profession, alors il dispose de 3 ans pour les obtenir via un processus de validation des acquis de l’expérience (VAE).

 

4. Le conjoint associé

 

Le statut de conjoint associé concerne les entreprises de type SARL, SNC, SELARL, SAS, EURL et SASU. Les conditions pour disposer de ce statut sont : avoir une activité professionnelle régulière et effective au sein de l’entreprise et/ou détenir des parts sociales en effectuant un apport. Trois types d’apports sont concernés : numérique (apport d’une somme au capital), nature (machine), industriel (brevet technologique).

Le conjoint associé dispose des mêmes conditions sociales et de rémunération que n’importe quel dirigeant. Pour disposer d’un salaire, le conjoint associé doit ainsi étudier la possibilité de cumuler mandat social et contrat de travail.

Le statut de conjoint associé n’est pas anodin. En effet, une séparation des époux demande une cohabitation au sein de l’entreprise, malgré un divorce ou une séparation. Le départ d’un associé ne peut pas être forcé. Pour partir de la société, le conjoint associé doit choisir de renoncer à ses parts de son propre chef. Cependant, les statuts de l’entreprise peuvent dans certains cas contraindre le fait que tous les associés restent pendant une certaine période. Ce délai peut être réduit en cas d’accord des autres associés, en incluant le conjoint dirigeant. Les parts du conjoint associé doivent trouver repreneur. Dans le cas contraire, elles sont annulées, ce qui implique une réduction du capital social.

En revanche, si le dirigeant décède, alors le conjoint associé peut continuer l’activité au sein de la société. Seule une mention prévoyant la dissolution de l’entreprise en cas de décès d’un des associés peut poser un frein à cette démarche.

Maintenant que vous avez connaissance des avantages et inconvénients en terme d’organisation et de fiscalité, vous pouvez opter pour le statut le plus adapté à votre situation. N’oubliez pas que le meilleur choix se fait également en fonction de la nature de votre projet professionnel. L’entreprise est un projet commun depuis sa naissance et vous avez tous les deux apporté une contribution à sa création ? Le statut de conjoint associé semble être le plus adapté. Mais si votre conjoint est arrivé dans l’entreprise par la suite pour y apporter une contribution en y travaillant, être conjoint salarié lui convient sans doute mieux !

Retrouvez tous nos guides pour : 

Maxime Wagner
Écrit par Maxime Wagner
Cofondateur de Captain Contrat, Maxime a débuté en analyse de risque financier et a évolué sur des enjeux d'innovation dans la distribution. Il est diplômé de Centrale Lille et l'ESSEC.
Vous avez encore des questions ? 🤔
Image des coach CaptainContrat
Posez-les gratuitement à l’un de nos coachs entrepreneuriaux.
Parler à un coach

Besoin d’aide ?

Tatiana - photo rappel sales (blog)
Nos coachs entrepreneuriaux sont à votre écoute
Besoin de conseils sur votre projet ? De poser toutes vos questions de vive-voix ? Contactez-nous 🙂
Prendre un rendez-vous

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

1 min
Quelle différence entre société et entreprise ?

Quelle est la différence entre une entreprise individuelle et une société ? Découvrez notre tableau comparatif des avantages et inconvénients.

4 min
Rénumération du gérant de SARL ou du dirigeant de SAS

La rémunération du gérant de SARL ou du dirigeant de SAS est un élément primordial pour tout entrepreneur qui se lance ou souhaite optimiser sa rémunération. Quelles sont les spécificités ?

4 min
EURL ou SARL : quelle différence entre ces deux formes juridiques ?

Découvrez les différences entre SARL et EURL : régime social, fiscal, clauses particulières, gérance. On vous explique tout.

10 min
Forme juridique d'une entreprise : faites le bon choix (2022)

Comment bien choisir la forme juridique de son entreprise ? Découvrez comment selectionner la forme correcte pour votré société.

8 min
TNS : le régime des travailleurs non-salariés : définition et fonctionnement

Assurance chômage, affiliations obligatoires, taux des cotisations... Découvrez comment choisir entre le statut TNS ou celui d'assimilé-salarié.

4 min
EIRL ou auto-entrepreneur : quel statut choisir ?

EIRL ou auto-entrepreneur : comment choisir ? Depuis la loi du 14 février 2022, l'EIRL n'existe plus. Toutefois, les questions se posent entre le statut de micro-entrepreneur ou d'entreprise individuelle classique

3 min
Statut juridique définition : comment faire le bon choix ?

Le choix du statut juridique ou de la forme juridique est une étape cruciale pour créer votre entreprise / société. Mais comment faire ce choix ? Entreprise individuelle ou société ? Le point ici

3 min
Tout savoir sur le statut d’intermittent du spectacle

Découvre notre fiche pratique sur le statut d'intermittent du spectacle, le CDD d'intermittent du spectacle et les obligations qui s'y rattachent !

5 min
Le statut d'apporteur d'affaires : comment choisir ?

L'apporteur d'affaires joue un rôle non négligeable dans les relations commerciales, comprendre son statut permet de mieux appréhender son spectre d'actions. Libre et à son compte, cet article vous dit tout sur le statut de cet intermédiaire indispensable dans le jeu des négociations

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier