BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter
    CATÉGORIE CRÉER ENTREPRISE > FICHE CREATION-ENTREPRISE > Ouvrir un bar à tapas : comment faire ?

    Comment ouvrir un bar à tapas ?

    Création d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    Les bars à tapas sont venus d’Espagne et se sont bien développés en France depuis quelques années. Vous avez envie d’ouvrir un bar à tapas. Comment procéder pour ouvrir un bar ? Quelle réglementation respecter ? Quelle structure juridique choisir pour mon bar à tapas ? Pouvez-vous intégrer un réseau de franchise ou reprendre un commerce existant ? Comment créer son bar à tapas ? Captain Contrat répond à toutes ces questions.

    Au sommaire de l’article :

    1. Comment ouvrir un bar à tapas ?
    2. Quelle est la réglementation à appliquer ?
    3. Quelle structure juridique choisir ?

    Comment ouvrir un bar à tapas ?

    Vous souhaitez ouvrir un bar à tapas, la première étape est de réaliser un business plan. Pour cela vous devez tout d’abord faire une étude de marché. Il faut analyser la tendance du secteur, les comportements des clients et les offres existantes. Ces bars à tapas sont très prisés en France. Ce sont souvent de lieux conviviaux où il est possible de partager des tapas surtout à l’heure de l’apéritif.  

    Vous devez ensuite trouver votre local. L’emplacement de votre bar est un élément fondamental. Ce lieu convivial doit se trouver dans un endroit fréquenté, plutôt animé. Son accès doit être facile et votre bar doit pouvoir être vu depuis la voie publique. L’idéal est qu’il se trouve dans une rue passante et animée.

    Après cette étude de marché, vous devez analyser vos besoins financiers pour monter un tel bar. Il existe des franchises qui ont tenté de se développer mais ce système n’a pas eu de succès. Ainsi, la plupart des bars à tapas en France sont tenus par des indépendants. Vous devez ainsi réaliser un plan de financement. Il s’agit de savoir comment financièrement vous allez pouvoir ouvrir votre bar, quel est le montant de l’emprunt dont vous avez besoin et quelles sont vos prévisions de rentabilité après l’ouverture.

    Vous allez faire un budget prévisionnel, avec un compte de résultat prévisionnel et un bilan prévisionnel. Une fois ce plan de financement réalisé vous pouvez le présenter à des investisseurs, des établissements bancaires. Il faut que votre document soit le plus clair possible et le plus réaliste possible. Il doit démontrer la viabilité de votre projet. Le business plan est un document essentiel. 

    Une fois ce business plan fait vous devez analyser vos besoins en matériels pour pouvoir faire fonctionner votre activité. Vous devez acheter tout l’équipement nécessaire pour cuisiner : four, plancha, ustensiles de cuisine etc. Pensez également à une décoration. Généralement les bars à tapas ont des couleurs chaudes, des décorations espagnoles. Il faut que vous décidiez aussi si vous avez besoin de personnel.

    Quelle est la réglementation à appliquer ?

    Lorsque vous avez réalisé votre business plan, trouvé votre financement, votre local, vous devez respecter certaines règles avant de pouvoir ouvrir votre établissement.

    Les règles relatives aux restaurants s’appliquent. Vous devez avoir dans votre bar au moins une personne qui a suivi une formation en hygiène alimentaire. Lors de votre installation vous devez vous déclarer auprès de la Direction Départementale en Charge de la Protection des Populations (DDCPP).

    En ce qui concerne la sécurité et l’hygiène, des normes sanitaires doivent être respectées et des normes de sécurité relatives aux établissements accueillant du public.

    Vous aurez besoin d’une licence de débit de boissons vous permettant de servir de l’alcool. Il existe plusieurs licences selon l’alcool que vous souhaitez servir. Pour détenir une telle licence vous devez avoir préalablement obtenu un permis d’exploitation. Celui-ci s’acquiert en suivant une formation d’une durée différente selon les situations et de trois jours maximum.

    Enfin pour pouvoir avoir cette licence vous devez remplir certaines conditions :

    • être majeur ou mineur émancipé ;
    • ne pas faire l’objet d’une protection judiciaire comme la tutelle ; 
    • ne pas avoir été condamné à certaines peines comme le vol, l’escroquerie ou encore l’abus de confiance.

    N’oubliez pas également de prendre une assurance afin de sécuriser votre bar en cas de sinistre ou autre.

    Après avoir effectué toutes ces démarches, vous devrez déposer le nom de votre bar à tapas auprès de l’INPI. Ce dépôt permet de protéger votre marque contre notamment des actes de contrefaçons.

    ouvrir bar a tapas

    Quelle structure juridique choisir ?

    Vous devez déterminer maintenant si vous souhaitez vous lancer seul ou à plusieurs. 

    La micro-entreprise a certains avantages :

    • la création est simple, rapide et peu coûteuse. Nous n’avez pas de statuts à rédiger, pas de capital social à déposer ;
    • la gestion au quotidien est simple. Votre comptabilité se fait rapidement.

    Cette forme d’entreprise est conseillée pour débuter et tester une activité.

    Mais elle a aussi ses inconvénients :

    • le chiffre d’affaires ne doit pas dépasser 176 200 € par an pour les prestations de service et 72 500 € pour l’activité d’achat revente ;
    • votre responsabilité est illimitée.

    Si vous souhaitez toujours exercer en individuel mais en profitant de la protection conférée par une société, l’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) peut être un choix intéressant.

    Ses avantages sont :

    • vous êtes seul gérant de votre entreprise ;
    • vous pouvez toucher une rémunération ;
    • votre responsabilité est limitée au montant de vos apports ;
    • la fiscalité est allégée : seuls vos bénéfices réels sont imposées ;
    • vous avez le choix entre relever de l’IR ou de l’IS. 

    L’inconvénient est que vous avez des cotisations sociales élevées et que vous devez respecter un certain formalisme.

    La SASU, société par actions simplifiée unipersonnelle a des avantages :

    • vous êtes gérant unique et considéré comme un dirigeant salarié ;
    • vous pouvez percevoir des dividendes en votre qualité d’associé ou une rémunération en tant que président ;
    • le capital social peut être seulement de 1€ ;
    • Votre responsabilité est limitée à vos apports.

    L’inconvénient de la SASU est que les cotisations sur votre rémunération seront plus importantes que pour l’EURL.

    Si vous préférez vous lancer à plusieurs, vous pouvez opter pour la SARL ou la SAS.

    Les avantages de la SAS sont :

    • un mode de gestion souple ;
    • une liberté de rédaction des statuts ;
    • une facilité pour faire venir de nouveaux associés.

    Les inconvénients de cette société sont les formalités de création plus lourdes que pour l’entreprise individuelle et des cotisations sociales élevées. 

    Les avantages de la SARL :

    • les charges sociales sont moins élevées ;
    • il est possible de faire venir son conjoint dans l’entreprise avec le statut de conjoint collaborateur.

    L’inconvénient de la SARL vient de son mode de fonctionnement qui est plus rigide et strictement encadré par la loi.

    Vous l’aurez compris ouvrir un bar n’est pas aussi simple. C’est pourquoi Captain Contrat vous accompagne tout au long de vos démarches de création d'entreprise. 

     

    Créer votre entreprise en ligne en quelques clics Je crée mon entreprise

     

     

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES
      statut juridique marketplace

      fiche creation-entreprise

      Réussir le lancement de sa marketplace : les étapes à anticiper

      comment ouvrir son magasin de jouets

      fiche creation-entreprise

      Les étapes pour ouvrir son magasin de jouets

      devenir brocanteur

      fiche creation-entreprise

      Tout savoir pour devenir brocanteur

      comment devenir medium

      fiche creation-entreprise

      La procédure pour devenir médium

      fiche creation-entreprise

      Les étapes pour devenir joueur professionnel de jeux vidéo

      Nicolas Raymondeau
      A propos de Nicolas Raymondeau

      Diplômé d'un Master de Droit social, Nicolas a notamment forgé son expérience professionnelle au sein de deux cabinets d'avocats

      COMMENTAIRES