BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter

    Evaluer la valeur de son entreprise : 3 méthodes de calcul !

    Gestion d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    La valeur d’une entreprise peut être déterminée de différentes façons. On peut la calculer à partir d’éléments comptables, de différents ratios et pondérer ceci par des aspects un peu intangibles, selon le secteur, la qualité des employés ou d’autres choses qui ne se mesurent pas forcément par le compte de résultat ou le bilan.

    Plusieurs méthodes de calcul existent pour estimer la valeur d’une entreprise.

    Cet article résume les 3 principales façons de faire actuellement qui sont :

    1. L’évaluation par l’actif net corrigé (valorisation patrimoniale)
    2. L’évaluation par un multiple de résultat (valorisation en fonction de la rentabilité)
    3. L’évaluation par les flux de trésorerie prévisionnels (valorisation selon les perspectives d’avenir)

    L’évaluation de la valeur par l’actif net corrigé

    Actifs nets et/ou rentabilité potentielle 

    Dans cette méthode, la valorisation d’une entreprise peut être déterminée en fonction principalement de deux éléments :

    • Les actifs nets, à savoir la différence entre d’un côté le total des immobilisations corporelles, stocks, créances clients, disponible en banque et caisse et d’un autre côté l’ensemble des dettes (long terme, moyen terme, court terme) au moment de l’évaluation
    • La rentabilité potentielle de la société, évaluée à partir de la situation au moment de l’évaluation

    Afin d’évaluer la valeur d’une entreprise, il faut donc calculer sa valeur d’actif net et estimer ses bénéfices prévisibles dans des conditions normales d’exploitation (en enlevant donc l’impact d’évènements exceptionnels).

    Attention car comme nous allons le voir dans l’exemple, le calcul de l’actif net n’est pas une simple addition et soustraction de chiffres du bilan financier.

    Badwill et Goodwill

    A la suite de l’étape précédente, on confronte les bénéfices de l’entreprise à ceux que procurerait un capital (correspondant à l’actif net) faisant l’objet d’un placement sans risque.

    Si un tel placement était moins intéressant que la somme investie dans l’entreprise, l’actif net pourra alors être majoré d’un montant représentant des éléments qui ne figurent pas au bilan de la société (réputation, savoir-faire). On parle de goodwill.

    En revanche, si la rentabilité est inférieure à celle d’un placement sans risque, la différence est le « badwill » et doit être déduite de l’actif net.

    Calcul de l’actif net : 

    On commence par calculer l’actif

    - soit à partir des capitaux propres :

    100 (capital) + 2000 (réserves) + 20 (subventions) + 20 (écart de conversion passif) – 40(écart de conversion actif) = 2100

    - soit à partir de l’actif : 400 (immo incorporelles) + 3000 (immo corporelles) + 500 (stocks) + 800 (créances clients) + 120 (dispo) + 20 (charges constatées d’avance) – (200 + 2000 + 540 ; provisions, emprunt et dettes) = 2100

    ATTENTION : l’exemple qui précède est simplifié et les chiffres du bilan sont considérés sans correction. Dans la réalité, les données du bilan sont souvent à « corriger ».

    Par exemple :

    • que concernent les frais d’établissement ? S’ils sont des frais de constitution de société, ils n’ont pas à être pris en compte dans l’actif net
    • S’il y a des bâtiments, ils doivent être évalués en fonction de l’indice Insee de la construction avec un rapport entre celui de leur année de construction et celui de l’année en cours ; on doit ensuite calculer la valeur d’usage qui est la valeur réévaluée précédente multipliée par le nombre d’années restant à « courir » rapporté à la durée totale de vie prévue des bâtiments
    • Il faut parfois aussi corriger en tenant compte de l’impossibilité d’amortir sur la valeur réévaluée
    • Le matériel et l’outillage doivent aussi être comptés à leur valeur d’usage en multipliant leur valeur dans le bilan par le même type de ratio que pour les bâtiments.

    Calcul du goodwill.

    Le Goodwill est égal au résultat de l’entreprise (du dernier exercice ou pas) – la rémunération des capitaux engagés à un taux déterminé.

    Imaginons que Scholl ait un résultat de 100 sur le dernier exercice et que les capitaux engagés soient de 400.

    Posons un taux possible de rémunération de ces capitaux de 3%.

    Le Goodwill est de 100 – 3%x400 = 88 .. Il y a donc un Goodwill de 88 qui est à ajouter à l’actif net pour donner une valeur à l’entreprise (2188).

    A noter que certains vont plus loin en calculant l’actif net comptable réévalué qui est l’actif net corrigé en ajoutant la valorisation du Goodwill ou Badwill sur un certain nombre d’années, avec un taux d’actualisation.

    Par exemple, si ce taux est posé à 10% et que l’on se base sur 5 ans, en partant aussi du principe qu’il y a des annuités constantes, alors la rente du Goodwill de notre exemple est de 88 x 3.7908 = 333.6 et la valeur de l’entreprise devient 2433.

    L’évaluation de la valeur de l'entreprise par un multiple de résultat

    Dans cette méthode, on estime une société via sa rentabilité, à partir d′un multiple de ses résultats (résultat net, résultat d′exploitation, marge brute d′autofinancement ou autre).

    Quelles métriques pour le résultat ? 

    Selon les experts mais aussi les secteurs, le « résultat » pris comme référence n’est pas le même.

    On utilise parfois le bénéfice net (mais attention aux charges et profits exceptionnels), le résultat brut d′exploitation, le résultat courant (résultat d′exploitation + résultat financier) ou la marge brute d′autofinancement.

    D’autres préfèrent les métriques anglo-saxons comme l’Ebit ou l’Ebitda (le second étant le premier auquel on ajoute les amortissements).

    Par ailleurs, on peut ne considérer (pour l’indicateur retenu) qu’un exercice comptable ou une moyenne des derniers exercices.

    Le coefficient multiplicateur

    Le coefficient multiplicateur est fonction du secteur d′activité. Plus ce dernier est risqué, plus le coefficient multiplicateur est faible.

    En général, ce coefficient est le quotient de la valeur de l’actif net OU des capitaux propres divisé par le CA, l’EBE, le résultat d’exploitation, la CAF.

    Dans la pratique, la valorisation d’une entreprise par cette méthode est simple puisqu’il suffit de s’accorder sur l’indicateur retenu (Par exemple l’EBE) et sur le coefficient multiplicateur.

    Calcul de la valeur d'une entreprise

    L’évaluation de la valeur de la société par les flux de trésorerie prévisionnels

    Selon cette approche, on considère que la valeur de la société est égale à la somme des flux de trésorerie (cash-flows) prévisionnels qui seront potentiellement dégagés dans les cinq à dix prochaines années.

    Calculer les flux de trésorerie

    Comme dans la méthode précédente, les façons de calculer les flux de trésorerie changent selon les gens et les secteurs.

    Ceci dit, pour calculer le cash créé durant un exercice, il est d’usage de faire la somme du résultat d′exploitation net d′impôts et des dotations aux amortissements et provisions, à laquelle on retranche les amortissements d′exploitation, l′augmentation du besoin en fonds de roulement et les investissements.

    Estimer les flux dans le temps

    L’exercice se complique ensuite quand il faut imaginer comment évolueront dans les 5 ou 7 prochaines années le résultat d′exploitation, les amortissements et provisions, le besoin en fonds de roulement .. ainsi que les nécessaires investissements (incorporels, corporels et financiers).

    Actualisation de l’argent à venir

    Enfin, il faut actualiser les cash-flows, c’est-à-dire évaluer en argent actuel la valeur de l’argent futur sachant notamment qu’on n’est pas certain de le percevoir. Les spécialistes de ce type de calculs utilisent alors un taux d’actualisation qui dépend des anticipations en matière d’inflation et de taux d’intérêt.

    Dans ce type d’estimation plus qu’avec les 2 autres méthodes de calcul, la valeur de l’entreprise peut osciller entre des chiffres très éloignés l’un de l’autre.

    Pendant longtemps, cette méthode a servi pour les start-ups et autres entreprises ayant des pertes en exploitation mais qu'on considérait qu’elles avaient un très grand potentiel de développement.

    Les premières déconvenues et pertes des investisseurs, le retour sur expériences réelles des valorisations théoriques a rendu moins populaire cette méthode qui lorsqu'elle est utilisée à présent, l’est de manière plus prudente. 

    Quelle méthode utiliser pour estimer la valorisation de son entreprise ?

    Bien entendu, les différentes méthodes de calcul n’aboutissent pas aux mêmes résultats. Dans tous les cas, il faut éviter de faire la moyenne des résultats trouvés, parce que, selon la stratégie de l’entreprise, ces différences sont normales.

    Par exemple, si la méthode de valorisation patrimoniale donne un résultat supérieur à la méthode des flux actualisée, alors la société vaut donc plus cher du fait de la valeur de ses Actifs réévalués (le passé), que du fait de sa rentabilité future. Ce n’est pas très favorable, puisqu’une entreprise à vendre l’est en général sur son potentiel de rentabilité. L’acheteur peut négocier le prix à la baisse.

    Si c’est l’inverse, l’entreprise est dynamique, mais quel est le poids de la concurrence et l’importance de l’entreprise dans son secteur ?

    En conclusion, les différentes méthodes de valorisation servent surtout à justifier un prix quand on veut acheter ou vendre une entreprise.

    Dialoguez en ligne avec un expert juridique Je pose ma question

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES
      clause d'agrement111

      droit des societes

      La clause d’agrément : définition et fonctionnement

      ACCRE conditions-min

      droit des societes

      Avocat droit des affaires sur Paris

      Avocat_Droit_Des_Affaires_Lyon

      droit des societes

      Avocat en droit des affaires sur Lyon

      Avocat_droit_des_affaires_Nices

      droit des societes

      Avocat en droit des affaires à Nice

      Compte_Courant_Associés_Remboursement

      droit des societes

      Remboursement du compte courant d’associés : quand et comment procéder ?

      Cyril D'audiffret
      A propos de Cyril D'audiffret

      Titulaire d’un Master II en Droit des affaires, Cyril est aussi passionné d’entrepreneuriat. Son objectif ? Rendre le juridique accessible aux entrepreneurs en leur apportant des conseils pratiques dans la création et la gestion de leurs sociétés.

      COMMENTAIRES