BLOG AIDE
S'inscrire ou Se connecter

Les étudiants veulent-ils entreprendre en 2018 ?

Actualités juridiques
Captain Contrat
LE
3min

Dans un sondage réalisé par OpinionWay pour Moovjee entre le 25 septembre et le 2 octobre 2017, un échantillon de 1001 étudiants a été invité à s'interroger sur sa vision de l'entrepreneuriat : image, freins, moteurs, attentes et niveau d'information. S'il ressort qu'un sur trois se dit prêt à envisager la création d'une entreprise, il ne s'agit pas d'une vision idéaliste mais d'une approche réaliste de l'entreprenariat.

L'entreprenariat en vogue

Sans grande surprise, l'entrepreneur bénéficie d'une bonne image. Selon le panel interrogé, ses qualités principales sont le fait d'être mû par la passion, mais également d'être un gestionnaire, un leader et un preneur de risques. L'étude révèle que le panel considère toujours l'entrepreneuriat en France comme un levier de développement de l'économie à long terme, ainsi que comme un vecteur de rayonnement pour la France sur la scène mondiale, mais également de plus en plus comme une mode (respectivement + 3 points et + 7 points par rapport à l'année précédente). Cette image pousse t-elle les étudiants à entreprendre ?

Les étudiants souhaitent-ils entreprendre en 2018 ?

Ainsi, les étudiants interrogés prennent du recul sur la bonne presse dont dispose l'entrepreneuriat. Depuis plusieurs années désormais, les journaux relaient les parcours atypiques de jeunes cadres quittant de bonnes positions dans de grandes entreprises pour s'orienter vers de l'artisanat, le commerce de proximité, ou encore les métiers de bouche, très populaires actuellement. Témoin de ce changement, le panel interrogé insiste sur le désir d'être autonome, en hausse par rapport à l'année précédente, mais également d'avoir de grandes responsabilités.

Dans la droite ligne des sondages effectués les années précédentes, les étudiants et lycéens professionnels considèrent à 95% qu'il est difficile de créer son entreprise. Cependant, un sur trois envisage de se lancer : 12 % du panel répond qu'il le fera certainement, et 24% probablement. Pourtant, seulement 20% de ce tiers  envisage une création ou une reprise directement après les études. Cette donnée gagne tout de même 7 points par rapport à l'année précédente.

Les lignes sont en train de bouger mais sans surprise, la moitié des sondés souhaite profiter d'une première expérience professionnelle avant de se lancer à son compte. Cela rejoint la réponse fournit à la question concernant les atouts majeurs manquants pour se lancer avec en tête les moyens financiers (71%) mais également l'expérience (50%) et la confiance du marché (40%). Les étudiants interrogés ont conscience de la difficulté à gagner la confiance des investisseurs et des clients de part leur âge, d'ou la volonté de repousser la création ou la reprise après une première expérience professionnelle. Interrogés sur leurs atouts, les étudiants répondent en premier lieu la capacité de travail. Suivent après l'enthousiasme, le soutien de l'entourage, et l'autonomie.

Qu'est-ce qui poussent alors ces jeunes à vouloir créer leur entreprise ?

Les principaux moteurs à la création d'entreprise sont la volonté d'être libre de ses décisions, de faire ses propres expériences, et de montrer son potentiel. Il est intéressant ici de relier ces réponses à un phénomène moins présent dans les médias qui est celui du retour à la vie de salarié après un échec entrepreneurial qui aura permis d'acquérir de l'expérience, valorisable au sein d'une grande structure.

Parmi les soutiens considérés comme les plus importants, on retrouve le soutien de la famille, la possibilité de bénéficier du nouveau statut d'étudiant entrepreneur et le soutien d'organismes et associations dédiées. Toutefois, les étudiants considèrent toujours que le soutien des banques et des organismes de financements reste prioritaire pour la création d'une entreprise. Ainsi, 66% des sondés considèrent qu'une aide financière pendant plusieurs mois pour accompagner le lancement de leur entreprise renforceraient leur envie de se lancer ou les motiverait à le faire.

Enfin, l'enquête se penche sur le niveau d'information dont disposent les étudiants : 81% affirment n'avoir jamais été informé des dispositifs d'aide à la création d'entreprise, mais il est intéressant de voir que 83% reconnaissent également ne pas avoir recherché par eux-même de l'information. Cet élément nous interroge sur le taux de transformation réel entre ceux qui déclarent vouloir créer une entreprise et ceux qui le feront vraiment. Un élément ressort toutefois de cette étude de manière flagrante, c'est la quête d'authenticité.

Si les étudiants ont une vision relativement réaliste de l'investissement personnel et financier que représente l'entrepreneuriat, leurs aspirations premières que sont le fait d'être libre de ses décisions, l'envie de faire ses propres expériences et l'envie de montrer son potentiel, témoigne d'un échec des grandes entreprises pour valoriser cette jeunesse et la désillusion vécue lors de l'arrivée dans le monde du travail. Ils trouvent alors dans l'entrepreneuriat une réponse à leur quête de sens. Au-delà de ces chiffres plutôt flatteurs pour l'entrepreneuriat français, il reste à travailler sur l'information concernant les différents dispositifs existants, mais également à travailler sur la capacité à valoriser l'échec, en développant la créativité, l'innovation et la prise de risque.

Donnez votre avis
    ARTICLES SIMILAIRES
    ACCRE_reforme_2019

    Création d'entreprise

    Entrepreneurs : l'Accre ouverte à tous dès 2019

    Le réseau indispensable pour entreprendre-1

    Création d'entreprise

    Enquête : le réseau est-il incontournable pour entreprendre ?

    Création d'entreprise

    Enregistrement des statuts de société aux impôts : c'est fini !

    Julien Saint-Flour
    A propos de Julien Saint-Flour

    Diplômé d'école de commerce et avocat, Julien s'efforce de traduire le droit dans un langage pratique et accessible à tous les entrepreneurs pour qu'il devienne un moteur de leur réussite

    Voir tous les auteurs du blog Actualités Juridiques
    COMMENTAIRES