Ouvrir un salon de beauté : les démarches

par
5
Ouvrir un salon de beauté

Sommaire

  1. Qu’est-ce qu’un salon de beauté ?
  2. Comment ouvrir un salon de beauté ?
  3. Quelles règles respecter ?
  4. Quelle structure juridique choisir ?
Ouvrir un salon de beauté

Ouvrir un salon de beauté est votre souhait le plus cher. Vous adorez l’esthétisme et vous voulez vous lancer en tant qu’indépendant. Qu’est-ce qu’un salon de beauté ? Comment faire votre business plan ? Quelles réglementations suivre ? Quels diplômes avoir pour tenir un salon de beauté ? Quelle structure juridique choisir ? Quelle procédure suivre pour créer votre structure ? Captain Contrat vous détaille ces points.

Qu’est-ce qu’un salon de beauté ?

 

Un salon de beauté est une activité professionnelle consistant à proposer à la clientèle des soins esthétiques autres que médicaux ou paramédicaux, et des modelages esthétiques de confort sans finalité médicale.

Ainsi, un salon de beauté peut regrouper de nombreuses activités. Il peut s’agir d’un salon proposant des soins esthétiques divers, d’un salon d’amincissement, d’un salon de bronzage etc.

La liste n’est pas exhaustive et il existe un grand nombre de salons de beauté en France.

 

Comment ouvrir un salon de beauté ?

 

Avant de vous lancer dans les démarches administratives et juridiques pour ouvrir votre salon de beauté, vous devez réaliser un business plan. C’est un document incontournable pour témoigner de la viabilité financière et commerciale de votre projet.

Pour cela vous devez faire une étude de marché. Cette étude permet de déterminer qui sont vos concurrents proches mais aussi ceux d’autres villes. Vous devez analyser les besoins de la clientèle, les comportements des clients. Vous identifiez ainsi quels sont les soins tendance, quelles prestations marchent bien. Cela vous permet aussi de savoir de quel matériel vous allez avoir besoin. Le matériel ne doit pas être négligé dans votre business plan. Cela va des huiles de massage, aux vernis, à la table de soins, à la lampe à UV etc…

Ensuite, vous devez faire le choix de votre local. Identifiez un bon emplacement. Il faut que votre salon soit bien visible, à un endroit fréquenté.

Enfin, vous allez réaliser un plan de financement. Celui-ci doit prévoir :

  • un budget prévisionnel ;
  • un compte de résultat prévisionnel ;
  • un bilan prévisionnel.

Vous devez vous attacher à le rendre le plus réaliste possible. Si vous avez des apports personnels, vous devez bien entendu les faire apparaître dans votre plan de financement. Le plus souvent il faut avoir recours à un emprunt pour financer l’ouverture d’un salon de beauté. Le plan de financement est le document qui vous permettra de bénéficier d’un prêt d’un établissement bancaire. C’est pour cette raison que vous devez être réaliste et non trop optimiste dans vos projections de résultats. Il faut donner confiance aux investisseurs.

Il faut ensuite trouver un local. Vous pouvez louer un local commercial ou l’acheter. Il faut également trouver un nom à votre salon de beauté et déposer ce nom auprès de l’INPI. Enfin, votre salon de beauté doit être assuré contre tout dégât. Assurez également votre matériel.

 

Quelles règles respecter ? 

 

Vous pouvez ouvrir un salon de beauté sans avoir de diplôme mais vous devez justifier d’une expérience minimale de trois ans. Cette expérience se fait :

  • en tant que gérant d’un salon de beauté ;
  • en tant que salarié ou travailleur indépendant dans un salon de beauté.

Vous devrez présenter des justificatifs de cette expérience avec des fiches de salaires, des contrats de travail ou autres. 

Comme un salon de beauté est un établissement recevant du public (ERP) vous devez respecter des normes relatives aux ERP. Il s’agit de normes de sécurité incendie et d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite.

À noter : Si vous ne respectez pas ces normes vous êtes passibles de sanctions administratives et pénales et même de fermeture temporaire.

Vous pouvez aussi connaître des limites dans l’exercice de cotre activité selon la formation que vous avez. Par exemple, une esthéticienne peut pratiquer des massages. Mais ceux-ci ne doivent pas être de nature thérapeutique ou médicale. Dans ce cas, uniquement les kinésithérapeutes peuvent les pratiquer. De même, les épilations au laser sont réservées aux dermatologues.

 

Quelle structure juridique choisir ? 

 

Si vous souhaitez vous lancer seul, il existe des sociétés unipersonnelles (SASU ou EURL) ou des régimes d'entreprises individuelles : micro-entreprise, entreprise individuelle ou EIRL.

La micro-entreprise a des avantages pour celui qui débute une activité :

  • elle se crée simplement, rapidement sans le formalisme des sociétés (statuts à rédiger, capital social à déposer etc) ;
  • sa création est peu coûteuse : elle se fait sur internet.

Cependant, la micro-entreprise a ses limites car vous ne pouvez pas dépasser un seuil de chiffre d’affaires :

  • 176 200 € par an pour les prestations de service ;
  • 72 500 € pour l’activité d’achat revente.

De plus, votre responsabilité est illimitée.

En outre, si vous souhaitez vous développer, rester sous la forme de la micro-entreprise sera moins attractif pour des potentiels investisseurs.

Vous pouvez aussi créer une EURL ou une SASU. Leurs étapes de création de sociétés sont plus complexes que pour celles de la micro-entreprise.

Vous devez rédiger des statuts, déposer un capital social. Dans le cadre de la SASU celui-ci peut être seulement de 1€. Dans les deux cas vous êtes gérant unique et votre patrimoine personnel est dissocié du patrimoine de l’entreprise. Ce qui est un avantage certain en cas de difficultés financières. Vous appartenez au régime de la sécurité sociale. Avec l’EURL votre régime fiscal est allégé et vous n’êtes imposé que sur les bénéfices réels. Avec la SASU vous pouvez choisir de percevoir des dividendes en votre qualité d’associé et vous pouvez toucher une rémunération en tant que président. Mais, les dividendes ne supportent pas de charges sociales.

Mais les cotisations sur la rémunération du président de la SASU seront plus importantes que celles du gérant d’une EURL. Les cotisations sociales seront assez élevées dans les deux cas. Dans le cadre de l’EURL, le formalisme de création et de fonctionnement est plus exigeant que pour la SASU.

Enfin, si vous souhaitez vous lancer avec des associés, vous pouvez opter pour deux formes de sociétés : la SARL ou la SAS. Dans ces deux cas, les formalités de création sont encore plus importantes que pour les entreprises unipersonnelles. Il faut en effet respecter toutes les étapes de création d’une société. Leur fonctionnement obéit aussi à des règles bien précises. L’avantage de la SARL est de pouvoir faire entrer son conjoint en tant que collaborateur dans votre salon. Cependant, le mode de fonctionnement de la SAS est plus souple que celui de la SARL.

Captain Contrat vous a expliqué comment ouvrir un salon de beauté. Cependant, créer son institut de beauté n’est pas simple. Captain Contrat vous accompagne tout au long de vos démarches.

Amélie Gautier

Écrit par

Amélie Gautier

Diplômée d'un Master en droit des affaires et passionnée par le monde de l'entreprise, Amélie s'efforce de rendre accessible les informations juridiques nécessaires aux entrepreneurs tout au long de leurs projets.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Ouvrir un salon de massage de bien être : les démarches

Le marché de la relaxation, du bien-être, ne cesse de se développer. Vous voulez ouvrir un salon de ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Comment ouvrir un institut de beauté ?

Ouvrir son institut de beauté est une bonne opportunité, si l’on s’y prend de la bonne manière. Il ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Comment ouvrir un spa : les étapes à suivre ?

Le spa est très tendance ces dernières années. On en compte plus de 3 000 en France aujourd’hui. De ...

Philippe

Philippe

Comment ouvrir une salle de sport : les étapes pour se lancer ?

Passionné de fitness, de bien-être, de sport, vous aimez que ça bouge ! Vous rêvez d'ouvrir une ...

Maxime

Maxime

Comment devenir diététicien du sport ?

Vous souhaitez devenir diététicien du sport ? Sachez que cette profession est réglementée et ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Céder sa patientèle : toutes les étapes à suivre

Quand on possède un cabinet médical, on peut légitimement se demander quelle est sa valeur et ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Le marché du bien-être en vogue chez les entrepreneurs

Le Bien être est depuis quelques années un secteur en plein essor. Il connait une croissance ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Devenir taxi ambulancier : comment faire ?

Être taxi ambulancier vous intéresse ? Comment faire pour devenir taxi ambulancier ? Quels diplômes ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Comment devenir sexologue ou sexothérapeute ?

Près de 500 000 personnes consultent un sexologue chaque année. De plus en plus sollicité, le ...

Maxime

Maxime

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier