BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter
    CATÉGORIE CRÉER ENTREPRISE > FICHE CREATION-ENTREPRISE > Ouvrir un bar à chicha : comment faire ?

    Ouvrir un bar à chicha : les étapes

    Création d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    Les bars à chicha se sont bien développés en France. Vous souhaitez ouvrir un bar à chicha mais vous vous posez beaucoup de questions. Comment procéder ? Quelles règles respecter pour ouvrir un bar à chicha ? Quelle forme juridique choisir ? Quelle est la procédure pour créer la structure juridique de votre bar à chicha ? Captain Contrat vous explique comment ouvrir un bar à chicha.

    Au sommaire de cet article :

    1. Ouvrir un bar à chicha
    2. Quelle réglementation respecter ?
    3. Quelle forme juridique choisir pour ouvrir un bar à chicha ?

    Ouvrir un bar à chicha

    Vous souhaitez ouvrir un bar à chicha, il est indispensable de réaliser un business plan. Le business plan est un document qui doit détailler de façon précise les points clé de votre projet de création. C’est un outil incontournable pour pouvoir réussir votre projet.

    Un business plan doit contenir :

    • l'objet de votre projet : l’activité ;
    • les cibles et leurs besoins : la clientèle ;
    • la stratégie ;
    • l’équipe dédiée à votre entreprise ;
    • le mode de financement ;
    • le plan d’évolution prévu

    Ainsi, dans un premier temps, vous devez faire une étude de marché. Cette étude va vous permettre de vérifier si votre projet est viable. Il vous aide également à construire une stratégie commerciale. Vous devez étudier la concurrence proche du lieu où vous souhaitez ouvrir votre bar à chicha mais aussi la concurrence plus générale.

    Vous devez choisir le local où vous allez ouvrir votre bar à chicha et négocier l'acquisition de ce fonds de commerce. L’emplacement est très important. Choisissez ainsi un endroit où il y a du passage.

    Ensuite vous allez établir un plan de financement avec un compte de résultat prévisionnel. Ce plan de financement va permettre à vos futurs investisseurs de se faire une opinion sur la viabilité de votre projet. Plus ce plan de financement sera réaliste et plus vous aurez de chance d’obtenir des financements.

    Quelle réglementation respecter ?

    La législation est stricte pour pouvoir ouvrir un bar à chicha. En effet, tout établissement public est non-fumeur selon la loi.

    Vous devez ainsi respecter certaines règles :

    • vous devez disposer d’un fumoir d’une surface maximale de 20% de la superficie totale de votre établissement sans dépasser 35 m2 ;
    • le fumoir doit être une salle close. Il doit être conçu spécialement pour fumer la chicha ;
    • vous ne devez pas effectuer de prestation de service dans le fumoir ;
    • le fumoir doit être équipé d’un extracteur d’air par ventilation mécanique, indépendamment d’une climatisation ;
    • le fumoir doit être équipé de fermetures automatiques sans possibilité d’ouverture intentionnelle ;
    • le fumoir ne doit pas faire office de lieu de passage ;
    • vous devez placer à l’entrée et à l’intérieur de votre établissement des signaux d’interdiction de fumer.

    Vous devez en parallèle respecter les mêmes obligations que pour n’importe quel autre restaurant ou débit de boisson.

    L’effectif doit compter une personne avec une formation en hygiène alimentaire.

    Les normes d’hygiène et de sécurité doivent être respectées comme tout établissement recevant du public.

    Vous allez ensuite trouver le nom de votre bar et déposer la marque auprès de l’INPI pour la protéger.

    Enfin, lors de l’installation, il sera nécessaire de vous déclarer auprès de la Direction Départementale en Charge de la Protection des Populations (DDCPP).

    bar a chicha

    Quelle forme juridique choisir pour ouvrir un bar à chicha ?

    La micro-entreprise

    La micro-enteprise est un régime relevant de l'entreprise individuelle. Ce statut permet de se lancer rapidement et facilement. En effet, la procédure est peu complexe. Il s'agit de l'un des avantages principaux de la microentreprise. A ce titre le statut d'autoentrepreneur est souvent utilisé afin de tester la viabilité d'un projet. Contrairement à la création d'une société, vous n'avez pas de statuts à rédiger ou de capital social à déposer. Enfin, la microentreprise vous permet d'être exempté de TVA en vous faisant bénéficier de la franchise de TVA sous respect de certains seuils de revenus à respecter. 

    Mais cela recouvre aussi des inconvénients. Vous êtes notamment limité en chiffre d'affaires générés au seuil de 176 200€ pour les activités de prestation de services et 72 500€ pour les activités d'achat-revente. Au-delà de ces seuils, vous ne pourrez plus prétendre au régime de la microentreprise et tomberez sous le joug du régime classique de l'entreprise individuelle.   

    En outre, vous ne bénéficiez pas d'une responsabilité limitée comme pour les sociétés. Vos biens personnels ne sont donc pas protégés (excepté votre résidence principale depuis la loi Macron de 2015. 

    L’EURL 

    L’EURL est une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée. Vous êtes seul gérant de votre société. Vous pouvez donc décider de votre rémunération. Mais il s'agit d'une société contrairement à l'entreprise individuelle vue précédemment. Les formalités sont donc plus lourdes. Vous allez devoir payer des cotisations sociales élevées (à hauteur de 45% de votre rémunération). Mais votre patrimoine personnel est dissocié du patrimoine professionnel ce qui est un avantage en cas de difficultés financières. En outre, vous pouvez choisir entre la soumission au régime de l’impôt sur le revenu (IR) ou de de l’impôt sur les sociétés (IS). Enfin tant que gérant d’EURL vous pouvez cotiser également à la Sécurité Sociale. En effet, depuis le 1er janvier 2020, la Sécurité sociale des indépendants est intégrée au Régime général de la sécurité sociale. 

    La SASU

    Dans le cadre d’une société par actions simplifiées unipersonnelle (SASU) vous êtes également un gérant associé unique mais vous êtes considéré comme un dirigeant assimilé salarié. Vous êtes ainsi affilié au régime général de la sécurité sociale. Les cotisations que vous devrez payer sont plus importantes encore. Elles sont équivalentes à 82% de votre rémunération mensuelle.

    La SARL ou SAS : les sociétés pluripersonnelles

    La SARL et la SAS sont des sociétés vous permettant de vous lancer à plusieurs, avec des associés. Mais, au même titre que leurs formes unipersonnelles (respectivement EURL et SASU) les formalités pour créer ces sociétés sont plus lourdes que celles des entreprises individuelles.

    La gestion de la SAS est plus souple que celle de la SARL. La rédaction des statuts par exemple est plus libre que dans le cadre d’une SARL. En outre, il est plus facile de faire entrer de nouveaux associés dans une SAS.

    En revanche, la SARL permet de faire entrer son conjoint dans l’entreprise, comme conjoint collaborateur.

    Ouvrir un bar comporte plusieurs étapes à respecter. Captain Contrat vous accompagne dans toutes vos formalités et dans toutes la procédures, de votre choix de forme juridique à l'obtention de votre Kbis. 

     

    Créer votre entreprise en ligne en quelques clics Je crée mon entreprise

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES
      dividende-eurl-rémunération-1

      eurl

      Dividende EURL : pourquoi opter pour ce type de rémunération ?

      ei_EIRL_microentreprise

      eurl

      Différence EURL EIRL : quel statut choisir ?

      Les charges de l'EURL

      eurl

      Charges EURL : fiscales, sociales, d'exploitation...

      eurl

      Changement d'adresse de siège social dans l’EURL : comment faire ?

      Priscilla Cavaillé
      A propos de Priscilla Cavaillé

      Diplômée d'un master en droit des affaires, spécialité propriété intellectuelle, Priscilla a développé son expérience au sein de cabinets d'avocats en droit des sociétés et en droit des marques.

      COMMENTAIRES