BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter

    Quelle est l'importance du Crowdfunding pour les entrepreneurs ?

    Gestion d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    Le financement participatif ou crowdfunding consiste à trouver, via Internet, des investisseurs pour un projet d’entreprise. Le financement participatif est utilisé par les projets qui ont des difficultés à trouver de l’argent par des moyens classiques, que ce soit à cause du projet qui n’entre pas dans les standards des investisseurs traditionnels (sujet, taille, etc..) ou à cause du délai et des besoins d’argent.

    Dans l’immense majorité des cas de financement participatif, les investisseurs sont nombreux (crowd) et les projets sont de taille modeste.

    Initialement, le crowdfunding qui est considérée comme une levée de fonds a concerné en France des projets artistiques ou de « développement durable », écologistes, culturelles mais peu à peu il s’est étendu à tous les types de projets, à l’instar des Etats-Unis où est née cette forme particulière de financement.

    Quand faire appel à ce financement par la foule ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? Est-ce que le crowdfunding est bien légal en France ? Se faire financer par le crowdfunding ferme-t-il la porte à d’autres financements ?

    Autant de questions à se poser avant de se lancer sur une des plateformes de financement participatif.

    1. A qui s'adresse le crowdfunding ?
    2. Quel rôle ont les investisseurs ?
    3. Obligations légales des plateformes de crowdfunding
    4. Les étapes d'une levée de fonds par un financement participatif
    5. Comment récupère-t-on l’argent d’une campagne réussie de financement participatif ?

    À qui s’adresse le crowdfunding ?

    Du côté des chercheurs de fonds, le financement participatif s’adresse à tout le monde mais s’agissant quand même plus de micro crédit que de solide crédit bancaire, il finance en général des projets à vocation sociale, écologique, culturelle,  de réinsertion économique ou « coups de cœur ».

    Autre destination de l’argent prêté par crowdfunding : la technologie ou les sociétés dites « Internet ». Dans ce cas, il ne s’agit pas de dons mais de véritable financement.

    Notamment dans ces derniers cas, le crowdfunding s’adresse à ceux qui veulent aller plus vite qu’avec un parcours classique de financement ou qui ont besoin justement d’un premier financement afin d’en obtenir un plus important via une banque ou un organisme plus « classique ».

    A noter qu’un porteur de projet ne peut pas emprunter plus de 1 million d’euros par projet, quand il fait appel à du crowdfunding.

    Du côté des donateurs ou prêteurs, le crowdfunding s’adresse aux particuliers. Fin mars 2016, le ministre de l’économie Emmanuel Macron a déclaré aux 3ème assises du financement participatif que le crowdfunding allait s’ouvrir aux entreprises, qui pourront donc utiliser leur trésorerie pour prêter à d’autres entreprises, à partir de fin 2016. Cette annonce mérite quand même quelques précisions avant d’être prise en compte car les impacts fiscaux, comptables et juridiques, ainsi que les possibilités de gestion qui seraient ouvertes, pourraient être considérables.

    Diapositive1.jpg 

    Quel rôle ont les investisseurs ?

    Une ordonnance de 2014 a supprimé le monopole bancaire des prêts rémunérés et il est donc possible pour des particuliers de prêter de l’argent avec une limite de 1 000 euros par prêteur et par projet et une durée de crédit ne pouvant dépasser 7 ans.

    A noter qu’un particulier peut aussi prêter sans intérêt (avec une limite de 4000 euros par prêteur et par projet).

    Dans la pratique, les investisseurs peuvent faire du crowdfunding de 3 façons :

    • Ils donnent une petite somme en échange souvent d’un « cadeau » non financier (produit de l’entreprise, remerciements publics, entrée gratuite dans un musée ou spectacle, etc..)
    • Ils acquièrent une part de l’entreprise et donc peuvent toucher des dividendes ou une partie du bénéfice en cas de revente de l’entreprise (ou peuvent en payer les dettes aussi)
    • Ils prêtent de l’argent à l’entreprise, en échange d’une rémunération.. ou pas

    Si vous voulez impressionner dans les cocktails et avoir le vocabulaire anglo-saxon correspondant à ces 3 modes de financement participatif, sachez alors qu’on parle de don contre don (reward-based crowdfunding), de prêt (peer-to-peer lending) ou d’investissement en capital (equity based crowdfunding).

    Obligations légales des plateformes de crowdfunding

    Le problème évident du financement participatif est le cadre de travail de l’intermédiaire et les limites exactes de son rôle.

    La loi française définit clairement tout ceci depuis 2014 via tout d’abord des principes généraux qui obligent notamment les plateformes de crowdfunding à respecter 2 règles bien connues des banquiers.

    Les règles prudentielles obligent les plateformes de crowdfunding à contrôler et identifier les investisseurs afin d’éviter tout blanchiment d’argent, financement d’activités criminelles ou terroristes.

    Les règles de contrôle de la qualification des investisseurs obligent les plateformes de financement participatif à avertir et vérifier que les investisseurs ont bien compris les risques qu’ils prennent.

     

    Selon leur degré d’implication dans la mise en relation entre investisseurs et porteurs de projets, leur connaissance du projet, le type de financement demandé aux particuliers et surtout le fait qu’elles fassent de la mise en relation ou proposent des titres, les plateformes de crowdfunding ont le choix entre 2 statuts légaux : IFP et CIP.

     

    Le CIP ou conseiller en investissements participatifs est une entité morale qui a une activité de conseil en investissement concernant des offres de titres de capital et de titres de créance de sociétés anonymes ou de sociétés par actions simplifiées (actions ordinaires ou obligations à taux fixe). Un conseiller en investissements participatifs doit avoir un agrément délivré par l’AMF (Autorité des marchés financiers) et il doit être immatriculé auprès du registre des intermédiaires en assurance, banque et finance (ORIAS : Registre unique des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance).

    L’IFP ou intermédiaire en financement participatif se contente lui, via un site internet, de mettre en relation des prêteurs ou donateurs et les porteurs d'un projet.

    Un intermédiaire en financement participatif ne peut exercer que cette activité sauf si il exerce par ailleurs une activité :

    - d’établissement de crédit, de société de financement, d’entreprise d’investissement, d’établissement de monnaie électronique, d’établissement de paiement ou d’agent de prestataire de services de paiement. Si l’activité d’IFP est exercée à titre accessoire par l’une de ces personnes, elle peut également être cumulée avec une activité d’intermédiation en assurance ;

    - de Conseiller en Investissement Participatif, uniquement si il ne propose pas de services de paiement (article L. 547-1 du code monétaire et financier).

     

     Les IFP sont des personnes morales, immatriculées auprès d’Orias (Registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance. Les plateformes qui ne proposent que des dons peuvent s’immatriculer auprès du registre unique.

    Les dirigeants ou gérants d’IFP ne doivent pas faire l’objet d’une interdiction d’exercer des fonctions de direction suite à une condamnation pour un crime ou pour certains délits et ils ne peuvent pas diriger des établissements faisant l’objet d’une sanction prévue aux 3° et 7° de l’article L. 612-39 et au I de l’article L. 612-41 du code monétaire et financier.

    Les dirigeants d’IFP doivent justifier de leurs compétences professionnelles donc soit d’un diplôme, soit d’une expérience professionnelle dans des fonctions liées au financement participatif, aux opérations de crédit, aux services de paiement ou au conseil aux entreprises, soit d’une formation professionnelle en matière bancaire et financière.

    Les IFP doivent souscrire un contrat d’assurance de responsabilité civile professionnelle à partir du 1er juillet 2016 et informer leurs clients s’ils disposent ou non d’une telle assurance de leur responsabilité civile.

    Ils ont aussi des obligations d’information sur leur identité et modalités de contact, les conditions de sélection des projets (et doivent éditer un rapport annuel).

    L’IFP doit définir et organiser les modalités de suivi des opérations de financement, ainsi que la gestion des opérations.

    Les IFP doivent informer les porteurs de projets  du montant de l’opération, du taux conventionnel, la durée du prêt, des modalités de remboursement et du coût total.

    Les IFP doivent informer les prêteurs et donateurs des caractéristiques du projet et du prêt concerné (taux, durée, montant, modalités de remboursement, existence ou non d’une faculté de rétractation) ainsi que des risques relatifs au financement participatif.

    Les IFP doivent fournir un ensemble d’instruments permettant aux prêteurs et porteurs de projets de contracter de manière transparente avec notamment un contrat type pour formaliser les relations entre porteurs et prêteurs tout en s’assurant que les taux de crédit proposés aux personnes physiques ou morales concernées sont inférieurs au taux de l’article L. 313-3 du code de la consommation.

    La plateforme internet de crowdfunding doit proposer un simulateur permettant aux prêteurs d’évaluer le montant du prêt envisageable compte tenu de leur situation.

     Téléchargez gratuitement votre guide pour tout savoir sur le financement de  votre société Je télécharge mon guide

    Les étapes d’une levée de fonds par un financement participatif

    Trouver de l’argent par le crowdfunding n’épargne pas les étapes classiques de n’importe quel financement.

    Définissez clairement votre projet

    Quel est le projet, de quoi s’agit-il ? Qui sont les initiateurs ? Quelle est la structure juridique du projet ? Quels sont ses objectifs ? Quelles sont les charges, quelles sont les entrées d’argent prévues, comment évoluera la trésorerie, etc..

    Pensez aussi à la partie propre au crowdfunding en déterminant combien de temps durera votre campagne 

    Calculez votre besoin financier

    En fonction du projet et des besoins en fonds de roulement, en trésorerie, en mise de départ, définissez clairement les besoins financiers ainsi que leur nature ; cette étape vous permettra aussi de savoir par quel type de financement participatif passer ; si vous choisissez le don, pensez aux contreparties, qui peuvent varier selon le montant du don.

    Choisissez le bon type de plateforme et de système

    Selon votre projet, ses besoins et votre sensibilité vous aurez plutôt intérêt à aller vers l’une des 3 formes de crowdfunding ; en général, une start-up de produits ou services en B2C sans trop de besoins financiers choisira un système de don contre don (et ainsi aussi une bonne façon de tester ses produits ou services) tandis qu’un projet technologique s’orientera forcément vers les 2 autres formes de financement.

    Travailler la présentation de votre projet

    N’hésitez pas à utiliser des règles comme celles des 5W (Who, when, where. what, why); ce qu’on appelle le “pitch” doit vous permettre en peu de temps d’attirer l’attention et l’argent des prêteurs, donateurs ou acquéreurs de parts; la plupart des plate-formes de crowdfunding proposent UNE page pour presenter le projet; certains prétendent qu’une video est le meilleur moyen de se présenter (puisqu’à l’inverse de l’écrit, on peut s’y montrer “vivant”, raconteur une histoire et donc faire toucher du doigt l’aspect humain de l’investissement que peut faire le prêteur qui veut souvent aussi lui VIVRE une aventure d’entreprise par procuration donc est plus sensible à une video qu’à de l’écrit et du chiffré); notamment si vous êtes dans du don contre don, imaginez des contreparties intéressantes (combien de fois avez-vous acheté quelque chose à cause du petit cadeau qui allait avec ?); n’oubliez pas aussi de VOUS présenter; un projet est une coquille vide sans son acteur principal: vous ! Les donateurs ou prêteurs prêtent beaucoup plus à une personne qu’à un projet.

    Accélérez votre activité une fois la campagne lancée et ne surestimez pas les plateformes de crowdfunding

    Les plateformes de crowdfunding sont comme les maisons d’éditions: ce ne sont pas elles qui vous trouveront des clients, prêteurs et donateurs même si elles prennent une commission sur ce que vous récolterez; c’est à VOUS de faire votre “campagne” comme un candidat à une élection politique; il vous faut mobiliser votre réseau et grenouiller partout où c’est possible, en ligne (prévoyez une grosse activité sur les réseaux sociaux) et en réel; n’ayez aucune illusion: il vous faudra mouiller la chemise, quémander et quasiment vous prostituer: c’est la règle pour obtenir ce que tout le monde cherche en ce bas monde: l’argent; à vous de voir si vous avez la mentalité pour vous prêter à ça ; une fois l’opération finie, il ne faut pas se reposer car il est plus que nécessaire de remercier les donateurs ou prêteurs ou nouveaux actionnaires: entretenir leur flamme et les rendre fiers d’eux-mêmes peut vous permettre de trouver d’autres financements ultérieurement.

    Comment récupère-t-on l’argent d’une campagne réussie de financement participatif ?

    Si votre campagne de crowdfunding a réussi, vous récupérez l’argent en général une à deux semaines après sa clôture. Dans la plupart des cas, il faut enlever aux sommes récupérées, la commission de la plate-forme (3 à 5% en général) et des frais bancaires. Au fur et à mesure de la campagne, l’argent est en général gardé sous séquestre, dans un compte bancaire spécial.

    Attention !

    Malgré la mode dont il est l’objet, le crowdfunding n’est pas la panacée.

    Comme dit plus haut, ce n’est pas de tout repos et peu de projets arrivent à se financer ainsi tandis que peu d’investisseurs y font fortune.

    Par ailleurs, la culture française de l’argent préfère les investissements plus classiques et sans risques (assurance-vie, immobilier, etc..) et les porteurs de projets sous-estiment de beaucoup les efforts à faire pour se faire financer par des particuliers sans parler de la qualité générale des projets dont beaucoup ne sont pas crédibles ou suffisamment travaillés en amont.

    Par ailleurs, certaines plateformes de crowdfunding sont surtout là pour faire de l’argent, au détriment des uns et des autres. Une partie significative de l’économie du crowdfunding passe dans les intermédiaires et les fonctions annexes (il existe même des cabinets de conseil en crowdfunding ?!?) qui eux gagnent quoi qu’il arrive..

     

    Il existe bien d’autres alternatives pour lever des fonds rapidement et sans frais. De très nombreuses aides locales ou nationales (Accre, OSEO, Coface par exemple) existent comme aussi le prêt d’honneur ou le micro-crédit, ce dernier s’apparentant par bien des aspects au crowdfunding.

     

    Pour information, en 2014 le crowdfunding a représenté 152 millions d'euros (contre 78,3 millions d'euros pour l'année 2013). En 2014, les fonds collectés en financement participatif étaient répartis de la manière suivante: 88,4 millions d'euros (+84 % par rapport à 2013) sous forme de prêts, 38,2 millions d'euros (+97 % par rapport à 2013) sous forme de dons et 25,4 millions d'euros (+146 % par rapport à 2013) en investissement en capital.

    En 2015, certains chiffres parlent de 300 millions d’euros.

    Certaines banques commencent à prendre des parts dans des plateformes de crowdfunding ou à proposer des conseils d’investissement ou de financement par ce moyen.

    Si le crowdfunding grossit, il y a fort à parier que l’accès à ce type de financement deviendra une activité plus ou moins contrôlée par les banques ou par les opérateurs techniques qui peu à peu s’imposent dans les systèmes de paiement. 

    Financez votre entreprise en ligne en quelques clics Je finance mon entreprise

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES
      aides_publiques_financement

      financement de société

      Développement d'entreprise : les aides financières proposées par l’Etat

      sci-compte-courant-dassocies-1

      financement de société

      Compte courant d’associés débiteur d’une SCI : quels risques ?

      franchise

      financement de société

      Franchise de TVA : comment en bénéficier ?

      refus_bancaire_que_faire

      financement de société

      Refus bancaire : quelles alternatives pour mon crédit pro ?

      Crowfunding_Plateformes_Du_Moment

      financement de société

      Les plateformes de crowdfunding du moment

      Benjamin
      A propos de Benjamin

      Passionné d'entrepreneuriat, Benjamin maîtrise tous les mécanismes liés à la création et au développement d'entreprise. Persuadé que la complexité juridique est un frein à l'entrepreneuriat en France, il accompagne les entrepreneurs dans leurs prises de décisions.

      COMMENTAIRES