BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter

    Affaire personnelle : comment developper son activité artisanale ou commerciale ?

    Création d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    Vous êtes seul et souhaitez commencer une activité de commerçant et/ou d'artisan tout en évitant le formalisme lié à la création et à la gestion d'une société ?

    Avec des démarches allégées, le développement d'une affaire personnelle peut vous intéresser. Alors, pour lancer rapidement votre activité, suivez le guide !

    1. Qu'est-ce qu'une affaire personnelle artisanale et/ou commerciale ?
    2. Comment créer votre affaire personnelle artisanale et/ou commerciale ?

    Qu'est-ce qu'une affaire personnelle artisanale et/ou commerciale ?

    Affaire personnelle, entreprise en nom propre, ou entreprise individuelle (EI), sont différents termes qui désignent en fait une même réalité. Il s'agit d'un entrepreneur qui développe son activité professionnelle sans créer une société distincte de sa propre personne.

    Créer une affaire personnelle, quelles conséquences ?

    Avec une affaire personnelle, vous et votre entreprise individuelle ne formez qu'une seule et même entité. La personne privée et l'activité professionnelle se confondent.

    Cela entraîne certaines conséquences :

    • Les formalités de création et de gestion sont réduites. À la différence d'une société, il n'y a pas besoin de rédiger de statuts ou de constituer un capital social, et les obligations comptables sont allégées. Tout cela permet également de limiter les coûts.
    • Les patrimoines professionnels et personnels ne sont pas distincts. Vos biens personnels, en dehors de votre résidence principale qui est insaisissable, peuvent donc servir à payer des dettes professionnelles.

    Êtes-vous artisan et/ou commerçant ?

    Lors de la création de votre affaire personnelle vous devez savoir dans quelle catégorie, artisanale ou commerciale, votre entreprise se situe.

    • Un commerçant est un professionnel qui effectue des actes de commerce (énumérés aux articles L110.1 et L110.2 du Code de commerce).

    Vous êtes, par exemple, considéré comme ayant une activité commerciale si vous achetez un bien et le revendez en faisant un profit, ou si vous louez des objets.

    • Un artisan est un professionnel qui crée, transforme et/ou répare des produits. Le secteur de l'artisanat est un domaine très vaste qui comprend les professions de boulanger, coiffeur ou de paysagiste.

    Selon la nature de votre activité, certaines étapes de la création de votre entreprise sont différentes. Les commerçants sont inscrits au registre du commerce et des sociétés (RCS) et les artisans dans le répertoire des métiers (RM).

    Comment créer votre affaire personnelle artisanale et/ou commerciale ?

    Pas d'associé avec qui se mettre d'accord, ni de statuts à rédiger, la création d'une affaire personnelle est simplifiée. Voici les étapes à suivre :

    Choisir la forme juridique adaptée

    La notion d'affaire personnelle regroupe 3 formes juridiques. A vous de déterminer les options qui conviennent le mieux à votre situation.

    • L'entreprise individuelle (EI permet de développer votre activité professionnelle sans avoir à créer une société. Vous ne créez pas de personne morale distincte, il y a une confusion entre votre patrimoine et celui de l'EI. Aussi, en cas de difficulté financière, et en dehors de votre résidence principale et des biens fonciers ayant fait l'objet d'une déclaration d'insaisissabilité, vos biens personnels ne sont pas protégés.
    • L'entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) a les mêmes intérêts que l'EI mais permet de mieux préserver votre patrimoine personnel. Elle vous offre la possibilité de faire une déclaration d'affectation qui réduit l'étendue des biens pouvant être saisis par les créanciers professionnels.
    • La micro-entreprise vous fait bénéficier d'un régime fiscal particulier, sous réserve que votre chiffre d'affaires ne dépasse pas certains seuils; mais aussi d'un régime micro-social simplifié, et d'une franchise de TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée).

    Affaire personnelle : comment se lancer

    Avoir les qualifications nécessaires pour les professions réglementées

    Certaine activités sont dites règlementées. L'inscription en tant qu'entrepreneur individuel ne peut se faire que si vous justifiez d'une qualification spécifique, qu'il s'agisse d'un diplôme, d'une formation, d'une expérience, ou d'une autorisation.

    C'est le cas des professions artisanales énumérées à l'article 16 de la loi n°96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat. Ainsi, si vous avez un métier dans le secteur de la construction de bâtiments, si vous effectuez des soins esthétiques, ou si vous exercez les professions de boulanger, boucher ou poissonnier, vous devez être titulaire de certains diplômes ou possédez une expérience dans ces domaines.

    De même, si votre activité nécessite de tenir un débit de boissons (bar, restaurant, etc.), vous devez obtenir le permis d'exploiter ce type de commerce ainsi qu'une licence de débit de boissons. Enfin, certaines activités nécessitent le suivi de formations spécifiques comme celle relative aux normes d'hygiène et de sécurité imposée si vous exercez dans le secteur alimentaire.

    Effectuez un stage de préparation à l'installation (SPI) pour les artisans

    Jusqu'à présent, les artisans doivent réaliser un stage, le stage de préparation à l'installation SPI, pour pouvoir demander leur immatriculation au RM auprès de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat (CMA).

    Jusqu'alors obligatoire (sauf dispense justifiée par l'obtention d'un diplôme ou une certaine expérience professionnelle), ce SPI est remis en cause par la loi relative à la croissance et la transformation des entreprises, dite loi PACTE adoptée par l'Assemblée Nationale le 11 avril 2019. Toutefois, dans l'attente de l'application de ce nouveau texte, le SPI reste obligatoire pour les artisans ne bénéficiant pas d'une dispense.

    Adressez votre dossier complet au centre de formalités des entreprises (CFE)

    Le CFE dont vous dépendez dépend de la nature de votre activité. Si vous êtes commerçant, votre interlocuteur est la Chambre de Commerce et de l'Industrie (CCI).

    Si vous êtes artisan, ou si vous avez plusieurs activités commerciales et artisanales, c'est la Chambre des Métiers et de l'Artisanat (CMA) que vous devez contacter.

    Votre dossier de création comprend notamment :

    • Le formulaire complété PO
    • La déclaration d'affectation de patrimoine si vous avez opté pour l'EIRL.
    • Le formulaire de Justification de Qualification Professionnelle Artisanale (JQPA) – Cerfa n°14077*02, si vous souhaitez exercer une profession artisanale réglementée.
    • L'attestation de suivi du SPI ou le justificatif de dispense pour les artisans (tant que la loi PACTE n'est pas entrée en vigueur).

    Immatriculez votre entreprise individuelle

    Une fois réceptionné par le CFE, votre dossier est transmis aux différents organismes parmi lesquels l'URSSAF, le service des impôts des entreprises (SIE), l'INSEE (Institut National de la Statistique et des Études Économiques), ou encore le greffe du tribunal de commerce.

    L'INSEE se charge d'inscrire votre EI au répertoire SIRENE (Système National d’Identification et du Répertoire des Entreprises et de leurs Établissements), et vous attribue les numéros SIREN et SIRET qui identifient votre entreprise et ses éventuels établissements, ainsi que le code APE (Activité Principale Exercée) qui précise la branche d'activité de votre entreprise.

    Ces numéros seront visibles sur votre extrait K (pour les commerçants) ou l'extrait D1 (pour les artisans).

    Le greffe du tribunal de commerce immatricule les EI ayant une activité commerçante au registre du commerce et des sociétés (RCS). La CMA se charge quant à elle d'inscrire les artisans au répertoire des métiers (RM).Si vous êtes artisan et commerçant vous avez une double immatriculation, au RCS et au RM.

    Gratuites pour les micro-entrepreneurs, l'immatriculation d'une EI au RCS coûte 25,34 €, et une inscription au RM s'élève, en moyenne, à 130 €.

    Vous avez désormais tous les éléments pour créer votre entreprise individuelle. Alors n'hésitez plus, notre équipe est là pour vous accompagner tout au long de vos démarches !

    Créez votre EI ou EIRL en quelques clics ! Je crée mon entreprise

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES
      entreprise_individuelle_impôt

      entreprise individuelle

      Entreprise individuelle et impôt : tout savoir sur l'imposition

      avantage_ei

      entreprise individuelle

      Entreprise individuelle : quels sont ses avantages ?

      entreprise_individuelle_capital

      entreprise individuelle

      Capital de l’entreprise individuelle : faut-il avoir un capital minimum ?

      entreprise_nom_propre

      entreprise individuelle

      Entreprise en nom propre : comment se lancer ?

      statut-entreprise-individuelle-caracteristiques

      entreprise individuelle

      Statut entreprise individuelle : toutes les caractéristiques à connaître

      Pierre Gallon
      A propos de Pierre Gallon

      Diplômé d'un double Master droit des Affaires et des entreprises et Droit de la propriété industrielle, Pierre accompagne au plus près tous les entrepreneurs dans leur réussite juridique et s'occupe de toutes leurs formalités administratives

      COMMENTAIRES