BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter
    HOME > GERER VOS CONTRATS COMMERCIAUX > CONTRAT COMMERCIAL > Clause résolutoire : définition et fonctionnement

    Qu’est-ce qu’une clause résolutoire ?

    Droit commercial
    Captain Contrat
    LE
    4min

    En droit français, il existe plusieurs dispositions permettant de mettre fin à un contrat. La clause résolutoire est de celles-ci : elle permet ainsi de déterminer les événements susceptibles d’entraîner la résolution d’un contrat, par le biais d’une simple stipulation contractuelle. Cette clause offre la possibilité de se passer de l’intervention d’un juge, sauf en cas de désaccord.

    Voyons alors ce qu’est exactement la clause résolutoire, comment doit-elle être rédigée, quelles sont ses conditions de mise en œuvre, et quelles sont ses limites ?  

    Au sommaire de cet article : 

    1. La clause résolutoire : définition et fonctionnement
    2. La rédaction de la clause résolutoire
    3. La mise en œuvre de la clause résolutoire
    4. Les limites à la mise en œuvre de la clause résolutoire

    La clause résolutoire : définition et fonctionnement

    Une clause résolutoire peut être insérée dans un contrat commercial ou de location, qui prévoit la résolution du contrat (c’est-à-dire son annulation) en cas de manquement de l’une des parties à son obligation contractuelle

    La clause résolutoire est régie par l’article 1224 du Code civil.

    Son intérêt est de présenter un moyen de pression efficace sur le cocontractant qui ne respecte pas ses engagements : en effet, elle permet au créancier d’obtenir la résolution du contrat sans avoir à prouver une “inexécution suffisamment grave”, et sans recourir à l’intervention d’un juge. L’intégration d’une clause résolutoire dans un contrat commercial est ainsi un moyen de garantir la sécurité du contrat, en se prémunissant contre une éventuelle inexécution. En outre, cette clause ne fait pas obstacle au recours à d’autres sanctions contractuelles, que le créancier a toute la liberté de mettre en œuvre. 

    Dès qu’il y a manquement de la part du débiteur de l’obligation, le créancier peut mettre fin automatiquement au contrat en invoquant la clause résolutoire, peu importe la gravité ou l’impact réel de ce manquement. La Cour de cassation a par ailleurs jugé, dans un arrêt du 24 septembre 2003, que la bonne foi du débiteur est “sans incidence sur l’acquisition de la clause résolutoire” (voir ci-dessous). 

    La rédaction de la clause résolutoire 

    Selon l’article 1225 du Code civil, “la clause résolutoire précise les engagements dont l’inexécution entraînera la résolution du contrat “. Cela signifie qu’il revient aux parties au contrat de déterminer les manquements susceptibles d’entraîner la mise en œuvre de la clause résolutoire, et donc l’annulation du contrat. 

    Les parties sont totalement libres dans cette détermination. Seule exigence : la rédaction de la clause résolutoire doit être “non équivoque”, c’est-à-dire claire et précise. Cette dernière doit viser de manière explicite les manquements susceptibles d’entraîner l’annulation du contrat, mais aussi la volonté des parties de mettre fin au contrat en cas de manquement. En clair, les parties ont l’obligation de déterminer très précisément les différents cas pouvant entraîner la résolution du contrat, une clause trop ambiguë pouvant être écartée par le juge

    clause_résolutoire

    La mise en œuvre de la clause résolutoire 

    Certaines conditions doivent être respectées pour que la clause résolutoire puisse produire ses effets. 

    La mise en demeure du débiteur 

    En principe, la clause résolutoire ne peut être appliquée tant que le débiteur n’a pas été mis en demeure. Cette mise en demeure est un acte par lequel le créancier rappelle au débiteur qu’il doit exécuter son obligation contractuelle. Ce peut être, par exemple, une notification par voie d’huissier, ou bien une lettre recommandée avec accusé de réception. Pour être valable, la mise en demeure doit comporter un délai raisonnable pour le débiteur d’exécuter son obligation, rappeler la sanction encourue (la résolution du contrat) et mentionner l’existence de la clause résolutoire. 

    Néanmoins, si les parties ont convenu que la clause résolutoire serait mise en œuvre du simple fait de l’inexécution, la mise en demeure n’est pas nécessaire. Dans ce cas, la résolution du contrat opérera de fait, sans que le créancier n’ait besoin d’adresser une mise en demeure au débiteur. Le simple manquement contractuel entrant dans le champ d’application de la clause résolutoire suffira à entraîner la résolution du contrat. 

    La bonne foi du créancier

    Selon la jurisprudence, la bonne foi du créancier est indispensable à la mise en œuvre de la clause résolutoire. S’il fait preuve de mauvaise foi tout au long de l’exécution du contrat, il peut se voir refuser l’application de cette clause. 

    La bonne foi du débiteur, en revanche, n’a pas d’incidence sur la mise en œuvre de la clause résolutoire. Seule la constatation d’un manquement contractuel produit des effets. 

    Bon à savoir

    Le créancier dispose d’un droit d’option, par lequel il peut renoncer à mettre en œuvre la clause résolutoire. 

    Les limites à la mise en œuvre de la clause résolutoire

    Dans certains cas, l’intégration d’une clause résolutoire à un contrat est limitée par le législateur, dans le but de protéger la partie réputée la plus vulnérable. 

    À titre d’exemple, la clause résolutoire d’un contrat de bail commercial ne peut être appliquée qu’après le dépassement d’un délai minimum octroyé au débiteur pour exécuter son obligation. Ce délai est d’un mois : la résiliation du contrat ne pourra avoir lieu qu’à expiration de ce délai resté infructueux. Il s’agit d’une forme de sécurité offerte au débiteur, qui par ce délai dispose d’un délai supplémentaire pour exécuter son obligation. 

    Les contrats d’assurance-vie font l’objet d’une protection similaire : lorsqu’une prime n’est pas payée par le débiteur, le créancier lui adresse une mise en demeure par laquelle il l’informe que le contrat sera résilié à l’expiration d’un délai de quarante jours, faute d’exécution de l’obligation.

    Besoin d'accompagnement pour rédiger vos contrats ?

    Les équipes Captain Contrat et notre réseau d'avocats partenaires vous accompagnent dans la rédaction de vos documents juridiques. Bénéficiez de contrats solides, conformes afin de protéger et sécuriser vos relations commerciales. 

    Rédigez facilement et rapidement votre contrat commercial J'obtiens mon contrat  commercial

     

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES

      document contrat commercial

      La clause pénale : définition et fonctionnement

      document contrat commercial

      L’acte de caution solidaire : définition et fonctionnement

      Alex Pernin
      A propos de Alex Pernin

      Diplômé d'un Master II en droit des affaires à la faculté Paris Descartes, Alex s'efforce de rendre accessible l'information juridique afin d'accompagner au mieux les entrepreneurs

      COMMENTAIRES