La clause pénale : définition et fonctionnement

par
5
Obtenir un contrat commercial
Obtenir un contrat commercial

Sommaire

Malgré son nom, la clause pénale ne relève pas du droit pénal, mais bien du droit civil. Régie par l’article 1231-5 du Code civil cette disposition offre aux parties à un contrat la possibilité de déterminer une somme forfaitaire à titre de dommages et intérêts, pour le cas où l’obligation contractuelle ne serait pas exécutée.

Quel est son régime, et comment la mettre en œuvre ? Voici tout ce que vous devez savoir sur le fonctionnement de la clause pénale. 


Qu’est-ce qu’une clause pénale ?

 

Une clause pénale est une clause par laquelle une partie à un contrat s’engage envers son cocontractant à lui verser une indemnité forfaitaire déterminée à l’avance en cas d’inexécution (totale ou partielle) de ses obligations. Elle figure ainsi souvent dans les contrats commerciaux, ce qui permet de régler la question de la réparation du préjudice en cas d’inexécution du contrat. 

Très avantageuse, elle n’est cependant pas toujours licite. En effet, la clause pénale est prohibée dans certains types de contrats, comme les contrats de travail (en vertu de l’interdiction des sanctions pécuniaires) ou les contrats dont l’une des parties est un non-professionnel ou un consommateur (ce qui risquerait de créer un déséquilibre significatif entre les droits et les obligations des parties au contrat).  

En insérant une clause pénale dans un contrat commercial, les contractants anticipent les potentielles difficultés liées à l’inexécution totale ou partielle d’une obligation contractuelle. Une telle clause a, en effet, pour fonction de fixer à l’avance le montant des dommages et intérêts dus si l’une des parties ne respecte pas ses obligations. Ainsi, le créancier de l’obligation dispose d’un moyen de pression sur le débiteur, qu’il pourra contraindre à s’exécuter sous peine de recourir à la clause pénale. 

Cette disposition permet également d’éviter le recours à une procédure judiciaire (souvent longue et coûteuse) en cas d’inexécution du contrat, puisque le “coût” du dommage est fixé par avance. 

 

Les conditions de validité de la clause pénale

 

Nous l'avons dit, la clause pénale ne peut être insérée dans tous les types de contrat : elle est interdite dans les contrats de travail ou les contrats de bail d’habitation. En effet, elle ne peut avoir pour conséquence de créer un déséquilibre manifeste entre les parties. De fait, la clause pénale est majoritairement utilisée dans les contrats commerciaux

Pour être valable, cette clause doit impérativement résulter d’un accord entre les parties au contrat. Elle doit être expressément stipulée dans le contrat et explicite quant à la détermination des dommages qu’elle doit couvrir. Le montant de l’indemnité est librement déterminé par les parties. Néanmoins, la clause ne doit pas créer de déséquilibre significatif au détriment de l’une des parties au contrat.  

Bon à savoir

Une clause trop ambigüe pourra être considérée par le juge comme non écrite. 

 

Le fonctionnement et la mise en application de la clause pénale

 

Dès lors que le débiteur manque à son obligation contractuelle, la clause pénale peut être activée. Il n’est pas nécessaire de démontrer l’existence d’un préjudice pour la mettre en application. Par exemple, un simple retard dans l’exécution de l’obligation contractuelle peut engendrer la mise en application de la clause pénale. 

Le débiteur doit cependant être mis en demeure pour que la clause pénale soit activée. Cette mise en demeure a pour rôle de demander le paiement de l’indemnité prévue par la clause. Une seule exception existe à cette exigence de mise en demeure : lorsque l’exécution de l’obligation n’est plus possible. C'est par exemple le cas lorsque la mauvaise exécution de l'obligation résulte d'un délai dépassé. La clause pénale est alors mise en application de facto. 

Néanmoins, en règle générale, l’envoi d’une mise en demeure est nécessaire pour mettre en application la clause pénale. 

Le débiteur mis en demeure a donc l’obligation de verser au créancier la somme expressément convenue dans la clause pénale. Ce montant est fixe et ne peut être dépassé, qu’importe la nature du préjudice subi par le créancier de l’obligation. Comme nous l’avons évoqué plus haut, la clause pénale n’a en effet pas pour but de réparer un préjudice, mais bien de couvrir l’inexécution d’une obligation. 

 

L’intervention du juge dans l’application de la clause pénale

 

Pour éviter les abus, le Code civil prévoit qu’une clause pénale peut être révisée par le juge, dans deux situations différentes : 

  • lorsque le montant de la clause pénale est manifestement excessif ou dérisoire par rapport au préjudice subi, le juge peut intervenir pour réduire ou augmenter ce montant ; 
  • en cas d’inexécution partielle de l’obligation, le juge peut intervenir pour modifier le montant de l’indemnité forfaitaire au prorata de l’obligation effectuée.

Les parties au contrat ne peuvent pas écarter la possibilité d’une révision judiciaire de la clause pénale, cette révision étant d’ordre public. Ainsi, il est toujours possible pour le juge d’intervenir dans la modification du montant inscrit dans la clause pénale. Cependant, celui-ci doit toujours motiver sa décision, afin de ne pas dénaturer le contrat tel que convenu entre les parties. 

 

Maintenant que vous en savez plus sur la clause pénale, vous êtes prêt à rédiger votre contrat commercial. Besoin d'accompagnement pour trouver le contrat qu'il vous faut et vous assurer de sa conformité ? Captain Contrat et son réseau d'avocats partenaires vous accompagnent dans la rédaction de vos contrats. Pour en savoir plus, cliquez ci-dessous. 

Amélie Gautier

Écrit par

Amélie Gautier

Diplômée d'un Master en droit des affaires et passionnée par le monde de l'entreprise, Amélie s'efforce de rendre accessible les informations juridiques nécessaires aux entrepreneurs tout au long de leurs projets.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Modèle de contrat de collaboration commerciale : quels sont les dangers ?

Télécharger un modèle de contrat de collaboration commerciale, trouvé gratuitement sur internet, ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Contrat d'apport d'affaires : tout comprendre en 4 minutes

Pour accroître leur clientèle et augmenter leur chiffre d’affaires, certaines entreprises ...

Me Justine Ouazan-Bouhours

Me Justine Ouazan-Bouhours

Qu'est-ce qu'une prestation de services ? Le guide 2020 pour rédiger vos contrats

Les activités de prestation de services ont le vent en poupe. Vous souhaitez en profiter pour vous ...

Maxime

Maxime

Contrat de prestation de services : ce qu’il faut savoir

Un des contrats les plus répandus dans le monde entrepreneurial est le contrat de prestation de ...

Me Marc Berberian

Me Marc Berberian

Bail commercial : les éléments à connaitre avant de signer un bail 3 6 9

Un bail commercial est un contrat de location de locaux utilisés pour l’exploitation d’un fonds ...

Me Baptiste Robelin

Me Baptiste Robelin

Apporteur d'affaires : ce qu'il faut savoir

L’appel à un apporteur d’affaires permet de booster ses activités à long terme, ou peut être ...

Maxime

Maxime

Contrat de sous-traitance : définition et fonctionnement

Couramment utilisée dans le secteur du bâtiment et travaux publics (BTP), la sous-traitance ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Les 6 points clés d’un contrat de partenariat commercial

Vous envisagez de collaborer avec une autre entreprise ? Une entreprise propose un service ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Rédaction de la convention de partenariat : mode d'emploi

La convention de partenariat est un outil juridique extrêmement utilisé dans le domaine des ...

Maxime

Maxime

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier