1. Créer son entreprise
  2. Cas client
  3. Mathilde et Pauline Bordes, fondatrices de Confetti Family : la boutique en ligne seconde main enfant

Mathilde et Pauline Bordes, fondatrices de Confetti Family : la boutique en ligne seconde main enfant

par Amélie Gautier
5 min
Écouter l'épisode
Écouter l'épisode

Bonjour Mathilde, bonjour Pauline, je suis ravie de vous accueillir dans un nouvel épisode de notre série de podcast "Histoires d'entrepreneurs". Et merci d'avoir accepté de partager avec nous votre expérience en tant que fondatrices de Confetti Family

 

 

Confetti Family

 

Pour commencer, pouvez-vous vous présenter à nous, nous raconter votre parcours ? 

 

Mathilde Bordes : Je suis Mathilde Bordes, j'ai 31 ans, je suis Directrice Générale de la Confetti Family SAS et la sœur de Pauline Bordes, cofondatrice avec moi. Je suis maman d’une petite fille de 15 mois. J’ai un parcours d’étude en stylisme et en art, ainsi qu’un parcours de costumière dans le milieu de l’audiovisuel en tant qu’intermittente du spectacle. 

Pauline Bordes : Et moi c’est Pauline, sœur de Mathilde, 34 ans, présidente de la Confetti Family SAS et maman de 2 petits garçons, de 3 et 5 ans. 

En terme de parcours, j’ai fait des études de langues étrangères, avec une expérience de 8 ans en Allemagne dans le milieu du tourisme et du service client. Je suis rentrée récemment en France pour me consacrer pleinement à ce beau projet familial. 

 

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur Confetti Family, le concept de votre société, son produit ?  

 

On a toujours eu un goût prononcé pour la seconde main, les brocantes le dimanche, on adore chiner, mixer les styles, et on est particulièrement investi dans le mouvement “consommer autrement”. 

Après 1 an et demi de vente sur les réseaux sociaux, on décide en juillet 2021 de créer officiellement Confetti Family, une boutique en ligne de vêtements seconde main 0-6 ans sélectionnés avec amour. Nous souhaitons ainsi partager notre amour pour la mode des tout-petits et permettre à nos clients de composer des looks de qualité et à petits prix !

 

Comment est née l’idée, vous étiez déjà mamans à cette époque ? 

 

Mathilde : Pauline était déjà maman de ses 2 garçons et moi quelques temps après. Le fait d’être devenues mamans a été un déclic pour se lancer dans la seconde main enfant. On s'est rendu compte que les besoins en vêtements pour enfants évoluent très rapidement, les enfants grandissent tellement vite, il y avait vraiment quelque chose à faire notamment d’un point de vue écologique. C’était déjà une évidence pour nous et ça l’a été encore plus lorsqu’on a eu des enfants. 

Pauline : Le projet a mûri et a commencé à émerger en septembre 2019, j’avais déjà mes deux fils. On a concrétisé et officialisé le projet avec la création de la SAS en juillet 2021. 

 

Vous sentiez ce besoin de consommer autrement, tout en privilégiant des marques et la qualité ?  

 

On a vraiment eu envie de choisir des pièces de qualité et de marque. On aime beaucoup les marques comme Petit Bateau, Jacadi qui sont des valeurs sûres et de qualité mais pas toujours accessibles à tous. La seconde main permet cela. 

On évite les marques qui relèvent de la Fast Fashion.

Notre but est de se démarquer en ayant des pièces uniques et de qualité. On insiste sur ces points car la seconde main est en plein essor, on en est conscientes et très heureuses, mais il faut faire attention. Lorsque l’on s’engage dans la seconde main, on peut tomber sur des plateformes et des sites qui proposent tout et n’importe quoi (vêtements troués, tachés…). On souhaite vraiment se démarquer sur ces points mais aussi en ayant un style qui nous soit propre, en ayant des pièces qui sont véritablement adaptées à notre style, à ce que l’on aime. 

 

Alors concrètement comment cela fonctionne sur votre plateforme ? 

 

Les personnes qui souhaitent se séparer de vêtements peuvent nous contacter (via la rubrique contact de notre site ou en nous envoyant un email). Nous leur envoyons toutes nos conditions de rachat, les prix, la démarche à suivre. 

Le vendeur nous envoie une photo avec une vue d’ensemble des pièces ainsi qu’une liste des différentes marques et tailles. Nous faisons notre sélection, puis nous envoyons un bordereau d’envoi (nous prenons en charge les frais de port). 

Une fois le paquet réceptionné, nous vérifions les pièces dans nos bureaux et validons celles qui correspondent exactement à ce qui est recherché. Nous procédons ensuite à leur paiement par virement bancaire. 

Nous proposons de remettre les pièces non sélectionnées à des boutiques solidaires ou associations locales. Les articles retenus sont proposés sur notre eshop, avec paiement sécurisé et livraison soit à domicile ou via un point relais. 

 

Captain Contrat : Après cette période sur les réseaux sociaux, vous décidez de vous lancer pleinement dans l’aventure et donc de créer une structure juridique pour encadrer votre activité.

 

Comment s’est passée concrètement cette étape de création de société ? 

 

Nous étions très stressées à l’idée d’officialiser notre projet. La motivation et l’envie ne manquaient pas mais cela nous paraissait être une montagne. On s’est demandé comment nous allions faire seules. C’est pour cela que sur les conseils d’amis nous avons décidé de faire appel très rapidement à Captain Contrat car nous avions vraiment besoin d’un accompagnement sérieux, approfondi et de confiance. Malgré un petit budget de départ, nous avons préféré favoriser un accompagnement via Captain Contrat et nous ne regrettons absolument pas. Cela nous a permis de créer notre SAS dans les meilleures conditions. 

Nous avons choisi le pack sérénité (vous avez bien choisi le mot) : on a pu profiter de conditions idéales pour créer notre société sans stress et nous avons opté pour l’accompagnement juridique qui nous a permis, et nous permet toujours, d’être assurées au quotidien et accompagnées dès que nous avons un petit doute sur une question juridique ou administrative. 

Quant au choix de la forme juridique, cela s’est fait sur les conseils d’amis, de proches mais aussi sur les conseils de l’avocat partenaire de Captain Contrat qui nous a accompagnées. Ce statut remplissait tous nos critères et était la solution qui offrait le plus de flexibilité en cas de besoin de modification de statuts ou d’apport de capital. 

 

Vous parliez de l’accompagnement juridique qui vous permet d’être accompagné au quotidien, de poser vos questions à un juriste. Concrètement, comment l’utilisez-vous au quotidien ? 

 

Nous l’avons récemment utilisé 2-3 fois en l’espace de 15 jours. On pose notre question dans l’espace personnel qui est très facile d’accès et on a une réponse dans la journée ou le lendemain, c’est très rapide. On peut aussi avoir des échanges téléphoniques. 

Il est vrai qu’il y a des périodes où on ne va pas l’utiliser pendant 3 semaines, 1 mois, mais à d’autres moments, nous avons plein d’interrogations.

On est rassurées, car on sait que cette aide est toujours disponible et facile d’accès. C’est idéal, parce que nos besoins évoluent aussi dans le temps et on a forcément des problématiques qui arrivent et que l’on avait pas envisagées en amont. C’est rassurant. 

On a pris un accompagnement supplémentaire avec un avocat partenaire de Captain Contrat pour rédiger l’ensemble de la documentation juridique de l’eshop : CGV, mentions légales… 

Trois mois après la création de la SAS, il y a eu cette grosse étape de création de l’Eshop, et on avait vraiment besoin de cet accompagnement, on le recommande vraiment à tout le monde. 

 

Comment est née cette idée de nom “Confetti Family” ? 

 

Mathilde : Lorsque l’on a débuté sur les réseaux (l’une en France, l'autre en Allemagne), le nom de notre boutique était “Petit Confetti”

“Confetti” a une résonance internationale, cela rappelle le motif à pois que l’on affectionne et l'ensemble rimait. 

Pauline : Dès mon retour en France, les choses se sont accélérées, nous avons décidé de créer la société et donc de déposer officiellement la marque. Cela n’a pas été une mince affaire. C’est en creusant auprès de l’INPI et d’une conseillère en propriété industrielle que nous nous sommes aperçues qu’il était judicieux de ne pas déposer “Petit Confetti”, mais d’associer Confetti à un autre mot pour des raisons assez complexes. 

Après plusieurs semaines de recherche, nous avons eu un flash pour Confetti Family, qui rappelle l’aspect familial de notre entreprise. Certes nous sommes sœurs, mais tout le monde met la main à la patte (frère, enfants, maris…). On considère en plus que tous nos clients sont membres de la Confetti Family. C’était une valeur qui nous tenait à cœur. 

On avait peur de ce changement de nom mais in fine cela remplit en réalité encore plus les valeurs de notre société, donc ça a été un mal pour un bien. 

C’est un nom de marque qui s’applique tout aussi facilement à d’autres marchés que celui de la France, puisqu’on a pour projet d’ouvrir l’eshop au marché allemand et à la clientèle que nous avions déjà là bas lorsque j’y vivais encore. 

 

Et les enjeux de demain ? 

 

On ne se rémunère pas encore, c’est aussi un objectif sur les prochains mois. 

Pour l’instant tout le monde met la main à la patte, notre frère côté graphisme / design, notre mère côté buanderie. Heureusement qu’ils sont là car on ne pourrait pas se permettre d’avoir des salariés. 

Le prochain objectif serait d’avoir un bureau-boutique. Aujourd’hui on travaille de chez nous, donc la prochaine étape serait de s'agrandir au niveau des locaux, d’employer des salariés et ensuite pouvoir s’ouvrir à d’autres marchés. 

 

Après 3 ans d’activités, quels sont les enjeux, les challenges qui vous ont marqué ? 

 

Il y en a eu dans le passé et il y en a actuellement. Une création d’entreprise sans challenge ce n'est pas possible. C’est les montagnes russes. 

Les plus gros défis à surmonter lors du lancement de l’activité ont été le choix de la forme juridique, la création et le dépôt de la marque. Je pense aussi à l’ouverture de l’eshop

Nous avons eu la chance de passer par un ami qui a consacré quasiment un an à la création de cet eshop.

Aujourd’hui, si on devait citer notre plus gros challenge, je pense à la partie comptable. Nous n’avions pas fait appel à de comptable au début. On se rend compte aujourd’hui sur le plan comptabilité qu’il est important de bien choisir notre comptable pour gérer l’avenir avec la trésorerie actuelle. 

Autres challenges qui ne sont pas des moindres, attirer de plus en plus de clientèle et développer notre stratégie marketing. On essaie aussi de se créer une véritable identité visuelle. Et globalement améliorer en continu l’eshop et l’expérience client. 

 

A l’inverse, si vous deviez nous partager la plus grande fierté 

 

Ce sont les premières commandes sur l’eshop. Avant nous avions les réseaux sociaux, mais là c’est très différent avec l’intermédiaire de l’eshop, il s’agissait de nos premières commandes depuis le lancement officiel de notre activité et surtout de clients que nous ne connaissions pas. 

L’autre fierté c’est la fidélité de nos clients et cette relation que l’on entretient avec tous les membres de la Confetti Family. Lorsque l’on a des retours, des photos d’enfants habillés avec les vêtements que nous avons chinés. 

 

Si vous deviez partager 2-3 conseils à des entrepreneurs qui souhaiteraient se lancer 

 

On aime beaucoup cette question ! On aurait 3 conseils :

  • ne jamais se bloquer par les démarches juridiques et administratives. C’est quelque chose qui peut faire peur, des sujets qui reviennent malheureusement assez régulièrement mais il ne faut pas se bloquer. On trouve toujours de l’aide, via Captain Contrat, notamment et on peut toujours surpasser ses problèmes lorsque l’on est aidé. 
  • rester motivé et se faire confiance, même si on démarre avec un petit budget de départ. Toujours avoir des ressources, des idées en permanence et savoir se renouveler.
  • surtout dans les temps actuels, de savoir apprécier les choses que l’on peut avoir au quotidien, les échanges, l’entraide, le partage de nos savoirs-faire, être reconnaissant de ce qu’on peut apporter aux autres et ce que les autres peuvent nous apporter. Ne pas se fermer sinon on peut vite abandonner. 



N’hésitez pas à faire un tour sur notre Instagram-Facebook et notre eshop confetti-family.com 

 

Confetti family cas client

 

Amélie Gautier

Écrit par

Amélie Gautier

Diplômée d'un Master en droit des affaires et passionnée par le monde de l'entreprise, Amélie s'efforce de rendre accessible les informations juridiques nécessaires aux entrepreneurs tout au long de leurs projets.

Besoin d’aller plus loin ? On vous accompagne !
Écouter l'épisode

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Cas client
S’associer pour créer une société, une réelle opportunité de réussite

  SOMMAIRE :

Maxime Wagner

Maxime Wagner

Cas client
Interview d'Alain Mevellec, co-fondateur de Sellsy

CRM, facturation, note de frais, stocks, marketing, e-commerce, timetracking... aujourd'hui, tous ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Cas client
EkoTrip, la startup qui compte bien rendre éco-responsable les voyages d’affaires

Aujourd’hui, nous accueillons Charles Lacroux, CEO et co-fondateur de la société Ekotrip. Il nous ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Cas client
Entrepreneur d'envoi de box : Vercors Touch

"Aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous présenter Cathy Gadenne, fondatrice de la société ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Cas client
Rédaction de CGV adaptées au e-commerce et à son activité

  SOMMAIRE :

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Cas client
Comment créer sa SASU et être coach avec Captain Contrat ?

Elodie “Aujourd’hui, nous avons le plaisir de rencontrer Andry Razafintsalama.  

Philippe Wagner

Philippe Wagner

Cas client
Le contrat Saas, une étape incontournable dans la création d'un business Saas

Moovone, une solution de coaching innovante pour faire progresser vos managers

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Cas client
Tester son activité avec de créer son entreprise : témoignage

Créer une association pour tester une idée business, c'est possible ? Tout à fait. Dans cette étude ...

Maxime Wagner

Maxime Wagner

Cas client
Comment créer une société autour d’une activité qui est encore peu reconnue ?

Elodie : "Aujourd'hui, nous rencontrons Jennifer Genestier, qui a créé la société Gom & Go il y ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier