Ravis de vous revoir ! Votre démarche a été enregistrée 🚀 Reprendre ma démarche
Accès client
  1. Ressources
  2. Exercer un métier
  3. Métiers du commerce
  4. Auto entrepreneur en achat revente : comment se lancer ?

Auto entrepreneur en achat revente : comment se lancer ?

Sofia El Allaki
Sofia El Allaki Diplômée d'un Master II en Droit des affaires Relu par Pierre-Florian Dumez, Diplômé en droit

Vous envisagez d'exercer une activité d'achat/revente sous le statut de micro-entrepreneur ? C’est une excellente idée, au regard notamment de la facilité avec laquelle on peut créer votre micro-entreprise. Quels sont les avantages de ce régime ? Comment devenir auto entrepreneur ? Quelles sont les étapes à suivre pour vous lancer ? Le point avec cet article.

 

 

Achat/revente de produits : qu'est-ce que c'est ?

 

Si vous achetez régulièrement des marchandises que vous revendez ensuite en l’état, sans les transformer et en réalisant un bénéfice, alors vous évoluez dans le secteur de l’achat/revente. Vous songez donc peut-être à la création d'une entreprise de dropshipping.

Deux options s’offrent à vous pour la revente :

- Ouvrir une boutique en ligne en tant qu'auto entrepreneur ou via une société.

- Créer un magasin physique.

Retenez tout de même que la boutique physique engendre bien évidemment plus de charges que le site Internet : loyer du local commercial, factures d’énergie, etc.

Par ailleurs, pour être dans l’achat/revente de produits, vous l'aurez compris, il vous faut réaliser votre activité de manière régulière et créer son entreprise. Si vous effectuez votre prestation à titre occasionnel, vous ne serez pas considéré comme un professionnel et ne serez donc pas tenu de déclarer les revenus que vous percevez.

Ainsi, pour vous lancer sur le marché de l’achat-revente, la micro-entreprise est un régime tout indiqué car présente de nombreux avantages : souplesse de création, taxation uniquement sur le chiffre d'affaires, obligations comptables allégées,... Le régime de la micro-entreprise est un bon moyen de vérifier la pérennité de votre activité avant d’évoluer, pourquoi pas, vers une société commerciale !

 

Les étapes à suivre pour devenir micro-entrepreneur en achat/revente

 

En achat-revente, le régime de la micro-entreprise ou auto-entrepreneur (son ancienne dénomination), c'est très simple !

Il vous faut déclarer votre début d'activité en remplissant le formulaire cerfa P0. Vous pouvez le faire directement en ligne, via le site Internet du service public. 

Une fois que l’INSEE vous aura communiqué votre numéro SIREN, vous pourrez débuter votre activité d’achat/revente.

 

Les avantages de la micro-entreprise pour l'activité d'achat/revente

 

Pour exercer une activité d’achat/revente, le statut de la micro-entreprise présente bien des avantages comme :

  • La création simplifiée de la micro-entreprise : une fois la déclaration de début d'activité faite et le numéro SIRET obtenu, vous pouvez vous lancer !
  • La comptabilité simplifiée : vous n’êtes pas obligé de tenir une comptabilité commerciale classique (bilan, compte de résultat et annexes) ;  un simple livre des recettes et des dépenses suffit.
  • La déclaration simplifiée du chiffre d'affaires et le paiement des cotisations sociales : vous êtes tenu de payer, chaque mois ou chaque trimestre, des cotisations sociales calculées sur le montant du chiffre d'affaires que vous réalisez, au taux de 14%. Si vous ne gagnez rien, vous ne payez rien !
  • La simplicité du régime fiscal : vous êtes imposé sur un bénéfice calculé forfaitairement. Les revenus pris en compte sur votre feuille d’impôt font l’objet d’un abattement de 71%. Vous avez également la possibilité d’opter pour le prélèvement libératoire. Dans cette hypothèse, vous payez votre impôt sur le revenu en même temps que vos charges sociales à un taux fixé à 1%.
  • Le bénéfice de l'ACRE : il s'agit d'une aide ouverte à certains créateurs d'entreprises qui vient notamment réduire le montant des charges sociales à payer sur une durée de trois ans.
  • L’absence de versement de la cotisation foncière des entreprises lors de la première année.

 

Actualités pour les micro-entrepreneurs 

Il y a eu de nombreuses évolutions dans l'auto-entreprise en France ces dernières années :
  • Les nouveautés de l'ACRE : Alors qu'elle était ouverte à tous depuis le 1er janvier 2019, l'ACRE va être à nouveau soumise à des conditions à compter du 1er janvier 2020 : parmi ces conditions : être demandeur d'emploi, bénéficier de minima sociaux, avoir moins de 25 ans, etc.
    Les nouveaux bénéficiaires de l’ACRE profiteront de cette aide pendant seulement 1 an (contre 3 ans auparavant).
    Le taux de l’exonération sera de 50 % (contre 75 % jusqu’en 2019). Pour ceux qui bénéficiaient de l’ACRE avant 2020, les taux d’exonération seront revus à la baisse : ils seront de 25 % la 2ème année (contre 50 % actuellement) et de 10 % pendant la 3ème année (contre 25 % actuellement).
  • Le prélèvement libératoire : Pour l'autoentrepreneur, ce qui va changer au niveau du prélèvement obligatoire est qu'il pourra opter pour ce versement à condition que son revenu ne dépasse pas 27 519 € par part du quotient familial (27 086 € en 2019). Soit 55 038 € pour un couple sans enfant.
  • Revalorisation des seuils de chiffre d'affaires : La législation a modifié les modalités de dépassement de plafond de l'auto-entrepreneur. Il est en effet d'usage de revaloriser ces seuils tous les 3 ans. Le projet de loi de finances 2020 prévoit de rehausser ces seuils sur 2020, 2021 et 2022  à :
    - de 170 000 € à 176 200 € pour les activités d’achat-revente et de fourniture de logement (micro-BIC) ;
    - de 70 000 € à 72 500 € pour les autres prestations de services commerciales, les prestations de loueurs en meublé (micro-BIC) et les prestations de services libérales (micro-BNC)
  • Revalorisation de certains seuils applicables en matière de TVA :
    La revalorisation des seuils de chiffre d'affaires s'accompagne naturellement d'une revalorisation des seuils permettant de bénéficier de la franchise de TVA : 
    - seuils classiques de la franchise en base de TVA : 85 800 € pour négoce (achat-revente) et fourniture de logement (82 800 € en 2019) et 34 400 € pour prestations de services et loueurs en meublé (33 200 € en 2019).
    - seuils majorés de la franchise en base de TVA : 94 300 € pour négoce et fourniture de logement (91 000 € en 2019) et 36 500 € pour prestations de services et loueurs en meublé (35 200 € en 2019).
    Le régime simplifié d’imposition réel de TVA pourrait s’appliquer aux micro-entreprises dont les recettes ne dépassent pas 818 000 € pour les activités de négoce et fourniture de logement (789 000 € en 2019) et 247 000 € pour les prestations de services et locations en meublé (238 000 € en 2019).

 

Les inconvénients de la micro-entreprise pour l'achat/revente

 

Votre activité d’achat/revente peut devenir rapidement très rentable et en tant que micro-entrepreneur, vous pourrez vous heurter à certains obstacles. 

 

Le plafond maximal de chiffre d'affaires

 

Le régime de la micro-entreprise n'est possible que si le micro-entrepreneur respecte un plafond de chiffre d'affaires. Ce plafond porte sur le chiffre d'affaires hors taxes réalisé, non sur les bénéfices. En clair, y sont comptabilisées toutes les entrées d’argent, indépendamment des charges qui pourraient être prises en compte dans d’autres types de structures.

 

Si vous dépassez le plafond :

  • Au cours d’une seule année : vous ne perdrez pas le bénéfice du régime de la micro-entreprise et y serez encore soumis l’année suivante.
  • Deux années consécutives : vous sortirez automatiquement du régime du micro-entrepreneur et vous basculerez vers celui de l’entreprise individuelle

 

L’absence de déduction de charges

 

Les charges liées à l’activité d’achat/revente peuvent être assez lourdes : location d’un local commercial, location d’un entrepôt, frais liés à l’expédition... Or le régime de la micro-entreprise ne vous permet pas de les déduire du chiffre d'affaires.

 

L’impossibilité de facturer de la TVA

 

Par défaut, la micro-entreprise est soumise au régime de la franchise en base de TVA. Ce régime exonère le micro-entrepreneur de la déclaration et du paiement de la TVA. En revanche, il ne peut pas se faire rembourser la TVA sur ses propres achats. Pour bénéficier de ce régime, il existe un plafond de chiffre d'affaires :

Si le micro-entrepreneur dépasse ce plafond, ou s'il décide de ne pas bénéficier de ce régime, il doit déclarer la TVA. 

 

Comment créer sa micro-entreprise ? Nos experts Captain Contrat vous accompagnent dans toutes vos démarches pour mener à bien votre projet ?

 

Cet article vous a-t-il été utile ?
100% des lecteurs trouvent l'article utile
Prêt à démarrer votre activité ?
Obtenir mon extrait KBIS
Sofia El Allaki
Ecrit par Sofia El Allaki

Diplômée d'un Master II en Droit des affaires de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Sofia a travaillé en cabinet d'avocats et en Maison d'édition juridique. Après avoir développé sa plume et ses compétences en édito, elle rejoint une agence de production de contenus parisienne en tant que Content manager senior, puis Account manager director. Aujourd'hui, elle est responsable contenu.

Ces articles pourraient également vous intéresser

10 questions de micro entreprise et leurs réponses
9 min
10 questions de micro entreprise et leurs réponses
Impôt micro-entreprise: le point sur le régime fiscal
4 min
Impôt micro-entreprise: le point sur le régime fiscal
Quelles sont les charges d'un auto-entrepreneur ?
5 min
Quelles sont les charges d'un auto-entrepreneur ?
Régime de la micro-entreprise : définition et fonctionnement
6 min
Régime de la micro-entreprise : définition et fonctionnement
Auto-entrepreneur ou entreprise individuelle : quel statut choisir ?
4 min
Auto-entrepreneur ou entreprise individuelle : quel statut choisir ?
Le régime fiscal de l'auto-entrepreneur
4 min
Le régime fiscal de l'auto-entrepreneur
Comment devenir auto entrepreneur ?
11 min
Comment devenir auto entrepreneur ?
Evolution du régime de la micro-entreprise : ce qu'il faut savoir en 2022
4 min
Evolution du régime de la micro-entreprise : ce qu'il faut savoir en 2022
RSI et auto-entrepreneur : comprendre le régime de cotisation
5 min
RSI et auto-entrepreneur : comprendre le régime de cotisation
Gestion auto-entrepreneur : ce qu'il faut savoir
6 min
Gestion auto-entrepreneur : ce qu'il faut savoir