BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter
    HOME > CATÉGORIE CRÉER ENTREPRISE > FICHE CREATION-ENTREPRISE > Ce qu’il faut savoir avant de se lancer dans la restauration rapide

    Restauration rapide: ce qu'il faut savoir avant de se lancer

    Création d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    Entre foodtrucks, bistros à burgers style années 50, drive-in, saladeries ou snacks branchés, vous avez trouvé votre concept de restauration rapide ? Il ne reste plus qu’à vous lancer dans la création de votre entreprise. Mais avez-vous pensé à tout ?

    Ce qu'il faut savoir avant de se lancer dans la restauration rapide


    La création de l’entreprise 

    De l’idée au concret 

    Comme pour toute entreprise, les premiers pas vers la création consistent à vérifier que son idée est bien réalisable. Après une étude de marche, un business plan, des rencontres avec des investisseurs, vous y verrez plus clair.

    Un point sur ses compétences

    Être restaurateur ne s’improvise pas, et malgré la mode du fooding, le milieu demande de sévères compétences : motivation, rigueur, créativité, volonté, savoir-faire et discipline… le métier n’est pas de tout repos.

    La première question qui se pose est de savoir à combien vous allez vous lancer dans l’aventure. Allez-vous vous associer ? Voulez-vous embaucher des salariés ou non ? En sachant combien de personnes vont faire tourner l’entreprise, vous pourrez choisir les statuts juridiques adaptés pour votre restaurant.

    Les statuts juridiques 

    Capital de départ, nombre d’associé et d’investisseurs, nombre de salariés… Une fois que vous avez toutes ces données, il est temps de s’interroger sur le statut juridique de votre entreprise de restauration.

    Seul, sans associé ni salarié, il est possible de s’installer en micro-entreprise. Les formalités administratives sont simplifiées au maximum, mais la franchise en base de TVA fait que l’on ne peut récupérer de TVA sur les achats de matière première, nombreux pour un restaurant. Le chiffre d’affaires autorisé doit rester dans la limite des 82 800 €.

    Pour ne pas être limité en chiffre d’affaires et récupérer la TVA sur ses achats, il est possible d’opter pour l’entreprise individuelle, EI : dans ce cas, l’entreprise et la personne de l’entrepreneur ne font qu’un, et en cas de déficit, le patrimoine personnel de l’entrepreneur est engagé et peut être saisi. On conseille alors l’EIRL, qui permet de limiter sa responsabilité en affectant un patrimoine pour l’entreprise. Tout ce qui sort de ce patrimoine ne pourra être saisi.

    Si l’on prévoit de s’associer ou de prendre des salariés, à court terme comme à long terme, il vaut mieux former une société, qui, par ses statuts, permettra de s’associer ou d’embaucher au fur et à mesure de l’évolution de l’entreprise.

    L’EURL est une SARL à un seul associé : elle devient SARL dès lors qu’il y a deux associés. En cas de déficit, le patrimoine personnel est préservé. Sa gestion est moins souple que celle de la SAS, qui dispose de plus de liberté dans son fonctionnement.

    étapes de création

     

    Les formalités 

    Une fois que la société a été créée, vous vous sentez enfin prêt à ouvrir ? Avant d’y penser, il faut vérifier que le cadre réglementaire est bien respecté : accueil de public, normes sanitaires, vente d’alcool ou non… En France, la restauration suit des règles strictes.

    Les autorisations et licences 

    Avant de pouvoir ouvrir, l’exploitant du restaurant devra faire une déclaration auprès de la Direction départementale de la protection de la population, la DDPP : la mesure est obligatoire pour tous les établissements qui traitent, transforment, manipulent ou entreposent des denrées animales ou d’origine animale.

    Pour la consommation des boissons, l’exploitant doit être titulaire d’une licence :

    • De « débit de boisson à consommer sur place », si le restaurant fait aussi bar : la boisson est consommée hors restauration, indépendamment du repas
    • « Petite licence restaurant », pour la vente de boissons de premier groupe – sans alcool ou moins d’1,2 degrés - à consommer pendant le repas et uniquement en accompagnement des repas.
    • « Licence restaurant », pour la vente de toutes les boissons autorisées, à consommer pendant le repas, et uniquement en accompagnement des repas.

    Cette licence ne pourra être obtenue qu’avec un permis d’exploitation, valable 10 ans, et délivré à l’issue d’une formation obligatoire, et d’une déclaration auprès de la mairie - ou de la Préfecture de Police à Paris – au moins 15 jours avant la date d’ouverture prévue.

    La réglementation 

    L’établissement doit respecter des normes d’hygiène et de sécurité.

    L’équipe doit compter au moins une personne justifiant d’une formation en hygiène alimentaire d’au moins 14h dans un organisme agréé, ou d’une expérience professionnelle de 3 ans en tant que responsable, dans un domaine alimentaire, ou encore d’un diplôme de niveau V.

    Avant d’ouvrir, il est également nécessaire de déclarer l’existence de son établissement auprès des services vétérinaires de la préfecture.

    En tant qu’activité de commerce de détail, d’entreposage ou de transport de produits d’origine animale et denrées alimentaires qui en contiennet, de nombreuses règles de fonctionnement sont à respecter, notamment en termes de conservation de produits périssables.

    Pour tous les produits préparés sur place, la mention « Fait maison » est obligatoire : si votre établissement est ambulant et qu’il est difficile de préparer sur place, la mention peut être apposée même si les plats ont été préparés sur un lieu autre que le lieu de vente, si tous les autres critères sont respectés.

    Côté installation, il faut savoir que les sanitaires sont obligatoires dans tous les restaurants. Et en tant qu’établissement recevant du public – ERP -, les sanitaires doivent être accessibles à tous, et comme le reste de l’établissement, répondre aux normes d’accessibilités, notamment pour les personnes handicapées, et ce quel que soit le type de handicap.

    Les normes de sécurité sont elles-mêmes strictement établies, et doivent être respectées sur les appareils de cuisson, le chauffage, l’éclairage et les différentes installations électriques, les dispositifs de désenfumage…

    De nombreuses obligations concernent l’affichage et l’information au consommateur :

    • Il est obligatoire d’afficher une interdiction de fumer à l’intérieur de l’établissement – interdiction si le lieu est fermé et couvert. Il est éventuellement possible de prévoir un espace fumeur.
    • Tout établissement servant des repas, denrées, boissons à consommer sur place doit afficher les prix des boissons, menus et cartes du jour à l’extérieur de l’établissement, et doivent être à disposition de la clientèle à l’intérieur.
    • L’origine de la viande doit être à disposition des consommateurs,
    • Le panonceau des dispositions relatives à la protection des mineurs « la protection des mineurs et la répression de l’ivresse publique » doit être affiché et visible,
    • La licence doit être affichée.

    Lancez vous dans la restauration rapide en quelques clics Je crée mon entreprise 

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES
      professionnels_tourisme

      Création d'entreprise

      Professionnels du tourisme : conseils de Me Ouazan-Bouhours pour vous lancer

      Les_etapes_devenir_livreur

      Création d'entreprise

      Les étapes clés pour devenir livreur

      coffee_shop

      Création d'entreprise

      Ouvrir un coffee shop : le guide ultime pour vous lancer 

      devenir_sophrologue

      Création d'entreprise

      Devenir sophrologue : quelles sont les démarches ?

      creation_naturopathe

      Création d'entreprise

      Devenir naturopathe : toutes les étapes du métier

      Camille
      A propos de Camille

      Camille est diplômée d’un Master 2 de droit processuel à Paris II, et élève-avocate. Elle s’intéresse aux mutations du monde du droit grâce aux nouvelles technologies, et a rejoint Captain Contrat pour s’occuper du contenu juridique

      COMMENTAIRES