Ravis de vous revoir ! Votre démarche a été enregistrée 🚀 Reprendre ma démarche
Accès client
  1. Ressources
  2. Contrats commerciaux
  3. CGV/CGU/CGA
  4. CGV freelance : comment bien les rédiger ?

CGV freelance : comment bien les rédiger ?

Maxime Wagner
Écrit par Maxime Wagner. Co-fondateur de Captain Contrat. Diplômé de Centrale Lille et l'ESSEC.

Que vous soyez déjà freelance ou que vous ayez choisi de le devenir, les conditions générales de ventes (CGV) sont une étape importante pour la bonne gestion de votre entreprise. Comment bien rédiger vos CGV ? À quoi servent les CGV ? Existe-t-il des mentions obligatoires ou des mentions interdites ? Dans cet article, Captain Contrat vous guide dans la rédaction de vos CGV freelance.

 

Les CGV d'un freelance : qu'est-ce que c'est ? 

 

En tant que freelance, vous travaillez avec des entreprises sans faire pour autant partie des salariés de l'entreprise en question. Ces derniers voient leur relation avec l’entreprise régie par leur contrat de travail, qui détermine notamment leur salaire.

Pour vous, ce sont les conditions générales de vente ou les conditions générales de prestation de services qui vont fixer les modalités de cette relation contractuelle. Grâce à vos CGV, vous allez définir votre activité professionnelle et donc le travail que vous allez effectuer pour votre client. 

 

À quoi servent les conditions générales de vente pour le freelance ?

 

L’intérêt majeur des CGV pour le freelance est de vous protéger d’un éventuel litige avec votre client. Qu’il s’agisse d’un conflit concernant le montant facturé, un retard de paiement ou une absence de paiement, vos CGV doivent prévoir ces éventualités et proposer une résolution. Ainsi, en acceptant vos CGV, le client accepte vos conditions concernant vos méthodes de travail, la livraison ou encore le paiement, et devra se conformer à la procédure prévue.

 

Comment faire accepter vos CGV à votre client ?

 

Les CGV sont obligatoires pour les prestations effectuées pour le compte de consommateurs, autrement désignés par l’expression CGV B2C (Business to Consumer). Pour les clients professionnels CGV B2B  (Business to Business), vous n'avez pas l'obligation de leur communiquer vos CGV avant la conclusion du contrat. En revanche, vous devez être capable de les leur communiquer s'ils en font la demande. 

Le document le plus couramment utilisé est le bon de commande ou le devis, ce qui permet au client d’accepter vos conditions avant de s’engager. S’il s’agit d’un devis papier, vous pouvez insérer vos CGV freelance au verso. 

Si votre bon de commande ou devis se fait en ligne, vous devez ajouter vos CGV e-commerce consultables avant l’acceptation de la commande ou le paiement. Vous pouvez conditionner l’acceptation de la commande à une case à cocher, indiquant que le client a pris connaissance et accepte vos conditions générales. Les CGV doivent être consultables via un lien hypertexte, puis communiquées sur un support durable, par exemple par courrier électronique.

 

Freelance : comment rédiger vos CGV ?

 

Les caractéristiques des CGV

 

Pour être applicables, vos conditions doivent répondre à trois critères :

  • Les CGV sont claires, lisibles, compréhensibles et adaptées à votre activité professionnelle ;
  • Les CGV sont disponibles et transmises au client ;
  • Les CGV sont acceptées par le client.

 

La rédaction de vos CGV freelance ne doit donc pas être prise à la légère. Si vos CGV ne sont pas compréhensibles ou illisibles lors de l’acceptation, elles peuvent être invalidées par le juge en cas de conflit.

 

Les mentions obligatoires des CGV

 

Certaines mentions sont prévues par le Code de commerce et sont donc obligatoires :

  • Les conditions de vente ;
  • Le barème des prix unitaires ;
  • Les réductions de prix ;
  • Les conditions de règlement.

 

Si votre client n’est pas un professionnel, il faut également respecter le Code de la consommation, avec des mentions plus protectrices pour le consommateur.

 

Les clauses interdites

 

Lors de la rédaction de vos CGV, vous devez faire attention aux clauses interdites, c’est-à-dire aux clauses considérées comme abusives. La plupart du temps, ces clauses créent un déséquilibre au sein des CGV en votre faveur.

Si votre client est un particulier, le Code de la consommation dresse une liste des clauses abusives. Vous devez vérifier que vos CGV ne contiennent pas l'une de ces clauses. Si c'est le cas, vous risquez d'écoper d'une amende prononcée par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

 

Les mentions importantes de vos CGV freelance

 

Vos conditions doivent être adaptées à votre forme d’activité de freelance. Que vous soyez community manager, créateur de site internet ou encore graphiste, vous proposez certainement une prestation de services à vos clients.

 

La question de la propriété intellectuelle

 

Lorsque vous effectuez une prestation de services, avec un produit livrable, se pose la question du transfert des droits d’auteur de la création. Il peut s’agir par exemple d’un site internet, d’un logo, ou encore d’un article de blog. Le droit de la propriété intellectuelle français prévoit que ces créations sont la propriété de leur auteur, c’est-à-dire du freelance. Il est donc nécessaire pour certaines missions, de prévoir le transfert de cette propriété de l’œuvre. 

Cet article peut par exemple prévoir que le transfert de la propriété exclusive de la création est effectif une fois le paiement complet effectué par le client. Il vous est également possible de n’octroyer qu’une simple licence d’utilisation (par exemple pour un site internet).

 

La clause limitative de responsabilité

 

Sans CGV, votre responsabilité pourrait être engagée à plusieurs niveaux lors d’une mission freelance. Il est important de limiter cette responsabilité. 

Si votre activité de freelance concerne la création contenus qui sont destinés à être vus par le public, il est important de restreindre votre responsabilité si votre client vous fournit des informations erronées ou non complètes,

 

Maintenance

 

Pour les freelances travaillant sur des produits techniques requérant parfois de la maintenance (comme la création d’un site internet ou de solutions web), il est conseillé de prévoir une durée de maintenance corrective, pour les problèmes pouvant survenir après la mise en ligne.

 

Confidentialité

 

Certaines prestations peuvent nécessiter une obligation de confidentialité concernant les informations transmises par votre client. Dans ce cas, si votre client ne vous fait pas signer spécifiquement une clause de confidentialité, vous pouvez de votre côté vous engager à une telle confidentialité au sein de vos CGV.

Cette clause peut être mutuelle, c’est-à-dire que le client s’engage également à un devoir de confidentialité concernant les informations que vous lui transmettez.

 

Les modalités de paiement

 

Une série de clauses va venir encadrer le paiement de votre prestation. Vous devez notamment préciser le délai de paiement que vous accordez au client de façon précise. Il existe un délai légal de 30 jours, mais vous pouvez par exemple décider d’appliquer un délai de 45 jours. Dans ce cas, il faut le préciser.

Il faut mentionner, les pénalités prévues en cas de retard de paiement. Vous devrez indiquer le mode de calcul de ses pénalités, dont le taux minimal légal est prévu par le code de commerce (loi NRE). Par exemple, vous pouvez prévoir le pourcentage d’intérêt par jour, semaine ou mois à compter de la date limite de paiement, en plus d’un montant forfaitaire pour frais de recouvrement. Vous pouvez choisir le taux appliqué par la Banque centrale européenne, majoré de 10 points.

Le mode de paiement doit être précisé ici (transfert bancaire, espèce, chèque, etc.), ainsi que les éventuelles réductions de prix notamment en cas de paiement rapide.

Enfin, si vous souhaitez prévoir un acompte pour certaines prestations, par exemple les prestations supérieures à un certain montant, ce procédé doit être prévu par vos CGV.

 

Résiliation

 

Comme tout contrat, il est important de prévoir l’éventualité de sa résiliation. Pour éviter que vous ne soyez pas indemnisé pour le travail déjà effectué avant la résiliation du contrat, il faut le prévoir dans vos CGV. Ainsi, vous pouvez indiquer que la résiliation à l’initiative du client sera soumise à la condition de paiement des travaux déjà réalisés. Il est prudent pour une telle clause de prévoir la forme de la résiliation (par exemple en lettre avec accusé de réception), ainsi qu’un délai de préavis.

 

Résolution de litige

 

Dernière clause importante, la résolution de litige. Cette disposition peut par exemple prévoir un règlement grâce à un arbitrage en premier lieu. En cas d’échec de l’arbitrage, vous pouvez alors décider du recours à un juge. Vous pouvez ici déterminer le tribunal compétent pour tout litige en lien avec l’application de vos CGV. Cette disposition est particulièrement importante si votre client est une entreprise située à l'étranger.

 

Comment adapter vos CGV à votre activité ? 

 

Vous l’avez compris, les CGV sont nécessairement différentes pour chaque freelance. Elles dépendent de votre activité, de vos prestations, du type de clients avec lesquels vous travaillez (B2B ou B2C), etc. Un modèle pris sur internet peut donc s’avérer dangereux pour votre activité. S’il n’est pas adapté à votre activité, votre travail ne sera pas protégé correctement.

Pensez à prévoir un certain budget pour la rédaction de vos CGV ; différents coûts s'appliquent s'il s'agit de CGV classiques ou e-commerce. Le recours à un avocat est la solution la plus sûre pour la rédaction de vos CGV de freelance. Bien que plus coûteuse, cette solution peut vous faire économiser des sommes importantes plus tard en protégeant correctement toutes vos prestations, et en vous éviter une action en justice d’un concurrent.

Captain Contrat vous accompagne dans la rédaction de vos CGV. Pour en savoir plus sur les détails de l'offre, cliquez ci-dessous. 

icon L'essentiel de l'article L'essentiel de l'article
  • Le freelance est un professionnel comme un autre, il a l'obligation de rédiger des CGV.
  • Si le freelance est un prestataire de services, on ne parle pas de CGV mais de CGPS (conditions générales de prestation de services).
  • Les mentions à insérer dans les CGV d'un freelance dépendent de son activité et du secteur dans lequel il travaille. 

 

FAQ


  • Le terme freelance désigne un travailleur indépendant. Il n'existe pas de définition juridique du freelance, il peut aussi bien être micro-entrepreneur ou à la tête d'une société (SASU, EURL, etc). 

  • Oui, un freelance doit rédiger des conditions générales de vente ou de prestation de services. Si les clients du freelance sont des professionnels, il a l'obligation de les leur communiquer s'ils en font la demande. 
Maxime Wagner
Écrit par Maxime Wagner
Maxime Wagner est diplômé de Centrale Lille et d'un MBA à l'ESSEC. Il démarre sa carrière dans la distribution, où il s'intéresse aux méthodes de management et d'organisation ainsi qu'aux problématiques d'innovation. Fin 2012, il quitte Carrefour et lance, avec Philippe, Captain Contrat. Son objectif : lancer une start-up à impact positif sur la société et dans laquelle chacun est heureux de travailler.
Relu par Pierre-Florian Dumez. Diplômé en droit
Cet article vous a-t-il été utile ?

Une question ? Laissez votre commentaire

Vos coordonnées sont obligatoires afin que l’on puisse vous répondre

Envie d'en savoir plus sur les CGV ?
Rédiger des CGV

Ces articles pourraient également vous intéresser