Entreprise individuelle (EI) et TVA : quels sont les différents régimes ?

par
5
Je crée mon entreprise individuelle 

Sommaire

Vous avez décidé de créer une entreprise individuelle, mais savez-vous quel régime de TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) vous sera applicable ? Avant d'ouvrir votre entreprise, on vous dit tout sur l'entreprise individuelle et ses différents régimes de TVA.


Entreprendre en créant une EI

 

Si vous envisagez de créer une entreprise individuelle (EI) c'est que vous souhaitez développer une activité professionnelle seul, sans vous associer avec quiconque. Vous optez ainsi pour un statut simple, au formalisme limité et à la création rapide.

Cette simplicité ne doit cependant pas faire oublier que l'ouverture d'une EI a des répercussions juridiques et fiscales qui peuvent être importantes : responsabilité illimitée, déclaration d'insaisissabilité, régime micro-social simplifié, etc.

Pour choisir parmi les 3 formes d'EI que sont la micro-entreprise, l'entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL), ou l'EI classique, il vous faut connaître les avantages et les inconvénients de chacune.

Parmi les éléments à connaître pour ouvrir votre entreprise, vous devez vous intéresser au régime de TVA applicable.

 

Entreprise individuelle et TVA : les différents régimes

 

La création d'une EI classique génère une activité économique lucrative qui est imposable à la TVA. Cet impôt indirect n'est pas collecté par l’État mais par les entreprises. Vous facturez à vos clients des produits TTC (Toutes Taxes Comprises), incluant le montant de la TVA, puis vous restituez cette taxe au service des impôts. En contrepartie, vous pouvez déduire la TVA de vos achats. Si vous vous êtes déjà renseigné sur la création d'une EI vous avez peut-être pris connaissance du formulaire PO que vous devrez compléter.

Celui-ci comprend une partie relative aux options fiscales, notamment concernant la TVA. Vous devez ainsi préciser si vous dépendez :

Vous constaterez une 4ème option sur ce formulaire : le régime mini-réel. Celui-ci permet de dépendre du régime réel normal de TVA tout en restant soumis au régime simplifié pour l'imposition de vos bénéfices. Il ne s'agit donc pas d'un régime différent de TVA. Si, en principe, le choix d'un régime de TVA entraîne l'adhésion automatique au même régime pour les bénéfices, le régime mini-réel dissocie les deux.

Enfin, si vous êtes exploitant agricole vous dépendez d'un régime simplifié agricole, que nous n'aborderons pas dans cet article. Selon le régime de TVA applicable à votre situation, vos obligations déclaratives auprès des services des impôts seront différentes.

 

La franchise en base de TVA en entreprise individuelle

 

Vous pouvez bénéficier de la franchise en base de TVA si votre EI respecte certaines conditions liées au montant du chiffre d'affaires ou à l'activité que vous exercez.

Votre EI doit avoir réalisé l'année précédente, un chiffre d'affaires (CA) hors taxes inférieur à :

  • 82 800 € pour les activités de commerce et d'hébergement,
  • 33 200 € pour les prestations de services et les professions libérales.

Si ces seuils sont dépassés, un maintien de franchise est possible pendant 2 ans, si votre CA reste inférieur à :

  • 91 000 € l'année civile précédente, lorsque le CA de l'avant-dernière année a été inférieur à 82 800 € pour les activités de commerce et d'hébergement,
  • 35 200 € l'année civile précédente, si le CA de l'avant-dernière année a été inférieur à 33 200 € pour les prestations de services.

Les entreprises situées dans les départements d'outre-mer ont des seuils particuliers :

  • pour les activités de ventes, le CA ne doit pas être supérieur à 100 000 € l'année civile précédente,
  • pour les prestations de services, le CA ne doit pas être supérieur à 50 000 € l'année civile précédente.

 

La franchise pour certaines activités

 

Les avocats bénéficient de la franchise de TVA :

  • pour leurs activités réglementées si leur CA ne dépasse pas 42 900 €,
  • pour les opérations étrangères à leur activité réglementée, comme la gestion et l'administration de bien, si le CA est inférieur à 17 700 €.

Les auteurs et les artistes peuvent également profiter de ce régime si :

  • leurs revenus pour leurs activités d'artistes et d'auteurs sont inférieurs à 42 900 €,
  • les revenus des autres activités sont inférieurs à 17 700 €.

 

Les conséquences du régime de franchise

 

En faisant le choix de la franchise en base de TVA, vous ne facturez pas la TVA à vos clients. Vos factures doivent mentionner un prix hors taxes (HT) et comporter la mention : « TVA non-applicable, article 293 B du CGI ». Si cela vous permet d'être compétitif quant au prix que vous proposez à vos clients, vous ne pourrez pas récupérer la TVA sur vos achats. Avec ce régime, vous n'avez aucune déclaration à faire auprès des impôts.

 

L'EI et le régime réel simplifié

 

Les conditions d'application du régime réel simplifié

Si vous ne pouvez pas bénéficier de la franchise en base, ou que vous préférez vous soumettre à la TVA, votre EI peut profiter du régime réel simplifié de TVA.

Pour cela, le montant de votre chiffre d'affaires hors taxes doit se situer entre :

  • 82 800 € et 789 000 € pour les opérations de ventes de marchandises,
  • 33 200 € et 238 000 € pour les prestations de services.

En outre, pour pouvoir continuer à bénéficier de ce régime simplifié, le montant de votre TVA pour l'année précédente ne doit pas être supérieur à 15 000 €.

 

Les conséquences du régime réel simplifié pour l'EI

Grâce au régime réel simplifié, vos obligations déclaratives sont allégées. Vous n'êtes tenu de déclarer votre TVA auprès du service des impôts qu'une fois par an, au plus tard le 2ème jour ouvré suivant le 1er mai. La TVA due au regard de cette déclaration annuelle correspond au montant total obtenu, déduction faite des 2 acomptes que vous versez chaque année en juillet (55 % du montant) et en décembre (40 %). Vous êtes dispensé de payer ces acomptes, si votre TVA était inférieure à 1 000 € l'année précédente.

Lors de la création de votre EI, les services des impôts n'ont pas de période référence pour calculer le montant des acomptes. Chacun correspond donc à 80 % de la TVA réellement due au titre de la période ou du semestre précédent le versement de chaque acompte.

 

L'EI et le régime réel normal

 

En dehors des hypothèses de la franchise et du régime simplifié, votre EI est soumise au régime réel normal, ou mini-régime réel.

 

Les conditions d'application

Le régime réel normal s'applique pour les EI ayant un chiffre d'affaires hors taxes supérieur à :

  • 789 000 € pour les opérations de vente de marchandises,
  • 238 000 € pour les prestations de services.

Ce régime concerne également les entreprises qui ont un montant de TVA supérieur à 15 000 €.

 

Les conséquences du régime réel normal pour l'EI

Si vous êtes soumis au régime réel normal, vous devrez déclarer et payer le TVA chaque mois. Vous pourrez cependant opter pour une déclaration trimestrielle si le montant annuel de la TVA due est inférieur à 4 000 €. Vous déclarez votre TVA auprès du service des impôts le mois qui suit le mois concerné. Ainsi, pour votre TVA de février vous devez faire votre déclaration en mars. Pour connaître les dates limites de déclaration, vous devez consulter le site des impôts ou vous connecter à votre espace professionnel dans la partie « Déclarer sa TVA ».

Soyez vigilant sur ce point car les dates limites sont différentes selon votre nom et le département où se situe votre EI, et tout retard peut entraîner des majorations. Pour les EI, ces dates sont comprises entre le 15 et le 19 du mois.

Les régimes de TVA applicables à l'entreprise individuelle n'ont désormais plus de secret pour vous, alors n'hésitez plus et créer votre EI !

Philippe

Écrit par

Philippe

Diplômé d'HEC et bras droit d'un célèbre entrepreneur, Philippe a aidé plusieurs startups dans leur développement. Il accorde une grande importance à conseiller les entrepreneurs dans leurs problématiques juridiques pour les aider à faire les meilleurs choix.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

EIRL : définition et fonctionnement

Lors d’un projet d’entrepreneuriat en solo, il est normal de se poser la question de la bonne forme ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

Entreprise individuelle : quels sont ses avantages ?

L’entreprise individuelle est une forme d’entreprise dirigée par un seul entrepreneur. Ce statut ...

Sabrina Ait El Hadi

Sabrina Ait El Hadi

Calcul du RSI d'une entreprise individuelle : ce qu'il faut savoir

Plébiscitées pour leur simplicité de création et de fonctionnement, les entreprises individuelles ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

EIRL et TVA : quelles sont les différentes options ?

Si vous souhaitez devenir Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL), sachez qu’il ...

Sabrina Ait El Hadi

Sabrina Ait El Hadi

EI ou EIRL : formalités et coûts de création

L'Entreprise Individuelle (EI) et l'Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) sont ...

Amélie Bernard

Amélie Bernard

Entreprise individuelle, quelles sont les charges à prévoir ?

Si vous souhaitez créer votre entreprise individuelle (appelée aussi affaire personnelle ou ...

Sabrina Ait El Hadi

Sabrina Ait El Hadi

Comptabilité de l’entreprise individuelle

Si vous souhaitez créer une entreprise individuelle, sachez que tenir une comptabilité est ...

Maxime

Maxime

Création d'entreprise individuelle : toutes les démarches

Vous souhaitez vous lancer dans le monde entrepreneurial ? Après mûres réflexions, l’entreprise ...

Amélie Bernard

Amélie Bernard

Entreprise individuelle et impôt : tout savoir sur l'imposition

Si vous envisagez de vous lancer seul dans l’entrepreneuriat, l’entreprise individuelle peut être ...

Maxime

Maxime

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier