BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter
    HOME > CATÉGORIE CRÉER ENTREPRISE > FICHE CREATION-ENTREPRISE > Comment ouvrir un gîte : les 9 questions les plus posées

    Les 9 questions les plus posées pour ouvrir un gîte

    Création d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    Le secteur du meublé de tourisme est en plein essor. Vous désirez en profiter pour ouvrir un gîte et devenir professionnel du tourisme ? Excellente idée !

    Avant de vous lancer, avez-vous réfléchi à la question de la formation ? À comment dénicher le logement idéal ? Voulez-vous partir de zéro ou reprendre un gîte ? À quelles normes devrez-vous vous soumettre et quelles démarches vous faudra-t-il accomplir ? Aperçu des étapes qui vous attendent pour ouvrir votre gîte.

    Au sommaire de cet article : 

    1. Gîte ou maison d'hôte ?
    2. Quelle formation pour ouvrir un gîte ?
    3. Comment trouver le gîte idéal ?
    4. Quel statut juridique pour ouvrir un gîte ?
    5. Reprendre un gîte : comment faire ?
    6. Quelles sont les normes à respecter pour ouvrir un gîte?
    7. Quelles démarches faut-il accomplir ?
    8. Comment se faire connaître ?
    9. Ai-je intérêt à rejoindre un label comme gîte de France ou Clévacances ?

    Gîte ou maison d’hôte ?

    Ne vous trompez pas de projet : ouvrir un gîte ou une chambre d’hôte, ce n’est pas la même chose ! Avec un gîte, aussi appelé meublé touristique, vous mettez à disposition un logement à l’usage exclusif des locataires. Ceux-ci séjournent de 1 jour à 1 mois. Vous n’avez pas à leur servir de petit déjeuner, en revanche, vous devez prévoir un équipement suffisant pour qu’ils puissent cuisiner, se détendre et se reposer.

    À l’inverse, avec la chambre d’hôte, vous recevez chez vous ou dans une dépendance sur votre terrain et vous préparez le petit déjeuner.

    Quelle formation pour ouvrir un gîte ?

    Non, vous n’avez pas besoin de vous former pour ouvrir un gîte, sauf si vous prévoyez de servir de l’alcool. Dans cette hypothèse, vous devrez effectivement suivre une formation en adéquation avec la licence que vous désirez obtenir. Une fois celle-ci réalisée, vous vous verrez remettre un permis d’exploitation, valable 10 ans, et renouvelable à condition de suivre une nouvelle journée de formation.

    En revanche, vous pouvez tout à fait suivre une formation pour ouvrir votre gîte dans les meilleures conditions. Stage pour la création d’une entreprise, pour savoir comment se comporter avec la clientèle, faire décoller son business : tous présentent un intérêt.

    Les étapes pour lancer son gîte

    Comment trouver le gîte idéal ?

    La France possède bien des régions, mais toutes ne se valent pas en termes de fréquentation touristique ! Privilégiez les emplacements qui accueillent un fort flux de voyageurs, et un habitat qui reflète les spécificités locales. Si vous projetez d’ouvrir un gîte en Provence, vous avez plus de chances de séduire les clients potentiels avec un mas qu’avec une banale maison en lotissement. Le terrain a lui aussi son importance, particulièrement si vous prévoyez des aménagements comme une piscine, une aire de jeux pour les enfants…

    Prenez également en compte :

    • La superficie de la maison : vous devez pouvoir créer assez de chambres et de salles de bain pour accueillir vos locataires ;
    • L’environnement du gîte : les clients sont là pour passer un bon moment, ils n’apprécieront sans doute pas (et vous non plus à leur place) dormir à côté d’une route nationale ou d’une boîte de nuit !

    Quel statut juridique  pour ouvrir un gîte ?

    Pensez-vous ouvrir votre gîte pour en faire votre activité principale ou secondaire ? Cette question est importante en ce qu’elle peut conditionner le statut juridique de l’établissement.

    S’il s’agit d’une activité complémentaire, vous n’êtes pas obligé de créer une entreprise, à condition de ne pas dépasser un chiffre d'affaires de 23 000 € annuel.

    Sinon, vous pouvez opter pour :

    • Le statut de la micro entreprise : facile à mettre en place et adapté à une petite activité, il séduit bien des entrepreneurs. Attention, votre patrimoine personnel répond des dettes de votre gîte ! ;
    • L’entreprise individuelle : un peu plus onéreuse, elle permet de séparer patrimoine personnel et professionnel ;
    • Les sociétés commerciales individuelles ou avec associés : SARL, EURL, SAS, SASU

    Reprendre un gîte : comment faire ? 

    La création d’une entreprise de A à Z vous effraie ? Pas de panique, vous pouvez tout à fait reprendre un gîte ! L’avantage, c’est que vous achetez un bien qui a déjà subi les transformations nécessaires, même si vous aurez peut-être besoin de refaire la décoration à votre goût. En outre, vous pourrez vous projeter quant à la rentabilité de l’affaire grâce aux différents documents financiers, profiter de la notoriété déjà établie ou d’une clientèle fidèle…

    Vous devrez ensuite vous rapprocher d’un professionnel du droit pour finaliser la vente, le gîte étant à la fois un bien immobilier et souvent, une entreprise.

    Quelles sont les normes à respecter pour ouvrir un gîte ?

    Ouvrir un gîte suppose de se soumettre à une certaine réglementation. Vous devrez donc :

    • Effectuer une déclaration auprès de la mairie ;
    • Si la capacité d’accueil de votre gîte dépasse 15 personnes, il sera considéré comme un ERP (établissement recevant du public). Il vous faudra répondre à des normes de sécurité et d’accessibilité plus contraignantes ;
    • Afficher le tarif des nuitées ;
    • Installer un détecteur de fumée.

    Professionnel_tourisme-1

    Quelles démarches faut-il accomplir ?

    Avant d’ouvrir votre gîte, vous devrez obtenir la licence restaurant et/ou boisson si vous comptez servir des repas ou de l’alcool à vos hôtes.

    En outre, il vous est possible de demander un classement pour votre gîte, de 1 à 5 étoiles. Ce dernier présente des avantages fiscaux non négligeables si vous avez opté pour le statut de micro entrepreneur (un abattement de 71%, contre 50% si le gîte n’est pas classé).

    Comment se faire connaître ?

    Aujourd’hui, la plupart des réservations pour les séjours touristiques se font sur Internet. Vous ne pouvez donc pas faire l’impasse sur un site Internet, qui de plus, devra être bien référencé (des professionnels peuvent vous y aider). Des plateformes recensant les gîtes vous aideront également à vous faire connaître. Une présence sur les réseaux sociaux est aussi indispensable.

    Cependant, ne négligez pas les guides touristiques et les listes des offices du tourisme, sur lesquels l’ouverture de votre gîte devrait absolument figurer.

    Le bouche-à-oreille est lui aussi essentiel dans la promotion d’un gîte. Et là, pas de secret, il vous faudra tout mettre en œuvre pour satisfaire la clientèle, laquelle ne manquera pas de recommander votre établissement !

    Ai-je intérêt à rejoindre un label comme gîte de France ou Clévacances ?

    Les différents labels, dont le plus connu est sans conteste Gîtes de France, bénéficient d’une notoriété et d’une image de marque qui rassurent la clientèle. En intégrant l’un d’entre eux, vous profiterez vous aussi de cette réputation, et votre établissement sera référencé sur leur site internet et guide papier. Un atout non négligeable pour développer votre activité.

    Outre Gites de France et Clévacances, vous pouvez également vous rapprocher du label Tourisme et Handicaps, ou Bienvenue à la Ferme si vous êtes par ailleurs agriculteur, et bien entendu, rien ne vous empêche de cumuler plusieurs labels (à part peut-être le coût).

    Vous souhaitez être accompagné dans l’ouverture de votre gîte ? Captain Contrat vous propose son assistance à chaque étape de votre projet.

    Ouvrez votre gîte en ligne en quelques clics Je crée mon gîte

     

     

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES
      statut régime micro-entreprise

      statuts

      Statut microentreprise : les spécificités de ce régime

      ressource_forme_juridique

      statuts

      Le Top des articles à lire pour créer son entreprise

      changement-de-statut

      statuts

      Changement de statut auto entrepreneur : ce qu'il faut savoir

      Entreprise individuelle-auto-entreprise

      statuts

      Peut-on passer d’une entreprise individuelle au statut d’auto-entrepreneur ?

      Priscilla Cavaillé
      A propos de Priscilla Cavaillé

      Diplômée d'un master en droit des affaires, spécialité propriété intellectuelle, Priscilla a développé son expérience au sein de cabinets d'avocats en droit des sociétés et en droit des marques.

      COMMENTAIRES