Les capitaux propres inférieurs à la moitié du capital social en SAS : quelles conséquences ?

par
5
Consulter un avocat en droit des sociétés

Sommaire

Quand une Société par Actions Simplifiée (SAS) essuie des pertes importantes, elle doit accomplir certaines formalités afin de reconstituer des fonds propres. Une procédure spéciale doit être entamée quand les capitaux propres tombent à un niveau inférieur à la moitié du capital social.

Les capitaux propres : définition

Les capitaux propres sont :

  • le capital social,
  • les réserves,
  • le report créditeur,
  • les provisions réglementées,
  • les subventions d’investissements,
  • le bénéfice de l’exercice.

Cependant, il faut déduire :

  • le report débiteur,
  • la perte de l’exercice.

Le capital social est à prendre en compte en nominal, qu’il soit partiellement ou entièrement libéré. La perte peut être constituée des pertes de plusieurs exercices.

La procédure en cas de capitaux propres inférieurs à la moitié du capital social

Dans les 4 mois suivant l’assemblée générale ordinaire annuelle constatant la perte, c’est-à-dire les 4 mois suivant la procédure d’approbation des comptes de la SAS, une assemblée générale ordinaire doit être convoquée. Les associés devront choisir entre la dissolution de la SAS ou la poursuite de son activité. Seule une assemblée générale extraordinaire (AGE) peut décider de la dissolution anticipée de la SAS.

A noter : L’AGE peut avoir lieu à la suite de l’assemblée générale ordinaire.

Mais il est rare que les associés décident de dissoudre la société. La SAS a deux ans pour pouvoir rétablir sa situation, ce qui n’est pas à négliger. Cependant, il faut bien prendre en compte tous les éléments et veiller à ce que la SAS ne soit pas en état de cessation des paiements. Si c’est le cas, d’autres procédures doivent également être envisagées comme la sauvegarde judiciaire.

Si la convocation n’a pas lieu, toute personne ayant un intérêt peut demander au Tribunal de commerce de dissoudre la SAS.

La décision devra être publiée dans un journal d’annonces légales. La publication coûte environ 150 €.

Si les associés décident de poursuivre l’activité malgré les pertes, il faut déposer un dossier au greffe du Tribunal de commerce. L’extrait K-bis doit mentionner les difficultés que la SAS rencontre. Cette modification coûte environ 90 €. Le dossier doit comprendre :

  • le procès-verbal d’assemblée générale décidant de la poursuite de l’activité de la SAS malgré la perte de plus de la moitié du capital social, certifié conforme par le représentant légal,
  • le formulaire M2,
  • l’attestation de parution dans un journal d’annonces légales.

 

La régularisation de la SAS

La situation doit être régularisée avant la clôture du deuxième exercice suivant celui au cours duquel les pertes ont été constatées. Il faut soit :

  • Réaliser des bénéfices importants pour apurer la perte et permettre aux capitaux propres de revenir à un niveau au moins égal au capital social,

  • Réduire le capital d’un montant au moins équivalent à celui des pertes constatées,

  • Augmenter le capital,

  • Réaliser le coup d’accordéon qui consiste à une réduction de capital suivie par l’augmentation du capital.

L'augmentation du capital peut être effectuée par :

  • l’augmentation de capital en numéraire,
  • l’incorporation de compte courant d’associé,
  • l’incorporation des réserves ou des primes d’émission.

L’abandon du compte courant d’associé n’entraîne aucun changement du capital social. L'abandon en compte courant est comptabilisé comme un produit exceptionnel. L’associé devra envoyer un courrier au dirigeant pour formaliser l’abandon du compte courant d’associé. Il est possible de prévoir une clause de « retour à meilleure fortune » qui indique que l’associé qui abandonne son compte courant sera remboursé lorsque les affaires iront mieux.

Si la SAS opte pour la modification du montant du capital social par une augmentation ou une réduction, il est nécessaire de modifier les statuts de la SAS et de faire une publication.

Si la SAS a régularisé sa situation dans les délais, les associés doivent formuler une demande d’inscription modificative au greffe du tribunal de commerce afin de supprimer la mention sur le K-bis. Cette procédure coûte environ 100 €. En revanche, aucune publication dans un journal d’annonces légales n’est nécessaire.

Si la régularisation n’a pas été faite, il faut réduire le capital à concurrence des pertes qui n’ont pas pu être imputées sur les réserves.

Si aucune régularisation n’est effectuée, n’importe qui pourra demander la dissolution de la SAS, sauf si la SAS régularise sa situation avant l’intervention du juge. Le juge pourra accorder un délai de 6 mois maximum pour que la situation de la SAS soit régularisée.

Si les associés ont décidé de dissoudre la SAS, il faut suivre la procédure de dissolution-liquidation.

Rassurez-vous, il est très rare que quelqu’un demande l’intervention judiciaire pour dissoudre la SAS.

Attention : Toute cette procédure n’est pas applicable pour les SAS en sauvegarde ou en redressement judiciaire.

Le rôle du commissaire aux comptes

Le commissaire aux comptes lance la procédure d’alerte dès qu’il a connaissance de faits de nature à compromettre la continuité de l’exploitation.

Il va commencer par demander des explications au dirigeant par lettre recommandée avec accusé de réception. Le dirigeant a 15 jours pour lui répondre. Le commissaire aux comptes informe le président du tribunal de commerce de la réponse. Sans réponse, en présence d’une réponse insuffisante ou de confirmation des difficultés, le commissaire aux comptes doit rédiger un rapport.

Le commissaire aux comptes, dans les 15 jours suivant la réponse du dirigeant, demandera la convocation d’une assemblée générale afin d’informer les associés des difficultés et pour trouver des solutions. Si les réponses sont insuffisantes, il devra en informer le président du tribunal de commerce. Le président du tribunal de commerce pourra alors décider de convoquer le dirigeant pour un entretien.

La situation où les capitaux propres sont inférieurs à la moitié du capital social n’est pas à prendre à la légère. Elle peut rendre difficile les relations d’affaires avec les partenaires de la SAS. Captain Contrat vous mettra en contact avec le professionnel adéquate pour qu’il analyse la situation de trésorerie de la SAS afin d’éviter les complications et que la SAS ne risque pas une procédure collective. Il vous aidera également à prendre la bonne décision, à savoir s’il vaut mieux dissoudre la SAS ou poursuivre son activité.

 

Amélie Gautier

Écrit par

Amélie Gautier

Diplômée d'un Master en droit des affaires et passionnée par le monde de l'entreprise, Amélie s'efforce de rendre accessible les informations juridiques nécessaires aux entrepreneurs tout au long de leurs projets.

Tous les articles similaires

Consultez nos articles pour parfaire vos connaissances

Quelles sont les conséquences d’une entreprise en faillite ? - Entreprise en difficulté

Votre entreprise connaît de grandes difficultés financières et n’arrive plus à faire face à ses ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

La garantie décennale d’une entreprise fermée

La garantie décennale, aussi appelée assurance de responsabilité civile décennale, garantit la ...

Philippe

Philippe

Peut-on payer un huissier en plusieurs fois ? - Entreprise en difficulté

Votre entreprise rencontre des difficultés et vous avez des impayés à régler ? Votre créancier peut ...

Philippe

Philippe

Les causes de la faillite des entreprises et comment les surmonter

Des entreprises plus ou moins jeunes disparaissent chaque année en raison de graves difficultés ...

Amélie Gautier

Amélie Gautier

9 solutions de financement pour les PME en difficulté

 

Maxime

Maxime

Qu’est-ce que la procédure d'apurement de passif ? - Procédure collective

Une entreprise peut rencontrer des difficultés financières et pour faire face à ses échéances. ...

Maxime

Maxime

Titre exécutoire : une solution face aux impayés

Vous êtes entrepreneur et vous faites face à des impayés ? Vous avez tenté d’utiliser la voie ...

Maxime

Maxime

Comment savoir si une entreprise va fermer ? - Entreprise en difficulté

Lorsqu’une entreprise est en difficulté, elle peut faire l’objet d’une procédure collective ...

Maxime

Maxime

La procédure de sauvegarde : les étapes à connaitre

L’aventure entrepreneuriale n’est jamais sans risque. Et pour diverses raisons, qu’il s’agisse de ...

Me Amélie Robine

Me Amélie Robine

Commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez démarré un dossier de chez nous… Vous pouvez le reprendre dès maintenant !

Reprendre votre dossier