BLOG AIDE
    S'inscrire ou Se connecter
    HOME > CREER VOTRE SOCIETE > CREATION MICRO ENTREPRENEUR > Auto entrepreneur dans la restauration

    Comment devenir auto-entrepreneur dans la restauration ?

    Création d'entreprise
    Captain Contrat
    LE
    4min

    Ouvrir un restaurant peut sembler compliqué aux vues du nombre d'autorisations à obtenir. Des règles d’hygiène, de sécurité et d’affichage sont également à respecter. Alors le statut simplifié de la micro-entreprise peut être tentant.

    Le statut d’auto-entrepreneur dans la restauration ne semble pas être le choix le plus judicieux surtout pour du long terme. En revanche, cela peut être intéressant pour lancer son activité afin de pouvoir la tester.

    Choisir le statut d’auto-entrepreneur se fait rapidement, il suffit de s’inscrire au Centre de Formalités des Entreprises, ce qui peut être fait en ligne. Une fois la démarche réalisée, l’auto- entrepreneur obtient son numéro SIRET.

    Auto-entrepreneur et restauration : comment faire ?

    L’ouverture d’un restaurant

    Avant de réaliser les démarches juridiques, commencez à réfléchir au type de restaurant que vous souhaitez ouvrir.

    Vous devez réaliser des prévisions financières et budgétaires pour savoir si le projet est viable. Tout cela passe par l’élaboration d’un business plan détaillé.

    L’auto-entrepreneur doit réfléchir dans quels locaux il souhaiterait ouvrir le restaurant. Un restaurant a besoin de passage avec des commodités aux alentours.

    Un local a un coût important. Il faut prendre en considération l’éventuel « pas-de-porte ». Si vous souhaitez reprendre un restaurant existant, il est nécessaire d’acheter le fonds de commerce, les murs ainsi que le bail commercial.

    Les démarches à réaliser par un restaurateur

    Toute personne qui souhaite ouvrir un restaurant doit obtenir le permis d’exploitation pour servir des boissons à sa clientèle pendant les repas. Pour cela, il est obligatoire de suivre une formation payante de deux jours et demi.

    La formation porte notamment sur la prévention et la lutte contre l’alcoolisme, la protection des mineurs et la répression de l’ivresse publique, la législation des stupéfiants, la lutte contre le bruit et les principes de la responsabilité civile et pénale.

    A l’issue de la formation, la personne obtient un permis d’exploitation de 10 ans. Au bout des 10 ans, il faudra passer une formation de 6 h pour renouveler le permis d’exploitation pour 10 ans.

    Ensuite, pour ouvrir un restaurant, l’auto-entrepreneur doit faire une déclaration auprès de la mairie pour obtenir une licence de débit de boissons au moins 15 jours avant l’ouverture du restaurant. Cette démarche permet d’obtenir un récépissé de déclaration de licence qui est à transmettre au Greffe du Tribunal de Commerce. Cette licence est obligatoire pour toutes les personnes qui souhaitent vendre des boissons alcoolisées, sur place ou à emporter.

    Ainsi, pour un restaurateur qui souhaite vendre de l’alcool en dehors des repas, il doit obtenir la licence de débit de boissons à consommer sur place. Il existe deux types de licence :

    • celle de 2e catégorie pour vendre des boissons fermentées non distillées comme le vin, la bière ou le cidre,
    • celle de 3e catégorie pour vendre des alcools avec un taux égal ou inférieur à 18°.

    Ces licences permettent également la vente à emporter

    Attention : Si le restaurateur ne vend des boissons que pendant les repas, il doit juste obtenir la licence restaurant. Il existe également deux licences :

    • la petite licence restaurant permet de servir des boissons sans alcool et des boissons fermentées non distillées pour les consommer sur place pendant les repas. Il est également possible de vendre pour emporter les boissons,
    • la grande licence restaurant permet de consommer sur place toutes les boissons.

    Le restaurateur doit aussi déclarer l’ouverture du restaurant auprès de la Direction Départementale pour la Protection des Populations (DDPP) dans le mois suivant l’ouverture.

    Chaque restaurant doit aussi avoir une personne de formée aux règles d’hygiène alimentaire. Pour cela, il faut passer une formation auprès d’un organisme, être titulaire de certains titres ou diplômes professionnels ou disposer d’une expérience de 3 ans en tant que gestionnaire ou exploitant.

    Le restaurateur doit aussi respecter les normes d’hygiène et de sécurité sur les denrées alimentaires, sur l’hygiène et sur le personnel.

    Il faut également s’assurer que le restaurant respecte les normes de sécurité applicables pour les établissements recevant du public (ERP).

    Ensuite, le restaurateur n’est pas libre de faire ce qu’il veut notamment pour les horaires d’ouverture car ceux-ci sont fixés par arrêté préfectoral.

    Si le restaurateur souhaite une terrasse, il faut demander une autorisation d’exploitation à la mairie. De même, s’il y a diffusion de musique, il faut faire une demande d’autorisation préalable auprès de la Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs de Musique (SACEM). Une redevance sera à payer.

    Il est aussi nécessaire d’indiquer certaines informations aux clients à l’aide d’affichage, de panneaux ou de panonceaux :

    • l’affichage des prix avec le taux de TVA,
    • l’affichage de l’origine des viandes,
    • l’affichage relative à l’interdiction de fumer,
    • l’affichage pour la protection des mineurs et la répression de l’ivresse publique,
    • l’affichage de la licence.

    Le choix du régime auto-entrepreneur pour ouvrir un restaurant

    La plupart du temps, le régime de l’auto-entrepreneur n’est pas adapté pour ouvrir un restaurant surtout s’il y a de gros investissements de départ et que vous souhaitez embaucher des salariés.

    Les plafonds du statut bloquent souvent le nombre d’embauches et les investissements ne viennent pas en diminution du chiffre d’affaires.

    A noter tout de même que le doublement des seuils de chiffre d'affaires du statut permet plus facilement d’embaucher une personne.

    Avant de choisir le statut, il faut bien réfléchir à l’étendue de l’activité, aux investissements à réaliser et au nombre de personnes dont vous avez besoin pour mener à bien l’activité. Se poser les bonnes questions permet de savoir si le statut est adapté.

    Le statut d’auto-entrepreneur ne protège pas, l’auto-entrepreneur est responsable des dettes sur ses biens personnels.

    Cependant, si pour vous, le statut convient à votre situation, il faut commencer par faire la déclaration d’activité simplifiée auprès du Centre de Formalité des Entreprises (CFE). Sachez qu'il est toujours possible par la suite de changer de statut.

    Les auto-entrepreneurs qui exercent une activité commerciale, artisanale ou industrielle doivent s’immatriculer auprès du Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) pour obtenir le KBIS auto-entrepreneur.

    L’avantage est que l'auto-entrepreneur a des obligations allégées en matière de comptabilité.

    Une fois le statut obtenu, l’auto-entrepreneur obtient le régime micro-social simplifié. Ce régime permet le paiement mensuel ou trimestriel des cotisations et contributions sociales. Cela remplace les charges sociales des travailleurs indépendants. Le montant est calculé à l’aide d’un taux forfaitaire appliqué au chiffre d’affaires.

    L’auto-entrepreneur doit déclarer son chiffre d’affaires mensuellement ou trimestriellement.

    S’il opte pour le versement libératoire, il paie les charges sociales et l’impôt sur le revenu en un seul prélèvement à la fois.

    Il profite aussi d’un régime fiscal avantageux tant qu’il ne dépasse pas les seuils du régime fiscal de la micro-entreprise. Cependant, il ne peut pas déduire les charges professionnelles du chiffre d’affaires ce qui peut être un véritable inconvénient pour l’ouverture d’un restaurant.

    Le micro-entrepreneur est exonéré de la TVA quand il bénéficie de la franchise en base de TVA. Il est aussi exonéré de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) et de la cotisation foncière des entreprises (CFE) la première année d’activité.

    Attention : Si l’auto-entrepreneur dépasse le plafond de 33 200 € de chiffre d’affaires pour la prestation de services et de 82 800 € pour l’achat-vente, il doit payer la TVA.

    L’auto-entrepreneur bénéficie de la même couverture sociale que les autres indépendants. Par contre, ce statut permet à l’auto-entrepreneur d’être affilié à la sécurité sociale et de valider des trimestres de retraite, en payant forfaitairement ses charges sociales et ses impôts.

    A noter : L’auto-entrepreneur ne bénéficie pas de couverture de l’assurance chômage s’il cesse son activité.

    Concernant sa rémunération, l’auto-entrepreneur fixe librement sa rémunération. Cependant, il doit faire une étude de marché pour savoir si le niveau de rémunération souhaité est réalisable. De nombreux éléments sont à prendre en compte dans sa rémunération comme les congés qu’il souhaite prendre.

    L’auto-entrepreneur doit garder en tête les seuils du statut, c’est-à-dire, 70 000 € pour la prestation de services et 170 000 € pour les activités d’achat-vente, afin de déterminer la rémunération.

    Il ne doit pas oublier les charges qu’il doit payer car sa rémunération n’est pas le chiffre d’affaires encaissé. Les cotisations sociales aussi sont à prendre en compte.

    Par exemple : Pour un chiffre d’affaires de 30 000 € en prestation de service, il peut espérer 1 900 € de rémunération par mois d’où la difficulté pour embaucher un salarié.

    Si vous pensez que le statut d’auto-entrepreneur vous convient, notamment si vous souhaitez ouvrir une petite structure, Captain Contrat réalise toutes les démarches et déclarations pour vous afin d’obtenir rapidement le statut d’auto-entrepreneur et de pouvoir commencer rapidement et sereinement votre activité. C’est une solution simple, rapide et peu coûteuse.

    Devenez micro-entrepreneur en quelques clics Je deviens micro-entrepreneur

    Donnez votre avis
      ARTICLES SIMILAIRES

      régime fiscal

      Fiscalité SCI : Tout savoir en 4 minutes

      régime fiscal

      Déductions fiscales et amortissements : mieux les connaître et en tirer profit

      régime fiscal

      Les différents régimes fiscaux : la fiche complète pour tout comprendre

      régime fiscal

      Quel régime d’imposition pour le créateur d’entreprise ?

      Cyril D'audiffret
      A propos de Cyril D'audiffret

      Titulaire d’un Master II en Droit des affaires, Cyril est aussi passionné d’entrepreneuriat. Son objectif ? Rendre le juridique accessible aux entrepreneurs en leur apportant des conseils pratiques dans la création et la gestion de leurs sociétés.

      COMMENTAIRES